Politique française: résurgence d’une gauche « radicale » ? Vraiment ?…

L’illusion Mélenchon est aussi complète que celle des autres candidats. L’état et son système républicain ne sont que des garants des privilèges du capital. Changer pour un système égalitaire ne peut passer que par la sortie de l’entité étatique pour entrer de plein pied dans le progressisme social réel au moyen de l’autogestion économique et politique dans une société d’associations libres (communes) de producteurs et de consommateurs, qui auront total accès aux ressources de production et de consommation qui appartiendront à l’ensemble de la population.

Mélenchon ratisse large et ménage les sensibilités du plus grand nombre. Il est soi-disant contre l’Union Européenne et sa dictature, mais négociera avec l’Allemagne, restera avec l’Euro, continuera à soutenir les guerres criminelles d’ingérence de l’UE au sein de l’OTAN. Combien de temps cela prendra t’il avant qu’il ne se couche devant les banquiers, comme les autres l’ont fait avant lui et le font toujours à « gauche ».

Il ne pourra pas gouverner seul, il lui faudra l’appui de gens avec qui il a déjà fait des concessions. Le temps de renvoi d’ascenceur viendra, comme pour tous. Il devra assurer la continuité du système oligarchique, car c’est la fonction de l’état. Il mettra en place sa nomenklatura de privilégiés pour vérouiller son système et vogue la galère. Le projet de VIème république est un leurre qui de toute façon n’est que cosmétique.

En faisant monter la sauce, il espère rallier par son charisme suffisamment de voix pour « faire passer la gauche » afin de repartir de plus belle dans la guimauve néolibérale destructrice. Mélenchon est un jacobin. La révolution de 1789-1793 fut bourgeoise et mena droit à l’Empire. Il en sera de même avec Mélenchon…

« L’état ne peut pas être révolutionnaire parce qu’il est … l’état », disait Proudhon, ceci reste plus que jamais d’actualité.

— Résistance 71 —

 

Front de gauche et tutti frutti : la nostalgie, camarades!

 

Daniel Vidal

 

Le 4 Avril 2012,

 

url de l’article original:

http://www.monde-libertaire.fr/france/15520-front-de-gauche-et-tutti-frutti-la-nostalgie-camarades%E2%80%88

 

Avec Jean-Luc Mélenchon et son Front de gauche, nous assistons à un retour sur la scène politique d’une gauche rouge foncé, et qui est la surprise du moment. Cela dit, il faut se méfier des surprises : le NPA a déjà fait les frais des prétendues intentions de vote à son égard, il y a cinq ans… Et tous les journalistes nous juraient que le sujet sécuritaire serait LE sujet de ces élections…

Politiquement, le Front de gauche a réussi à effacer un Parti communiste qui n’existait plus, et à rassembler des groupements hétéroclites qui fleurent bon l’époque où les Marx brothers dominaient le haut du pavé : communistes orthodoxes et hétérodoxes, socialistes et trostkystes en rupture de ban, maoïstes (!), et quelques écologistes et décroissants, syndicalistes ou associatifs. Cette alliance constitue l’occasion, pour un tribun qui laisse sans voix les formations NPA et LO, de revenir sur des conceptions classiques pour ces courants d’idées.

Feuilletez la brochure L’humain d’abord : tout y est, et même le reste ! Et que je te régularise les sans-papiers, que je t’abroge des lois dégueulasses, que je combat le patriarcat, que j’interdis les sectes, que je créé des régies pour lutter contre l’omnipotence des sociétés privées, et que j’augmente le Smic à 1 700 euros, que je réquisitionne les logements et que je te plafonne les loyers, et que je te réquisitionne des entreprises, et… un vrai catalogue.

Alors, évidemment, moi, quand quelqu’un s’en prend à la femme dont le seul prénom me donne la nausée (je suis sujet au mal de mer), alors que tous les autres ténors font les morts quand ils ne la courtisent pas, çà a tendance à me contenter. M’enfin, bon. Je suis bien obligé de réfléchir un peu à ces conceptions, ces paroles, ces postures… de ce tribun. Parce qu’enfin, les grands rassemblements où l’on applaudit un homme à poigne, un leader d’opinion… ça me fait penser que ça ne va pas dans le sens de l’autonomie individuelle. Une gauche qui fait encore et toujours appel à l’État pour mettre en place ses réformes et faire reculer les capitalistes, ça ne va pas dans le sens d’un autre futur en rupture avec ce qui s’est déjà expérimenté bien des fois, dans le passé. Une organisation qui penche sévèrement vers le culte de la nation, décidemment, j’ai du mal à m’y faire. Une gauche, enfin, qui met la barre haut pour contrer le capitalisme, mais qui ne veut pas l’abolir (« taxer les profits », ce n’est pas socialiser les outils de travail), et qui ne pose pas la question du rapport de force dans un contexte d’expropriation des capitalistes, me fait penser que cet admirateur de Mitterand n’est peut-être que la répétition d’une histoire récente qui a déjà fait son procès au communisme d’État.

Mais le meilleur moyen de limiter cette résurgence de la gauche souverainiste et étatique, c’est encore de relever le gant et de se mettre en position de progresser dans les luttes et dans les esprits. Car la candidature Mélechon nous montre aussi qu’il existe une foule de gens qui se battent et cherchent des voies pour sortir du no future du capitalisme. Notre responsabilité est donc engagée puisque nous n’avons pas construit l’alternative aux gauches de gouvernement. Le socialisme libertaire, c’est ça qui est nouveau et qui devrait nous lancer à l’assaut des montagnes ! Alors, qu’est ce que j’vous sers ? un coup de rouge ou un petit noir ?

 

Daniel Vidal

10 Réponses to “Politique française: résurgence d’une gauche « radicale » ? Vraiment ?…”

  1. Bon texte certes, mais Vidal en général c’est pas vraiment une référence (surtout en géopolitique où il est complètement à coté de la plaque)

    • Il fait pas dans la géopolitique là ! Juste dans le réalisme local…

      • Certes, mais après avoir lu les débilités qu’il a déballé sur Poutine et Chavez, on peut légitimement avoir des difficultés à prendre ce type au sérieux, même pour le local.. Je voulais juste vous tenir au courant sur le bonhomme.

        • Oui.. de même peut-on prendre aussi Mélenchon au sérieux ?… Soi-disant ex-trotskiste (comme Jospin taupe du département d’état du pays du goulag levant), donc un traître du peuple, piloté depuis les loges obscures à qui il devra rendre des comptes et renvoyer des ascenceurs, c’est obligé…
          Il est suffisamment rare de trouver un article critique sur le « phénomène » jacobin de cette campagne électorale pour esclaves béats, sans tomber dans l’extrémisme pathétique de la « droite » ou le faux-dénigrement de la gauche caviar dégoulinante d’arrogance et de mépris pour l’intérêt général à l’instar d’une « droite » complice.
          Chavez et Poutine ne sont comparables que dans leur nationalisme. A notre sens, Chavez a toutes les cartes en main depuis plusieurs années pour réaliser ce qui sauverait la révolution bolivarienne: préparer plus avant le peuple à reprendre les brides de la nation… et dissoudre l’état de son vivant, donc ses fonctions de président également. Il demeurerait un conseiller du peuple qui s’autogérerait. Les structures sont déjà en place, pas partout, mais cela se développe. Chavez est malade, l’empire attend sa mort pour frapper le peuple vénézuélien. Chavez doit accélérer le passage du pouvoir étatique dans sa dissolution dans le peuple. Y parviendra t’il ?.. surtout en a t’il la volonté ? C’est un marxiste.
          Poutine est un homme d’état, qui gardera un état fort. Poutine est une nécessité de la conjoncture géopolitique actuelle, mais n’amènera pas de changement fondamental dans la société… toujours plus de contrôle, l’état par dessus tout.
          Chavez et Poutine sont des nécessités, pas la panacée loin s’en faut. A ce titre ils sont bien sûr criticables sans haine et sans rancœur, ce que bien peu de gens du monde médiatique sait faire…

          Merci d’ouvrir ce débat…

  2. shana23jfw Says:

    Si Mélenchon était élu, la déclaration de son patrimoine surprendrait tous les français qui auront voté pour lui…
    Monsieur vit dans un château, alors, son front de gauche…
    Rien ne les arrête ces gens-là…!

  3. emma b. Says:

    RU89

    « Et si on ouvrait, entre voisins, une épicerie bio, locale et équitable »

    Exemple d’épiceries auto-gérées à Lyon.

    il faut multiplier les implantations de structures qui cassent la grande distribution, qui ne vend que quasiment des poduits fabriqués par des entreprises délocalisées et qui n’hésite pas à casser les prix, lorsque le cours des produits ( légumes et fruits surtout ) est trop élevé, en organisant instantanément des envois du sud de l’Espagne ou du Maroc, à prix cassés.

    • Merci Emma,

      le lien ici pour ceux qui désirent lire l’article:
      http://www.rue89.com/rue89-planete/2012/04/06/et-si-ouvrait-entre-voisins-une-epicerie-bio-locale-et-equitable-230928

      Tout cela avec les AMAP (mentionnées dans l’article), SCOP etc, va dans le bon sens de la marche.
      Etablir et développer ces structures. Coordonner la communication entr’elles, puis, avec le poids du volume et de l’expérience (qualité), sortir des structures institutionnelles complètement afin d’exister en autogestion complète et ainsi générer le contre-pouvoir attendu pour faire tomber état et capitalisme comme des fruits trop mûrs.

      Le modèle des associations libres (communes) de producteurs et de consommateurs autogérées n’est pas seulement viable, il est l’avenir de l’humanité. Sortir du capitalisme et de l’étatisme mortifère est plus qu’une nécessité… c’est un devoir !

      Cela va devenir également une évidence pour tout à chacun. La société libertaire est la solution pour le genre humain. Le capitalisme et l’état sont des « nécessités » historiques pour que l’humain prenne conscience pleinement de la voie à suivre. Nous n’en sommes qu’au début.

  4. emma b. Says:

    je crois à la viabilité d’une pluralité de structures locales, à savoir de même que dans le Lot et Garonne et cela a été dit dit dans la presse, à Agen un boucher s’est lié avec des producteurs locaux sans d’autres intermédiaires et je trouve cette initiative interessante pour faire barrage à la viande de la grande distribution, dont la provenance ne vient que des centrales d’achat, qui sont au nombre de 5 ou 6 pour tout le territoire.

    j’ai vu apparaitre aussi un changement sur les marchés locaux, notamment dans ma ville de 7 000 h des petits producteurs en jardinerie en nombre important avec des produits de très bonne qualité. Nous étions auparavant coincés entre 2 grandes surfaces en jardinerie Gamm vert et jardiland, qui ont failli faire mettre les clefs sous la porte à d’autres procucteurs dont la surface n’est pas aussi importante.

  5. Je suis tout de même perplexe.
    N’importe quel politicien prendrait/conserverait le pouvoir à l’aide d’une majorité obtenue sur un taux de participation aussi minime soit-il, sans aucun complexe.
    Sachant qu’un taux de participation de zéro% ne se verra probablement jamais, je serais curieux de connaitre l’avis des pontes militaires, bras armés du pouvoir, lesquels auraient alors un patron à la légitimité plus que douteuse.
    Ils – les bidasses – ont-ils un seuil de participation au delà duquel le « chef des armées » est considéré comme un guignol ?
    Car au fond si ils – toujours eux – se couchent devant un président élu par une poignée de votants, on aurait confirmation de leur inutilité et de la possibilité d’une invasion de la France par des types plantés comme moi et armés de cure-dents.

    • L’armée est à la botte de ses payeurs: le complexe militaro-industriel sans qui pas de thunes, budget peau de chagrin etc… La politique et ses marionnettes est la chambre d’écho des conseils d’administrations du gros business et de l’industrie de l’armement. Donc les généraux et autres bidasses ferment leur gueule, garde à vous/repos devant le pouvoir de l’ombre dont ils sont les exécuteurs des basses œuvres.
      Nos bidasses intégrés à l’OTAN en Afghanistan gardent les champs de pavot pour les seigneurs de la guerre locaux, qui refourguent leur matière première à la CIA qui exporte tout cela avec les avions de la flotte militaire yankee vers le Kosovo. Nos trouffions le savent, ils sont les larbins du cartel. Quelques miettes échoient dans l’escarcelle du commandement français pour entretenir et financer les actions clandestines (Libye, Syrie…) sans avoir à rendre de compte aux élus du peuple (la France avait déjà fait cela au Laos avec le 2ème bureau durant la guerre d’Indochine pour financer la contre-révolution…) qui peuvent ainsi continuer à légitimement faire semblant d’ignorer tout çà.
      Les cadres supérieurs de la bidasserie font et feront ce que l’oligarchie leur dira de faire, même si les généraux sont toujours mal à l’aise d’obéir à « des civils », ils sont formés à ne pas se poser de questions. La troupe … c’est différent, quand viendra le moment d’ouvrir le feu sur le peuple, certains ne le feront pas, on peut s’attendre à des mutineries et à ce que des pans entiers de l’armée rejoignent le peuple.
      C’est du reste pour cela que tout est fait pour privatiser la répression, la robotiser en priorité (un drone IA ne se pose pas de questions..) et faire passer les contrats de répression et de maintien de l’ordre oligarchique à des mercenaires. C’est en cours. C’est déjà bien avancé au pays du goulag levant. La France suit avec quelques rames de retard, comme d’habitude, la fonction de sarko étant d’accélérer le processus.

      Il y a de quoi être perplexe, mais garantir un taux de participation minimum aux élections, maintenir l’abstentionnisme politique au plus haut a pour effet indéniable de délégitimiser le système et de donner un levier au peuple pour passer à l’action directe de remplacement du système obsolète…

      Boycott du grand cirque électoral et mise en place des associations libres autogérées, c’est l’avenir de l’humanité.

      « Pratiquer la gestion de la société dans laquelle nous vivons, activement, quotidiennement, directement est la condition essentielle pour franchir le seuil séparant la préhistoire et l’histoire proprement dite de l’humanité. » avait dit à juste titre Michel Raptis en 1977 dans son « Socialisme et Autogestion ».

      Tant que nous ne nous débarrasserons pas du paradigme illusoire et mortifère de la relation sociétale imposée d’oppresseur / oppressé, maître / esclave, seigneur / serf, patron / ouvrier-salarié, état / sujet-citoyen, nous ne ferons que nous enfoncer dans la fange de la domination politico-économique du plus petit nombre.

      Il n’y a as de solutions au sein du système … Il faut en sortir, le plus tôt sera le mieux !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.