Nouvel Ordre Mondial: Déploiement de zones d’entrainement urbaines au pays du goulag levant…

Le développement de l’état policier est en phase finale outre-atlantique. Les derniers détails se mettent en place, les camps de concentration de la FEMA sont opérationnels… Il ne manque qu’une crise domestique majeure, économique ou autre, pour mettre en place la loi martiale. Les attentats fausse-bannière de Boston ont été une répétition générale. Les manœuvres de police ultra-militarisée habituent les citoyens à voir des hélicos, des transporteurs de troupes blindés, des forces masquées, partout…

Ceci est aussi en place en Grande-Bretagne, l’impunité policière en France et dans d’autres pays européens ne fait que croître. L’État policier et le goulag planétaire sont à nos portes, l’ennemi est dans nos murs et un un nom: l’oligarchie capitaliste et son garde-chiourme l’État.

Temps d’agir contre non ou serons-nous toujours satisfaits d’un état providence gestapiste ?…

— Résistance 71 —

 

La militarisation de l’Amérique

 

Bill Van Auken

 

29 Juillet 2013

 

url de l’article:

http://french.irib.ir/analyses/item/267709-la-militarisation-de-l’amérique,-par-bill-van-auken

 

 

Le déploiement d’hélicoptères Blackhawk à Chicago cette semaine n’est que le dernier d’une série d’exercices d’« entraînement au combat en zone urbaine » qui sont devenus un élément familier de la vie américaine.

Comme ailleurs, cet exercice a été lancé devant une population civile ébahie et sans avoir été annoncé. Conduits en secret, apparemment avec l’accord des services de police locaux et des élus, démocrates comme républicains, l’objectif évident de ces exercices est de donner aux troupes américaines de l’expérience dans ce que le Pentagone appelle « des opérations militaires en terrain urbain. »

Ce type d’opération est sans conteste d’une importance cruciale pour l’armée américaine. Au cours de la décennie écoulée, sa mission principale, comme l’ont prouvé l’Afghanistan et l’Irak, a été l’invasion et l’occupation de pays relativement faibles militairement et la soumission de leur population qui résistait à l’occupation, souvent dans des combats maison par maison dans les centres urbains.

L’armée dispose d’un Centre d’entraînement urbain de 4 kilomètres carrés au centre-sud de l’Indiana qui se targue de plus de 1500 « structures d’entraînement » conçues pour simuler des maisons, des écoles, des hôpitaux et des usines. Le site web du centre affirme qu’il « peut être adapté pour reproduire des situations étrangères tout comme nationales. »

Qu’est-ce que cela peut apporter de faire voler des Blackhawks à faible altitude au-dessus des immeubles de logements de Chicago ou de faire rouler des convois militaires blindés dans les rues de St Louis qu’il ne serait pas possible d’obtenir avec les simulations du centre d’entraînement ? Rien que l’année dernière, il y a eu au moins sept exercices de ce type, à Los Angeles, Chicago, Miami, Tampa, St Louis, Minneapolis et Creeds en Virginie.

La réponse la plus évidente est que ces exercices habituent les troupes à opérer dans les villes américaines, tout en désensibilisant la population américaine au déploiement de la puissance militaire américaine à l’intérieur du pays.

Les préparatifs pour ce genre de déploiement sont déjà très avancés. Au cours de la décennie passée, sous le prétexte de la « guerre mondiale contre le terrorisme, » Washington a promulgué une série de lois répressives et créé une vaste nouvelle bureaucratie de contrôle d’Etat sous l’autorité du département de la sécurité intérieure. Sous le gouvernement Obama, la Maison Blanche s’est arrogé le pouvoir de mettre les ennemis de l’Etat en détention militaire pour une durée indéfinie, ou même de les assassiner sur le sol américain par des frappes de drones, tout en développant fortement l’espionnage électronique de la population américaine.

Une partie de ce processus est l’augmentation incessante du pouvoir de l’armée américaine et son intervention croissante dans les affaires intérieures. En 2002, la création de l’US Northern Command a attribué pour la première fois un commandement militaire pour les opérations à l’intérieur des États-Unis eux-mêmes.

Encore en mai dernier, le Pentagone a annoncé l’application de nouvelles règles d’engagement pour les forces militaires américaines opérant sur le sol américain pour apporter un « soutien » aux autorités civiles chargées de faire respecter la loi, y compris pour faire face aux « troubles civils. »

Ce document déclare des pouvoirs militaires très larges et sans précédent dans une section intitulée « Autorité d’urgence. » Elle affirme l’autorité d’un « commandant militaire » dans « des circonstances d’urgence extraordinaire où une autorisation préalable par le président est impossible et où les autorités locales régulières sont incapables de contrôler la situation, de s’engager temporairement dans des activités qui sont nécessaires pour contenir des troubles civils inattendus de grande ampleur. » En d’autres termes, les huiles du Pentagone s’arrogent l’autorité unilatérale d’imposer la loi martiale.

Ces pouvoirs ne sont pas pris dans le but de défendre la population des États-Unis contre le terrorisme ou pour contrer une urgence hypothétique. Le commandement militaire américain est tout à fait conscient d’où se trouve le danger.

Dans un récent article, un instructeur de haut niveau au Commandement de Fort Leavenworth et au General Staff College [qui forme les hauts gradés de l’armée américaine, ndt] et ex-directeur de l’École militaire des études militaires avancées a présenté un scénario révélateur pour une situation dans laquelle l’armée pourrait intervenir.

« La grande récession du début du vingt-et-unième siècle dure plus longtemps qu’on ne l’avait anticipé. Après un changement de pouvoir à la Maison Blanche et au Congrès en 2012, le parti au pouvoir coupe tous les financements qui étaient attribués à la relance de l’économie et à l’aide sociale. L’économie des États-Unis se trouve en stagnation, comme le Japon dans les années 1990, pour la majeure partie de la décennie. En 2016, l’économie montre des signes de reprise, mais les classes moyennes et les classes moyennes inférieures n’en ressentent presque pas les effets en matière d’emploi ou d’augmentation des salaires. Le chômage continue à osciller périlleusement près d’un pourcentage à deux chiffres … »

En d’autres termes, le Pentagone voit que de telles conditions – qui diffèrent très peu de celles en cours aux États-Unis aujourd’hui – pourraient produire des soulèvements sociaux qui ne pourraient être contenus que par le recours à la force militaire.

Ce qui est mis au rebut, en coulisses et pratiquement sans aucune couverture médiatique, et encore moins de débat public, ce sont les principes constitutionnels qui remontent à des siècles et qui interdisent l’utilisation de l’armée pour maintenir l’ordre public contre des civils. Dans la déclaration d’indépendance elle-même, la justification de la révolution contre le roi George comprenait l’accusation qu’il avait « décidé de rendre l’armée indépendante du pouvoir civil et supérieure à ce dernier. »

Allant de pair avec l’accroissement des pouvoirs de l’armée à l’intérieur du pays, la police censée être civile a été militarisée. Un article publié par le Wall Street Journal le week-end dernier et intitulé « l’avènement du policier guerrier » décrivait très clairement ce processus :

« Poussées par une rhétorique martiale et la disponibilité d’équipements de type militaire, des baïonnettes et des fusils M-16 jusqu’aux transports de troupes blindés, les forces de police américaines adoptent souvent un état d’esprit qui était, par le passé, réservé au champ de bataille. La guerre contre la drogue et, plus récemment, les actions anti-terroristes qui ont suivi le 11 septembre ont créé une nouvelle figure sur la scène américaine : le policier guerrier – armé jusqu’aux dents, prêt à traiter durement les malfaiteurs, et une menace croissante contre les libertés américaines ordinaires. »

Cet article décrit la vaste prolifération des unités SWAT (Special Weapons and Tactics) dans pratiquement chaque ville d’Amérique, grâce aux 35 milliards de dollars alloués par le ministère de l’Intérieur, « avec l’essentiel de l’argent allant à l’achat de matériel militaire comme les transports de troupes blindés. »

Cette force armée a été étalée à la vue de tous en avril durant ce qui revenait à être l’imposition d’un état de siège sur la ville de Boston, apparemment pour ne capturer qu’un adolescent suspect. Toute la population d’une grande ville américaine a été enfermée chez elle pendant que des policiers équipés pour le combat, pratiquement impossible à distinguer des militaires, ont occupé les rues et mené des fouilles maison par maison sans mandat.

Ce qui sous-tend cette militarisation sans précédent de la société américaine ce sont deux processus parallèles. L’immense élargissement du gouffre social qui sépare les milliardaires et multimillionnaires qui contrôlent la vie politique et économique de la classe ouvrière américaine qui constitue la grande majorité de la population, est fondamentalement incompatible avec la démocratie et exige d’autres formes de pouvoir. En même temps, le passage au militarisme comme principal instrument de politique étrangère américaine a largement augmenté le pouvoir de l’armée au sein de l’appareil d’Etat américain.

L’oligarchie dirigeante américaine et le Pentagone reconnaissent tous deux qu’une polarisation sociale profonde et une crise économique qui s’aggrave ne peuvent qu’aboutir à des soulèvements sociaux. Ils s’y préparent en conséquence.

Les travailleurs doivent tirer les conclusions appropriées et faire ses propres préparatifs politiques pour les confrontations inévitables à venir.

10 Réponses vers “Nouvel Ordre Mondial: Déploiement de zones d’entrainement urbaines au pays du goulag levant…”

  1. S’ils ont affaire à l’apathie générale de l’opinion publique et à des médias complétement inféodées à ces pratiques !

    ils voient cependant de visu ce qu’il reste de ces interventions en Lybie et en Syrie et à l’ingérence dans tous les pays du Maghreb !

    Et en France et en Europe, ce n’est pas mieux !

    Jusqu’à où va aller l’asservissement des foules!

  2. La vie de Mohamed Ali en documentaire ! hier soir un pur joyau !

    Comment cet homme magnifique oeuvrait pour sa communauté et les remarques qu’ils formulent à propos des noirs qui au lieu de se laisser coloniser par les idées des blancs jusqu’à devenir sembables à eux, et sombrer dans la misère la drogue et l’alcool pour la plupart, conduits ainsi à se diviser et à se combattre au au lieu de s’unir .

    C’est ce qui s’est passé à Détroit et plus les blancs fuyaient et plus l’état ( les autorités ) diminuaient les moyens pour la ville qui a fini par être composée de 80 % de noirs et à sombrer !
    Les méthodes raffinées actuelles pour isoler et faire sombrer ses communautés, qui elles ne voient rien venir !!!

    • Idem pour les nations amérindiennes, mais il y a un fort renouveau de conscience.
      La propagande et les outils du système sont puissants c’est indéniable, ils ont eu quelques siècles pour les perfectionner, mais une fois de plus, rien n’est inéluctable.
      Pas vu le reportage, sa relation avec Malcolm X a t’elle été abordée ?

  3. Oui mais il ya encore beuacoup de gens cooruptibles parmi eux et l’opinion publique ne comprend pas encore que toute portion du territoire est à défendre collectivement, au lieu d’être livrée à quelques compagnies et une classe politique qui se partagent les bénéfices !

    Au Brésil de ce côté, du moins les transports, livré à 4 opérateurs, et l’éducation et la santé, ils commencent à comprendre.

    je ne suivis que le documentaire sur Mohamed que partiellement, mais les commentateurs ont bien souligné que les noirs ont aussi oublié les leaders qui ont fait aussi l’histoire de USA et les discours de Mohamed Ali qui étaient tous tournés vers sa communauté et il clmait qu’il ne se battait que pour eux et que Dieu lui en donnait la force.

    peu importe comment cela est dit, mais c’était bien en résonance avec l’époque, car ceux qui se sont extraits de la misére pour la plupart, écrasent plutot leurs congénères qu’autre chose, comme Obama, qui a beaucoup déçu.

  4. Caligula Says:

    Aux vues du nombre d’armes qui sont possédées ou qui circulent aux USA, il vaut mieux que le gouvernement se prépare au pire. Je vous arrète tout de suite, je ne suis absolument pas pro-américain, je suis à l’exact opposé.
    Ceci dit, lorsque je regarde l’histoire des USA, j’ai une impression, dans un premier temps, que tout est sous contrôle, tout a été planifié de longue date, etc etc. Mais quand on regarde un peu mieux, on aperçoit le sauve-qui-peut général qui se dégage de tout celà.
    La loi qui autorise la détention et le port d’arme, est inscrite dans la constitution donc quasi impossible à annuler. Seule solution pour Obama – ou un autre – faire en sorte que les policiers soient plus armés que les habitants…complétement idiot.
    Idem pour la dette. Les accords sont signés pour six mois, à la dernière seconde. Et six mois aprés, rebelote.
    Le capitalisme, les néocons, et tout le reste, dures plus longtemps que le communisme à la russe, mais uniquement grace à la finance et aux lobbies. Si la chute de l’URSS n’a pas causé de gros dommages, celle des USA aura un impact mondial, au propre comme au figuré, car il pourrait bien se trouver un ahuri pour croire que la planète entière est l’ennemi. C’est du reste ce qu’ils pensent, car B.MANNING a été mis en examen pour divulgation de secret à l’ennemi. Si c’est pas une déclaration de guerre mondiale, ça.

    Salutations, et merci pour votre travail…

    • Oui, George Carlin, le regretté grand comédien américain disait: « L’Amérique ? C’est l’histoire d’une bande d’esclavagistes qui voulaient être libres… »
      Zinn l’a bien montré, les Etats-Unis et tous les pays des Amériques sont fondés sur le vol, le mensonge, le génocide et la déception.
      La constitution américaine, comme toutes les constitutions, n’est qu’un texte ne visant qu’à protéger les privilégiés, les propriétaires, les riches et nantis aux dépends de la masse exploitée. Aucune constitution occidentale ne vise à l’Égalité, ans qui il ne peut y avoir de Liberté…
      A Résistance 71 nous sommes divisés sur la question de la possession d’armes par les citoyens, mais l’avis dominant est tout de même le suivant: Que font tous les « révolutionnaires » une fois parvenu à mettre leurs califes à la place des autres califes ? Invariablemet, ils désarment le peuple dont ils se sont servis ou à défaut, l’envoie guerroyer pour la « noble cause » (ex: l’armée de la Convention…). Pourquoi l’état ne veut-il pas un peuple armé mais pacifique ? A cause de l’article 35 de la déclaration des droits de l’Homme et du citoyen de 1793 qui dit explicitement: « Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est pour le peuple et chaque section du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs. »
      Comment le peuple pourrait-il s’insurger contre la tyrannie de l’État une fois désarmé ?
      C’est une bonne question. C’est faisable, mais plus compliqué.
      Certains d’entre nous pensent que si les Etats-Unis n’ont pas encore complètement basculé dans la tyrannie ouverte totale, c’est justement à cause des dizaines de millions de flingues en possession des citoyens. Le peuple en arme tient la dernière phase de la tyrannie en échec… pour le moment… et ce même si l’état policier se renforce indubitablement.
      A la fin des années 1930, un général de l’armée impériale japonaise, qui connaissait bien les Etats-Unis, avait mis en garde l’état-major nippon en disant cette phrase devenue célèbre: « Si nous posons le pied sur le sol américain, il y aura un fusil derrière chaque brin d’herbe ». L’oligarchie fasciste le sait et joue le coup en trois ou quatre bandes car le peuple en arme est une force de dissuasion, c’est évident.
      Ce qu’on peut simplement dire est la chose suivante: Il est pathétique d’en arriver là et ceci ne devrait jamais se produire… Dans une société égalitaire, fraternelle et libre, rien de tout ceci n’arriverait parce que cela serait tout simplement impossible pour une clique de parasites de contrôler économie et pouvoir et d’instaurer une oligarchie.
      Quand on crée artificiellement et de manière contre-nature un environnement propice au despotisme (par la propriété privée, la division politique puis économique de la société…), il ne faut pas s’étonner du résultat.. Nous en vivons la phase terminale et tout le monde sait que plus le parasites est gros… et plus c’est douloureux de s’en débarrasser !…

  5. En tout cas, l’Amérique ne fait plus rêver avec ses dizaines de milliers de sans abri !

    Et Mac Donald qui se fout de ses employés qui réclament des augmenttions pour leurs 1100 € de salaires auxquels il rétorque qu’ils va les aider à mieux gérer leur budget !

  6. Las, une grosse partie de la population US est convaincue de la nécessité d’une surveillance militarisée accrue, de la même manière qu’elle est persuadée que les méchants – barbus pour la plupart – sont aux frontières.
    Donc le soutien populaire est massif, et les luttes anti-bidasses réprimées.
    En chopant la téloche US on voit bien que la planète est peuplée d’ânes sanguinaires laissant un unique pays vivable : les USA

    • … et un pourcentage énorme de gugusses là-bas sont bien incapables de montrer sur une carte où leurs GI’s Joe, racketteurs assassins pour les banquiers, guerroient… La plupart ne peuvent pas non plus nommer les états limitrophes au leur… Bref, le travail d’abrutissement sur une génération a bien porté ses fruits…
      Le pays du goulag levant exporte misère, racisme, guerre et massacre dans le monde et on ne doit pas compter sur sa population pourtant exploitée, pour changer quoi que ce soit… toute la population anglo-saxonne est anesthésiée par une propagande suprémaciste arrogante, le salut viendra des natifs et des peuples du monde qui subissent l’hégémonie anglo-saxonne.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.