Résistance politique: Israël, judaïsme, sionisme et antisémitisme… Entretien avec Gilad Atzmon…

Gilad Atzmon sur BBC / Perse

 

4 Août 2013

 

Gilad Atzmon

 

url de l’article original:

http://www.gilad.co.uk/writings/bbc-persia-gilad-atzmon-hardtalk-the-transcription.html

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Source:http://nppessaysarticles.blogspot.co.uk/2013/08/bbc-persia-gilad-atzmon-interview.html

 

http://www.youtube.com/watch?v=p1NEpExbtRk&feature=c4-overview&list=UUHZk9MrT3DGWmVqdsj5y0EA#t=57s28.00

 

BBC: Etes-vous antisémite ?

GA: Pas du tout, je suis intéressé dans la politique de l’identité juive. Comment définissez-vous l’antisémitisme ?

BBC: Je vous demande cela parce que vous êtes souvent accusé d’être antisémite.

GA: Ceci est une tactique classique utilisée par les sionistes et les anti-sionistes juifs pour réduire au silence l’opposition à Israël, au sionisme, à la politique juive, au pouvoir juif.

BBC: Dans la conclusion de votre livre “The Wandering Who”, il semble que vous critiquez nos seulement le gouvernement, l’état, mais le peuple à cause de leur religion.

GA: Non, je fais une distinction claire: (1) Ceux qui s’identifient eux-mêmes comme étant juifs parce qu’ils suivent la torah, (2) Ceux qui se prétendent tels à cause de leurs ascendance juive, (3) Ceux qui s’identifient avant tout comme juif par une identitité politique problématique. Chaim Weizmann, le premier président israélien, annonça qu’il n’y avait pas de juif français, de juif américain, de juif britannique ; qu’il n’y avait que des juifs vivant en France, en Amérique ou en Grande-Bretagne. Etre juif était une catégorie primordiale. Ceci représente le cœur même du sionisme. D’un autre côté nous avons les juifs anti-sionistes, qui au lieu de s’appeler des anti-sionistes étant juifs, se disent juifs anti-sionistes. pour eux également, être juif est d’importance capitale. Dans mon livre, j’essaie de me concentrer sur cette 3ème catégorie. J’essaie de demander qu’est-ce que cela veut dire ? La plupart ne sont pas du tout religieux. Le sionisme n’est pas un mouvemet religieux, c’est un mouvement politique séculier. D’après l’historien américain Youri Slezkine, le Bund (juif) opérant en Europe de l’Est en tant qu’appareil marxiste, n’était pas religieux, mais séculier, un mouvement athée et un catalyste dans la destruction du peuple ukrainien, les bourreaux volontaires de Staline, référés comme étant bolchévique, rien à voir avec le judaïsme.

BBC: Si vous critiquez la culture juive, la tradition, l’identité, vous êtes fondamentalement pour la complète annihilation du judaïsme dans son ensemble.

GA: Vous vous contredisez déjà vous-même. Je ne critique pas la tradition juive. Si les juifs veulent manger de la soupe de poulet, j’aime la soupe de poulet, mais la soupe de poulet n’est pas un concept politique. Lorsqu’on parle de culture, qu’est-ce que je critique ? Le concept de peuple élu, la suprémacie, l’idée même que nous sommes un peuple élu, choisi. Dans mon livre je suis clair à ce sujet, sur un plan religieux juif, être élu est une lourde charge; on demande aux juifs d’être un exemple moral exemplaire et à toute épreuve.

BBC: D’après les musulmans, les seuls personnes qui vont au paradis sont les musulmans.

GA: Vous ne comprenez pas. Dans le judaïsme, le peuple élu est une chose sublime, on demande aux juifs d’être des exemples de morale. Le problème commence avec le sécularisme. C’est la seconde, troisième fois que vous essayez de me faire parler du judaïsme. Mon livre ne se réfère pratiquement pas au judaïsme et même quand je parle de la bible, je montre que les textes bibliques furent mal interprétés par le mouvement sionisme séculier et je montre que cela peut-être interprêté comlètement différemment sur le plan judaïque. Nous parlons de sécularisme juif, l’éclaircissement peut-être vu comme une montée du mouvement séculier.

Dans le monde chrétien, l’occident et l’univers européen, il y a une tentative de recadrer la religion avec une philosophie anthropocentrique qui localiserait l’humain au centre d’une pensée éthique, nous pouvons regarder en nous et y trouver notre ethnicité dans notre notion de subjectivité. Ceci ne s’est pas produit dans le judaïsme. Nous avions des juifs orthodoxes et à un certain moment, des juifs décidèrent qu’ils n’avaient plus besoin de dieu, il y a eu une opportunité pour une assimilation et cette intensité éthique qui s’est produite dans le chrisrianisme, qui ne s’est jamais produite dans le judaïsme, à l’exception d’un cas:

Le sionisme de départ fut la seule tentative d’ériger un monde juif séculier civilisé. Ils dirent: “nous ne sommes pas contents quand nous regardons dans le miroir”, nous sommes des bourgeois, capitalistes, usuriers. Ils étaient antisémites ! Ils n’étaient pas contents de l’image du juif dans la société européenne, ils écrivirent à ce sujet. Lisez Hertzl, Nordau… Ils ont dit que ce n’était pas de notre faute, que nous avions été détachés de la Terre, nous pouvons changer cela. Une fois que nous retournerons sur notre terre, nous deviendrons un beau et bon peuple, un peuple civilisé. Les débuts du sionisme furent une promesse de rendre le peuple juif comme un noble et bon peuple civilisé. Cela a échoué, car il y avait déjà des gens qui vivaient sur la terre ; ainsi il est devenu un mouvement pillard. Si le sionisme fut un mouvement pour rendre les juifs comme tous les autres peuples, alors ce fut un paradoxe, car la plupart des gens ne veulent pas être comme les autres.

BBC: Quelle est votre mission ultime ?

GA Je n’ai pas de mission politique, je ne suis pas un politicien, je ne suis qu’un être humain curieux

BBC: Vous vous opposez en fait à l’existence d’Israël ?

GA: Je ne suis pas contre l’existence d’Israël. Je suis contre l’existence d’un expansionisme nationaliste racialement motivé aux dépends de personnes indigènes, les Palestiniens et qui menace la région entière incluant l’Iran.  Une fois par jour, nous entendons une manace proférée par Israël contre l’Iran, nous entendons le lobby juif en Grande-Bretagne et en Amérique, pousser à la guerre contre l’iran.

BBC: On vous accuse souvent de nier l’Holocauste, le niez-vous ?

AG: M’avez-vous déjà entendu nier l’holocauste ?

BBC: Pas par vous, mais vos accusateurs, c’est comme ça qu’ils le voient.

AG: C’est comme pour l’antisémitisme. L’évènement historique le plus important du XXème siècle, la seconde guerre mondiale et le génocide qui a pris place dans cet évènement, doit être traité comme un évènement historique. Je n’accepte pas le concept qui voudrait que certains évènements historiques soient exclus de la libre parole, de la libre pensée. Je n’accepte pas l’idée que le massacre des juifs durant la seconde guerre mondiale soit un évènement sacré. Je n’accepte pas la notion de primauté de la souffrance juive. Je n’accepte pas le fait que le gouvernement israélien ne nous autorise pas à parler de l’évènement historique qu’est la Nakba. L’histoire prend toute sa signification lorsqu’elle peut-être revisitée, quand nous regardons, étudions le passé et pouvons produire un jugement moral permettant d’améliorer le futur. Enfermer des milions de Palestiniens dans des prisons à ciel ouvert est mal. Comment est-il possible que 3 ans à peine après la libération d’Auschwitz, Israël a procédé à un nettoyage ethnique du peuple palestinien ? Israël a répété le crime nazi.

BBC: Vous suggérez que ce qui est arrivé aux juifs est de leur faute.

GA: Ceci n’est pas ce que je suggère, mais c’est ce que les sionistes de la première heure ont dit: “Nous avons un problème, les gentils ont raison”. Les Britanniques et les Américains ont détruit la ville de Dresde et n’ont jamais enquêté dessus et ils ont continué de la sorte avec les mêmes crimes en Adghanistan, en Irak et maintenant la menace en Iran, Syrie, Libye. Ce n’est pas que les juifs. Chaque personne, vous et moi, doit regarder dans le miroir. Si vous êtes “élus”, vous serez moins enclin à regarder dans le miroir, parce que vous vous considérez meilleur que quiconque. Ce n’est un secret pour personne que de dire que l’empire anglo-saxon est aussi exceptionaliste. C’est pourquoi le néo-conservatisme existe, c’est le lien entre l’identité politique juive et l’exceptionalisme américain, je suis celui qui en parle.

BBC: Vous êtes en faveur d’un état palestinien

GA: Je soutiens également la cause du peuple israélien de vivre en tant qu’égal avec des droits civiques égaux.

BBC: Vous soutenez l’option à un état plutôt quà deux. Donc en un sens vous nuisez aux Palestiniens parce que même les partisans de la ligne dure en Palestine sont devenus pragmatiques et acceptent la solution à deux états. La solution à un état est un rêve impossible.

GA: Israël et la Palestine sont en ce moment un état: frontières naturelles, la mer, le Jourdain, la Galilée, un système de tout-à-l’égoût, une grille de distribution énergétique, 972 est le code téléphonique… Tout ce dont il a besoin est de la notion d’accepter des droits égaux pour tous. Peut-être êtes-vous antisémite parce que vous croyez que les juifs ne peuvent pas accepter la notion d’égalité des droits. Vous avez peut-être raison. Je pense que cela peut se faire. Je soutiens la solution à un état sur un plan éthique. Je ne suis pas un  activiste, ni un politicien, je ne crois pas que cela arrivera par des résolutions. Cela se produira par les faits sur le terrain.

BBC: En fait vous dites que les Palestiniens après leur expulsion devraient revenir en Israël et vivre comme une nation aux côtés des juifs, des chrétiens, ou qui que ce soit et qu’ils élisent leur gouvernement. Est-ce cela que vous dites ?

GA: Ceci est exactement le rêve sioniste: être des gens comme les autres. Nous en GB, vivons dans une société multi-culturelle, multi-ethnique… Je suis venu dans ce pays et sept ans plus tard j’ai obtenu la nationalité, vous êtes citoyen je pense et vous savez que vos droits sont similaires à ceux qui sont nés dans ce pays. Pourquoi est-il donc si difficile pour vous d’accepter qu’Israël ou la Palestine puissent être transformés en une telle entité souveraine ? D’accepter la réalité de la démocratie libérale ? Vous avez raison parce que vous savez que ce sera très difficile pour les juifs d’accepter cela, c’est pourquoi j’en parle dans mon livre. J’ai été assez courageux, ou assez stupide, de prendre un tel risque pour vous expliquer à vous et aux autres pourquoi il est si difficile pour les juifs de la 3ème catégorie ci-dessus. Certaines des personnes qui soutiennent mon livre sont des leaders intellectuels juifs.

BBC: Pensez-vous que le peuple israélien acceptera jamais un jour votre argument ?

GA: Je n’essaie pas de mener un mouvement politique, Je suis un philosophe. Mon boulot est de poser des questions.

BBC: Quand vous parlez d’Israël, de l’AIPAC, du lobby juif… vous faites face à des difficultés et à l’auto-censure, mais votre livre, votre travail, disent l’inverse. Vous êtes-vous déjà auto-censuré ?

GA: Je prévaut malgré toutes les pressions et cela doit être un miracle ou quelque chose d’autre… Je survis parce que je n’enseigne pas dans une université de manière régulière. Je suis un musicien. La pression mise pour m’arrêter fut énorme. Si je ne faisais pas face à l’opposition, cela voudrait dire que je dis des conneries. Je suis déjà en train de me faire de nouveaux ennemis.

BBC Vous écrivez un nouveau livre…

GA: Oui. J’étend le champ de bataille.

BBC: En 1982, alors que vous visitiez les camps palestiniens, vous avez rencontré la musique de Charlie Parker, ce qui vous a inspiré à prendre le saxophone…

GA: Juste avant que je ne rejoigne l’armée israélienne, j’ai découvert le jazz.

BBC: Vous faites une musique remarquable… Essayez-vous de faire passer un message ?

GA: Je swingue sur ce sujet. La musique juive est au sujet de la souffrance et du retour sur “notre terre promise”. J’ai cru que si je la transformais en musique arabe, en musique palestinienne, je pourrai porter un message aux Israéliens, qu’il n’y a pas de primauté de la souffrance juive. Les autres gens aussi souffrent, spécifiquement les Palestiniens, à cause du projet nationaliste juif. Ceci m’a transformé en un musicien à succès. Je travaille avec des musiciens palestiniens, iraniens… Il n’y a pas de frontières. Je travaille aussi avec des Israéliens. Toute mesure possible pour stopper le barbarisme israélien est légitime, mais quand on parle du boycott de la liberté d’expression, de la liberté académique, de l’art… Je suis très troublé par tout cela. La liberté d’expression est notre droit le plus précieux. Je veux que les agents propagandistes d’Israël viennent ici et disent ce qu’ils ont à dire; c’est de cette façon que nous pouvons débattre et avancer. Je n’ai pas été en Israël pour près de 20 ans maintenant.

BBC: Vous considérez-vous juif ?

GA: Certainement pas non. Cela n’a rien à voir avec la religon

BBC: Votre grand-père était un vétéran charismatique et poétique terroriste sioniste et vous… vous n’êtes plus juif…

GA: J’ai compris que pour être juif, soit vous croyez en la Torah, soit vous devenez un être humain ordinaire. J’ai décidé d’être un humain ordinaire, je me suis dégradé et maintenant… Je suis comme vous.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.