Résistance politique: Gauche-droite, deux faces de la même pièce de l’illusion démocratique

Bozo Hollande a remplacé Kiri Sarko sous le chapiteau du cirque imbécile politique qui prend toujours plus les citoyens pour des cons. Le même Hollande qui allait faire ses génuflexions devant les banquiers de la City de Londres durant sa campagne pour les rassurer « qu’il n’était pas dangereux pour les marchés », veut faire croire qu’il va taxer plus l’oligarchie. Alors les votards (de soi-disant gauche), heureux ?

Combien de temps encore va t’il falloir pour que l’ensemble de la citoyenneté ne se rende finalement compte que voter n’a jamais servi à rien, ne sert à rien et ne servira jamais à rien… Autogestion ici et maintenant: seule possibilité de progressisme social.

Vous avez dit démocratie représentative ? Turlututu… Chapeau pointu !

— Résistance 71 —

 

Ubuesques pantalonnades

Le Monde Libertaire du 20-26 Septembre 2012

 

url de l’article original:

http://www.monde-libertaire.fr/france/15860-ubuesques-pantalonnades

 

La gauche revenue aux responsabilités fait ses premiers pas avec deux chaussures droites. Gare aux ampoules !

La pièce de théâtre qui se joue depuis l’élection de François Hollande à la présidence de la République, sur la scène nationale, est programmée pour cinq années. L’acteur principal en est ubuesque. Il est assisté par toute une valetaille de palotins (ministres) et autres commensaux, fats, caricaturaux et arrogants qui vendent le jus de leur crâne à prix d’or. Cette mauvaise pièce, qui se joue actuellement sous nos yeux, est malheureusement la triste réalité. Et nous assistons, silencieux, comme anesthésiés, à la spoliation de toutes les richesses que nous créons et qui devraient être nôtres. Nous subissons d’une manière passive la destruction de nos vies et, surtout, la mise en place d’un pouvoir plus répressif et policier que jamais. Cette pièce pourrait s’intituler LeDouble Jeu, tant les paroles des acteurs sont en contradiction avec leurs actes. Nous sommes dans l’absurde et l’irrationnel.

Premier acte : le temps des promesses

Il a vu fleurir des mots séduisants et racoleurs de la part de notre Ubu président, comme : « Je suis un ennemi déclaré de la finance et je taxerai, à hauteur de 75 %, tous les revenus au-dessus d’un million d’euros par an. » C’est très certainement pour cela que le président du changement a invité à sa table ses amis du CAC 40, dont certains sont très proches de lui. On peut prédire sans se tromper que, lors de ces agapes, le plat de résistance sera : vous supprimez cette taxe et nous nous engageons à réduire les licenciements. Déjà, le 11 juin dernier, le président les avait reçus, mais c’est la première fois que la chose est rendue publique. Cela ne laisse présager rien de bon. Il est grand temps que le peuple s’invite a la table élyséenne, non pas pour négocier quoi que ce soit, mais pour exproprier les squatters, car, s’il attend un carton d’invitation, il peut patienter longtemps.

Second acte : la main tendue au patronat

Où son palotin de Premier ministre est-il invité ? À l’université d’été du Medef. Il y fera un discours dans lequel il annoncera que cette taxe à du plomb dans l’aile, pour ne pas dire qu’elle ne verra jamais le jour. Seuls les travailleurs seront grugés dans cette affaire, car les licenciements continueront à pleuvoir comme à Gravelotte. Comme un palotin ne suffisait pas, un autre est venu rassurer le patronat quant aux intentions du pouvoir socialiste. Il s’agit de l’innommable ministre du Renoncement improductif, le bellâtre Montebourg, qui leur a susurré les mots qu’ils souhaitaient entendre.

Troisième acte : les Roms

Au mois d’août 2011, les socialistes ont fustigé avec beaucoup de véhémence la façon dont le précédent gouvernement de droite avait traité les Roms. Aujourd’hui qu’ils sont aux affaires, le président et Valls, son palotin de ministre de l’Intérieur, ne font pas mieux et n’ont pas plus de respect envers ces hommes, ces femmes et ces enfants. Depuis le début de l’été, ils ont procédé à cinq expulsions de campements. Après les expulsions de Hellemmes, de Villeneuve-d’Ascq, de Lyon, de La Courneuve et de Marseille, au moment où j’écris cet article, à Evry, dans le fief du ministre de l’Intérieur, se déroule, ce matin du 27 août, une nouvelle évacuation de Roms. C’est l’escalade. Où et quand vont-ils s’arrêter ? Nous sommes aux antipodes des promesses hollandistes de campagne électorale, lorsque l’« encore » candidat écrivait : « Je veux lutter sans concession contre toutes les discriminations et ouvrir de nouveaux droits. » Encore une promesse qui s’envole et gageons que, avec l’automne qui pointe le bout de son nez, bien d’autres promesses s’envoleront.

Quatrième acte : insulte aux libérateurs

Le 25 août 2012, le maire de Paris, Delanoë, un autre palotin hollandiste, a rendu les honneurs aux libérateurs de Paris les « républicains espagnols » de la colonne Dronne, autrement dit à la 9e compagnie de la 2e division blindée, la Nueve. À cette occasion, il a fait donner la police, qui a interpellé et embarqué les anarchistes présents à cette cérémonie, sous le motif qu’ils brandissaient des drapeaux noirs et des drapeaux noir et rouge. À ce qu’ont dit les policiers, sous le régime du Hollandais, on ne peut pas sortir les drapeaux noirs et les drapeaux noir et rouge dans la rue, sans une autorisation de la préfecture. Ce qui s’est passé est une double insulte à la mémoire des soldats de la Nueve, dont beaucoup étaient anarchistes. Ceux que la police française a interpellés ce 25 août 2012 étaient leurs enfants et petits enfants. Ce qui s’est passé ce jour-là à Paris, sous la férule de Delanoë, est une grave atteinte aux libertés fondamentales et une insulte à la mémoire des anarchistes et des républicains espagnols.

Souvenez-vous 1936 et la non-intervention en Espagne, qui a permis aux troupes de Franco de massacrer les Républicains espagnols et d’anéantir le Front populaire. C’était sous le gouvernement socialiste de Léon Blum ; puis, entre le 12 avril 1938 et le 11 mai 1939, c’est Daladier, un autre socialiste, qui est au gouvernement et qui, par son inaction, a permis à Franco de liquider le Front populaire espagnol et de prendre le pouvoir, avec l’aide de Mussolini, de Hitler et des soviétiques. L’histoire, à ce que l’on dit, ne se répète jamais deux fois de la même manière mais, quelque part, il y des similitudes. Je vous le dis : attention, danger ! Nous sommes sur la mauvaise pente !

Justhom

7 Réponses vers “Résistance politique: Gauche-droite, deux faces de la même pièce de l’illusion démocratique”

  1. Oui bon d’accord,
    mais que fait-on quand un gouvernement peut être mis en place avec seulement une poignée de votants ?
    Que fait-on de la police et de l’armée ?
    Et surtout, que fait-on quand une grande majorité de la population semble se complaire dans la contemplation béate d’un écran plat vachement bien ou d’un iPhone tartempion dernier cri ?
    Parfois il semble qu’il faille une transition à poigne… dont l’évocation seule me fait peur à moi même.
    Bref, ça va se terminer à poil (l’été) chasseur/*cueilleur sur le Plateau de Millevaches à se la jouer en égoïste, sinon je ne vois pas…

    • Pensée critique-Information-Boycott du vote et des institutions-Construction active du contre-pouvoir autogestionnaire-Désobéissance civile-

      C’est la voie de la nouvelle organisation sociale égalitaire, anti-autoritaire, autogérée à participation citoyenne totale. Cela commence avec l’individu, qui se fédère aux autres, qui créé des communes libres, qui elles-mêmes se confédèrent en court-circuitant l’oppression étatique et capitaliste.

      Plus on avance et plus tout ceci deviendra clair. Il est très possible que çà en renne le chemin en Espagne dans les semaines/mois à venir, de là il faudra fédérée l’effort des peuples.

      Il ne faut pas 80% de gens convaincus pour le faire et réussir, il faut une poignée de gens décidés dans des endroits différents, qui COMMUNIQUENT et se FÉDÈRENT… Nous sommes convaincus que nous y arrivons à pas de plus en plus grands…

  2. […] état et démocratie, société libertaire. Suivez toutes les réponses à cet article via le flux RSS 2.0. Vous pouvez laisser une réponse ou envoyer un rétrolien depuis votre […]

  3. C’est exact, mais que fait on, quand 80 % des gens votent encore tranquillement pour ces 2 partis PS-UMP, et accessoirement pour le FN qui se limite à faire des campagnes démagogiques !

    Il est certain que lorsque la misère s’étendra, ils décrocheront certainement, mais avec lenteur, car mêmes des miettes, ils sont prêts à prendre !

    Le seul espoir et cela ne se produira pas en quelques mois, c’est de décrocher de ces 2 partis, pour reporter les voix sur le Front de Gauche qui est une première étape.

    Des camagnes de desinformations permanentes ne permettent pas grand chose et 30 ans d’assoupissemnt de la part des opinions publiques ne se résorberont pas ainsi.

    C’est une oligarchie qui gouverne derrière le PS et l ‘UMP et déjà il faut abattre cela, ce qui ne veut pas dire qu’une bourgeoisie, celle qu nous voyons au pouvoir aujourd’hui tentera de prendra la place lorsque des pans entiers tomberont, mais on n’en est pas encore là,
    quand on voit les mobilisations sur les pesticides, les OGM et le gaz de schiste et l’isolement de l’Europe face à ces luttes.

    il faut reconnaitre que le PS, par rapport à l’UMP tente de faire quelque chose avec la réforme fiscale, la mise en cause des plans sociaux, les commissions qui se mettent en place et démontrent que les entreprises du CAC 40 ne paient pas d’impôts.

    Et s’ils tentent d’avancer sur ces sujets, c’est qu’ils n’ont pas le choix et que l’opinion publique n’est plus dupe, mais l’oligarchie des 1 % a les reins solides.

    Alors il nous revient de continuer. ils nous ont cassé les reins ( aux peuples) avec ces dettes et on ne se relève pas comme ca. Ce dossier là est en stand by. Or c’est le premier qui devrait être réfuté !

    • JAMAIS ! Le FG n’est qu’une entité politique foie-jaune de plus ! Redonner pour la nième fois la délégation du pouvoir à une autre clique de professionnels du baissage de froc et de la langue de bois permanente est incompréhensible.
      VOTER N’EST PAS LA SOLUTION ! Ne l’a jamais été et ne le sera jamais !
      Le FG a fait du rabattage pour la clique socialo-néoconservatrice. Mélenchon n’est là que pour essuyer le feu contre le FN et libérer la voie pour les néolibéraux socialo ex-trotskistes, vrais bourgeois pathétiques complètement déconnectés de la réalité de terrain.

      Autogestion, désobéissance civile et fédération des communes autonomes est la seule solution viable. La décision du comment les communes seront gérées de l’intérieur appartiendra à ceux qui y vivent, mais la fédération des communes fera la force populaire anti-autoritaire et autogérée, rôle modèle pour la société du futur.

      Il suffit d’analyser l’Histoire en Europe et ailleurs, la vraie histoire, pas celle des livres propagandistes orthodoxes et biaisés en faveur du consensus du statu quo oligarchique, pour comprendre que le système et sa corruption inhérente sont bien au-delà de toute rédemption et ce depuis déjà bien longtemps.

      Continuer à « espérer » de « réformes internes » faites par des politicards « meilleurs que les autres (ils disent tous qu’ils le sont n’est-il pas ??..) » est utopique et une grave perte de temps en ce moment.

      Nous approchons de l’échéance et les peuples prévaudront, reste à savoir comment la société future sera organisée ? La délégation du pouvoir est une imbécilité majeure, donnant libre cours aux chiens de l’aristocratie. Le pouvoir doit être reconquis par le peuple et immédiatement dissous dans celui-ci où il est très très soluble…

  4. Je fais un état des lieux qui permet d’avancer dans la compréhension des choses. je n’ai pas voulu dire qu’on devait s’arrêter au Front de gauche, mais que c’était le parti qui ferait tomber l’oligarchie, comme le PS a fait tomber Sarkozy, car si tel n’avait pas été le cas, nous serions en train d’intervenir en Syrie et
    d’envisager de le faire en Iran, même si ces projets ne sont pas abandonnés.

    Nous pouvons au moins souffler et élargir les mouvements d’opposition !

    Vous comptez éliminer comment les 80 % qui continuent à voter et à placer leurs espoirs dans ces 2 partis et le FN qui fait tout de même un très bon score ! Et c’est le même schéma dans tous les pays européens.

    Et quant à ceux qui ne votent pas ( ce dont je suis ), il y a fort à parier, que les libertaires doivent être infimes en pourcentage.

    Alors Je considère que l’autogestion, ne représente pas grand monde pour l’instant et en France, quasiment rien si l’on considère que les gens qui s’approvisionnent dans les AMAP se libérent de des contraintes de la grande distribution et ne sont pour autant enclin à rentrer dans l’option autogestionnaire.

    Il semblerait qu’en Andalousie, il y ait quelques expériences en ce
    sens, mais c’est très embryonnaire et n’est en cours que parce que ces gens n’ont plus aucun moyen d’existence.
    Si cet expérience est positive, c’est peut être une porte ouverte, mais pour l’instant je ne vois pas grand chose.

    Je persiste à dire, c’est une étape, je n’ai pas dit, c’est le but à atteindre, la seule pour l’instant qui semble porteuse, en tout cas
    choisi par tous ceux qui ne veulent pas de l’UMP, PS et MLP.

    • Les choses vont se décanter et pas en faveur du système. L’effondrement économique s’avance, c’est dans la grande adversité que les gens verront l’intérêt de l’autogestion.
      Les peuples sont sous le coup de 200 ans de somma pseudo-démocratique, de matrix illusoire inculquée dès le berceau, les mentalités et attitudes ne changeront pas du jour au lendemain, mais comme en 1871 (le terreau social était plus fertile il est vrai), c’est dans l’adversité la plus totale qu’est venue la Commune.

      On y reviendra, de manière différente, la conjoncture n’étant pas la même, mais l’Idée est toujours là parce qu’au fond, elle fait partie de la nature humaine, concurrence, dispartités sociales, luttes etc ne le sont pas, quoi qu’on veuille nous en persuader à grand renfort de théories fumeuses néo-malthusienne et social-darwiniste.

      Les partis politiques ne sont pas la solution (donc les élections, la délégation du pouvoir), ils sont partie intégrante du problème sociétaire, grosse nuance nous semble t’il !

Répondre à Marc Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.