Crimes impérialistes: L’Australie pas en reste en bon satellite de l’empire…

Population aborigène australienne et population amérindienne, même combat: en lutte permanente contre le terrorisme d’état colonialiste et sa litanie d’oppression et de crimes incessante !…

— Résistance 71 —

Rendre le monde plus dangereux, le rôle avide de Julia Gillard

John Pilger

Le 25 Octobre 2012

url de l’article original:

http://johnpilger.com/articles/making-the-world-a-more-dangerous-place-the-eager-role-of-julia-gillard

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

Le parlement australien pue la cire de parquet. Les sols de bois luisent tellement qu’ils réfléchissent les portraits de genre dessins animés des premiers ministres, des juges à perruques et des vices-rois. Le long des couloirs feutrés et brillants, les murs sont décorés d’art aborigène: une peinture après l’autre comme dans une galerie monolithique, totalement coupés de leur origine, dans une brutale ironie. Le peuple le plus pauvre, le plus malade, le plus incarcérés de la planète donne une façade à ceux qui supervisent le vol de leur terre et son pillage.

L’Australie possède 40% de l’uranium mondial, la totalité en territoire indigène. La première ministre Julia Gillard revient juste d’Inde où elle a vendu de l’uraniun à un gouvernement qui refuse de signer le traité de non prolifération nucléaire (TNP) et dont l’ennemi, le Pakistan est aussi non-signataire du traité. La menace de guerre nucléaire entre ces deux pays est constante. L’uranium est un ingrédient essentiel des armes nucléaires. Le contrat de Gillard à Delhi termine de manière formelle la longue politique du parti travailliste australien de refuser la vente d’uranium aux pays qui refusent de signer le TNP et l’obligation “de poursuivre des négociations de bonne foi sur les mesures effectives en rapport avec la cessation de la course à l’armement nucléaire le plus tôt possible et le désarmement nucléaire.”

Comme les Japonais, les Aborigènes australiens ont fait l’expérience de l’horreur des armes nucléaires. Durant les années 1950, le gouvernement britannique a testé des bombes atomiques à Maralinga dans le sud de l’Australie. La population aborigène ne fut pas consultée et ne reçût que de maigres mises en garde voire aucune et continue de souffrir des effets. Yami Lester était un petit garçon quand il vit le flash nucléaire et en devint aveugle. La lutte permanente du peuple Aborigène pour être reconnu comme étant des êtres humains a été une lutte non seulement pour leur terre, mais aussi pour ce qu’il y a en dessous, dans ses sous-sols. Comme leur statut était à peine plus élevé que celui des moutons jusqu’en 1971, et qu’à l’encontre des moutons ils n’étaient pas comptés, bon nombre de leurs modestes droits fonciers ont été corrompus ou diminués par les gouvernements successifs de Canberra.

En 2007, le premier ministre d’alors, John Howard, utilisa l’armée pour lancer une “intervention d’urgence” dans les communautés aborigènes des Territoires du Nord, riches en ressources naturelles minérales. Des histoires sordides et mensongères de cercles pédophiles furent la couverture pour l’opération, les indigènes furent avertis qu’ils ne recevraient pas les services de base s’ils n’abandonnaient pas le bail de leurs terres. Le ministre des affaires indigènes de Gillard a depuis donné à ce projet le nom orwellien de “Grands futurs”.

La tactique demande de faire en sorte que les gens se rendent dans des “villes high tech” et de refuser aux gens des logements décents ainsi les forçant à vivre à douze ou plus dans une chambre. La relocation des enfants aborigènes a atteint le niveau de la triste époque de la “Génération perdue” du siècle dernier. Beaucoup ne reverront sans doute jamais leur famille.

Dès que “l’intervention” fut commencée, des centaines de titres d’exploitation des terres furent données à des industries pour l’exploration minière et l’exploitation de l’uranium.

La politique contemporaine en Australie est souvent définie par le pouvoir des compagnies minières. Quand l’ancien premier ministre travailliste (NdT: équivalent du PS foie jaune de chez nous…) Kevin Rudd, proposa un impôt sur les profits records des compagnies minières, il fut deposé par une cabale d’arrière-boutique, incluant Gillard, qui réduisit l’impôt. Des câbles diplomatiques fuités par Wikileaks révèlent que deux des comploteurs contre Rudd étaient des informateurs de l’ambassade de Etats-Unis, que Rudd avait mis en colère en ne suivant pas à la lettre les plans des Etats-Unis faits pour encercler la Chine et de rendre disponible l’uranium à la vente pour des clients des Etats-Unis comme l’Inde.

Gillard a depuis retourné la relation australo-américaine à son niveau historique, de la même manière que l’était un pays satellite européen de l’URSS. La veille de l’arrivée d’Obama à Canberra l’an dernier pour déclarer que la Chine était le nouvel ennemi du “monde libre”, Gillard annonça la fin de l’interdiction par son parti sur les ventes d’uranium.

Les obsessions de l’après guerre-froide de Washington demandent aussi les services de l’Australie. Ceci inclut l’intimidation de l’Iran et la destruction de l’indépendance de cette nation, le torpillage du TNP et la prévention de l’établissement de zones non-nucléaires, qui menaceraient la dominance nucléaire dans la région des Etats-Unis et d’Israël. A l’encontre de l’Iran, signataire du TNP et grand supporter d’une zone non-nucléaire au Moyen-Orient, les Etats-Unis et Israël ne veulent pas entendre parler d’inspections. De plus ces deux pays menacent l’Iran d’une guerre, qui d’après les agences de renseignement américaines combinées, ne possède pas d’armement nucléaire.

L’inversion nécessaire de la réalité et la doctrine du double-standard demandent “un processus minutieusement orchestré”, assure un officiel australien à l’ambassade des Etats-Unis, cité par Wikileaks. D’après les câbles américains il y a des “idées australiennes” enthousiastes pour forger une information qui aidera à discréditer Mohamed El Baradei, qui en tant que directeur de l’AIEA de 1997 à 2009, a réfuté répétitivement les accusations américaines disant que l’Iran construit des armes nucléaires. Le directeur du bureau australien du contrôle de l’armement est mis en évidence comme étant un chien de garde américain, mettant en garde contre “la pente savonneuse” où s’engagent les gouvernements qui “exercent un jugement indépendant” sur les affaires nucléaires. Patrick Suckling, un autre officiel australien, a été rapporté dire aux Américains que “l’Australie désirent les sanctions les plus fortes et les plus incapacitantes contre l’Iran”. Les victimes de Sickling sont aujourd’hui des hommes, femmes et enfants ordinaires. Le 5 Octobre, l’alliance australienne contre le nucléaire, qui incorpore des groupes aborigènes à travers tout le pays, s’est rassemblée à Alice Springs. Elle a appelé à un moratoire sur toutes les exploitations et ventes d’uranium. Les femmes aborigènes ont fait une demande très spéciale à Gillard, qui a été élue par les médias blancs récemment comme une héroïne féministe. Aucune réponse n’était attendue.

Le 17 Octobre, tous les ronds de jambes et promesses de servilité à leurs puissant patrons ont fini par payer puisque l’Australie a été intronisée comme membre non-permanent du conseil de sécurité de l’ONU, connu à Canberra comme “la grande table”. Le timing est parfait. Une attaque par l’OTAN sur la Syrie ou l’Iran, ou les deux, n’a jamais été aussi proche. Une guerre mondiale pointe à l’horizon depuis la marque de 50 ans lorsque “le monde s’arrêta”, écrivit l’historien Sheldon Stern. C’était la crise des missiles de Cuba en 1962, lorsque les Etats-Unis et l’URSS furent si proches d’une guerre nucléaire. Des documents maintenant déclassifiés montrent que le président John F. Kennedy avait autorisé “à des avions de l’OTAN, pilotes turcs aux commandes, de décoller à destination de Moscou et de lâcher une bombe”.

L’écho aujourd’hui résonne on ne peut plus clairement.

10 Réponses to “Crimes impérialistes: L’Australie pas en reste en bon satellite de l’empire…”

  1. […] vol territoires aborigènes Australie. Suivez toutes les réponses à cet article via le flux RSS 2.0. Vous pouvez laisser une réponse ou envoyer un rétrolien depuis votre […]

  2. […] Comme les Japonais, les Aborigènes australiens ont fait l'expérience de l'horreur des armes nucléaires. Durant les années 1950, le gouvernement britannique a testé des bombes atomiques à Maralinga dans le sud de …  […]

  3. rien de nouveau, on s’adapte et on continue à opprimer les masses, en commençant par les plus fragilisés que sont les indigènes qui sont aussi assis sur un pactole, car les ressources minières sont réparties sur tout le territoire et on vient quand l’occasion se présente les piller en employant quelques subtilités.

    C’est le cas des terres rares au Pérou : immense gisement sur des des terres rares dont les indigénes ont compris l’importance et s’y opposent tout en demandant des garanties.

    Ajourné le projet car les multinationales n’ont pas du tout l’intention de faire des concesssions et de partager le gateau et le gouvernement pas assez fort pour appuyer les revendications, car la manne est toujpours partagée entre le gvt et les multinationales et quand on a des problèmes de dettes, c’est fort opportun et on est prêt à s’asseoir sur les droits des plus faibles.

    Mais la méthode passe de moins en moins, car la prise de conscience se répand.

    De temps en temps un coup de pub en Australie pour démontere qu’on s’occupe des droits des maoris.

  4. Christiane Lapotre Says:

    Un Australien avait critiqué la présence française en Nouvelle
    Calédonie en nous accusant d’avoir maltraité les Kanakes. Je
    lui avais répliqué que vue la façon dont les Australiens avaient traité les Aborigènes, peuple inoffensif, nous, les Français, nous n’avions aucune leçon à recevoir d’eux, d’autant plus que les Français ne s’étaient jamais permis de pratiquer une politique d’oppression contre les natifs.

    • La colonisation reste la colonisation…

      « Le régime colonial est particulièrement sévère en Nouvelle-Calédonie, aussi bien vis-à-vis des Kanak que des auxiliaires de la colonisation : forçats, travailleurs sous contrat (Indochinois, Indonésiens, Néo-Hébridais), petits colons… Il installe les bases d’une société profondément inégalitaire. Pendant toute cette période, la colonie reste dans une situation d’enclave coloniale, elle est coupée de son espace naturel de proximité, le Pacifique Sud, et se tourne de manière exclusive vers la métropole. L’économie de l’île se limite à une économie de comptoir, surtout concentrée à Nouméa. Le commerce se fait essentiellement avec la métropole : la Nouvelle-Calédonie y importe des produits manufacturés et alimentaires, elle y exporte des matières premières (nickel, chrome, peaux de bovin…). L’agriculture se développe difficilement aussi bien chez les Européens que dans les tribus. » (dans: http://www.ac-noumea.nc/histoire-geo/spip/spip.php?article101&lang=fr)

      On ne peut pas condamner une colonisation et en justifier une autre, l’impérialisme colonial est une pourriture à jeter au plus vite. Si l’occident n’avait plus cette mentalité fondamentalement expansionniste fondée sur un racisme viscéral, le monde n’en serait pas là où il en est aujourd’hui de manière évidente.

  5. il est bon de rappeler ce que fut la cononisation en Algérie

    extrait de Wikipédia :

    Conquête de l’Algérie : 1830 à 1871

    La population algérienne est estimée entre 1 et 3 millions d’habitants avant la conquête française de 1830. Selon l’ouvrage Coloniser, exterminer de l’historien Olivier Le Cour Grandmaison:

    « Le bilan de la guerre, presque ininterrompue entre 1830 et 1872, souligne son extrême violence ; il permet de prendre la mesure des massacres et des ravages commis par l’armée d’Afrique. En l’espace de quarante-deux ans, la population globale de l’Algérie est en effet passée de 3 millions d’habitants environ à 2.125.000 selon certaines estimations, soit une perte de 875.000 personnes, civiles pour l’essentiel […] Le déclin démographique de l’« élément arabe » était considéré comme bénéfique sur le plan social et politique, car il réduisait avantageusement le déséquilibre numérique entre les « indigènes » et les colons91. »

    Plusieurs observateurs s’accordent à dire que la conquête de l’Algérie a causé la disparition de presque un tiers de la population algérienne ou son augmentation grâce à la médecine occidentale amenée par les Français. Des méthodes singulières ont été utilisées, telles que les enfumades, les massacres de prisonniers et de civils, les razzias, les destructions de cultures et de villages – couramment employées par les militaires français. Un nombre très important de bâtiments ont été détruits, cela dans l’objectif d’effacer l’identité culturelle et religieuse ainsi que dans le cadre d’« aménagements ». Dans un rapport adressé à Napoléon III, l’un des généraux français a résumé la détermination de l’administration française à combattre les institutions culturelles algériennes en disant : « Nous sommes tenus de créer des entraves aux écoles musulmanes… chaque fois que nous le pouvons… En d’autres termes, notre objectif doit être de détruire le peuple algérien matériellement et moralement ». On peut citer les 349 zaouias détruites, ou les chef-d’œuvre architecturaux représentés par la mosquée d’Agadir fondée par Idriss en 790 et détruite en 1845 qui fut l’une des premières mosquées au Maghreb et le Palais des souverains Zianides à Tlemcen »

    • Absolument… C’est une constante colonialiste. Aux Etats-Unis et au Canada la politique des « affaires indiennes » était de « tuer l’indien du dedans pour préserver l’Homme »… Les programmes de « rééducation » ont suivi l’extermination qui prenait trop de temps dans ces vastes contrées. Tout a été fait pour annihiler la culture native. Ils ont renouveler le schéma dès le début de l’occupation de l’Irak.
      Russell Means, à qui nous avons rendu hommage il y a quelques jours, disait que le principe des réserves indiennes avaient été exporté, mais en premier lieu importées de l’empire britannique et de ses méthodes de contrôle. Le principe par exemple des « escadrons de la mort » qui ont connus leur « âge d’or » au Salvador et en Colombie, pour entretenir l’oligarchie mise en place par Wall Street et son bras armé: la CIA, a été conçu et testé contre les activistes de l’AIM dans les années 1970. Le FBI avait instauré un régime de terreur dans les réserves entre 1973 et 1977.
      Le principe de destruction et d’annihilation culturelle est un classique: empêcher les générations futures d’avoir quelque référence que ce soit afin de détruire une culture, cela échoue le plus souvent fort heureusement…

    • Christiane Lapotre Says:

      Je ne partage absolument pas votre opinion au sujet de
      l’ Algérie. Ferhat Abbas, lui-même, leader du GPRA a dit :
       » La France n’a pas colonisé l’ Algérie, elle l’a fondée  » et, cela est absolument vrai, l’ Algérie n’existait pas en tant que
      nation, les autochtones étaient les esclaves des Turcs. La
      France les a libérés. Quoi qu’il en soit, les arabes ont toujours été des envahisseurs. L’ Algérie ne leur appartenait pas. La France a tout construit, le réseau
      routier, le réseau ferroviaire, les hôpitaux, les écoles, les
      dispensaires où on soignait la tuberculose, entre autres. Ils
      avaient accès à tous les métiers, le Bachaga Boualem,
      grand ami de la France, n’était-il pas sénateur ? Parmi eux, il y avait des députés, des chefs d’entreprises. Lyautey, le bienfaiteur du Maroc a même eu une statue érigée en son honneur. Non, la France, malgré certaines erreurs dues à la nature humaine, n’a pas démérité dans ses anciennes
      colonies. Après le départ des Français, les autochtones qui étaient loin de se douter de la tournure que prendraient les évènements, pleuraient et réclamaient leur retour. Récemment, un chef d’ état africain n’a-t-il pas déclaré que
       » Tout était mieux du temps des Français ». Peut-être que beaucoup ignorent le fait suivant qui m’a été rapporté par une dame qui avait été infirmière en Indochine au cours de la guerre contre les Viets : les Américains avaient tout fait pour que les Français partent et leur laissent la place.
      Au départ des Français, les Vietnamiens pleuraient et refusaient leur départ. Je regrette, mais partout où les Français sont passés, ils ont laissé de bons souvenirs et les populations ont toujours regretté leur absence.
      Il me semble que en tant que Français, vous ne devriez pas unir vos voix à ceux qui, ignorants ou malfaisants, nous font le plus grand mal, participent à la destruction de notre pays et qui depuis ces 40 dernières années se sont acharnés à l’abattre, quel que soit le moyen utilisé.
      Récemment, la déclaration de Hollande au sujet des manifestations qui avaient eu lieu au début des années ’60, est des plus malvenues tant elle est inexacte et porteuse de haine à notre égard, sur notre sol. Cet homme est indigne du poste qu’il occupe et les pantins dont il s’est entouré sont d’une incompétence crasse et ne feront que augmenter l’état alarmant de notre pays à tous les niveaux.
      Le seul voeu que l’on puisse former est le suivant : Mon
      Dieu, aidez-nous à mettre tous ces ennemis de la nation dans les poubelles de l’ Histoire, et, ce, le plus vite possible.

  6. Autre extrait provenant de la revue Manière de Voir, qui confirme ce qui est dit dans Wikipédia :

    Manière de voir : Le monde diplomatique

    Algérie
    1954 -2012
    Histoire et espérances

    Au pays des cousins
    par Thierry Michalon

    14 juin 1830 ( débarquement )

    extraits

    « L’administration civile, progressivement généralisée, livra les tribus à l’implacable poussée des colons avises de terre et de main d’oeuvre à bon marché, dont le lobby parisien ne cessa de se renforcer, obtenant des gouvernements successifs des mesures qui, sous couleur d’ assimiler » les populations musulmanes au droit commun français, auront pour but de les spolier et de les desagréger.

    C’est ainsi notamment qu’un senatus consulte de 1863 plaça autoritairement les terres des tribus, jusqu’alors indivis, sous un régime de propriété individuelle : les chefs de famille se laissèrent ensuite séduire par les propositions des colons et entrèrent dans la prolératisation. Ce sera la base juridique d’une politique délibérée de «  resserement des tribus » les privant de leurs meilleures terres pour les cantonner dans des zones steppiques et montagneuses.

    La société musulmane sera agressée de toute parts : mise en place d’un code de l’indigénat établissant une série d’infractions propres aux musulmans, introduction de l’état civil avec octroi de noms patronymiques arbitraires, guerre constante menée par les gardes foresteirs contre les pasteurs indigénes, qu’une pluie d’amendes viendra ruiner, misde sous séquestre des terres des tribus coupable de rebellion « il faut frapper de terreur les inigénes »proclama en 1890 le gouverneur général Louis Tirman) interdiction de tout dépklacement sans permis de circulation, surveillance étroite des écoles coraniques et restrictions croissantes au fonctionnement de l’enseignement traditionnel algérien » (nous avons rendu la société musulmane beaucoup plus ignorante et barbare qu’elle n’était avant de nous connaitre » s’exclama Alexis de Tocqueville en 1851) enfin alourdissement constant de la pression fisclae pour faire supporter aux douars la charge des infrastructures modernes des villages de colonisation. »

  7. Christiane Lapotre dit :

    MA BONNE DAME?

    Vous devrez revoir vos classiques, car les extraits que lje donne sont incontournables et sortis des meilleurs références : Wikipédia, qui ose dire la vérité et Manière de Voir, une publication du monde;

    et je vous en donne une autre : les 20 ans qui ont suivi l’indépendance et qui démontre avec des chiffres que les hopitaux, les écoles et les routes ( PROPAGANDE QU’ON NOUS A TOUJOURS SERVI ) étaient quasiment inexistants et que les quelques routes étaient construites comme dans toute l’Afrique, pour amener les denrées agricoles dans les ports sur les navires via la France et que si les pays africains n’ont toujours pas les infrastructures dont ils devraient être dotés, c’est bien pour cela et les quelques rares que je vous décris c’est avec leur argent et en suant sang et eau.

    MANIERE DE VOIR Algérie : 1954-2012
    Histoires et espérances

    l’article de Marc Raffinot : A marche forcée, l’industrialisation

    Voilà ce que dit cet excellent article de Marc Raffinot et on aurait dû commencer par là, au lieu de faire comme Kamel Benkoussa :

    1 « L’économie algérienne a connu en vingt ans une extraordinaire mutation : agroexportratrice et stagnante dans la période coloniale, elle est passée à une phase semi-industrialisée, dynamisée par les exportations d’hydrocarbures. La mutation sociale est tout aussi profonde. Entre 1962 et 1982, le nombre des habitants est passée de 10à 19,8 millions et la population employé a également doublé ( de 1,75 à 3,4 millions, alors que l’emploi non agricole a triplé en faisant un bond de 700 000 à quelques 2 millions de personnes. Les enfants scolarisés dans le primaire et le secondaire sont plus de 4,5 millions de personnes contre 650 000 à l’indépendance, tandis que le nombre d’étudiants est passé de
    2 000 à 90 000. La population rurale à 70 % est devenue urbaine à 45 % et de nouveaux clivages sociaux apparaissent. L’algérie enfin émerge sur la scéne mondiale jouant un rôle de chef de file dans la revendication du nouvel ordre économique international. »
    Cette évolution s’est faite en trois étapes …………

    METTEZ A JOUR VOS CONNAISSANCES !!!!!!!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.