De « l’obsolescence programmée » de tout un système…

Edito – Monde Libertaire 1705

 

9 Mai 2013

 

Dans un article intitulé « Le cri du grille-pain », Jean-Louis Porquet (Canard enchaîné du 19 septembre 2012) brocardait une société où « les multiples objets manufacturés (surtout en Chine) dont nous ne pouvons plus nous passer sont délibérément conçus pour ne pas durer ». « C’est étudié pour », ajoutait-t-il, citant Fernand Raynaud, un humoriste obsolète du XXe siècle. Porquet concluait en rappelant que « les gadgets jetables menaient à un monde jetable, qu’acheter de la camelote, c’était transformer ce monde en camelote ».

On en convient : quoi de plus paradoxal, inquiétant, nuisible et dispendieux que la gabegie écologique et économique de cette « obsolescence programmée ». Quelques trop rares analystes s’en inquiètent – comme le compagnon Jean-Pierre Tertrais dans ce présent numéro – tandis que les partisans du néolibéralisme ambiant en défendent sournoisement le principe sous prétexte qu’elle favorise la croissance. Croâssance qui – comme chacun est prié de le savoir – serait nécessaire au bonheur consuméro-capitaliste sur terre.

Benoît Hamon était interpellé ce 2 mai par un auditeur du 7/9 de France Inter s’étonnant de sa reculade devant la demande des Verts de légiférer pour condamner la pratique de l’usure programmée. Habilement, le ministre délégué à l’Économie sociale et solidaire et à la Consommation, a botté en touche. Son gouvernement – contrairement aux allégations de l’auditeur – n’avait en rien renoncé. Il n’allait pas tarder à envisager de pondre une loi garantissant aux acheteurs d’un produit ou d’une machine un temps pendant lequel le constructeur dudit produit sera tenu de mettre à disposition, contre espèces sonnantes bien sûr, les pièces nécessaires au rafistolage de son ratatine ordure ou de sa Clio.

Oubliant de rappeler les marges affriolantes pratiquées par les constructeurs sur la moindre pièce détachée, Hamon insinuait benoîtement que l’usure programmée, à bien y réfléchir, n’était pas si nuisible que ça ; elle favorisait la création et l’essor d’entreprises de réparation – non délocalisables par dessus le marché – générant ainsi de la relance. Ô Tartuffe : voilà comment dans ce monde merveilleux de titatas et de chiffres carambouillés, tombent les faux nez et se retournent les réalités. Il est cependant des obsolescences programmées que les anarchistes appellent de leurs actions et de leurs vœux : celles de la langue de bois, des dieux et des malades de leur foi, des mandats politiques si peu représentatifs, de la professionnalisation du politique, des cupides et égoïstes appétits de pouvoir qui déflorent tous les groupes humains, de la main invisible du marché, de la meurtrière théologie du capitalisme… On en passe et des meilleures.  

4 Réponses vers “De « l’obsolescence programmée » de tout un système…”

  1. Obsolescence programmée aussi… dans les esprits.
    N’importe quel gamin affirmera qu’un téléphone portable de plus de six mois est obsolète.
    Ils polluent les cervelles.
    Et même en tentant d’expliquer, « d’éduquer », on a l’impression que pour les enfants c’est peine perdue.
    En rajoutant à ça l’analphabétisme comme règle, l’idiocratie n’est pas une fiction.

    • et tout cela est programmé… plus il y a d’idiots formatés et moins l’oligarchie aura de soucis à se faire…
      Cela fait partie intégrante du formatage des esprits, de la « colonisation » de la pensée. Nous, notre jeunesse sommes autant colonisés que les populations qui ont été et sont toujours colonisées sous une autre forme de dépendance. Tout ceci est le résultat de près d’un siècle de formatage par l’ingénierie sociale, perfectionnée sous l’hypnose permanente de la société du grand cirque barnum ambulant.
      Pathétique… mais pas inéluctable.
      Il faut:
      1- Comprendre de quoi il retourne
      2- Ne pas sombrer dans le cynisme fataliste, solution de facilité sans risques…
      3- Rayonner l’espoir pour souder les gens et retrouver notre instinct naturel de solidarité

      C’est une opération d’éveil et de dépoussiérage… De technicien de surface de la pensée en quelque sorte…
      😉

  2. […] Edito – Monde Libertaire 1705 9 Mai 2013 Dans un article intitulé « Le cri du grille-pain », Jean-Louis Porquet (Canard enchaîné du 19 septembre 2012) brocardait une société où « les multiples objets manufacturés (surtout en Chine) dont nous ne…  […]

  3. Doctorix Says:

    Prétendre que l’obsolescence programmée favorise les petits boulots est une foutaise.
    On aimerait mieux travailler 25% de moins plutôt que de perdre ce temps précieux à racheter ce que nous avions déjà, et déjà payé.
    C’est en fait un esclavagisme obligatoire qu’on nous propose, et la civilisation des loisirs n’est pas pour demain.
    Et chaque transaction nouvelle rapportant une tva à l’Etat (en plus des taxes sur le travail inutile mais rendu artificiellement nécessaire), on ne voit pas comment les choses pourraient changer.
    La terre et ronde, et ce monde est un cercle vicieux.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.