Résistance politique à la 3ème guerre mondiale de l’empire: Poutine patron de la diplomatie mondiale…

Poutine dit que les Etats-Unis doivent présenter leur preuve au conseil de sécurité de l’ONU

 

RT

 

31 Août 2013

 

url de l’article original:

http://rt.com/news/putin-us-syria-evidence-249/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Le président russe Vladimir Poutine a déclaré être un “non sens total”, l’idée que le gouvernement syrien ait utilisé des armes chimiques contre son propre peuple et a appelé les Etats-Unis à présenter leurs supposées preuves devant le conseil de sécurité des Nations Unies.

Poutine a de plus qualifié la tactique occidentale de “provocation”.

Washington a basé sa stratégie de proposition d’attaque de la Syrie sur le fait que les forces du président syrien Bachar Al Assad ont utilisé des agents chimiques, tandis que la Russie trouve l’accusation totalement inacceptable et l’idée de commettre une agression militaire contre le pays encore plus extravagante. Spécifiquement alors qu’une telle mesure serait en violation flagrante de la loi internationale si effectuée en dehors d’un mandat de l’ONU et de son conseil de sécurité.

De plus, Poutine a dit à Obama qu’il devrait considérer les retombées potentielles d’une attaque militaire sur la Syrie et prendre en considération la souffrance de civils innocents.

Le président russe a exprimé sa certitude que la stratégie d’intervention militaire en Syrie est une mesure contingente de l’extérieur en réponse directe aux récents succès au combat des troupes gouvernementales, couplées avec la retraite des “rebelles” de positions qu’ils détenaient depuis longtemps.

Les forces du gouvernement syrien avancent, tandis que les soi-disants rebelles sont dans une situation très délicate, car ils n’ont pas le même équipement que le gouvernement”, a dit Poutine à l’agence ITAR-TASS. Il l’a ensuite traduit en langage direct:

Ce dont ont besoin ceux qui sponsorisent les soi-disants rebelles est très simple: Ils ont besoin d’être aidés dans leur combat… et si ceci se produit, ce sera alors un développement tragique”, a dit Poutine.

La Russie croit que toute attaque augmenterait dans un premier lieu les tensions qui existent déjà dans le pays, et ferait dérailler tout effort pour en terminer avec la guerre.

Toute utilisation unilatérale de la force sans autorisation du conseil de sécurité de l’ONU, peu importe aussi limitée soit-elle, serait une violation très claire du droit international et endommagerait les possibilités de résolution diplomatique de ce conflit et mènerait à une nouvelle bague de confrontations et de nouvelles pertes en vies humaines”, a dit le porte-parole du ministère des AE russe Alexandre Loukachevitch, ajoutant que les menaces furent émises par Washington “en l’absence de toute preuve” d’utilisation même d’armes chimiques.

Vendredi, Washington a dit qu’un plan de frappes limitées était envisagé pour punir Assad d’une “attaque brutale et flagrante à l’arme chimique” qui a soi-disant fait 1400 morts près de la capitale du Pays Damas il y a 10 jours.

Le gouvernement syrien a réfuté les accusations disant que celles-ci étaient invraisemblables tout en pointant ses propres accusations contre les forces “rebelles”, spécifiquement les extrémistes liés à Al Qaïda, qui ont semés le chaos dans le pays ces deux dernières années, depuis le départ de cette guerre civile (NdT: Qui est en faite une guerre d’agression par proxy, par procuration, effectuée par l’occident et ses alliés des royaumes féodaux du Golfe…).

12 Réponses vers “Résistance politique à la 3ème guerre mondiale de l’empire: Poutine patron de la diplomatie mondiale…”

  1. Comment peut-on continuer ainsi sans retourner quelques années en arrière qui devraient instruire Obama et lui suggérer la bonne décision. Nous sommes sur terre pour apprendre! de nos expériences.Et que font les 9% des américains qui sont contre cette attaque en Syrie? vont ils assiéger le congrès et ne plus en sortir?

    • C’est 9% d’américains qui sont POUR cette attaque!
      C’est pourquoi Obama baisse son pantalon.

      • Il va revenir à la charge. Il est difficilement imaginable que les yanks se laissent humilier de la sorte. Le congrès va examiner la demande le 9 Septembre… d’ici là, grosse campagne de propagande assurée…

        • lu sur un forum ???? (sudouest)

          Ce que les médias Français nous cachent :
          La décision d’Obama de faire appel au Congrès vient du fait qu’il a reçu 161 lettres de parlementaires le menaçant de la procédure d’impeachment s’il ne soumettait pas les décisions d’attaques au vote parlementaire , les USA n’ayant pas été attaqués directement.
          En effet, engager des militaires en Syrie en l’absence de menace directe pour les Etats-Unis sans l’autorisation du Congrès violerait la séparation des pouvoirs
          161 membres du Congrès ont donc réagi, et mettent l’exécutif devant la Constitution des Etats-Unis d’Amérique.

          • juste dans les grandes lignes… Il s’agit d’une seule lettre, comportant plus de 160 signatures.
            Ce qu’il faut bien comprendre sur ce sujet est que même si…IMAGINONS UN INSTANT POUR CET ARGUMENT, Assad avait utilisé du gaz pour tuer des civils en Syrie.. Ceci ne constitue en aucun cas un cas de déclenchement de guerre envers une nation souveraine ! La Syrie n’a attaqué personne, ni les yankees ni aucun membre de l’OTAN.
            Par les conventions établies à l’issue du procès de Nüremberg, imposées par les yankees eux-mêmes, « tout acte d’agression militaire non provoquée envers une nation souveraine est un crime de guerre. »
            C’est tout, cela veut dire que même avec l’aval du congrès, si le pays du goulag levant et son dictateur de service Obama attaque la Syrie, ceci constituera un crime de guerre avéré, ceci est clair et net.

  2. Je voudrais soulever une autre question.
    Je pense que nous sommes assez d’accord sur le but à atteindre, un monde sans état pour lequel le concept de communalisme me convient assez bien. Il est plus que temps d’inventer et de créer de nouveaux concepts, réponse à la réalité, qui ne ressemble à rien de ce à quoi l’humanité a été confrontée jusqu’ici. Le monde évolue, s’adapter c’est inventer. Où nous ne sommes moins d’accord – me semble-t-il, c’est en ce qui concerne la temporalité. Il y a un long et fastidieux travail à faire pour que les populations simplement se sentent en droit de s’attribuer le pouvoir de décision sur leur propre destin. C’est toute la question de l’expertise objectivante et du redevenir sujet, expert usager, celui qui a le droit de s’exprimer in fine pour ce qui le concerne… Au moment de l’histoire actuelle, des pays et des peuples luttent pour que l’ONU devienne un outil de paix aux mains d’une communauté internationale concrète. En ce sens, une décision concernant une résolution d’attaque sur la Syrie avec ses conséquences qui affecteront chaque habitant de la planète, ne devrait-elle pas faire l’objet de débat et vote en Assemblée Plénière plutôt que d’être laissée à ce Conseil de Sécurité hyper sélectif ? Ce serait un pas en avant. Non ?

    • L’ONU est la réponse du système pour une « cohésion » mondiale, elle n’est qu’une entité bureaucratique dominée par l’hégémonie impérialiste. Il n’y a pas de solutions au sein du système, car l’ONU, l’UE et toutes les entités de même mouture ne sont que les garants du statu quo oligarchique, asservies aux dominants du moment, de plus créés et financées par des intérêts particuliers qui n’ont pas à cœur loin s’en faut l’intérêt général.
      Ce système est au-delà de toute rédemption possible depuis bien longtemps.
      Il faut lâcher prise et s’en défaire… à tout jamais !
      Oui il faudrait que les peuples décident de certaines choses en assemblée plénière au sein d’une représentation confédérale qui ne partirait pas du haut vers le bas, mais qui, faute d’état, serait en fait horizontale ou aurait la forme d’une pyramide très très plate.
      Tout doit partir du local pour s’étendre de manière lire et volontaire, sans « chefs » décideurs, du noyau local vers les autres noyaux locaux, chaque commune libre se fédérant volontairement.

      Un exemple a adapté à nos sociétés serait celui de la confédération des 6 nations iroquoises, qui possède de surcroit, la plus vieille constitution effective de l’humanité, établie au XIIIème ou XIVème siècle. C’est un exemple, mais cela fonctionne parfaitement bien et à grande échelle, puisque c’est souvent le reproche fait à ce type de société (« çà ne peut marcher que dans des cantons suisses »…). Si la méthode est bonne, cela fonctionnera de la même façon efficace pour 2 ou 3 communes comme pour une confédération « nationale ».

      Nous pensons qu’il y a énormément à prendre des sociétés traditionnelles dites, ou plutôt « condamnées » par l’idéologie dominante à n’être que des « sociétés primitives ou archaïques », alors qu’elles sont des sociétés totalement développées et que nous qualifierions d’originelles ou de paradigme pré-étatique. Ces sociétés ne sont pas des « sociétés incomplètes » comme l’affirme l’anthropologie structuraliste évolutionniste cautionnée et cautionnant le système qui la protège, mais des sociétés dont la structure même rend l’État impossible de manière volontaire (cf les travaux de l’anthropologue Pierre Clastres à ce sujet). L’idée n’est pas de retourner avant la révolution agricole du néolithique bien évidemment, mais d’adapter certains concepts viables à notre vie moderne, le plus important étant le refus du pouvoir coercitif (l’État) et de maintenir le leadership, la « chefferie », sans pouvoir…

      C’est une des clefs du grand chambardement politique et social à venir.

      • Une réponse qui confirme ce que je disais concernant l’accord de principes et la divergence de temporalité. Cela fait une vingtaine d’année que j’ai commencé à découvrir la perception du monde des peuples natifs d’Abya Yala et certains de leurs modes d’organisations (fort différents entre eux), leur combat actuel d’une portée planétaire, cela a été pour moi une constante source d’espoir et d’enrichissement… un bel exemple de production de richesse intarissable… Une avant-garde du seul monde possible.
        – « L’idée n’est pas de retourner avant la révolution agricole du néolithique »
        Si les peuples originaires ont beaucoup de choses à nous apprendre, l’agriculture est un domaine où certains d’entre eux ont excellé. Pour imager : le choix ici est à faire entre cette production de maïs diversifiée, aux multiples variétés, colorées, en favorisant l’apparition de nouvelles variétés selon les contingences locales ou de répandre partout l’unicité empoisonnée des maïs Monsanto… que nous sommes de plus en plus nombreux à percevoir dans leur dimension d’outil de mort.
        La question est ici celle de la transition. Comment passer du monde actuel à un monde où il n’y ait plus de base parce que la pyramide de la hiérarchie sociale aurait été mise à bas ? C’est un travail dans la durée, Faudra-t-il exécuter tous ceux qui s’y opposent et mettre en camps de rééducations ceux qui ne veulent pas ou ne sont pas capables d’assumer la responsabilité politique collective ? La table rase ? Ce n’est pas mon point de vue… sur le terrain de la réalité, il y a un long travail pour y parvenir. Cela reviendra certainement sur le tapis.
        L’ONU était la base du système pour une fiction de cohésion mondiale, l’ONU – en voie d’obsolescence – est à présent le lieu où sont mises en évidences les ruptures de cette forme de cohésion unipolaire qui heureusement n’est jamais advenue autrement qu’à travers la mythologie et les contes de la guerre psychologique. Que l’ONU soit aujourd’hui la tribune qui catalyse le discours de Poutine plus que celui d’Obama en est la preuve.
        Seul 33 pays se rallient à l’aventure guerrière en Syrie. En proposant une discussion en Assemblée Plénière, 193 pays sur 197 reconnus, l’idée est d’élargir le débat au-delà des seuls participants du Conseil de Sécurité afin de rendre plus visible cette volonté internationale de rupture avec l’Ordre établi. En ouvrant une tribune au 160 pays qui ne se rallient pas, ce qui devrait mettre en évidence l’obsolescence de l’ONU. Mettre en évidence le renversement d’un rapport de force mondial qui disqualifierait une fois pour toute le rôle de gendarmes autoproclamés de ceux qui gouvernent les USA, rendant visible leur rôle de fabricants de guerre pour leur seul profit, en violation de la volonté du reste du monde. De même que Poutine a pris Kerry au piège de son discours, faire d’un lieu source de la production du double discours, le lieu de la rupture avec lui.
        Ainsi fit Chavez avec son fameux « Cela sent le soufre »
        Après quoi la remise en question de l’ONU comme instrument de paix serait forcément à l’ordre du jour, et donc sa raison d’être et donc son existence. Après… le débat est ouvert…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.