Résistance politique: Les pensées d’un Mohawk ~ 1ère partie ~

Nous inaugurons ici la traduction de quelques textes d’un des grands activistes amérindiens, Louis Karoniaktajeh Hall, décédé en 1993 et qui a lutté toute sa vie pour un renouveau des traditions autochtones, une véritable auto-détermination et souveraineté des nations indigènes, à commencer par la sienne, la nation Mohawk, partie intégrante de la Confédération Iroquoise.

Activiste, philosophe, artiste, parfois controversif, il a participé à la remise au goût du jour d’un véritable sentiment de décolonisation. Membre actif fondateur de l’American Indian Movement (AIM), il en fut l’artiste officiel et créa de nombreux posters et graphiques pour la promotion du mouvement. Il a créé le drapeau de la « Warrior Society » de la nation Mohawk et le drapeau d’unification des nations de Great Turtle Island (Amérique du Nord).

Dans le texte ci-dessous publié en 1984, il est étourdissant de clairvoyance quant à l’analyse et sa vision du monde moderne et ce, il y a près de 40 ans. Nous ne clamerons pas comme Hall que LA solution aux problèmes du monde est dans la constitution iroquoise, mais en revanche nous défendons l’idée que la solution aux problèmes du monde se situe en grande partie dans une organisation sociétaire non pyramidale, matriarcale, autogestionnaire, non-coercitive et non-autoritaire. Ces qualités sont, bizarrement, très souvent (pas toujours il est vrai) inclues dans le mode sociétaire des nations indigènes des Amériques.

Il est grand temps de lâcher prise de nos erreurs, la plus grosse d’entre elles, source de bien des maux, étant de concevoir, ou plutôt d’avoir été forcés de concevoir que seule la société étatique est garante de progressisme et de bonheur pour tous. L’Histoire nous prouve depuis plus de 2000 ans que cela est un concept totalement erroné, falsifié à dessein pour la préservation des intérêts du plus petit nombre.

La société n’est pas l’État comme l’oligarchie nous le fait croire pour préserver ses privilèges parasitaires… Mais la société est contre l’État. La société n’est pas une société des nations, mais une société des peuples, autonomes, égaux et solidaires. Nous avons beaucoup à apprendre de ceux que nous avons colonisé partout dans le monde, parce que contrairement à nous… Ils savent qu’ils ont été colonisés et le sont toujours. Nous ne le savons toujours pas !

— Résistance 71 —

Les pensées d’un Mohawk

Une série d’écrits et de dessins par Louis Karoniaktajeh Hall

2ème partie

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

 

INDIAN SURVIVAL CRISIS BULLETIN

NO. 7 AVRIL, 1984

 

La solution indienne aux problèmes du monde

L’homme blanc dit que son gouvernement est un gouvernement de la majorité. Il a aussi été dit que la majorité du monde sont des idiots et que les sages et intelligents sont dans la minorité. Ceci rend donc un gouvernement de la majorité un gouvernement d’idiots. Mais, me direz-vous, la majorité du monde est contrôlée par une minorité maligne d’exploiteurs oppressifs qui rend le gouvernement de la majorité en fait le gouvernement d’une minorité et ainsi, c’est un gouvernement à la fois d’idiots et de petits malins exploiteurs, ces derniers étant les maîtres de cérémonie.

L’armée est l’arme du gouvernement et est entraînée à protéger et à défendre le système, pas les citoyens. Le gouvernement utilise les gens, car les militaires font partie du peuple. Le gouvernement crée des lois faites pour défendre et protéger le gouvernement du peuple et les différentes polices sont établies pour faire respecter les lois, encore et toujours utilisant des gens du peuple au préalable aliénés par endoctrinement des autres personnes afin qu’ils puissent protéger le système contre les personnes exploitées et opprimées. Les personnes exploitées sont requises de payer des impôts en grands nombres afin de payer le coût de ces institutions, le gouvernement, l’armée et les différents départements de police.

Le problème est que le gouvernement de la majorité n’est pas vraiment un gouvernement pour tout le monde, mais pour les super-riches qui sont en contrôle. Puisque les super-riches sont en contrôle du “monde libre”, alors la solution pour les personnes exploitées est de nationaliser et d’internationaliser les corporations des super-riches. Cela paraît être un super truc que de désarçonner de tels super patrons qui sont en contrôle des nations, mais pour chacun qui n’a pas à le faire soi-même, c’est simple. Les exploités ne font que neutraliser les super-riches. Comment  cela demande le non-Indien ? D’abord les plus sages et plus intelligents des exploités vont former un conseil national populaire  par lequel tout le monde peut vraiment exercer sa volonté. Ce conseil national sera alors comme un gouvernement qui ne gouverne pas mais crée un bon chemin à suivre pour les gens. La méthode pour trouver les plus sages et plus intelligents des exploités se fait par une série de tests sur l’étude de l’humanité, de la justice, finance, administration politique, guidage des affaires publiques tout en incitant à suivre le bon chemin pour les gens; ces tests sont passés par les plus capables pour entrer dans le dit conseil national populaire qui sera toujours rendu responsable par les gens et qui rendra toujours des comptes à la population générale,

Pour neutraliser les grosses entreprises super-riches et les nationaliser et internationaliser, il est d’abord nécessaire de mettre de côté les pseudo-gouvernements de la majorité, car ils opèrent sous de faux prétextes et ont misérablement échoué dans leur gestion des peuples. Plutôt que de changer les personnels de ces vils gouvernements non populaires et de non-majorité, il est en fait bien mieux de supprimer tout le système de gouvernement dans sa totalité. Ils ne devraient pas y voir d’objection puisque c’est pour le bien du monde. L’action de retirer de ses fonctions un gouvernement est appelée une révolution. L’action de retirer le pouvoir à tous les gouvernements est appelée une révolution mondiale.

L’incidence des mauvais gouvernements, l’insoutenable imposition/taxation, la terreur nucléaire, l’oppression, les persécutions et autres abus seront résolus en dissolvant tous les gouvernements à cause de leur échec à générer le bonheur des populations, ce qui a toujours été l’objectif à très long terme de l’humanité à travers les âges et donc le but supposé de tout gouvernement. N’ayant ni la capacité, ni l’endurance à réaliser cet objectif, les gouvernements présents doivent être immédiatement remplacés par des conseils nationaux populaires, qui auront l’intelligence et la sagesse nécessaires pour remplir l’objectif et les obligations induites. Ils ont prouvé leur capacité en passant le test. Les super-riches ne dépensent pas leurs milliers de milliards de dollars à payer pour les travailleurs du gouvernement (dont un certain nombre n’ont absolument rien à faire), ni à payer pour les dépenses extravagantes des armées et des forces de police. Qui paie pour tout cela ? Les exploités. Les gens qui travaillent. Les gens paient pour la protection des riches contre les opprimés. Ceci représente le paroxysme de l’exploitation. En nationalisant et en internationalisant les super-entreprises des méga-riches, les profits qui en découleront (par les milliers de milliards de dollars), pourront être utilisés pour payer toutes les dépenses nationales et les coûts inhérents, enlevant par là même, la chappe de plomb des impôts des épaules des gens. Il n’y aura plus besoin de taxation, comme le disent les économistes qui font aussi allusion au fait que les gouvernements font très cher payer les peuples pour avoir un gouvernement.

Les gouvernements eux-mêmes sont gouvernés par Wall Street et ses requins de la finance, groupe composé d’une centaine de membre (en 1960), dont chacun d’entre eux dans un très mauvais jour, engrange 1 million de dollars. Un colosse de ce club, avec un énorme portefeuille d’entreprises engrangeait en moyenne 55 millions de dollars par jour. Tous les gouvernements du “monde libre” sont sous le contrôle de cette élite du fric. Il a été dit que les requins de Wall Street regardent l’humanité comme une bête, qui doit être maintenue dans la faiblesse et saignée. L’élite du super-fric est directement impliquée dans la situation intolérable de la prolifération des armes nucléaires. A cette vitesse, la race blanche sera éteinte au même rythme que la race de l’homme rouge qu’elle essaie activement d’anéantir.

Il n’y a aucun besoin d’un ministère de la guerre si cher. Dans la voie iroquoise, chaque individu est un protecteur et un défenseur. Chaque garçon est entrainé à la stratégie militaire. Il est aussi instruit dans la loi et enseigné de la défendre. Une de ses missions en tant que guerrier (NdT: Dans la langue iroquoise, il n’y a pas de mot pour dire “guerrier”, la racine du mot provient du mot “óhstien”, qui veut dire “os”, réferrant le guerrier au porteur des os des ancêtres et donc par extension celui qui a la charge de l’héritage ancestral et de s’assurer de la perpétuation de la nation…) est d’arrêter les crimes et d’arrêter ceux qui enfreignent la loi. Ainsi, chaque homme est un policier. Ceci est la façon de prévenir qu’un gouvernement ne victimise et n’oppresse pas son peuple. Le peuple est le gouvernement et il est aussi la police, tout le monde l’est. Il n’y a pas d’aliénation du policier ou du militaire par rapport au peuple. Dans le système iroquois, appelé “La société guerrière” par l’homme blanc, il n’y a pas de conscription, d’endoctrinement (lavage de cerveau) pour transformer les conscripts en tueurs et après la guerre, les relâcher parmi la population où ils commettront de nombreux crimes.

Les crimes, s’il y en a, sont gérés par les défenseurs en cours d’entrainement et après leur entrainement, ils sont toujours en attente et peuvent intervenir en cas d’urgence comme un incendie, des bagarres, des émeutes, des invasions et toute sorte de troubles possibles. La “société guerrière” apprend également aux jeunes tout ce qui est nécessaire de savoir, des sujets académiques, de la même façon que des techniques de défense et de traitement des problèmes. Tout ceci ne coûte rien aux contribuables, il n’y a pas de conribuables du reste. Tout ceci est défalqué des profits des corporations nationalisées et internationalisées des super-riches. N’est-ce pas ceci un système bien supérieur comparé à celui qui est maintenant en place et pour lequel le public est obligé de payer ?

A présent, l’humanité est sous un nuage de destruction et de mort provenant d’une maladie cruelle causée par la contamination (entre autre) des retombées et pollutions radioactives (NdT: Louis Hall parle ici du cancer bien sûr…) Les gouvernements des blancs en Amérique du nord et du sud, sont si préoccupés à exterminer les Indiens, qu’ils ne réalisent même pas qu’ils font la même chose avec leurs propres peuples. Nous avons lu au sujet de ces tueurs psychopathes qui ne peuvent pas s’arrêter de tuer, même en réalisant qu’ils seront eux-mêmes des victimes de leur folie. Les millions d’innocents et de futures victimes accidentelles de ce monde de folie se doivent de prendre entre leurs mains leur survie et leur défense. Il est de leur devoir de faire cesser cette menace à leur existence même et doivent trouver les moyens et la façon de le faire. Cette longue descente vers la destruction totale ne peut être stoppée qu’en abolissant l’ordre présent qui n’est que désordre total. Cela ne devrait pas être trop difficile. Il n’y a qu’un peu plus d’une centaine de cette élite du gros business, responsables de cet état de fait. Il suffit de procéder à des arrestations citoyennes et à garder les intéressés en détention et leur faire faire quelque chose de profitable véritablement à la société. Détenir leurs scientifiques (nucléaires) et les maintenir dans une science prolifique qui ne met pas en danger permanent l’humanité et la planète.

Après avoir aboli les mauvais gouvernements, leur système économique et après avoir implémenté ce qui est expliqué ci-dessus, le type de gouvernement iroquois, les gens de manière générale pourront bien mieux respirer et être plus relax. L’holocause nucléaire sera évité. Une ère de véritable paix sera expérimentée par tout le monde, partout. Etant parvenus à un meilleur gouvernement et à une meilleure société, les gouvernements des hommes blancs en Amérique seront plus enclins à rendre une bien meilleure justice aux peuples aborigènes du continent. Ils en viendront même sûrement au point de rendre les terres volées aux Indiens et ceux-ci pourront enfin retrouver leur société propre. L’Amérique est un énorme territoire avec beaucoup d’espace non utilisé. Très certainement les européens immigrants pourront le voir en pleine conscience et rendre ce qui est dû aux Indiens Les Etats-Unis et le Canada ne veulent payer que 0,25 $ par acre de terre accordée ; ils n’ont pas assez d’argent pour payer toutes les terres volées aux Indiens, cela se chiffre au delà des 2 500 milliards de dollars à 1000 $ de l’acre.

2 Réponses to “Résistance politique: Les pensées d’un Mohawk ~ 1ère partie ~”

  1. […] drapeau guerrier des Mohawks, un symbole qui fut créé par feu l’artiste (et activiste) Mohawk Louis Hall (NdT: dont nous avons traduit quelques textes sur ce blog…). Utiliser les termes anglais ou […]

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.