Santé: Présentation du livre de G. Edward Griffin « Un monde sans cancer, l’histoire de la vitamine B17 »

“Un Monde sans Cancer” présentation du livre de G. Edward Griffin (seconde édition, 13ème réimpression, 1997)

“L’histoire de la Vitamine B17”

 

par Résistance 71

 

Novembre 2012

1ère partie

2ème partie

3ème partie

4ème partie

5ème partie

Livre II, 1ère partie

Livre II, 2ème partie

Livre II, 3ème partie

Livre II, 4ème partie

Livre II, 5ème et dernière partie

Nous avons entrepris il y a plusieurs mois, la traduction de larges extraits du livre référence sur le sujet écrit par G. Edward Griffin en 1974: “A world Without Cancer, the story of Vitamin B17”. Depuis sa première mouture, le livre en est à sa 14ème réimpression à notre connaissance, la dernière en date étant de 2010. Notre traduction porte sur la réimpression de 1998 de la seconde édition (avant-dernière réimpression donc). Ce livre de 360 pages présente la particularité d’être difficile à traduire, non pas par la teneur du langage ou sa technicité, non, mais par le fait qu’ayant pour des raisons de temps, décidé de ne traduire que de larges extraits, il nous a été très difficile de tomber d’accord et de sélectionner ce qui devait être laissé en dehors de la traduction, pourquoi ? Parce que le livre est riche et dense en information de la première à la dernière page et que l’on comprend au fil de sa lecture pourquoi il n’a jamais été traduit en français (les regards se tournent vers les lobbies pharmaceutiques) tout en enrageant qu’il ne le fut pas. Depuis maintenant 38 ans qu’il existe, nous pouvons raisonnablement penser que le fait qu’aucune maison d’édition n’ai voulu prendre le risque de le publier en français relève certainement plus de la politique de la médecine que de la science, un peu comme les travaux de l’éminent médecin français le Dr Gernez, ont été mis au placard pour les mêmes vraisemblables raisons.

L’ouvrage nous amène au gré des recherches et témoignages à concevoir une autre approche du cancer, cette pandémie mondiale, qui touche bien plus le monde dit civilisé. Une approche qui est inhérente aux médecines dites naturelles, auxquelles le cartel pharmaceutique qui régit le monde médical, fait une guerre impitoyable.

Cette approche naturelle de la maladie désire la traiter à sa source et non pas n’en traiter que les signes et les symptômes comme semble le faire la médecine allopathique “orthodoxe” dans bien des cas de figures dont le cancer n’est qu’un exemple.

La médecine allopathique traite la tumeur cancéreuse comme étant la maladie, la médecine naturelle traite la maladie à sa source: la tumeur n’est qu’un symptôme de la maladie. En lisant sur le sujet, nous nous rendons compte que la prévention et le traitement du cancer peuvent se faire de plusieurs manière, il n’y a pas d’approche rigide du problème, mais toutes les méthodes thérapeutiques naturelles, dont celle utilisant le Laétrile ou la substance nitriloside connue sous le nom d’amygdaline sous sa forme naturelle contenue dans près de 1200 plantes et graines comestibles, considèrent que le cancer est une maladie métabolique chronique (chronique parce qu’elle ne se guérit pas seule et persiste, métabolique parce qu’elle se produit dans l’organisme et n’est pas transmissible à d’autres personnes). “Il n’y a pas d’évidence médicale qu’aucune maladie métabolique chronique n’ait été guérie par des médicaments ou une intervention mécanique sur le corps (chirurgie)” d’après le Dr Krebs (biochimiste, développeur du Laétrile), dans tous les cas, la solution adéquate fut trouvée dans la résolution d’une carence nutritionnelle chez les individus atteints (comme pour le scorbut ou le pellagre par exemple, qui sont des carences en respectivement vitamines C et B3).

Le livre de Griffin est divisé en deux parties distinctes:

La première partie traite de l’analyse de la science du traitement du cancer, la seconde partie traite de la politique de la thérapie du cancer et nous découvrons avec stupeur que malheureusement… L’une ne va pas sans l’autre pour des raisons jugées par l’auteur exclusivement de profit. Nous n’en sommes toutefois pas si certains, connaissant le passé eugéniste des figures qui manipulent les ficelles de l’industrie pharmaceutique (donc chimique…) à l’échelle mondiale. Ceci est un autre débat, pas si éloigné de celui qui nous préoccupe du reste.

Nous avons lu une littérature abondante sur le sujet avant même notre travail de traduction, car un élément en amenant un autre, nous avons été amené à lire quasiment toute la littérature existante et disponible à ce sujet (la thérapie du Laétrile) en langue anglaise. Nous ne donnons en aucun cas un quelconque avis médical car nous ne sommes pas habilités à le faire, ce que nous faisons en revanche, est de permettre au public ne pouvant pas lire l’anglais d’avoir un autre point de vue concernant cette maladie désastreuse qui touche l’humanité à un niveau pandémique. Beaucoup d’entre nous ont été confrontés à la maladie de manière directe ou indirecte et il est évident que la médecine allopathique ne présente pas les meilleures statistiques de survie au fléau. Ce que nous défendons est la capacité pour chacun de faire un choix informé quant à la façon dont il ou elle désirerait être traitée en cas de besoin, et même mieux: que peut-on faire au mieux des connaissances avérées pour prévenir si possible la maladie.

Il est de plus en plus évident que notre alimentation moderne a un rôle néfaste sur l’organisme, sans même parler des pesticides, insecticides et OGM que nous ingérons, mais simplement en ne considérant que la qualité nutritive de ce que nous consommons.

Par exemple notre alimentation moderne ne contient quasiment plus de substances nitrilosides comme l’amygdaline que l’on trouve en grande quantité dans le sorghum, le millet, les graines de bon  nombre de fruits (pommes, poires, abricots, pêches), amendes amères, cassave, graines de lin, bon nombre de ces aliments ne font plus du tout partie de notre alimentation quotidienne en occident et cela créé une déficience chronique en nitrilosides, vitamine B17. Ceci est une des causes de cancer. Une autre, comme étudié dans le livre, étant une alimentation demandant trop d’enzymes pancréatiques pour la digestion et n’en laissant plus assez dans la circulation sanguine. Nous verrons que la conjugaison de certains enzymes pancréatiques avec les molécules chimiques composants la vitamine B17 a un effet dévastateur prouvé sur les cellules cancéreuses et ce sans affecter les cellules saines.

Il nous apparaît important que tout à chacun ait le loisir d’obtenir le plus d’information possible sur un sujet donné, surtout sur un sujet aussi important que le cancer. A partir de là, chacun fait son choix et voit midi à sa porte de manière informée.

Comme l’auteur du livre le stipule en avant-propos de son ouvrage:

“Avertissement, le Laétrile est officiellement un traitement non prouvé pour le cancer. L’auteur de ce livre est un chercheur et un écrivain, pas un médecin. Les faits dévoilés dans les pages qui suivent ne le sont que pour information seulement et ne sont pas des avis médicaux. Leur but est de créer la base d’un consentement informé. Bien qu’il y ait certaines chose que l’on puisse faire dans le domaine de la prévention, le traitement clinique du cancer ne doit pas se pratiquer seul. L’administration de quelque thérapie anti-cancéreuse que ce soit, incluant les thérapies nutritionnelles, doit être pratiquée sous la supervison directe de personnels médicaux professionnels, spécialistes en leur domaine.”

Nous ne pouvons qu’adhérer à ces propos et les faire nôtres.

Aussi nous devons préciser que la prévention ou thérapie du cancer par les substances nirilosides (amygdaline), se basant sur la théorie des cellules trophoblastiques du cancer du Dr Beard, n’est pas la seule thérapie naturelle existante. Nous encourageons toute personne intéressée à lire exhaustivement sur le sujet de façon, le cas échéant à pouvoir faire un choix informé.

A World Without Cancer” est sans doute le livre le plus exhaustif sur le sujet jamais écrit, car il analyse la théorie derrière le produit, le produit lui-même et la politique qui mena à son interdiction aux Etats-Unis. Néanmoins, l’épouse de l’auteur, Patricia Irving Griffin, infirmière diplômée de l’état de Californie (B.Sc, R.N), travailla de longues années avec le Dr John A. Richardson (médecin et chirurgien), qui utilisa avec grand succès le laétrile dans ses thérapies et fut à l’origine de la controverse concernant la substance à partir 1972. Avec l’accord de tous les patients mentionnés, ils publièrent un livre en Mai 1977 intitulé: “Laetrile Case Histories, the Richardson Cancer Clinic Experience” (livre dont la dernière réimpression date de 2005) où sont répertoriés quelques dizaines de cas spécifiquement choisis parmi les centaines possibles, pour à la fois la spécificité du cancer et la gravité des cas. Tous les cas mentionnés sont ceux de patients existant ou ayant existé, dûment répertoriés, présentant pour la circonstance quasiment tous la même particularité: ils avaient été rejetés par la médecine “orthodoxe” car en stade dit terminal, ces cas exceptionnels furent mis en rémission de la maladie.

D’autres livres (tous en anglais et là encore peut-on légitimement se demander pourquoi aucun n’a été traduit et publié en français ?) ont été écrit sur le Laétrile, vitamine B17:

  • “Freedom from Cancer” par Michael Culbert (Docteur ès Sciences, Sc.D et directeur fondateur de l’International Council for Health Freedom), publié en 1977
  • “Alive and Well” par le Dr. Philip E. Binzel, première édition en 1994, cinquième édition en 2000
  • “Laetrile, nutritional control of cancer with vitamin B17” par Glenn D. Kittler, publié en 1978
  • “To You, my Beloved Patients” par le Dr. Ernesto Contreras Senior, publié en 1999

Nous terminerons cette introduction avec la traduction d’un extrait du livre sus-mentionné “Alive and Well” qui se traduirait en français par : “En vie et bien portant” du Dr Binzel.

Il convient ici de situer la scène du passage traduit:

En Décembre 1977, le Dr. Binzel, un médecin qui commença, après étude approfondie sur le sujet, à introduire diverses formes nutritionnelles dans sa pratique médicale dès 1974, ceci incluant l’utilisation du Laétrile, reçoit un coup de téléphone du directeur du Committee of Choice for Cancer Therapy, Bob Bradford. Celui lui dit que la FDA (NdT: Food and Drugs Administration, l’organisme fédéral qui régit l’alimentation et les médicaments aux Etats-Unis, encore de nos jours, la même qui est totalement noyautée par les cadres de Monsanto et de l’industrie chimique et pharmaceutique…) a soumis une procédure en justice pour faire interdire le Laétrile sur le territoire Etats-Unien sur la base que la substance était toxique. Bradford lui dit que le cas passe en cour de justice à Oklahoma City 12 jours plus tard, que le Comité s’est assuré le témoignage d’un éminent toxicologue le Dr. Bruce Halstead, mais qu’ils avaient besoin du témoignage d’un médecin pratiquant l’administration du laétrile avec ses patients. Le Dr Binzel accepta de témoigner.

Lors de l’audition, voici la traduction de ce qui fut dit (traduit du livre “Alive and Well”, Dr Philip E. Binzel, pages 16-18):

Je (Dr. Binzel) fus le premier à témoigner. En répondant au question de Me Coe (NdT: l’avocat du committee of Choice for Cancer Therapy), j’ai établi que j’avais utilisé le laétrile par voies orale et intraveineuse sur plusieurs centaines de patients et que je n’avais jamais eu l’expérience d’une réaction toxique chez aucun de mes patients. Lors de l’interrogatoire contradictoire, l’avocat de la FDA me demanda si j’étais familier avec le terme de “agmpxyztpwrquos”, ou quelque chose de ce style. Je lui dis que non. Puis il me demanda si j’étais familier avec le terme “mvchrtonlxty”, ou quelque chose d’avoisinant. Une fois de plus je lui dis que non. Je fus ensuite renvoyé à ma place. Jusqu’à aujourd’hui je ne connais toujours pas la signification de ces deux termes avancés et je n’ai plus jamais entendu ces termes prononcé depuis. Je me demande toujours s’ils n’ont pas inventé ces termes pour voir si je mordrai à l’hameçon.

Ensuite le Dr Halstead vint témoigner. Il portait avec lui un livre qu’il posa sur ses genoux. Le Dr Halstead expliqua durant l’interrogatoire de Me Coe que toute substance connue de l’humanité peut-être toxique. Il montra que si l’oxygène était essentiel à la vie, trop d’oxygène était fatal. Il continua suivant la même procédure avec l’eau, le sel et d’autres substances. Il montra ensuite que l’aspirine, le sucre et le sel étaient milligramme pour milligramme plus toxique que le laétrile. Il finit par expliquer que les agents chimiothérapeutiques qui sont communément utilisés dans les traitement anti-cancers étaient, milligramme pour milligramme, des centaines de fois plus toxiques que le laétrile.

Lors de l’interrogatoire contradictoire, l’avocat de la FDA demanda au Dr Halstead de donner le rapport de toxicité d’une certaine substance (je ne me rappelle plus de quelle substance il s’agissait). Le Dr Halstead dit alors en montrant le livre sur ses genoux mais sans jamais l’ouvrir: ‘A la page 311 de ce livre, tableau 2, vous verrez que la toxicité de cette substance est de…. (il donna la mesure)’. L’avocat de la FDA nomma une autre substance et demanda la même question. Le Dr Halstead répondit: ‘Page 410 le tableau 3 de ce livre montre que… (et il donna la toxicité sans ouvrir le livre)’. L’avocat essaya une troisième fois et une fois de plus le Dr Halstead donna la page et le tableau afin de trouver l’information sur la toxicité de la substance nommée. Les trois avocats de la FDA se toisèrent pendant une minute, puis l’un d’eux demanda: “Comment savez-vous tout cela ?” Le Dr Halstead répondit calmement: “parce que j’ai écrit ce livre”. “Impossible !” cria l’avocat. Sans dire un mot, le Dr Halstead prit le livre qui résidait sur ses genoux et le tendit au juge Bohanon. Le juge ouvrit le livre à sa première page et lit ce qui suit: ‘Livre d’étude en toxicologie écrit par le Dr. Bruce Halstead, commissionné par la Food and Drug Administration des Etats-Unis d’Amérique’. Le juge se tourna vers les avocats de la FDA et dit: ‘il semblerait messieurs que vous n’ayez pas bien fait vos devoirs de maison.” Les avocats de la FDA en avaient assez du Dr Halstead et le renvoyèrent s’assoir à sa place.

Lorsque Me Coe informa le juge Bohanon que la défense en avait fini avec ses témoins, le juge se tourna alors vers les avocats de la FDA et dit: “La cour est maintenant prête à entendre vos témoins à charge et à examiner vos preuves.” Un des avocats de la FDA répondit: “Votre honneur, nous n’en avons pas.” Le reste du dialogue fut comme suit:

Le juge: “Vous êtes en train de me dire que vous avez engagé une procédure de justice pour que cette cour reconnaisse  la toxicité du Laétrile et que vous n’avez pas un témoin, pas un gramme de preuve pour soutenir votre cas ?”

L’avocat: “Correct votre honneur”

Le juge: “Alors pourquoi avez-vous engagé la procédure ?”

L’avocat: “Parce que votre honneur, il se peut que le laétrile soit dangereux.”

Le juge: “Dangereux pour qui ?”

L’avocat: “Dangereux pour le gouvernement fédéral votre honneur.”

Le juge: “Comment le laétrile peut-il être dangereux pour le gouvernement fédéral ?”

L’avocat: “Parce que, votre honneur, le gouvernement fédéral pourrait perdre le contrôle.”

Avec cette dernière déclaration, le juge visiblement en colère, saisi son maillet, l’abatit et déclara: “non lieu”.

Alors que Me Coe, le Dr Halstead, Bob Bradford, mon épouse et moi-même quittions le prétoire, nous vîmes une affiche d’environ 1,80m sur 1,20m sur le mur du hall avec cette inscription en très grandes lettres: “Faites attention au Laétrile, Il est toxique !” En bas de l’affiche, en petites lettres, était écrite cette déclaration: “Doit être affichée dans tous les bâtiments gouvernementaux par ordre de la FDA des Etats-Unis”.

Était-il possible que la FDA soit en train de mentir aux citoyens?”

Notre question: A qui profite vraiment tout ce silence ? Certaines questions valent certainement la peine d’être posées.

Bonne lecture !

Publicités

23 Réponses to “Santé: Présentation du livre de G. Edward Griffin « Un monde sans cancer, l’histoire de la vitamine B17 »”

  1. lesspheres Says:

    Reblogged this on Rexistence 2 Blogs.

  2. Ce livre est utile, mais étant donné la puissance des lobbys et les relais par les gouvernements qui s’alignent sur les désiratas des cartels pharmaceutiques, il sera difficile d’imposer une autre vision.

    Mais, en tout cas cela peut faire réfléchir.

    il est clair que les chimiothérapies, si elles vous sauvent dans divers cas, ne réparent pas pour autant l’ensemble des atteintes qu’elles portent à l’organisme et d’ailleurs il est bien précisé qu’il y a des effets toxiques avec les bénéfices que l’on en attend et que la balance est à faire entre les deux, ce qui est appelé effets secondaires.

    il est en outre très difficile, tellement ces traitements se sont imposés de mettre en place autre chose et nous restons dépendants tant l’industrie périphérique, médecins, pharmaciens et autres intervenants se sont alignés sur cette thérapie, ne laissant aucune place à des traitements autres ou même la prévention a été balayée de tous les systèmes de santé et pour toutes les maladies.

    C’est pour cela qu’aujourd’hui, les derniers ouvrages sur la nocivité d’une majorité de médicaments ainsi que les affaires qui défrayent la chronique permettront d’ouvrir une bréche.

    • Certains ont peut-être lu le livre en anglais depuis le temps, mais l’information présentée dans l’ouvrage est assez stupéfiante et mérite une certaine attention. Après les gens prennent une décision le cas échéant.
      Mais les gens ont-ils le choix aujourd’hui ? Connaissent-ils les stats des traitements « orthodoxes » ? Peuvent-ils faire un choix informé ?
      Certains d’entre nous ont été durement touchés par la maladie dans leur entourage immédiat avec des résultats plus que pathétiques…
      Pourquoi ce livre n’a t’il jamais été publié en français en 38 ans qu’il existe ?
      Les lobbies de l’industrie pharmaceutique diront « parce que c’est du charlatanisme »…
      Et si on inversait les rôles ? Le livre d’Edward Griffin parvient à notre sens à le faire, tout au moins à sérieusement remettre en cause un paradigme médical aussi douteux à cet égard que le paradigme politique.
      Un règle d’or: toujours se méfier des soi-disants « consensus », surtout en science, car ils ne sont bien souvent que l’outil de l’asservissement de l’esprit critique et la porte ouverte au dogmatisme intéressé.

      Le premier segment de la première partie du livre sera publié demain. La controverse est à notre sens plus saine que le pseudo consensus de rigueur.

  3. et les vaccins, outre l’aluminium, savez-vous ce que contiennent les vaccins …….. et le lien avec l’autisme ???

    • oui, mais ce n’est pas le sujet ici. Attendez de lire ce que Griffin a à dire, çà déménage pas mal…

      • il est bon de rappeler également le scandale qu’a constitué le traitement de l’autisme ces dernières décennies et qu’une bréche vient d’être ouverte sur laquelle, tout le monde est d’accord et que tous ces escrocs de la médecine finiront par se réapproprier le traitement de cette maladie.

        Idem le scandale de la médecine freudienne dénoncé par Onfray, surtout quand c’est la Sécurité sociale qui en fait les frais pour remplir la poche des charlatans ! et le levée de bouclier de tous ces escrocs qui voyaient délonder leurs pratiques !

        D’ailleurs on pourrait y ajouter les psychologues en tous genres et les sexologues qui établissent des normes sur un sujet aussi controversé !!!!!

        • La science a été détournée il y a bien longtemps. Il est temps qu’elle redevienne apolitique et au service de l’humanité et non pas d’une oligarchie eugéniste pour qui la mort du commun est une nécessité.

          Griffin explique dans la seconde partie du bouquin comment la fondation Rockefeller à partir de 1910 a injecté des dizaines de millions de dollars pour « sponsoriser » les écoles de médecines et d’assujettir tous les futurs médecins à une éducation fondée sur la prescription de médicaments, sous contrôle du même cartel industriel. En moins de 10 ans la très vaste majorité des écoles de médecine américaines étaient sous la coupe Rockefeller, celles qui refusèrent furent ostracisées et disparurent du marché… Nous disons bien marché, car l’éducatif en Amérique du Nord est un business.

  4. il est bon de rappeler les divers sujets sur lesquels on a enfin réfléchi et grace au courage de quelques uns ( cela ne se passe malgré tout que comme cela : personne ne bouge et certainement pas les institutions quand bien même le scandale est révélé ) et donc au niveau de l’opinion, on atteint une masse critique pour permettre de condamner de diverses manières ces pratiques.

    Et ces résultats permettent d’avancer.

    Il ne peut en être autrement.

    Vous avez constaté comment Séralini, malgré la levée de boucliers, a enfoncé, enfin, un coin et desormais il n’est plus question de rester sur l’innocuité des OGM, quand bien même les cartels uniraient leurs efforts pour continuer ce travail de démolition des travaux de Séralini.

    Et ceci a été obtenu surtout par la prise de cobnscience des conflits d’intérêts constants existant dans ces agences et l’inertie ou la collusion d’une grande partie de la classe politique.

    Mais pour autant il ne faut pas baisser la garde !

    Le refuge de Monsanto aujourd’hui, c’est la déclaration selon laquelle : les agriculteurs feraient un mauvais usage dans les méthodes alors que les salariés des entreprises en vendant se protégent lors de la manipulation.

    LE CONSTAT EST QU’UNE PORTE « A BIEN ETE ENFONCEE » !

  5. Une porte a bien été enfoncée : les articles tendant de déposséder Séralini de la prise de conscience qu’il a induit ne cesse de se multiplier mais une bréche a été ouverte et il ne faut pas baisser la garde.

    Il ne faut avoir de cesse de pointer la complicité de toutes les instances mises en place au niveau français et au niveau européen, qui dépossède les sociétés en les mettant au service des multinationales par ces conflits d’intérêts qui ne cessent d’être dénoncé.

  6. bonjour,

    pensez vous que les comprimés de 100mg de laetrile actuellement sur le marché pourraient être suffisant contre un début de cancer ?
    (associé bien sur avec vit C / zinc /spiruline)

  7. Sur quel site internet peut on acheyer de la laetrile svp?
    Je n’arrive pas a en trouver.
    Avez vous un lien internet?
    Merci

  8. Quel est votre courriel?

  9. C’est bon je l’ai trouvé 🙂
    Je viens de vous envoyer un email.
    Merci

  10. Bonjour,

    C’est un belle article, j’en ai un autre à vous proposer en espérant qu’il soit aussi intéressant et utile que celui là:
    http://www.anti-cancer.activite.eu

  11. […] mise de la fondation Rockefeller sur le système médical américain, du livre de G. Edward Griffin "Un Monde sans Cancer". Voir particulièrement les chapitres 17 et 18 dans ce qui […]

  12. Vidéo de G. Edward Griffin sur la B17 en VOSTF:

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s