Ingérence impérialiste en Syrie: La guerre par procuration vise à empêcher la construction d’un pipeline gazier Iran-Irak-Syrie-Liban

Sur un plan géopolitique, ceci est d’une logique implacable. Toute l’affaire de l’Afghanistan est déjà liée au pipeline d’Unocal dont Ahmid Karzaï est un ancien exécutif…

Pepe Escobar touche là un point très très sensible et ce n’est pas un hasard si l’Arabie Saoudite tente de reprendre l’affaire en main, le Qatar étant mis hors-jeu…

— Résistance 71 —

 

Guerre contre l’Iran, l’Irak ET la Syrie ?

 

Pepe Escobar

 

23 Juillet 2013

 

url de l’article:

http://www.informationclearinghouse.info/article35629.htm

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Parmi le grondement incessant de la jungle de Washington sur une possible aventure militaire du gouvernement Obama en Syrie, de nouvelles informations ont fait surface. Et de quelle info de Pipelineistan s’agit-il ! Imaginez le ministre du pétrole irakien Abdelkarim al-Luaybi, le ministre syrien du pétrole Sufian Allawi et l’actuel ministre iranien du même pétrole Mohamed Aliabadi se rencontrant dans le port d’Assalouyeh au sud de l’Iran, afin de signer un memorandum of understanding (protocle d’accord) pour la construction d’un pipeline de gaz joignant l’Iran, l’Irak et la syrie, ni plus ni moins…

 

J’ai argumenté sur Asia Times Online et ailleurs que ce projet de Pipelineistan est une des raisons fondamentales de cette guerre par procuration en Syrie. Contre les intérêts de Washington, pour qui intégrer l’Iran est un anathème, le pipeline contourne deux acteurs étrangers cruciaux en Syrie, le fournisseur d’armes principal des “rebelles”, le Qatar (qui est un gros producteur de gaz) et le soutien logistique des “rebelles”, la Turquie (qui se décrit elle-même comme le carrefour privilégié de l’énergie entre l’Orient et l’Occident). Ce pipeline de 6000km et de 10 milliards de dollars est prévu de commencer dans le champ gazier du sud de l’Iran de Pars (le plus grand champ gazier du monde partagé avec le Qatar), de traverser l’Irak, la Syrie et ultimement le Liban. Il pourrait ensuite continuer sous la Méditerranée vers la Grèce et au-delà; être relié au pipeline arabe, voire les deux.

Avant la fin Août, trois groupes de travail discuteront les aspects techniques, financiers et légaux
complexes inhérents au projet. Une fois le financement sécurisé, et ceci est loin d’être sûr au vu de la guerre par proxy en Syrie, le pipeline pourrait être opérationnel dès 2018. Téhéran espère que l’accord final sera signé avant la fin de l’année.

Le calcul de Téhéran est qu’il sera capable d’exporter 250 millions de m3 gaz par jour vers 2016. Une fois fini, le pipeline pourra pomper 100 millions de m3 par jour. Pour le moment, l’Irak en a besoin de 15 millions m3 par jour. Dès 2020, la Syrie en aura besoin de 20 millions m3 et le Liban de 7 millions. Ceci laissera beaucoup de gaz à exporter aux clients européens, des Européens qui se plaignent d’être sans cesse les otages de l’entreprise russe Gazprom et qui devraient donc se réjouir. Au lieu de cela, ils se sont tirés une fois de plus une balle dans le pied.

Vous voulez une guerre ? Voici la facture…

Avant que nous adressions le fiasco européen, mélangeons cette dernière nouvelle du Pipelineistan avec la nouvelle “découverte” du pentagone, qui par son directeur adjoint du renseignement militaire, David Shedd, d’après qui la guerre par procuration en Syrie “pourrait durer pendant des années”; si cela se produit, adieu le pipeline. On peut se demander ce que les sorciers du renseignement du Pentagone ont vraiment fait depuis le début de 2011, considérant qu’ils avaient prédit la chute de Bachar Al-Assad toutes les deux semaines. Maintenant ils viennent aussi de “découvrir” que les djihadistes sur le théâtre des opérations syrien, les Jabhat Al-Nosrat et les Al Qaïda in Irak (AQI) sont en fait ceux qui mènent le bal. Shedd a aussi admis qu’il y avait au moins 1200 autres “factions et gangs rebels disparates” en Syrie, la plupart insignifiants.

Confirmant la pathétique moyenne de QI impliquée dans le débat de politique étrangère, cette information devait néanmoins être pirouettée pour justifier une autre aventure militaire pointant à l’horizon, surtout après la déclaration d’Obama disant “Assad doit partir”, Obama a autorisé l’armement léger de “seulement les bons rebelles”. Comme si les dures lois de la guerre obéissaient aux désirs éthérés des fées… Ainsi monte sur le ring le général Martin Dempsey, chef d’état major des armées. Le même jour où Téhéran, Bagdhad et Damas parlaient sérieusement au sujet des affaires énergétiques, Dempsey écrivait aux sénateurs américains du même accabi que le va t’en-guerre John McCain, que les Etats-Unis s’impliquant dans une guerre supplémentaire mènerait à des “conséquences inattendues”.

Dempsey écrivit que l’armement et l’entrainement des “bons” rebelles (assumant que la CIA sache même qui ils sont…), coûterait initialement environ 500 millions de dollars par an, que cela demanderait “plusieurs centaines ou milliers d’hommes de troupe sur le terrain” et que cela risquerait d’armer les djihadistes d’Al Qaïda et de plonger Washington, d’après les pentagoniens de Dempsey, dans “une association mal venue avec des crimes de guerre dûe à des difficultés de terrain”. Au cas où le gouvernement Obama plierait sous les injonctions des va-t’en-guerre et de leur scenario favori, la “zone d’exclusion aérienne”, Dempsey ajouta que des “frappes limitées” demanderont des “centaines d’appareils, de sorties aériennes, d’opérations navales et de sous-marins” dont le coût se chiffrera à coup de milliards. Tout cela pour en fait “ne diminuer que petitement les capacités du régime en place et ne provoquer que peu de désertions.”

Dempsey fut au moins franc: à l’inverse de Kadhafi en Libye, les forces de Bachar Al-Assad ne plieront pas bagages par le fait d’une zone d’exclusion aérienne. Rien de substantiel ne changera parce que le gouvernement syrien “s’appuie de manière très importante sur un feu au sol au moyen de mortiers, d’artillerie et de missiles.” Même une zone d’exclusion limitée, ce que l’ancienne étoile du ministère des affaires étrangères Anne-Marie Slaughter appelait du doux euphémisme de “zone sans mort”, coûterait de l’ordre du milliard de dollars par mois.” Qui paiera pour tout cela ?… La Chine ?…

Même avec Dempsey jouant le rôle du bon flic et soutenant la voix de la raison, ce qui est quelques chose de très surprenant en soi, mais il a été en Irak et a été témoin privilégié du comment les occupants se font botter le cul par une équipe d’enturbannés possédant des kalachnikovs d’occasion. Ainsi les “experts” américains savourent toujours le débat interne du gouvernement Obama sur la “sagesse” d’entrer de nouveau en guerre.

Et tandis que le “sage” débat est programmé pour durer, l’UE a décidé d’agir: se pliant servilement à la pression d’Israël et des Etats-Unis, sous la pression de la Grande-Bretagne et de la Hollande, l’UE a mis la branche armée du Hezbollah sur sa liste noire du terrorisme. Le prétexte utilisé fut l’attentat à la bombe contre un bus de touristes israéliens à Bourgas en Bulgarie en 2012. Le Hezbollah a dit qu’il n’avait rien à voir là-dedans. Les enquêteurs bulgares ont d’abord été positifs contre le Hezbollah, puis ce fut un peut-être et ils admettent maintenant que les preuves elles-mêmes sont très faibles. Le prétexte est donc bidon. C’est l’UE, après le refus méprisable du survol de l’avion du président bolivien, une fois de plus jouant le caniche rampant, avec les britanniques et les hollandais essayant d’affaiblir le Hezbollah, juste alors qu’il vient de reprendre le terrain a la frontière libano-syrienne et qu’il a combattu les djihadistes membres d’Al-Nosrat et d’AQI.

Comme preuve graphique du manque de connaissance de l’UE, certains pourraient même dire comme preuve de sa stupidité, la Grande-Bretagne, les Pays-Bas et la France en particulier, suivis par d’autres, viennent juste d’étiqueter l’organisation qui vient juste de combattre en Syrie et au Liban des djihadistes terroristes, comme une organisation terroriste, alors que les vrais terroristes djihadistes eux-mêmes en sont exempts. Voilà une belle ignorance / arrogance européenne.

Alors, que va t’il se passer ? Il n’est pas du tout impossible d’imaginer l’UE oubliant totalement le pipeline qui servirait ultimement ses intérêts et ceux de ses citoyens et que celle-ci, sous la pression américaine, émette une directive étiquetant l’Iran, la Syrie et l’Irak comme un axe terroriste, entrant en campagne pour faire appliquer une zone d’exclusion aérienne sur l’ensemble de ces trois pays, de recruter des djihadistes à travers le monde pour aller faire une guerre sainte contre l’axe, le tout soutenu par une fatwa du Sheikh Youssouf al-Qardawi. Mais il faudra d’abord l’accord de Washington. En fait, l ’UE l’obtiendra même sûrement.

Pepe Escobar est l’auteur de Globalistan: How the Globalized World is Dissolving into Liquid War (Nimble Books, 2007), Red Zone Blues: a snapshot of Baghdad during the surge (Nimble Books, 2007), and Obama does Globalistan (Nimble Books, 2009). He may be reached at pepeasia@yahoo.com.

This article was originally published at Asia Times

5 Réponses vers “Ingérence impérialiste en Syrie: La guerre par procuration vise à empêcher la construction d’un pipeline gazier Iran-Irak-Syrie-Liban”

  1. Doctorix Says:

    Vivement l’énergie libre, qu’on se sorte de ce merdier…
    D’ailleurs, ça progresse peut-être, avec l’e-cat (l’italien) et ses petits frères (Defkalion le grec) tout propres et pas chers:
    http://pesn.com/2013/07/18/9602338_LENR-to-Market_Weekly_July18/
    Il semble aussi que la navy possède un générateur (e-cat) d’Un Mégawatt en phase d’essais (positifs).
    Le monde sans pétrole et sans nucléaire n’est peut-être pas si lointain que ça, et alors, pourquoi faire des guerres????
    En effet, moins de 10% de la production mondiale annuelle de Nickel suffiraient alors à assurer la même quantité énergie que tous ce qu’on consomme actuellement (en générant par ailleurs autant de cuivre).
    L’Arabie saoudite et le Qatar pourraient bien retourner à leurs chèvres et cesser de nous sucer la moelle…
    Et les éoliennes pourraient être recyclées comme ventilateurs…
    Et Rockefeller à la soupe populaire, elle est pas belle la vie?

    • Doctorix Says:

      J’ajoute que la transmutation (car c’en est une) de Nickel en Cuivre n’est pas la seule possible: on peut aussi envisager de transmuter le Carbone en Azote: ce jour là, les pourfendeurs du CO2 feront grise mine…Moi, je vous le dis, ça ne va pas tarder à rigoler.
      Et si c’était ça, l’ère du Verseau?

    • Caligula Says:

      Un monde sans nucléaire? C’est pas demain la veille. EDF n’a pas assez de fric pour demanteler une centrale…Et même si par bonheur ils les démontaient toutes, que faire des déchets? Des obus? Il risque d’y en avoir un paquet.

      A propos des éoliennes, en général, un consortium vous dédommage – aux alentours de 3000-4000€/an – lorsqu’il installe une de ces choses sur un terrain vous appartenant. Mais savez-vous que le démontage de ladite chose lorsqu’elle est en fin de vie – 10/15 ans – est à votre charge? Facture:
      120 000€. ça fait cher le kilo de ferraille, non?

  2. arndebian Says:

    Les guerres actuelles sont effectivement très liées aux question de l’energie mais il faut avoir en tête qu’avec le systeme en place, si il n’avais pas l’energie il y aurait toutes les autres raisons de se faire la guerre. Dans un systeme qui veux TOUT, la guerre c­’est la paix.
    Donc, c’est pas un accessoirre de plus, quelque soit sont utilité, qui changera quelque chose à cela.
    Tout notre systeme est basé sur la valeur d’échange, pas la valeur d’usage, en conséquence l’utilité est purement secondaire.
    Il n’y a qu­’à voir le nombre de chose inutile qui ont de la valeur …

  3. l’énergie et maintenant l’alimentation !

    On voit comment récemment le lobby nucléaire entrave la transition écologique, qui serait succeptible de créer de l’emploi local, pour conserver le monopole, alors que en Allemagne, elle a démontré sa viabilité.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.