Ingérence occidentale et « printemps arabe »: Washington est-il au bout du bout du banc ?…

Première tentative de réponse par Michel Chossudovsky de Global Research, géopolitologue canadien de l’université d’Ottawa. Pour lui, le coup d’état contre Morsi en Egypte est l’œuvre du Pentagone. Raisonnement cohérent et très plausible, le peuple égyptien est-il encore le didon de la farce ?…

— Résistance 71 —

 

Le mouvement de protestation en Egypte: Les dictateurs ne “dictent pas”… Ils obéissent

 

Michel Chossudovsky

 

6 juillet 2013

 

url de l’article:

http://www.globalresearch.ca/the-protest-movement-in-egypt-dictators-do-not-dictate-they-obey-orders/22993

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

L’Egypte est en ce moment à une dangereuse croisée des chemins qui pourrait évoluer vers une guerre civile.

Il est important de compendre le rôle de Washington, qui est mis en œuvre par le Pentagone et le renseignement américain.

Alors que les forces armées égyptiennes ont réprimé la confrérie des frères musulmans, le coup d’état est ultimement fait pour manipuler le mouvement de protestation et prévenir une accession “d’un véritable gouvernement du peuple” au pouvoir.

Le renversement du président Mohamed Morsi par les forces armées égyptiennes n’a pas été perpétré contre les intérêts américains, il fut instauré pour assurer la “continuité” de la politique de Washington en Egypte. Le ministre de la défense, le général Abdul Fatah Al-Sisi, qui est derrière le coup d’état dirigé contre le président Morsi a été en liaison téléphonique permanente avec son homologue américian Chuck Hagel dès le début du mouvement de protestation. Des rapports de presse confirment qu’il a pu le consulter à plusieurs reprises dans les jours qui ont précédés le coup d’état. Il est très peu probable que le général Al-Sisi ait agi sans le “feu vert” du Pentagone.

Le gouvernement des frères musulmans était soutenu par les Etats-Unis depuis le départ. Dans le même temps, des secteurs très importants de la contestation contre le gouvernement des frères musulmans étaient aussi soutenus par les Etats-Unis, au travers de fondations américianes, incluant la NED et la Freedom House (NdT: toutes deux vitrines reconnues de la CIA). Le mouvement Kifaya, qui organisa une des premières manifestations contre le régime de Moubarak à la fin 2004 et qui est actuellement impliqué dans le mouvement contre les frères musulmans, est soutenu par L’ International Center for Non-Violent Conflict, basé au Etats-Unis.

Ces actions venant de fondations américaines liées avec le ministère des affaires étrangères assurent que l’opposition dans la société civile, financée par les Etats-Unis, ne va pas s’intéresser à des problèmes plus vastes concernant l’interférence étrangère dans les affaires d’un état souverain.

Les Etats-Unis soutiennent les deux côtés avec pour but de créer une division au sein de la société égyptienne ainsi qu’un chaos politique.

Les marionnettistes soutiennent le mouvement de contestation contre ses propres marionnettes si on veut. Cela s’appelle “exercer un levier politique”: soutenir la confrérie des frères musulmans aussi bien que les opposants au gouvernement Morsi et ce afin de manipuler les mouvements de masse, créant des divisions sectaires et sociales et prévenant ainsi l’émergence d’un gouvernement de souveraineté nationale.

Dans le même temps, les médias occidentaux ont minutieusement fait le portrait de l’armée égyptienne comme étant anti-américaine, suivant le rappel à la maison de l’ambassadrice américaine en Egypte Ann Patterson. Cette action est un écran de fumée nécessaire et utile qui masque le rôle de Washington dans le coup d’état:

the instigators of the Coup d’Etat are not “anti-American, they take their orders directly from the Pentagon. 

Publicités

3 Réponses to “Ingérence occidentale et « printemps arabe »: Washington est-il au bout du bout du banc ?…”

  1. Cette vidéo n’existe pas en français malheureusement. Mais ce qui y est dit est tout à fait digne d’intérêt. Les auteurs prennent même pour exemple la confédération iroquoise comme exemple de pouvoir populaire non centralisé et non étatique ayant fonctionné parfaitement du XIIIème siècle à aujourd’hui.

    a voir et diffuser sans modération pour ceux qui peuvent comprendre l’anglais:

  2. Doctorix Says:

    Financer les deux parties, c’est Rothschild et Rockefeller qui ont un inventé ça il y a longtemps: les alliés et les nazis avaient droit au même financement.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.