Archive pour janvier, 2013

Escroquerie de la guerre contre le terrorisme: Les USA collaborent (après les avoir créé…) avec les « terroristes » en Afghanistan…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, désinformation, France et colonialisme, guerre Libye, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, N.O.M, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , on 25 janvier 2013 by Résistance 71

Il est toujours intéressant de voir que des « experts » disent aujourd’hui au grand jour ce qui est connu depuis des années dans les milieux d’information alternatifs, mais qui a toujours été disqualifié comme étant de la « théorie du complot »…

Non seulement le pays du goulag levant collabore avec les terroristes en Afghanistan, mais il les a créé en 1978-79 pour lutter contre le gouvernement afghan pro-soviétique puis contre les soviétiques eux-mêmes.

Ce que l’on appelle le « djihadisme » est une création des services de renseignement occidentaux (CIA, MI6, Mossad), pakistanais et saoudien, relayé ensuite par les services algériens et français concernant le GIA algérien par exemple dans les années 1984-90. Le réseau du « terrorisme islamiste » est une légion mercenaire au service des intérêts occidentaux de la haute finance et des grosses multinationales notamment de l’énergie (pétrole, gaz et uranium). Ceci devient de plus en plus évident avec l’affaire courante du Mali et le voisin du Niger maintenant débordant à dessein en Algérie, trois pays riches, très riches en ressources naturelles « vitales ».

Le prétexte islamiste est créé pour susciter une opinion publique favorable aux opérations néo-colonialistes occidentales de reconquête des ressources naturelles africaines. Ceci est connu des milieux « diplomatiques » et des journalistes sérieux de presse alternative. Après avoir été moquées, tournées en dérision puis affublées du vocable de « théorie du complot », ces informations deviennent des évidences que les médias de masse ne peuvent plus ignorer pour longtemps… Un autre exemple de vérité ayant suivi les trois étapes prévues par Schopenhauer: 1) moquerie, 2) attaque, 3) évidence…

Ce ne sera pas la dernière…

— Résistance 71 —

 

 

D’après un expert américain Washington coopère avec les terroristes en Afghanistan

 

Al Manar

 

Le 24 Janvier 2013

 

url de l’article original:

http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?eid=93366&cid=13&fromval=1&frid=13&seccatid=15&s1=1

 

 

Laurence Freeman, expert des questions politiques, a villipendé l’administration amèricaine, pour « sa coopération avec Al-Qaïda et les Salafistes qui agissent  en terroristes à gage,dans les autres pays ».

Dans une interview avec la chaîne satellitaire iranienne AlAlam,  Freeman a déclaré: « Les Etats -Unis ne méritent pas leur nom. Ils ont occupé l’Afghanistan et y ont commis les pires crimes . Aujourd’hui, ils soutiennent les terroristes en Syrie et des  documents ».

Et d’ajouter: « C’est ce même soutien dont ont bénéficié les miliciens salafistes en Libye, ceux là même qui ont tué ensuite l’ambassadeur Stevens à Benghazi. Je peux assurer qu’Obama ne cherche nullement à ce que l’Afghanistan soit un pays prospère. Son objectif est de déstabiliser la région. L’ Arabie saoudite et le Qatar l’aident grandement dans cet objectif ».

Freeman a  fustigé les tentatives de l’administration d’Obama de s’entendre avec les Talibans, après une décennie de guerre.

« Cette entente ne peut se produire sans que les Etats-Unis reconnaissent aux terroristes le droit de partager le pouvoir avec Karzaï. L’administration amèricaine ne respecte la souveraineté d’aucun Etat; c’est le cas en Libye, en Syrie et au Nord de l’Afrique, où les Salafistes sont désormais les alliés, pour ne pas dire les exécutants de la politique des Etats Unis », note cet analyste.

Escroquerie du Réchauffement Climatique Anthropique: Les anciens de la NASA s’y mettent…

Posted in actualité, écologie & climat, économie, réchauffement climatique anthropique, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologie, sciences et technologies, technologie et totalitarisme with tags , , , , , , , , on 24 janvier 2013 by Résistance 71

Une équipe d’anciens scientifiques de la NASA conclut qu’il n’y a pas de preuve physique convaincante pour soutenir l’hypothèse d’un réchauffement climatique anthropique

 

Marc Morano

 

Le 23 Janvier 2013

 

url de l’article:

http://www.climatedepot.com/a/19341/Team-of-Former-NASA-Scientists-Conclude-There-is-no-convincing-physical-evidence-to-support-the-manmade-climate-change-hypothesis

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Un groupe de 20 anciens scientifiques de la NASA a conclu que la science utilisée pour soutenir l’hypothèse d’un changement climatique d’origine humaine n’est pas définie et qu’il n’y a pas de preuve convaincante pour soutenir les prévisions catastrophiques faites concernant le changement climatique.

A commencer en Février 2012, le groupe de scientifiques se nommant eux-mêmes l’équipe du “Right Climate Stuff” (TRCS), a reçu des présentations de scientifiques représentant tous les côtés du débat sur le changement climatique et s’est embarqué dans une analyse en profondeur d’un grand nombre d’études sur le climat. Employant une approche disciplinée d’identification de problème et d’analyse causale acquise au cours de décennies mises au service de la gestion de situations de vie ou de mort en ce qui concerne l’envoi d’astronautes dans l’espace et de les ramener sain et sauf sur Terre, l’équipe du TRCS en a conclu qu’aucune menace immédiate existe concernant le gaz carbonique humain.

L’équipe de TRCS comprend des scientifiques de l’espace renommés, ayant reçu une éducation formelle de haut niveau et ayant des décennies d’expérience dans l’ingénierie spatiale, la physique, la chimie, l’astrophysique, la géophysique, la géologie et la météorologie. Bon nombre de ces scientifiques possèdent un ou plusieurs doctorats (Ph.D). Tous les membres de cette équipe sont des bénévoles ne recevant aucun salaire et qui ont entamés ce projet après avoir été déçus de constater le soutien grandissant de la NASA pour les théories alarmistes du réchauffement climatique anthropique (RCA). H. Leighton Steward, président de CO2isGreen.org ainsi que de l’association éducative à but non lucratif PlantsNeedCO2.org, a fait les remarques suivantes au sujet des conclusions de TRCS, celles-ci peuvent être vues sur www.therightclimatestuff.com:

1. La science sur ce qui cause un changement climatique ou un réchauffement climatique n’est pas définie et ne l’a jamais été.

2. Il n’y a pas de preuve convaincante pour soutenir l’hypothèse d’un changement climatique de cause humaine. Le test standard de toute hypothèse est de savoir si celle-ci est soutenue par des preuves empiriques provenant d’observations physiques réelles, ceci semble avoir été totalement ignoré par les alarmistes climatiques.

3. Les affirmations faites par les supporteurs d’un réchauffement climatique catastrophique d’origine humaine sont soutenues de manière dominante par des modèles informatiques non valides et les résultats émanant de ces modèles ne devraient pas être une base de confiance donnée aux législateurs et aux politiciens. Quelques uns des membres de l’équipe de TRCS ont pris des décisions parfois critiques utilisant des modèles ordinateurs complexes pendant des décennies.

4. Il n’y a pas de menace immédiate d’un réchauffement climatique catastrophique et ce même s’il y a parfois un réchauffement. Le niveau des mers et océans ne va pas soudainement commencer une accélération de sa montée existant maintenant depuis 18 000 ans. Le niveau des eaux n’est pas en train de monter plus vite actuellement comme le prétendent les alarmistes du changement climatique.

5. Le gouvernement américain s’est emballé trop vite au sujet d’un réchauffement catastrophique potentiel. Les impacts négatifs sur l’économie, le travail, le coût de la vie, des denrées alimentaires, des transports, vont sans aucun doute être plus sévères pour les pauvres et la classe moyenne. De véritables expériences montrent que l’habitat terrestre pourrait être sévèrement endommagé si le niveau de CO2 atmosphérique était de fait diminué. Les environnementalistes ont été gravement induits en erreur de croire que le gaz carbonique est un pollueur/polluant.

6. Une preuve empirique actuellement montre que la Terre “verdit” de manière signifiante dû à l’addition de CO2 et à un réchauffement modeste.

7. L’argent économisé en abandonnant les mesures prématurées de diminution des émissions de CO2 pourrait être mieux employé en continuant la recherche sur des sources d’énergie alternatives, qui ne sont actuellement pas compétitives ou efficaces.

Le Dr. Harold Doiron, team leader for TRCS et ancien scientifique de la NASA, avec H. Leighton Steward, participeront au débat du The Hard Question panel sur le changement climatique ce soir à 17:00 au National Press Club, Holeman Lounge (13 th floor) , 529 14 th Street, Washington, DC.

Plus d’info sur: www.CO2isGreen.org.

Une information scientifique additionnelle peut-être trouvée sur: www.PlantsNeedCO2.org.

SOURCE: CO2isGreen.org

 

Ingérence française au Mali: Le rituel horrifique de l’armée malienne reprend ses droits…

Posted in actualité, France et colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, politique française, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , on 24 janvier 2013 by Résistance 71

La barbarie de l’armée malienne… Que la France assume ses responsabilités !

Tamazgha

Le 22 Janvier 2013

url de l’article original:

http://www.palestine-solidarite.org/analyses.Tamazgha.220113.htm

 

Ce ne sont pas les mises en garde qui ont manqué. Le MNLA, mais aussi nombre d’ONG et d’experts qui connaissent l’armée malienne, ont eu à mettre en garde quant au risque de voir l’armée malienne, fidèle à ses habitudes depuis maintenant plus d’une demi-siècle, commettre des exactions à l’encontre des populations civiles de l’Azawad. Cela n’a pas tardé à arriver. Cela n’a pas tardé à arriver. En effet, des exécutions sommaires et une chasse à l’homme « blanc » ou aux « peaux rouges » (entendez par là « Touaregs ») ont été constatées à Sévaré où des éléments de l’armée malienne exercent des représailles meurtrières, selon plusieurs témoignages. Les accès à cette ville ont été d’ailleurs fermés aux journalistes depuis dimanche 20 janvier. Cela permettra à ces fous de l’armée malienne de commettre leur crime à huis clos. Tout cela sous le menton de l’armée française qui, par ailleurs, sécurise l’aéroport de Sévaré. C’est aussi la France, avec ses hommes, qui est intervenue sur le terrain et qui a permis à ces militaires maliens de s’installer à Sévaré d’où ils ont été chassés par une bande de barbus il y a quelques jours.

Plusieurs quotidiens, notamment français, rapportent des témoignages faisant état de la barbarie des militaires maliens à l’égard de civils. 

Le quotidien L’Express, dans son édition du 20 janvier 2013 évoque plusieurs témoignages décrivant des actes barbares commis par les militaires maliens qui s’attaquent aux peaux claires et qu’ils font disparaître de la manière la plus abjecte et sauvage.

Ainsi peut-on lire dans les colonnes de l’Express :
« Les morts étaient des rebelles ! », ajoute cet ancien militaire, qui ne cache pas sa haine des « peaux-rouges », le surnom donné ici aux Touaregs. « Ils les ont jetés dans le puits. Les soldats ont achevé les rebelles blessés, ramenés de Konna. Les vivants ont été exécutés. Puis ils ont recouvert les corps de pneus et d’essence et les ont brûlés. »

Ces Maliens osent prétendre combattre les islamistes, ces énergumènes qui veulent imposer leur cahriâa ! Ils ne sont que d’autres énergumènes qui veulent imposer une autre dictature à ceux qui ne sont pas de leur couleur. 

Lors du soulèvement des années 1990, c’est vivants que l’armée malienne rassemblait des Touaregs sur qui elle versait de l’essence et les brûlaient en public.

Et c’est cette armée que l’État français est entrain de réhabiliter pour la réinstaller dans l’Azawad en lui donnant les moyens de poursuivre sa politique génocidaire à l’égard des Touaregs.

La France se rend-t-elle compte de ce qu’elle est entrain de cautionner ? Se rend-t-elle compte qu’elle est entrain de de ramener au pouvoir des fous qui s’attaqueront aux Touaregs ? La France se rend-t-elle compte qu’elle est entrain de susciter la haine non seulement des Touaregs mais de l’ensemble des Berbères en soutenant et armant ceux-là qui sont décidés à « liquider du touareg » ? 

Les exactions de l’armée malienne ont été aussi relevées et dénoncées par Human Rights Watch (HRW) qui a annoncé le 19 janvier 2013 être en possession d’informations crédibles sur de graves exactions, dont des meurtres, commises par les forces de sécurité maliennes à l’encontre de civils dans la localité de Niono : « Nous invitons instamment les autorités maliennes, tout comme les soldats et les autorités françaises et ouest-africaines, à faire le maximum pour garantir la protection de tous les civils », a déclaré l’ONG.

Il n’y a aucun doute, ce n’est pas aujourd’hui que l’État malien ou son armée adopteront une autre culture et renonceront au racisme et à la haine qui les animent depuis plus d’un demi-siècle. Et cela nous ne surprend pas. En revanche, la responsabilité de la France est grande. C’est la France qui doit être tenue pour responsable pour ces crimes commis par l’armée malienne aujourd’hui, et c’est la France qui aura à répondre de tous les crimes que ces barbares de Bamako s’apprêtent à commettre dans l’Azawad et sur les populations de l’Azawad.

Il y a cinquante-deux ans, la France a trahi les Touaregs et les a soumis, malgré eux, à une bande d’assoiffés de pouvoir qui dès 1963 ont montré leur véritable nature en mettant en œuvre leur politique génocidaire sur les Touaregs. La France avait laissé faire comme elle a laissé faire les exactions des années 1990. Et si aujourd’hui François Hollande compte poursuivre la même attitude et donner les moyens à l’armée malienne pour massacrer et humilier les Touaregs, ce sont tous les Berbères qui lui en voudront et qui ne lui pardonneront jamais. Les Berbères qui ont assez pardonné jusque-là ont plus que jamais pris conscience de leurs intérêts et l’avenir sera forcément différent : ils sauront être reconnaissants à ceux qui les respectent et qui les soutiennent, mais ils ne pourront accepter que des États, quels qu’en soient les raisons, se mettent aux côtés des régimes qui les humilient et qui ont programmé leur éradication.

Média et propagande… La question à 100 balles…

Posted in actualité, désinformation, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, Internet et liberté, média et propagande, N.O.M with tags , , , , , , , , , , , on 24 janvier 2013 by Résistance 71

L’information existe t’elle ?

Serge Charbonneau

 

Le 23 Janvier 2013

 

url de l’article:

http://french.irib.ir/analyses/item/238523-l’information-existe-t-elle-,-par-serge-charbonneau

 

Si vous persistez à tenter de vous informer via les moyens traditionnels,…

… c’est-à-dire la télé et la radio de nos grandes chaines, c’est vraiment peine perdue. Si vous croyez trouver de l’information véritable à travers les journaux classiques de nos  grands (!) quotidiens officiels, c’est peine perdue.

Le discours tenu sur tous ces médias est un discours totalement identique, reprenant exactement les mêmes thèmes en les coiffant pratiquement des mêmes titres tout en les traitant avec les mêmes mots.  Il en résulte non pas une information, mais une sorte de conditionnement émotif (lavage de cerveau) aiguillant notre opinion dans un sens bien précis.  Résultat: notre jugement devient catégorique, nous condamnons fermement ceux désignés comme « méchants » dictateurs sanguinaires et nous approuvons et même «souhaitons» toutes les mesures envisagées pour les renverser, entre autres par des moyens militaires.

On approuve alors les guerres contre les dictateurs soudainement sanguinaires ou certains groupes de « barbares » ayant des moyens acquis on ne se sait où.

On ne nous explique pas l’origine de ces groupes de barbares ni où ils ont acquis leurs armes et leur financement ou encore pourquoi soudainement après plusieurs années voire des décennies de dictature tranquille et même acceptée par nos braves gouvernements les ayant reçus « en ami » certains dictateurs deviennent soudainement sanguinaire, distributeur de viagra ou tortionnaire d’enfants.

Non, on ne nous informe pas on nous conditionne simplement à les haïr au plus profond de nos tripes et conséquemment à accepter ces inévitables (SIC) guerres pour préserver le bien (!), la démocratie (!) et les droits humains (!).

Il faut être conscient que les moyens militaires employés n’ont rien de démocratique, ne respectent pas les droits humains (les bombes sont tout sauf humanitaires) et ne sont pas pour le bien des populations qui reçoivent bombes et missiles. L’Afghanistan, l’Irak, la Côte d’Ivoire, la Libye sont là pour en témoigner « éloquemment » !

Comme le dit Michel Collon et comme nous pouvons chacun de nous le constater sans  beaucoup d’efforts en regardant tout bonnement l’Histoire et l’actualité, les guerres se font sur des mensonges.  Pensons simplement au mensonge le plus célèbre et le mieux documenté, celui des armes de destruction massive que n’a jamais eu Saddam Hussein.

Nos médias nous mentent quotidiennement, tantôt grossièrement et tantôt par « omission ».  Nos journalistes devenus propagandistes professionnels savent très bien que ce qui n’est pas dit n’existe tout simplement pas dans l’esprit et le jugement des gens.

Notre opinion repose sur l’information.

Une mauvaise information ou une information «incomplète» rend notre jugement totalement bancal, irrationnel et même complètement absurde.  De plus, ce qui nous vient de nos grands  médias de masse et qu’on ose encore appeler information (sic), nous inculque de l’émotion plutôt que de l’information véritable.  Il est clair qu’on cherche à nous faire consentir et approuver des gestes qui autrement (si nous étions véritablement bien informés) seraient considérés comme totalement inacceptables.

Personne ne pouvait approuver la destruction complète du Pays africain ayant la meilleure fiche sur le plan du développement humain ainsi que le meilleur résultat économique de toute l’Afrique. C’est par la désinformation et l’omission de faire connaître les caractéristiques réelles des réussites libyennes ainsi que les conditions de vie réelles des Libyens et des Libyennes que les populations occidentales ont acceptées majoritairement la destruction de ce Pays qui était le chef de file de l’Afrique.  C’est en cachant les réussites du guide libyen et la reconnaissance de la majorité de son peuple que son assassinat ainsi que celui de sa famille, de ses amis et de tous ceux luttant pour ce drapeau vert que l’on a pu nous faire applaudir cette immonde guerre et ces assassinats barbares et injustes.

C’est par conditionnement que les populations occidentales ont trouvé « normal » et même se sont réjouies de voir exposé dans un frigidaire à viande le corps ensanglanté du dirigeant libyen fraichement assassiné.  C’est aussi par conditionnement qu’on nous a fait accepter que ceux qui arrêtaient de façon cavalière le président Laurent Gbagbo et sa femme tout en saccageant leur demeure, puissent sabrer le champagne sur les cadavres encore chauds de la garde présidentielle ivoirienne.

http://www.youtube.com/watch?v=FD1OUGk7LHQ

Nul ne peut se réjouir d’un tel sort fait à des dirigeants politiques ou à des Êtres Humains  sans avoir au préalable subi un conditionnement psychologique.

On nous fait «haïr» pour ensuite être totalement libre de commettre tous les crimes: bombardements, assassinats, guerre sous toutes ses formes, économiques, politiques et militaires.

Voilà un survol de ce qu’on nous sert en guise d’information.

Nous n’avons plus d’information, mais du conditionnement constant.

Pour bien comprendre à quel point ce qu’on persiste à appeler « information » dans nos médias de masse n’en est plus, il faut voir ce qu’est un véritable bulletin d’information.

Je vous propose donc de faire une expérience éclairante.

Je vous suggère de délaisser ce soir le bulletin de votre chaine officielle habituelle (même si je sais que plusieurs l’ont délaissé depuis longtemps)  et de regarder ce bulletin de nouvelles très sérieux où l’on nous sert «véritablement» de «l’INFORMATION», et ce, sans avoir à déployer de grands moyens.  Une information s’adressant à votre raison plutôt qu’à votre émotion.   Un bulletin d’information réalisé tout simplement en utilisant certains faits incontestables et disponibles à tous.

http://www.youtube.com/watch?v=NFJcT-1tjeI&feature=player_embedded#!

Pour conclure, voici une citation que l’on retrouve à la fin de ce bulletin de véritables informations. Une citation qui peut nous faire «réfléchir»  sur la fausse idée que les armes peuvent apporter la démocratie (sic).  C’est un proverbe malien:

« L’abeille que l’on met de force dans une ruche ne donnera jamais de miel. »

Serge Charbonneau

Québec

P.S.:  Pour alimenter avec encore plus d’éléments votre jugement, je vous invite à entendre l’analyse de Michel Collon fait il y a deux jours (le 19 janvier 2013):

http://www.michelcollon.info/Michel-Collon-La-France-au-Mali.html

Aussi une entrevue avec René Naba fait en mars dernier pour une télé d’information africaine.

On croirait que cette entrevue a été réalisée il y a quelques jours:

http://www.alqarra.tv/interview-rene-naba/

Aussi cette sortie du jeune député belge, Laurent Louis, fait la semaine dernière au parlement belge.

« Laurent LOUIS s’oppose à la guerre au Mali et dénonce la manipulation internationale »

http://www.youtube.com/watch?v=TW9kWe3MI-M&feature=player_embedded

La conscience est le premier pas vers la prise de contrôle de notre destinée.

Source : http://www.vigile.net/L-information-existe-t-elle

=  =  =

« Les médias sont à la démocratie ce que la matraque est à la dictature. » Noam Chomsky

=  =  =

Nouvel Ordre Mondial: la dispute entre la Chine et le Japon est provoquée par le pays du goulag levant (ex-USA)…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, économie, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , on 23 janvier 2013 by Résistance 71

Comme nous l’avons dit il y a peu. Le chaos se doit d’être propagé en Asie, bien trop calme et dangereuse dans la « prospérité ». AFRICOM se charge maintenant de l’Afrique et de sa partition en utilisant ses caniches français. L’heure est venue de porter le fer et le chaos en Asie. Tout prétexte est bon et provoquer des incidents entre la Chine et le Japon, ceci est normal pour yankland. N’oublions pas que depuis 1945, le Japon est le caniche du pays du goulag levant en Asie. En fait yanks et chinois se jappent au nez ( 😉 ) par pays interposés: le Japon pour le pays du goulag levant et la Corée du Nord pour la Chine. La seule question digne d’intérêt est celle que nous posons sans cesse à ce sujet: à quel jeu joue la Chine ? Étant liée par l’achat de la dette US (elle est le premier créditeur du pays maintenant…), la Chine en croque t’elle avec le pays du goulag levant ou est-elle vraiment contre l’hégémonie occidentale ? Bien malin qui peut répondre…

Le bras de fer est engagé par proxy, l’enjeu est l’établissemet de la dernière grille de contrôle du monde pour le Nouvel Ordre Mondial. L’Europe ? C’est fait avec la dictature de l’UE et la disparition proche des souverainetés des états par le truchement du « contrôle » de la dette par les pompiers pyromanes de la haute finance, l’Amérique ? Idem… Les  accords NAFTA et du pacte de sécurité sont en train d’abolir les frontières entre les USA, le Mexique et le Canada. L’Amérique du sud (mis à part le Vénézuéla, l’Équateur et la Bolivie) est assujettie. L’Afrique ? C’est en cours de contrôle..

Reste l’Asie, nous y sommes…

— Résistance 71 —

 

Pékin mouche les Etats-Unis sur son commentaire au sujet de la contreverse insulaire sino-japonaise

 

RT

 

Le 21 Janvier 2013

 

url de l’article original:

http://rt.com/news/china-us-japan-disputed-islands-378/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Pékin a haussé le ton contre l’avertissement de Washington à la Chine de ne pas défier le contrôle du Japon sur les îles disputées de la Mer de Chine orientale, une dispute entre les deux pays qui s’est intensifée ces derniers mois.

Le ministère chinois des affaires étrangères a exprimé son mécontentement une journée après que la ministre des affaires étrangères américaine Hillary Clinton ait assuré Tokyo du soutien américain pour ses droits territoriaux et a averti la Chine contre une action unilatérale sur la dispute en cours.

Vendredi, Clinton au cours d’une conférence de presse avec le ministre japonais des affaires étrangères, n’a pas mentionné directement la Chine, mais a dit qu’elle voulait que la dispute se résolve de manière pacifique.

“Bien que les Etats-Unis ne prennent pas position sur la souveraineté ultime de ces îles, nous reconnaissons le fait qu’elles sont sous l’administration du Japon”, a dit Clinton, ajoutant “Nous nous opposons à toutes actions unilatérales qui mettrait en danger l’administration japonaise des lieux et nous implorons toutes les parties en cause de prendre toutes les mesures nécessaires afin de prévenir des incidents et de gérer les désaccords au travers de moyens pacifiques.”

La Chine est “fortement dissatisfaite de ces propos et s’y oppose véhémentement”, a dit le porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères Qin Gang dans une déclaration officielle.

La querelle maritime qui se déroule depuis des années s’est intensifiée l’an dernier lorsque Tokyo a nationalisé les îles. La réponse de la Chine fut d’augmenter son trafic maritime et ses patrouilles aériennes dans la zone des îles Senkaku / Diaoyu. Le Japon par ailleurs a envoyé sa chasse aérienne dans le territoire disputee. Il n’y a pas eu de confrontation physique jusqu’ici.

“Nous demandons aux Etats-Unis de traiter ce problème des îles Diaoyu d’une manière responsable”, a dit Qin, demandant à Washington “d’être prudent avec les mots et les formules et prudent dans ses actions” ainsi que de “prendre action de manière réaliste afin de protéger la paix et la stabilité de la région et des relations sino-japonaises.”

George Koo, le fondateur de l’International Strategic Alliances, pense que les Etats-Unis font monter la sauce dans le conflit entre les deux puissances asiatiques.

“Les Etats-Unis ont créé cet imbroglio et les Etats-Unis prolongent le problème entre le Japon et la Chine. Ils sont encore en train de jouer le jeu de l’ambiguité strtatégique en disant d’un côté, nous sommes neutre à ce sujet et nous ne prenons pas partie pour l’un ou l’autre côté entre la Chine ou le Japon, et de l’autre côté, nous reconnaissons que le Japon a un contrôle administratif sur ces îles, et que par conséquent, nous serons opposés à toute action unilatérale. Mais comment le Japon a t’il obtenu un contrôle militaire de la place ? Les Etats-Unis ont donné ces îles au Japon. Du début à la fin, les Etats-Unis sont responsables de ce merdier.” A dit Koo à RT.

Ces îles appartiennent historiquement à la Chine depuis des siècles, mais le Japon a assumé le contrôle de ces territoires suite à la guerre sino-japonaise de 1894-95. “Après les termes de réditions sans conditions du Japon durant la seconde guerre mondiale, tout territoire et iles à l’extérieur ne pouvaient plus faire partie du Japon. Mais les termes de rédition furent changés durant le traité de paix qui fut écrit à San Francisco. Les Chinois ne furent pas partie prenante de ce traité,” explique Koo. En 1971, les Etats-Unis et le Japon se sont mis d’accord pour que le Japon ait le contrôle administratif de ces îles. Washington insiste qu’il est neutre dans cette affaire mais dit que les îles sont sous contrôle administratif japonais.

Ces îles spnt supposées être riches en ressources naturelles.

Guerres impérialistes occidentales en Afrique: Du Mali à l’Algérie, la légion islamiste de la CIA donne le prétexte aux interventions néocolonialistes…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, désinformation, France et colonialisme, guerre Libye, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, politique française, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 23 janvier 2013 by Résistance 71

Un agent de la CIA prend la responsabilité de l’attaque de la centrale gazière algérienne

 

Kurt Nimmo

Le 22 Janvier 2013

 

url de l’article original (avec vidéo en anglais):

http://www.infowars.com/cia-operative-takes-responsibility-for-algerian-gas-plant-attack/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Dans la vidéo ci-jointe (voir l’article original en anglais), Mohktar Belmokhtar, pensé être le cerveau de l’attaque terroriste islamiste de la brigade Al-Mulathamin (brigade masquée) sur le complexe gazier d’In Amenas en Algérie, a endorsé la responsabilité de l’opération.

Belmokhtar a été recruté et entraîné par la CIA en Afghanistan. Il est une recrue “arabe afghane” d’Afrique du Nord et a combattu avec les moudjadines de la CIA et des services de renseignement pakistanais de l’ISI (Inter Services Intelligence), moudjadines qui se sont ensuite scindés en Al Qaïda et Talibans. Après la guerre civile afghane mortelle qui a clâmée plus de 500 000 vies, Belmokhtar est retourné en Algérie en 1993 et a rejoint le Groupe Salafiste de Prédication et de Combat.

Ce groupe a été fondé par Hassan Hattab un ancien commandant du Groupe Islamiste Armé (GIA). Mohamed Samraoui, le spécialiste et adjoint au contre-espionage militaire algérien, affirme que le groupe a été établi par l’armée algérienne dans une tentative d’affaiblissement et de destruction du Front Islamiste du Salut (FIS) modéré, parti politique devant prendre le pouvoir au cours d’élections en Algérie. Les membres du groupe salafiste furent recrutés par les services de renseignement algérien à leur retour d’Afghanistan.

En 2007, le Groupe Salafiste de Prédication et de Combat changea de nom pour devenir l’organisation Al Qaïda au Maghreb Islamique (AQMI) et s’aligna avec le Groupe de Combat Islamiste Libyen. En Novembre 2007, le second d’Al Qaïda Ayman al-Zawahiri s’adressa dans une vidéo où il annonçait que le groupe libyen avait rejoint Al Qaïda.

“AQMI, depuis 2007, a établi des relations étroites avec le groupe de combat islamiste libyen, dont les chefs ont aussi été recrutés et entraînés par la CIA en Afghanistan,” écrit Michel Chossudovsky. “Ce groupe libyen est secrètement soutenu par la CIA et les services britanniques du MI6”.

D’après un document du MI6, le renseignement britannique connaissait les desseins du groupe libyen d’assassiner Kadhafi en 1995, impliquant des “vétérans libyens ayant combattu en Afghanistan”. Le rapport gagna en crédibilité dans la mesure où les autorités britanniques permirent alors aux membres du groupe vivant au Royaume-Uni de s’engager dans des activités soutenant l’organisation islamiste malgré le fait que celle-ci soit considérée officiellement comme terroriste.

En plus du soutien des services américains et britanniques, AQMI et d’autres groupes salafistes en Afrique reçurent le soutien de l’Arabie Saoudite et du Qatar. La DGSE française mentionna dans un rapport au ministère de la défense que le Qatar soutenait le terrorisme au nord du Mali (in a report).

Le premier ministre algérien Abdelmalek Sellal a dit que l’attaque de la centrale gazière d’In Amenas dans la sahara “incluait deux Canadiens et une équipe d’experts en explosifs, qui avaient mémorisés le plan d’occupation des sols du complexe et était prêt à faire sauter l’ensemble”, a rapporté la chaîne canadienne CBC.

L’attaque sensationnelle qui prît place en Algérie est maintenant exploitée par les médias de l’establishment comme un outil de propagande pour renforcer la “guerre mondiale contre la terreur” et pour, une fois de plus, mettre en exergue l’audace d’Al Qaïda et des groupes salafistes associés créés par la CIA, les services pakistanais de l’ISI et du MI6 britannique, le tout financé par l’Arabie Saoudite et le Qatar.

Les chantres du globalisme ont pleinement l’intention d’étendre leurs opérations au plus profond d’une Afrique riche en ressources naturelles. Le haut commandement militaire américain pour l’Afrique, AFRICOM, et les français, avec le soutien de Cameron et de la Grande-Bretagne, sont en train de mettre au pas l’Afrique en utilisant l’énorme épée de Damoclès que représente Al Qaïda et sa panoplie de groupes salafistes associés, tout cela  donnant le prétexte nécessaire à toute intervention.

 

 

Nouvel Ordre Mondial et l’institutionnalisation de la tyrannie…

Posted in actualité, crise mondiale, guerre iran, guerre Libye, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, police politique et totalitarisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , on 22 janvier 2013 by Résistance 71

L’institutionnalisation de la tyrannie

 

Dr. Paul Craig Roberts

 

Le 17 Janvier 2013,

 

url de l’article original:
http://www.paulcraigroberts.org/2013/01/18/the-institutionalization-of-tyranny-paul-craig-roberts/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Les républicains et les conservateurts américains sont toujours en train de combattre le gouvernement omniscient sous sa forme d’état-providence. Apparemment, ils n’ont jamais entendu parler de la forme de l’état policier militarisé qu’a prise le gouvernement omniscient, ou s’ils en ont même entendu parler, ils sont confortables avec celui-ci et n’ont aucune objection à formuler.

Les républicains, incluant ceux du parlement et du sénat, sont satisfaits du gouvernement qui initie des guerres sans la déclarer ou sans même l’accord du congrès ; assassiner des citoyens de pays avec lesquels Washington n’est pas en guerre, n’est pas une guerre. Les républicains ne contestent pas que les agences de “sécurité” américaines espionnent les citoyens américains sans autorisation légale et enregistrent chaque courrier électronique, sites internet visités, écrits sur Facebook, coups de téléphones cellulaires passés ou reçus et achats au moyen d’une carte de crédit. Les républicains du congrès des Etats-Unis ont même voté pour le financement de cette gigantesque structure dans l’Utah dans laquelle les informations sont emmagazinées.

Mais que les cieux ne permettent pas que le gouvernement omniscient et omniprésent fasse quoi que ce soit pour un pauvre.

Les républicains ont combattu le concept de sécurité sociale depuis que Franklin D. Roosevelt la signa en loi dans les années 1930 et ils ont combattu le medicare depuis que le présidfent Lyndon Johnson le signa en loi en 1965 comme partie intégrante des initiatives de la Grande Société.

Les conservateurs accusent les libéraux d’ “institutionaliser la compassion”.Dans le numéro de Février 2013 de Chronicles, John C. Seiler Junior,  voue aux gémonies cette Grande Société de Johnson comme étant “une force majeure pour tourner une nation ayant encore un brin de liberté républicaine en un état centralisé, bureaucratisé, dégénéré et en banqueroute que nous avons à subir aujourd’hui.”

Il ne vient pas du tout à l’idée des conservateurs qu’en Europe, démocratie, liberté, avantages sociaux, personnes riches et services nationaux de santé coexistent, mais que quelque part la liberté américaine est si fragile qu’elle peut-être mise sens dessus-dessous par un programme limité de santé publique qui n’est accessible du reste qu’aux personnes âgées.

Cela ne vient pas non plus à l’idée des républicains conservateurs qu’il est bien préférable d’institutionaliser la compassion que d’institutionaliser la tyrannie.

L’institutionalisation de la tyrannie est le résultat des régimes Bush/Obama de ce début de XXIème siècle., Ceci, et non pas la Grande Société, est la grande rupture avec la tradition américaine. Les républicains de Bush ont détruit presque toutes les protections constitutionnelles de la liberté établies par les pères fondateurs. Les démocrates d’Obama ont codifié le démantèlement organisé de la constitution par Bush et ont enlevé la protection aux citoyens de ne pas être assassinés par leur gouvernement sans autre forme de procès. Une décennie fut assez de temps pour deux présidents pour que le peuple américain devienne le moins libre de tous les pays développés, voire peut-être même de toutes les nations. Dans quel autre pays le chef de l’exécutif a t’il le droit de tuer ses propres citoyens sans aucune procédure légale ?

Cela nous retourne l’estomac d’écouter les conservateurs geindre sur la destruction de la liberté par compassion tandis qu’ils institutionalisent la torture, la détention indéfinie en violation du principe légal du habeas corpus,  l’assassinat de citoyens sur la seule suspicion et accusation infondée, la violation totale et complète de la vie privée, l’interférence avec le droit de voyager par l’existence d’inombrables listes de personnes mises sur la liste “interdiction de vol” et les barrages routiers, la brutalisation des citoyens et ceux qui exercent leur droit de manifester par la police, les souricières pour faire taire les critiques et la réduction drastique de droit de parole.

En Amérike aujourd’hui (NdT: Roberts utilise volontairement l’ortographe “Amerika” afin de germaniser le mot…), seule la branche exécutive du gouvernement fédéral bénéficie d’une certaine vie privée. La vie privée est institutionnelle et non pas personnelle, demandez à l’ancien directeur de la CIA David Petraeus. Tandis que la branche exécutive détruit la vie privée de tout le monde, elle insiste sur le privilège de la sienne. La sécurité nationale est invoquée pour masquer les activités criminelles de la branche exécutive du gouvernement. Les procureurs fédéraux mènent des procès contre des défendants pour lesquelles les preuves les soi-disant incriminant sont “secret d’état” et ne sont pas accessibles ni aux accusés ni à leurs avocats… Des avocats comme Lynne Stewart ont été emprisonnés pour ne pas avoir suivi les ordres des procureurs fédéraux de violer le privilège de la relation avocat-client.

Les conservateurs acceptent un état policier monstrueux qui a été érigé, parce qu’ils pensent que cela les sécurise du “terrorisme musulman”. Ils n’ont même pas la présence d’esprit de noter que maintenant ils sont exposés au terrorisme de leur propre gouvernement.

Considérez par exemple le cas du soldat Bradley Manning (NdT: le soldat qui a fuité vers Wikileaks les vidéos du massacre de civils irakiens par un hélicoptère américain, ces vidéos ont fait le tour du monde sur la toile…). Il est accusé d’avoir fuité des informations confidentielles qui révèlent des activités criminelles du gouvernement, ses crimes de guerre et ce malgré le fait qu’il est de la responsabilité de tout militaire de rapporter tout crime de guerre dont il a été témoin. Chacun des droits constitutionnels de Manning a été violé par le gouvernement des Etats-Unis. Il a été torturé dans un effort de le forcer à admettre les accusations portées à son encontre d’être impliqué dans les fuites vers Wikileaks et Julian Assange. Manning a vu ses droits pour l’obtention d’un procès juste et rapide violés ayant maintenant passé près de 3 ans en détention préventive et ayant subi des ajournements de procès par décisions des procureurs. Maintenant la juge Colonel Denis Lind, qui arrive à cette position venant du bureau des procureurs et non pas comme juge impartiale, a décrété que Manning ne peut pas utiliser comme preuve le rapport même du gouvernement stipulant que les fuites d’information n’ont eu aucune influence néfaste sur la sécurité nationale. Lind a aussi jeté par dessus bord le principe légal du mens rea en déclarant que le motif de Manning pour fuiter l’information au sujet des crimes de guerre des Etats-Unis, ne peut pas être présenté comme preuve à son procès.

http://www.armytimes.com/news/2013/01/ap-judge-limits-motive-evidence-wikileaks-case-bradely-manning-011613/
Mens rea dit qu’un crime requiert une intention criminelle. En faisant fi de ce principe légal, Lind a empêché Manning de montrer que son motif d’action n’était que de faire son devoir de par le code militaire sous lequel il travaille en révélant les preuves de crimes de guerre. Ceci permet maintenant aux procureurs de retourner un acte conforme à la déontologie en un crime de donner assistance à l’ennemi en révélant des informations classifées.

Bien entendu, rien de ce que Manning a révélé n’a aidé l’ennemi en quoi que ce soit, car l’ennemi, ayant souffert de crimes de guerre, était déjà parfaitement au courant de leur existence.

Les démocrates d’Obama ne sont pas plus perturbés que les républicains conservateurs à l’idée qu’un jeune soldat américain faisant son devoir, se retrouve au banc des accusés à cause de sa conscience morale. Dans le procès Manning, la définition de victoire du gouvernement n’a absolument rien à voir avec une quelconque idée que la justice prévale. Pour Washington, la victoire veut dire piétiner la conscience morale et protéger le gouvernement corrompu afin que ses crimes de guerre ne soient pas divulgués au grand jour de l’opinion publique.

 

Ingérence impérialiste en Syrie: La bataille oubliée de manière opportune ou quand l’empire et sa légion islamiste mercenaire se font botter le cul !…

Posted in actualité, France et colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, politique française, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , on 22 janvier 2013 by Résistance 71

L’armée syrienne contrôle le terrain

 

Ghaleb Kandil

 

url de l’article original:

http://www.palestine-solidarite.org/analyses.Ghaleb_Kandil.210113.htm

 

Le 21 janvier 2013

 

Les rapports et les articles de presse occidentaux soulignent la débandade des gangs terroristes en Syrie et les dissensions qui minent leurs rangs. Dans le même temps, les façades politiques des oppositions syriennes, créées par l’Occident, sont en faillite.

Les derniers développements sur le terrain ont enregistré une progression de l’Armée arabe syrienne (AAS), qui a repris le contrôle de nombreuses régions troublées et liquidé des bastions rebelles. Selon les informations parues dans la presse occidentales, les groupes terroristes, parrainées par la Turquie et les pétromonarchies du Golfe et manipulées par les Etats-Unis, ont massé des dizaines de milliers de terroristes multinationaux. Des milliers d’entre eux ont péri lors des offensives de l’armée, et des combats fratricides déchirent leurs rangs après leurs échecs stratégiques. Les reporters occidentaux « Embedded » dans les groupes terroristes n’ont pas pu cacher cet état de déliquescence et les combats sanglants sur le partage du butin et des munitions, surtout provoqués par l’assèchement du financement. Des « dissensions idéologiques et politiques », encouragées par le Front qaïdiste al-Nosra, qui veut liquider tous ses concurrents, ont lieu dans plus d’une région.

Les rapports occidentaux reconnaissent que l’Etat syrien a étendu son emprise sur de vastes zones, et contrairement à certaines informations, le gouvernement contrôlerait 80% du territoire et toutes les grandes villes et la campagne environnante. Les affrontements avec les gangs terroristes se concentrent dans la campagne proches de la frontière turque dans les provinces d’Idleb et d’Alep et certains bastions limitrophes du Liban, dans la campagne de Damas et de Homs.

La décision de créer des forces populaires supplétives de l’armée, appelées Forces de défense nationales, formées de réservistes, constitue un développement stratégique, dont on a commencé à constater les conséquences sur le terrain. A Alep, par exemple, 20000 jeunes se sont enrôlés en une semaine dans les rangs de la Garde républicaine après l’autorisation accordée aux recrues de servir dans leurs régions d’origine.

Les Forces de défense illustrent l’unité nationale, un des facteurs nécessaires pour remporter la guerre contre le terrorisme.

Les rapports stratégiques occidentaux et israéliens assurent que l’armée syrienne, tout en résistant à la guerre terroriste, planifiée et financée par les puissances coloniales et impérialistes, a réussi à préserver intactes ses unités militaires chargées de faire face à toute offensive terrestre israélienne ou intervention étrangère. Elle a conservé ses capacités stratégiques de défense nationale.

En plus des capacités militaires de l’Etat syrien, les alliés de Damas ont intensifié et adapté leur aide multiforme dans le cadre d’une relation de partenariat pour conter-carrer les plans hégémoniques des Américains et Occidentaux.

Le chef d’état major inter-arme russe a ainsi mis en garde contre toute intervention militaire étrangère en Syrie, qui provoquerait une catastrophe à l’échelle de toute la région. Le général Valery Girassimov a affirmé que son pays surveillait de près le déploiement des batteries de missiles Patriot, en Turquie. «Nos partenaires ont annoncé que ces missiles ne seront pas utilisés, pour établir une zone d’exclusion aérienne, au-dessus de la Syrie», a-t-il dit lors d’une conférence de presse à l’issue d’une réunion du Conseil Russie-Otan à Bruxelles. «La position de la Russie consiste à laisser aux Syriens le soin de résoudre la crise, et Moscou rejette toute ingérence étrangère, qui pourrait s’avérer catastrophique, pour la région», a-t-il ajouté.

L’Iran, de son côté, a exécuté son engagement à soutenir le gouvernement et le peuple syrien, à travers la signature d’un accord permettant à Damas d’emprunter à l’Iran jusqu’à un milliard de dollars à des taux d’intérêts préférentiels.

Confrontés à ces réalités incontournables, les Occidentaux sont à la recherche d’une stratégie de repli mais refusent encore d’admettre leur défaite.

Aussi, les prochains mois seront-ils riches en développements, caractérisés par le renforcement de l’emprise de l’Etat syrien sur l’ensemble du territoire et le recul des terroristes. Cette équation inévitable contraindra Washington à accepter les mécanismes de fin de la violence, qui passent forcément par l’arrêt du financement et de l’armement des groupes terroristes.

Ingérence française au Mali: Le dessous des cartes ?

Posted in actualité, France et colonialisme, guerre Libye, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, neoliberalisme et fascisme, politique française, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , on 22 janvier 2013 by Résistance 71

Mali: Une guerre peut en cacher une autre

 

Thierry Meyssan

 

Le 21 Janvier 2013

 

Url de l’article original:

http://www.voltairenet.org/article177179.html

 

Préparée de longue date et annoncée par François Hollande six mois à l’avance, l’intervention française au Mali a été présentée comme une décision prise en urgence en réponse à des développements dramatiques. Cette mise en scène ne vise pas seulement à s’emparer de l’or et de l’uranium maliens, elle ouvre surtout la voie à une déstabilisation de l’Algérie.

L’appétit vient en mangeant », dit le proverbe. Après avoir recolonisé la Côte d’Ivoire et la Libye, puis tenté de s’emparer de la Syrie, la France lorgne à nouveau sur le Mali pour prendre l’Algérie à revers.

Durant l’attaque de la Libye, les Français et les Britanniques ont fait un large usage des islamistes pour combattre le pouvoir de Tripoli, les séparatistes de Cyrénaïque n’étant pas intéressés à renverser Mouammar el-Kadhafi une fois Benghazi indépendante. À la chute de la Jamahiriya, j’ai personnellement été témoin de la réception des dirigeants d’AQMI par des membres du Conseil national de transition à l’hôtel Corinthia, qui venait d’être sécurisé par un groupe britannique spécialisé venu exprès d’Irak. Il était évident que la prochaine cible du colonialisme occidental serait l’Algérie et qu’AQMI y jouerait un rôle, mais je ne voyais pas quel conflit pourrait être utilisé pour justifier une ingérence internationale.

Paris a imaginé un scénario dans lequel la guerre pénètre en Algérie par le Mali.

Peu avant la prise de Tripoli par l’OTAN, les Français parvinrent à soudoyer et à retourner des groupes Touaregs. Ils eurent le temps de les financer abondamment et de les armer, mais il était déjà bien tard pour qu’ils jouent un rôle sur le terrain. Une fois la guerre finie, ils retournèrent dans leur désert.

Les Touaregs sont un peuple nomade vivant au Sahara central et sur les bordures du Sahel, soit un vaste espace partagé entre la Libye et l’Algérie, le Mali et le Niger. S’ils ont obtenu la protection des deux premiers Etats, ils ont au contraire été délaissés par les deux derniers. Par conséquent, depuis les années 60, ils n’ont cessé de remettre en question la souveraineté du Mali et du Niger sur leurs terres. Bien logiquement, les groupes armés par la France décidèrent d’utiliser leurs armes pour faire aboutir leurs revendications au Mali. Le Mouvement national pour la libération de l’Azawad (MNLA) prend le pouvoir dans presque tout le Nord-Mali où il habite. Cependant, un groupuscule d’islamistes touaregs, Ansar Dine, rattaché à AQMI, en profite pour imposer la charia dans quelques localités.

Le 21 mars 2012, un étrange coup d’État est perpétré au Mali. Un mystérieux « Comité pour le redressement de la démocratie et la restauration de l’État » (CNRDRE) renverse le président Amadou Toumani Touré et déclare vouloir restaurer l’autorité malienne au Nord du pays. Il en résulte une grande confusion, les putschistes étant incapables d’expliquer en quoi leur acte améliorera la situation. Le renversement du président est d’autant plus bizarre qu’une élection présidentielle était prévue cinq semaines plus tard et que le président sortant ne se représentait pas. Le CNRDRE est composé par des officiers formés aux États-Unis. Il empêche la tenue de l’élection et transmet le pouvoir à un des candidats, en l’occurrence le francophile Dioncounda Traore. Ce tour de passe-passe est légalisé par la CEDEAO, dont le président n’est autre qu’Alassane Ouattara, mis au pouvoir un an plus tôt par l’armée française en Côte d’Ivoire.

Le coup d’État accentue la division ethnique du pays. Les unités d’élite de l’armée malienne (formées aux USA) ayant un commandement touareg rejoignent la rébellion avec armes et bagages.

Le 10 janvier, Ansar Dine —appuyé par d’autres groupes islamistes— attaque la ville de Konna. Il quitte donc le territoire touareg pour étendre la loi islamique au Sud du Mali. Le président de transition Dioncounda Traore décrète l’état d’urgence et appelle la France au secours. Paris intervient dans les heures qui suivent pour empêcher la prise de la capitale, Bamako. Prévoyant, l’Élysée avait pré-positionné au Mali des hommes du 1er Régiment parachutiste d’infanterie de marine («  la coloniale  ») et du 13e Régiment de dragons parachutistes, des hélicoptères du COS, trois Mirage 2000D, deux Mirage F-1, trois C135, un C130 Hercule et un C160 Transall.

En réalité, il est fort peu probable qu’Ansar Dine ait représenté une menace réelle, car la vraie force combattante, ce ne sont pas les islamistes, mais les nationalistes touaregs, lesquels n’ont aucune ambition au Sud du Mali.

Pour conduire son intervention militaire, la France demande l’aide de nombreux États, dont l’Algérie. Alger est piégé : accepter de collaborer avec l’ancienne puissance coloniale ou prendre le risque d’un reflux des islamistes sur son sol. Après hésitation, il accepte d’ouvrir son espace aérien au transit français. Mais en définitive, un groupe islamiste non identifié attaque un site gazier de British Petroleum au Sud de l’Algérie en accusant Alger de complicité avec Paris dans l’affaire malienne. Une centaine de personnes sont prises en otages, mais pas seulement des Algériens et des Français. Le but est manifestement d’internationaliser le conflit en le transportant en Algérie.

La technique d’ingérence française est une reprise de celle de l’administration Bush : utiliser des groupes islamistes pour créer des conflits, puis intervenir et s’installer sur place sous prétexte de résoudre les conflits. C’est pourquoi la rhétorique de François Hollande reprend celle de « la guerre au terrorisme », pourtant abandonnée à Washington. On retrouve dans ce jeu les protagonistes habituels : le Qatar a pris des parts dans de grandes sociétés françaises installées au Mali, et l’émir d’Ansar Dine est proche de l’Arabie saoudite.

Le pyromane-pompier est aussi un apprenti sorcier. La France a décidé de renforcer son dispositif anti-terroriste, le plan Vigipirate. Paris ne craint pas une action des islamistes maliens sur le sol français, mais le reflux des jihadistes de Syrie. En effet, durant deux ans, la DCRI a favorisé le recrutement de jeunes musulmans français pour se battre avec l’ASL contre l’État syrien. Du fait de la débandade de l’ASL, ces jihadistes reviennent actuellement au pays natal où ils pourraient être tentés, par solidarité avec Ansar Dine, d’utiliser les techniques terroristes qu’on leur a appris en Syrie.

Guerre et ingérence de la France au Mali: Blackout médiatique imposé…

Posted in actualité, France et colonialisme, guerre Libye, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, neoliberalisme et fascisme, politique française, presse et média with tags , , , , , , , , , on 21 janvier 2013 by Résistance 71

 

La France impose in blocus médiatique sur sa guerre au Mali

 

Press TV

 

Le 21 Janvier 2013,

 

url de l’article original:

http://www.presstv.ir/detail/2013/01/21/284689/france-slams-media-blackout-on-mali-war/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

La France a apparemment imposé un blackout médiatique sur son invasion du Mali au sein d’une guerre croissante qui fait rage dans la nation d’Afrique occidentale.

Le 11 Janvier, la France a lancé une guerre sous prétexte d’arrêter les avancées de combattants rebelles au Mali. Quoi qu’il en soit, comme Paris a monté de plusieurs crans son offensive terrestre et ses frappes aériennes au Mali, très peu d’images du conflit sont parvenues du pays africain.

Les réseaux français de TFI et de France Télévision ont également envoyé plusieurs équipes de correspondants à Bamako, mais un blackout médiatique sur les images des combats a confiné tous les journalisres dans la ville.

Ceci intervient alors que le ministre français de la défense Jean-Yves Le Drian a dit que le nombre de troupes françaises au sol dans le pays d’Afrique occidentale pourrait dépasser le chiffre initialement avancé de 2500 soldats.

“2500 était le chiffre annoncé au préalable, mais peut-être sera t’il dépassé”, a dit Le Drian dans un entretien à la télévision Samedi dernier.

Dimanche, Le Drian a également annoncé que le but de Paris dans le pays africain “est la reconquête totale du Mali”, ajoutant, “nous ne laisserons pas de poches de résistance”.

Dans le même temps, l’agence onusienne pour les réfugiés, l’UNHCR, a dit qu’elle se préparait à ce qu’environ 700 000 personnes fuient les violences au Mali.

Six nations ont dit qu’elles supportaient la guerre de la France au Mali: Les Etats-Unis, le Canada, la Grande-Bretagne, l’Allemagne, la Belgique et le Danemark.

La CEDAO a aussi promis un soutien à la guerre de la France en envoyant 5800 soldats au Mali.

Certains analyses pensent que les ressources naturelles maliennes abandonnées, incluant de grosses réserves d’or et d’uranium, seraient une des raisons derrière la guerre de la France au Mali.