Résistance politique: Les pensées d’un Mohawk (4ème partie)… De l’immigration

Les pensées d’un Mohawk

Une série d’écrits par Louis Karoniaktajeh Hall

 

 

 

INDIAN SURVIVAL CRISIS BULLETIN

NO. 3 NOVEMBER, 1983

 

Une étude iroquoise sur l’immigration et les immigrants

 

Quand on fait l’étude de ce qui est mentionné dans le titre, on a l’idée que l’immigration est une chose très anti-naturelle, ce qui n’est pas une surprise quand on considère que les hommes blancs qui font la promotion de cette aventure commerciale humaine, ont fait bien d’autres choses anti-naturelles, comme par exemple polluer l’air, l’eau et l’esprit des gens. Un immigrant quitte son propre pays pour aller vivre dans un autre pays. Il renonce à sa propre nation et en rejoint une autre. Un suicide national, tout aussi anti-naturel que le suicide physique, parce que c’est contre la loi de la Nature: l’auto-préservation, qu’elle soit d’une personne ou d’une nation.

Un immigrant est supposé apprendre la langue du pays dans lequel il émigre. Il est supposé refouler son propre langage et d’adopter les us et coutumes de sa nouvelle nation. Au début, les immigrants originels du Canada et des Etats-Unis le firent en sens inverse. Au lieu d’apprendre la langue des natifs de l’endroit, ils ont forcé les dits natifs à arrêter de parler leurs langues natives indiennes et de parler les langues européennes et d’adopter les us et coutumes des immigrants venus d’Europe. Les immigrants venant par la suite d’autres endroits d’Europe, furent soumis aux règles et lois des immigrants originaux, les Anglais et/ou les Français. Il est notoire que les francophones essaient de forcer leur langue aux anglo-saxons qui sont en minorité dans la province du Québec. Ceci constitue les deux langues majeures au Canada… Le reste ne compte absolument pas et est hors de question.

Comme dit précédemment, les immigrants français et anglais ne se comportèrent pas comme des immigrants, à savoir, ils n’adoptèrent pas les us et coutumes des Indiens. Ils n’ont fait que forcer les immigrants suivants à agir comme des immigrants vis à vis de leurs propres règles. Ils avaient même inclus les Affaires Indiennes dans leur département de l’immigration pendant un moment… Ils pensaient que les Indiens étaient des immigrants ! Pour recréer les Indiens à leur image, les immigrants ont essayé de détruire les langues natives ainsi que les us et coutumes locaux. Aujourd’hui, les nouveaux immigrants sont autorisés à conserver leur propre langue, leurs us et coutumes, mais ils sont supposés adopter la langue, les us et coutumes et la culture des immigrants originaux français et anglais qui usurpèrent la terre de l’homme rouge. Ceci est appelé une aculturation et de l’aculturisme.

Les premiers immigrants expliquent leur comportement vis à vis des Indiens en disant qu’ils ont conquis les Indiens et donc qu’ils ont le droit de les détruire, eux et leurs coutumes, cultures, religions, langages et de les déposséder de leurs terres. En 1945, l’Allemagne, l’Italie et le Japon ont été conquis de manière inconditionnelle. Ont-ils perdu leurs territoires, leurs us et coutumes, leurs cultures, langage et leurs façons de vivre ? Ont-ils été mis dans des “réserves” ? Ce serait inhumain que de faire cela, disent les immigrants. Pourquoi donc n’est-ce pas inhumain de le faire aux Indiens ? Les Indiens ne sont-ils pas humains ?

Les immigrants du Canada et des Etats-Unis ne se posent pas la question quant à parler anglais ou français, parce que si cela ne leur plaît pas, ils peuvent toujours returner (en théorie) d’où ils viennent et se réintégrer dans leurs nations d’origine. Les Indiens, eux… ne peuvent pas faire cela.. Il n’y a pas d’autres pays où retourner… L’Amérique, au sens continental, est le berceau de la race indienne. Les Indiens ne sont pas venus d’Asie par le détroit de Béring comme les immigrants européens aiment à le dire. Les Indiens ont pour origine ici, le continent américain, tout comme les blancs viennent d’Europe, les noirs d’Afrique, et la race jaune d’Asie. Un ancêtre commun à toutes les races n’a pas de sens. Les immigrants à leur arrivée, ont raconté une histoire aux Indiens, celle du créateur qui a dit à Adam et Eve de peupler la Terre. Ils firent de leur mieux et produisirent Abel et Caïn. Adam et Eve laissèrent à leur progéniture le soin de peupler la Terre. Caïn fit de son mieux pour essayer d’engrosser Abel, mais Abel était stérile. Caïn tua Abel de frustration et s’enfuit dans un autre pays (le premier immigrant) où il construisit une ville. Comment il put faire cela sans avoir de filles est un mystère que les immigrants ne purent pas expliquer. Une des histoires raconte que Caïn se retrouva dans une famille de singes, ce qui expliquerait pourquoi aujourd’hui les immigrants d’Amérique ont beaucoup de poils sur le corps. Comme tout Indien peut clairement le constater… Il doit y avoir une autre explication…

Il importe peu aux Indiens de se joindre à une mixture fantoche, voilà pourquoi ils luttent pour leur survie en tant que race. Le mélange du soi-disant “melting-pot” est un suicide national et racial. Un moment les immigrants font la promotion de la “parole de dieu”, à un autre, ils détruisent ce que le créateur a créé. Quiconque se suicide est vu comme un fou, car il n’a plus l’instinct de l’auto-préservation si importante de son bagage mental. Les immigrants qui s’en allèrent de leurs nations commirent un suicide national et nous devons les regarder comme étant des dérangés mentaux. La preuve en est des choses bizarres qu’ils disent ! et des choses morbides qu’ils font ! (comme par exemple l’excavation des tombes indiennes). Les seules personnes ayant leur sanité mentale en Amérique sont les Indiens, ceux en tout cas qui n’ont pas subi de lavage de cerveau par les immigrants.

Qu’est-ce que c’est que cette histoire “de manquer de ressources structurelles pour transmettre leur héritage culturel ? et quels facteurs inhibiteurs et pourquoi existent-ils ?” Si les Indiens possèdent quelque facteur inhibiteur que ce soit, c’est l’immigrant d’Europe. “Vous ne pouvez pas faire ceci, vous ne pouvez pas faire cela !” Personne n’est plus saturé de lois que l’Indien. Il y a même une nouvelle constitution que le Québec francopphone appelle “un coup de poignard dans le dos”. Il y a le code pénal canadien; la vieille loi romaine, la jurisprudence anglaise et même quelque chose emprunté à Napoléon. Il y a la loi provinciale et cette insulte à la Nature qu’est “l’Indian Act”, regardé comme une des pires lois au monde, seconde seulement de l’apartheid sud-africain. Ajoutons à cela les additifs légaux énactés par les Indiens endoctrinés par le gouvernement des conseils de bandes (Canada) et de tribus (Etats-Unis) (appelés par les méchants indiens les “conseils de bandits”…). De ces lois corrompues et malveillantes, le pauvre indien continue de se faire escroquer, un triste sourire aux lèvres.

Une des ressources les plus incroyable de l’Indien est sa patience monumentale. Il a patiemment et pacifiquement appelé l’homme blanc à respecter les traités depuis bien longtemps. Depuis bien plus d’un siècle a t’il essayé de parler à l’homme blanc et son gouvernement avec l’espoir qu’il pourra faire de l’homme blanc un meilleur homme blanc et son gouvernement un meilleur gouvernement. Certains Indiens pensent maintenant que la voie pacifique n’est pas la bonne voie; que cela ne fonctionne pas. Le monde a dû faire deux terribles guerres en ce siècle pour que la paix soit. Cela semble bien contradictoire. Pour avoir la paix, il faut d’abord combattre de féroces batailles sans merci. Le docile et l’humble sont malmenés. La bible dit: “Béni soient les faibles car ils hériteront de la Terre.” Le doux dit: “Encore plus bénis sont les veules car ils ont déjà la Terre et tous ses biens.” Oui, les immigrants sont arrivés avec “le bon livre” et nous ont appris à être doux, faibles et dociles alors qu’ils prenaient possession sans aucun scrupule de nos terres et les passaient en héritage. Le fort obtient la paix. Les Indiens devront se battre pour avoir la paix et c’est en luttant intelligemment que les Indiens pourront prévaloir contre toutes attentes. Comment ne peut-on pas transmettre son héritage culturel quand on est menacé de génocide ? Après que la lutte aura été gagnée et que le danger de l’extinction plannifiée par les immigrants aura été vaincu, l’Indien pourra une nouvelle fois se permettre le luxe de vivre simplement sa propre culture.

=  =  =

 

de « CENTURY OF DISHONOR » (“Un siècle de déshonneur”)

 Helen Hunt Jackson (1990)

[pages 183-184]

Le chef Sioux Spotted Tail dans une réunion au mois de Mai a dit au commissaire des affaires indiennes:” Tous les hommes qui viennent deWashington sont des menteurs et les chauves sont les pires de tous ! Je ne veux plus entendre un seul mot de vous, Vous êtes un chauve menteur ! Vous n’avez qu’une seule chose à faire ici et c’est de donner un ordre, celui de nous renvoyer à White Clay Creek. Voici ce que vous avez écrit: et si vous ne donnez pas cet ordre et que tout ici n’est pas en ordre de marche dans au mieux dix jours, j’ordonnerai à mes jeunes guerriers de tout mettre alentour à feu et à sang. Je ne veux plus entendre un seul mot de votre bouche et je n’ai plus rien à vous dire.”

Puis il se retourna et s’en alla. De tels mots n’auraient pu être prononcés par des Indiens désarmés et sans défense… Mais quand de tels mots sont proférés par un chef de guerre appuyés par plus de 4000 guerriers armés et décidés, c’était une autre paire de manches. L’ordre fut écrit. En moins de dix jours tout fut “en ordre de marche” et l’ensemble de ces Sioux s’en allèrent vers la contrée de leur choix. Le secrétaire à l’intérieur rapporta naïvement en 1868 que “les Indiens étaient contents de partir vers l’Ouest et la promesse du gouvernement à cet égard fut respectée.”

=  =  =

Professeur d’université: Que pensez-vous être le futur des Indiens ?”

Mohawk (devinez qui ?…): “Notre futur est sûrement aussi noir que le votre. Votre destinée manifeste pourrait bien rattraper la notre si nous ne pouvons pas nous écarter de votre chemin tandis que vous nous montrez la voie de la mort nucléaire…”

 

Une Réponse vers “Résistance politique: Les pensées d’un Mohawk (4ème partie)… De l’immigration”

  1. Adam et Eve « croissez et multipliez-vous » tout le monde sait bien que c’est un leurre ………. D’ailleurs la première femme était parait-il Lilith –

    Ici quel était le peuple d’origine, les celtes, les gaulois – et il y eut des invasions – les huns, les wisigoths, ils allèrent jusqu’au nord de l’Afrique (Melilla et Ceuta ) et retour, charles Martel a vaincu les arabes à Poitiers – et les ottomans firent beaucoup d’esclaves en méditerranée ………….

    une langue ne devrait jamais disparaître – ni une espèce animal, ni une plante d’ailleurs ………..

    Qui veut tant de mal à notre planète – l’univers peut sans doute également en être affecté ???

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.