Au delà de la propagande impérialiste… Une vision plus réaliste de l’Iran…

L’Iran est devenue un contre-pouvoir non négligeable à l’empire anglo-américain (City de Londres + Wall Street) et s’est affirmé avec la Russie (et la Chine, même si le cas de la Chine est plus « délicat ») comme la ligne de front anti-hégémonique occidentale. Diabolisé par l’occident qui attaque toute résistance à son hégémonie néo-colonialiste, le pays n’est cependant pas conforme à l’image  que la propagande atlantiste diffuse ad nauseam.

Qu’en est-il ? Cette vison est sans doute ce qui se rapproche le plus de la vérité… Plus que jamais nous devons réaliser qu’en occident, l’ennemi est dans nos murs et non à l’extérieur. Nous le connaissons, il a des noms et des visages: la classe politique inféodée aux intérêts particuliers, les patrons et exécutifs des cartels industrio-financiers. L’ennemi des peuples occidentaux n’est pas aux portes, il est dans la place, bien au chaud, en haut de la pyramide… depuis le départ… Tout le reste n’est que poudre aux yeux !

L’Iran a ses propres problèmes internes, des problèmes irano-iraniens qui se doivent d’être règlés par le peuple iranien et lui seul, personne d’autre. Halte à l’ingérence occidentale dans les affaires des autres.

— Résistance 71 —

 

Ahmadinejad l’insubmersible

 

Thierry Meyssan

 

Le 21 Février 2013

 

url de l’article original:

http://www.voltairenet.org/article177541.html

 

La démocratie iranienne est en pleine ébullition. Les clivages de 2009 sont désormais caducs au point que le président Obama vient d’admettre publiquement que Mahmoud Ahmadinejad avait bien été élu à l’époque par une majorité de ses concitoyens. Le mouvement vert qui avait uni la bourgeoisie urbaine et une partie de la jeunesse a fait long feu. Désormais, Washington ne mise plus sur le renversement du régime, mais sur sa division. Les USA voudraient profiter de la crise entre le courant religieux du clan Larijani et le courant nationaliste de la famille Ahmadinejad.

A quatre mois de l’élection présidentielle iranienne, on ignore toujours qui sera candidat pour succéder, durant quatre ans, au charismatique Mahmoud Ahmadinejad. Conformément à la Constitution, le président sortant ayant effectué deux mandats consécutifs ne se représentera pas, mais il pourrait ne pas s’éloigner du pouvoir et revenir en lice lors de l’élection suivante à la manière d’un Vladimir Poutine.

En 2009, des manifestations avaient secoué Téhéran et Ispahan : les partisans du candidat libéral accusaient le pouvoir d’avoir truqué les résultats du scrutin. Ce mouvement s’était vite essoufflé, mais avait laissé de profondes blessures au sein de la jeunesse. Il avait été clos par une gigantesque manifestation de soutien aux institutions de la Révolution islamique. Les Iraniens, mêmes convaincus par les arguments du perdant, lui reprochaient d’avoir appelé à l’émeute.

La jeunesse n’avait pas lu le programme de Moussaoui et ignorait son apologie du capitalisme globalisé. Elle l’imaginait, à tort, libéral en matière de mœurs. Peu importe, elle avait été convaincue qu’elle devait choisir entre ses libertés individuelles et « le régime ». Elle avait soudain déserté les commémorations nationales.

Sonné par la violence du coup, le pouvoir avait tardé à élaborer sa parade. Il y eut d’abord une défense médiatique. Par exemple, analysant image par image la célèbre vidéo de la jeune Neda prétendument tuée par les forces de l’ordre durant une manifestation anti-régime, les experts iraniens démontrèrent qu’il s’agissait d’une mise en scène. Puis, il y eut l‘organisation de groupes de parole, animés par des formateurs adultes, pour encadrer les jeunes et leur transmettre l’idéal de leurs aînés. Tous ces efforts ont porté leurs fruits et l’on peut observer à nouveau une forte participation des moins de 30 ans aux dernières cérémonies patriotiques.

De son côté, Washington n’a pas ménagé sa peine pour perturber la société iranienne et jouer sur les conflits générationnels. Plus d’une centaine de chaînes de télévision en langue farsi ont été créées pour inonder par satellite le pays de « rêve américain ». Elles ont détourné les Iraniens de leurs chaînes nationales, mais il n’est pas certain qu’elles les aient convaincus sur le fond.

Alors que tout le monde se préparait à une nouvelle tentative de révolution colorée, la surprise est venue de la coalition gouvernementale. L’affrontement classique entre nationalistes et religieux s’est durci et a fini par éclater en public. Le président de la République, Mahmoud Ahmadinejad, et celui du Parlement, Ali Larijani, s’accusent mutuellement de protéger des collaborateurs corrompus. Les images de leurs altercations passent en boucle sur les télévisions occidentales en farsi. Malgré ses exhortations, le Guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei, ne parvient pas à calmer les protagonistes.

Au demeurant, le soutien populaire d’Ahmadinejad est massif dans tout le pays, sauf paradoxalement à Téhéran, la ville dont il fut maire. L’industrialisation rapide du pays, ses récents programmes de redistribution des bénéfices pétroliers sous forme d’allocations mensuelles à chaque adulte, et de construction généralisée d’habitations à prix subventionnés lui ont attaché les ouvriers et paysans. Ahmadinejad, qui a le sentiment que son candidat sera largement élu, ne se prive plus de défier les religieux et de montrer que s’il ne tenait qu’à lui, les exigences de la jeunesse seraient satisfaites. Il s’est même permis de célébrer la beauté du hijab pour mieux critiquer la loi qui rend son port obligatoire. Ali Laridjani et son frère Sadeq (chef de l’Autorité judiciaire) voient bien que leur rival tente de déplacer les lignes pour imposer la candidature de son directeur de cabinet, Esfendiar Rahim Mashaei. Celui-ci s’applique à réécrire les discours officiels pour modifier les références religieuses dans un sens universel et non plus exclusivement chiite. Les religieux craignent que cette souplesse soit la porte ouverte au dépérissement de l’islam. Ils répliquent en faisant courir le bruit que la famille Ahmadinejad a perdu la raison, se croit en contact direct avec le Mahdi et attend sa venue en lui réservant un siège vide au Conseil des ministres. Pour calmer le jeu et maintenir l’unité de la Révolution, le Guide pourrait enjoindre la famille Ahmadinejad de présenter un candidat moins clivant que Mashaei.

Les médias occidentaux sont pris de schizophrénie. Alors que leurs chaînes en farsi se délectent de cet affrontement, leurs chaînes dans les langues européennes n’en disent mot. Elles continuent à faire croire à leurs téléspectateurs que l’Iran est une dictature monolithique gouvernée par des mollahs. Les jeunes qui sont descendus dans la rue contre le « régime » sont souvent devenus les plus fervents supporters d’Ahmadinejad et devraient soutenir son candidat en juin. Ils pensent qu’avec lui, la Révolution islamique peut concilier libération nationale et libertés individuelles.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :