Résistance à la nécro-agriculture: Finissons-en avec Monsanto et consorts !

La fin de Monsanto est-elle proche ? la loi Prop 37 est en train de gagner alors des nations bannissent les OGM

 

Anthony Gucciardi


 

Le 28 Septembre 2012

 

url de l’article original:

http://www.infowars.com/is-the-end-of-monsanto-near-prop-37-succeeding-as-nations-ban-gmo-crops/print/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Est-ce que la fin de Monsanto approche ? Cela a certainement été très dur ces dernière semaines pour cette méga corporation alors que les véritables dangers entourant les OGM sont mis à l’attention des consommateurs à une échelle globale comme jamais auparavant.

Cela a commencé avec une étude scientifique française monumentale qui a trouvée un lien très sérieux entre la consommation d’OGM Monsanto inondés de RoundUp (herbicide) et l’apparition de grosses tumeurs. Déjà appelée “recherche la plus aboutie” jamais publiée sur les véritables effets sanitaires des OGM, l’étude peut mener à de bien plus larges victoires.

Après la publication des résultats de la recherche, la France n’a pas seulement appelé pour une interdiction mondiale potentielle des OGM en attendant les résultats de ses analyses en profondeur, mais l’organisation principale russe des droits des consommateurs a annoncé une interdiction à la fois des importations et de l’utilisation des maïs transgéniques Monsanto.

Prop 37 peut étiquetter Monsanto hors d’existence

Maintenant, la proposition de loi pour étiquetter tous les OGM entrant dans la composition de la nourriture dans l’état de Californie, est en train de gagner un soutien d’une grande ampleur. Si cette loi passe (NdT: par référendum populaire), cela n’affectera pas que la Californie. Il est plus que probable que les autres états ne se contentent pas de juste prendre bonne note, mais qu’ils adopteront des législations similaires. A travers ce processus légal, nous avons la chance exceptionnelle de pouvoir étiquetter Monsanton hors d’existence. Ceci est maintenant très possible considérant le fait que le consommateur moyen est actuellement opposé aux OGM et est très enclin à obtenir un étiquettage correct des produits de consommation.

Dans un sondage majeur publié par le Los Angeles Times, les électeurs californiens enregistrés en faveur de l’étiquettage des OGM l’emporte sur ceux n’étant pas en faveur avec une marge de 2 pour 1. Globalement, 61% des gens interrogés sont pour l’étiquettage des OGM tel que le préconise le projet de loi Prop 37, tandis que seulement 25% s’y opposeraient.

Si les produits de consommation contenant des OGM sont correctement étiquettés, il est clair que moins de gens ne les achèteront. A l’heure actuelle, il y a peu de gens qui savent ce qu’ils mangent. En fait, si le public savait qu’il consomme des OGM qui sont liés maintenant à une histoire de tumeurs et d’arrêt des fonctions organiques vitales (foie, reins), la très vaste majorité des gens abandonneraient ces produits pollués aux OGM. Sans étiquettage (comme cela est le cas maintenant), les gens ne savent pas ce qu’ils mangent. On peut dire la même chose des autres ingrédients comme le sirop de maïs à forte teneur en fructose et l’aspartame (NdT: tous ces produits résultant de manipulation transgénique)

Comme l’explique le manager de la campagne “Oui à la proposition 37”, Gary Buskin:

“Monsanto, DuPont et Coca-Cola ne veulent pas que les Californiens sachent ce qu’il y a vraiment dans leur nourriture et leurs boissons, parce qu’ils ont peur que les consommateurs ne tournent le dos aux produits et aux ingrédients génétiquement modifiés ainsi qu’aux pesticides, herbicides qui vont avec…”

Si le public savait qu’il mange du mercure dans les HFCS et qu’il consomme des édulcorants auxquels sont associés 42 formes différentes de maladies, alors un changement majeur se produirait, un changement qui forcerait les manufacturiers à abandonner ces ingrédients afin de garder leurs profits, après tout, le but principal de Monsanto est le profit. C’est une entreprise qui est connue pour avoir eu des conditions de travail pour ses employés proche de ce qui se faisait sous l’esclavage, conditions sous lesquelles les employés étaient forcés ne n’acheter que dans les magasins de la compagnie et n’étaient pas autorisés à quitter la zone ou leur salaire aurait été retenu.

Si les profits de Monsanto s’écroulaient, il en serait de même de son règne politique. Sans cette source sans fin d’argent à jeter contre des projets de loi comme Prop 37, qui a déjà injecté 4 millions de dollars pour une propagande anti-étiquettage en Californie, la main-mise quasi totale de l’entreprise sur le monde de la science (continuellement en train de censurer des études et de financer des recherches pro-OGM) et de la politique cesserait virtuellement d’exister.

Nous devons nous assurer que le projet de loi Prop 37 passe afin de générer une chance de mettre fin à Monsanto. Une fois que les consommateurs sauront de fait qu’ils mettent des substances OGM dans leur corps par voie alimentaire, alors un véritable changement pourra se produire dans le domaine des ressources de nourriture.

Publicités

8 Réponses to “Résistance à la nécro-agriculture: Finissons-en avec Monsanto et consorts !”

  1. Tant que les agriculteurs ne seront pas massivement opposés à la culture des OGM et prisonniers du modéle que la FNSEA leur a imposé, le changement ne sera que marginal, qui ne concerne pas seulement le blé, mais ou soja trangénique mais également l’élevage en batterie et les pesticides répandus en abondance également pour nos arbres frutiers.

    Pour l’instant, le consommateur est vent debout mais cela n’a pas l’air d’alarmer Monsanto, Bayer et les autres.

    je n’ai jamais vu autant de scientifiques sortis de je ne sais où pour défendre les OGM et se répandant sur tous les plateaux de télévision, avec un relais dans les médias qui laissent augurer que là, il n’y a aucune évolution.

    A croire que tous ceux qui travaillent pour ces firmes n’ont plus, comme choix que de les servir, même contre leur gré !

    Heureusement qu’on a Corinne Lepage pour relayer le message anti OGM, nos élus verts étant inopérants perdus dans leurs combines hélas !

    il faut suivre l’évolution de cette affaire.

    la solution est dans la reconquête des territoires, livrés à ces cartels. pourquoi certains départements ne se convertissent pas plus rapidement à des cultures respectueuses de l’environnement
    ou l’élévage autre. on nous vend et nous a vendu le concept d’agriculture raisonnée, qui est un enfumage supplémentaire et qui n’a donné aucun résultat, puisque derrière, on continue les m^me pratiques.

    • Juste !

      A voir cette vidéo interview d’une journaliste de CNN qui a craché le morceau et a rejoint la résistance après les horreurs dont elle a été témoin au Bahreïn concernant la répression par l’état de la dissidence masive dans le pays. .. L’empire du goulag levant soutient le roitelet du Bahreïn, qui en échange héberge la Vème flotte yankee…

      Cela relève du même schéma de contrôle: presse, sciences.. même combat..

      A voir (en anglais):



  2. Pour donner une idée de la force de frappe de ces empoisonneurs !

    « 32 millions de dollars pour empêcher l’étiquetage des OGM en Californie
    30 septembre 2012 Posté par voltigeur sous Écologie,

    Si les empoisonneurs ne veulent pas d’étiquetage sur les OGM, on peut se poser la question de leur réelle innocuité. S’il n’y a pas de danger pour les consommateurs, pourquoi devraient ils ignorer qu’ils mangent des produits « inventés », modifiés??

    Et 5 millions de dollars de plus… Ainsi, ce sont déjà 32 millions de dollars qui ont été versés par des entreprises et autres institutions pour faire campagne contre la proposition n°37, qui vise à instaurer un étiquetage obligatoire des produits destinés à l’alimentation humaine contenant des OGM en Californie…

    A elles seules, six entreprises liées à la production de plantes génétiquement modifiées ont versé 19 millions de dollars : Monsanto (7,1 millions de dollars (M)), Dupont (4,9 M), Bayer CropScience (2 M), Dow AgroScience (2 M), BASF plant Science (2 M) et Syngenta (1 M).

    D’autres entreprises, liées à l’agro-alimentaire, ont aussi versé des sommes importantes, comme Nestlé, Coca Cola, Kellogg’s, Pepsico, etc. Enfin, on trouve des organisations de lobby en tant que telle comme Council for Biotechnology Information, Grocery Manufacturers Association, Biotechnology Industry Organisation…

    On ne peut s’empêcher de mettre ces sommes en rapport avec l’argument que ces mêmes entreprises ne pourraient supporter les coûts des recherches plus poussées sur l’innocuité de leurs produits (rappel : l’étude récente de l’équipe du chercheur Séralini a coûté 3,2 millions d’euros). »

    Auteur : Christophe NOISETTE

    • il faut mettre en parallèle l’idée que toutes nos agences gouvernementales se sont couchés et sont prêtes même à favoriser l’instrumentalisation des ces multinationales !

      • Les multinationales payent les gouvernements ! Les politicards au pays du goulag levant, France, Europe, partout sont des salariés de big business. Ils passent leur entière vie de cafards à renvoyer les ascenceurs à ceux qui les ont mis au pouvoir ou en position d’exercer leur influence néfaste. Idem pour les ONG, Greenpeace et autres foies-jaunes vendus.
        Les gouvernements sont des succursales, des extensions des conseils d’administration de big-pharma, complexes militaro-industriels, pétrole et affiliés…

        Ne pas le reconnaître aujourd’hui est être naïf (idiot ?) ou complice (pour quelque raison que ce soit).

  3. […] et OGM, sciences et nouvel ordre mondial. Suivez toutes les réponses à cet article via le flux RSS 2.0. Vous pouvez laisser une réponse ou envoyer un rétrolien depuis votre […]

  4. Mais le reconnaitre concourt à ne pas nous illusionner et quand on voit les moyens et le nombre de multinationales qui travaillent la main dans la main, on peut se rendre compte que nos divisions ne nous rendent pas service, bien qu’aujourd’hui il y ait une convergence entre les Séralini qui sont fort nombreux mais dispersés au niveau de leurs actions, je pense à toutes ces associations en Amérique latine et en Amérique du Nord qui luttent mais contre les OGM et pesticides que les organismes mondiaux essayent de marginaliser alors qu’ils devraient être au service de ces gens là et aux lanceurs d’alerte qui sont nombreux.

    Une brèche est ouverte mais la lutte va être longue !

  5. Excellent article ! réveil des consommateurs et appui d’une grande partie des agriculteurs ! là est la solution !

    il est certain que l’étiquetage va faire avancer les solutions et c’est pourquoi ils mettent tant de moyens ( 30 millions de dollars rien que pour l’étiquetage ) pour entraver ces possibilités !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s