Nouvel Ordre Mondial: à propos du transhumanisme cher à nos élites psychopathes…

Nous avons déniché et traduit cet article récent tout à fait en rapport avec notre publication récente « Fin de partie eugéniste pour l’oligarchie » et tout à fait complémentaire de notre publication d’avril 2010 faisant une revue de détail de l’eugénisme et ses ramifications moderne: « Elite globaliste, eugénisme et contrôle des populations ».

Il est important de réaliser ce qui se trame en coulisse, ce que les oligarques ont en projet pour l’humanité, qui peut se résumer par cette phrase lapidaire mais si vivide de George Orwell:

« Vous voulez savoir ce que sera le futur de l’humanité ? Imaginez une botte écrasant un visage… pour toujours ! »

Vidéo du dernier documentaire sur l’eugénisme planifié (en anglais):

http://dprogram.net/2012/03/02/film-new-world-order-blueprint-of-madmen/

 

— Résistance 71 —

 

La prise de pouvoir des scientifiques: C.S. Lewis dénonçait déjà le transhumanisme dès 1945

 

par Daniel Taylor

Le 1er Mars 2012

 

url de l’article original:

http://www.oldthinkernews.com/?p=2149

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

“Des rêves de la destinée lointaine de l’homme extirpaient le vieux rêve de l’homme-dieu de sa tombe superficielle et sans repos.” (C.S. Lewis, “that Hideous Strength”, 1945)

“Plus de Dieux, plus de foi, plus de retenue timide. Explosons nos formes anciennes, notre ignorance, notre faiblesse et notre mortalité. Le futur apartient au post-humanisme.” (Max More, “On becoming posthuman”, 1994)

Le fait qu’un système de gouvernement technocrate se construit devient de plus en plus clair au fil des jours qui passent. Nous assistons à des déclarations quotidiennes disant que la terre soit reformatée par la géo-ingénierie, que l’humanité soit mise sous médicaments par voie de l’eau potable et que le code génétique même de la planète soit ré-écrit. Comme Zbigniew Brzezinski l’écrivit en 1970 dans son livre: “Entre deux âges: le rôle de l’Amérique dans l’ère de la technétronique”: “L’ère technétronique implique l’apparence graduelle d’une société plus sous contrôle. Une telle société sera dominée par une élite qui ne sera pas restreinte par des valeurs traditionnelles.”

George Orwell, C.S. Lewis, Aldous Huxley et H.G Wells étaient contemporains. Chacun d’eux, par leur différente œuvre littéraire, a contribué au débat, ou son manque, sur la montée de cette structure de pouvoir. Durant le cours de leurs vies, le projet de l’ère technétronique fut mis en mouvement.

Le livre de C.S. Lewis “That hideous strength”, écrit en 1945, relie des idées qu’il avait déjà avancéess dans un autre de ses ouvrages: “The Abolition Man”. “Hideous Strength” (“Cette hideuse puissance” en français) est un livre de fiction dont l’histoire se situe au milieu d’un gigantesque combat surnaturel entre le bien et le mal. Quoi qu’il en soit, comme vous l’allez voir, George Orwell lui-même, ne trouva “rien d’éhontement improbable” dans le narratif d’un groupe élitiste de technocrates prenant le contrôle de la vie elle-mème. Le travail de Lewis est un classique exemple de l’art imitant la vie.

La pensée de Lewis telle qu’elle est exprimée dans “L”abolition de l’homme” ainsi que dans “Cette hideuse puissance” a été clairement influencée par la montée de la soi-disante “science de l’homme” qui vit le jour durant le cours de sa vie. La même chose peut-être dite pour les autres écrivains mentionnés auparavant. Ces grands travaux de la découverte du fonctionnement interne de l’humain afin de mieux le contrôler furent initiés par l’immense fortune de l’empire Rockefeller au début du XXème siècle.

“Cette hideuse puissance” implique le National Institute for Coordinated Experiment (le NICE, dont un des sens veut en anglais dire: “gentil”…), l’organisation planifie de saisir le contrôle de toute forme de vie.

Lewis écrit: “Qu’est-ce que les élites devraient regarder comment étant obscène depuis qu’ils pensent que toute moralité n’est qu’un sous-produit subjectif de la situation physique et économique des hommes ? Du point de vue accepté en enfer, toute l’histoire de la terre a mené à ce moment précis.”

Quel est exactememt ce moment profond auquel se réfère Lewis ? En bref, c’est le moment lorsque l’humanité transcende la biologie. C’est une révolution contre l’ordre naturel. De manière intéressante, Lewis fut un des premiers écrivains à dénoncer la philosophie transhumaniste. Il écrivit dans “Cette hideuse puissance” (1945), que l’élite de la société allait se fondre avec la technologie et éliminer les masses qu’elle appellerait “poids-mort”.

“Il y a quelques siècles, une vaste population agricole était nécessaire et essentielle et la guerre un moyen de destruction qui était alors utile. Mais chaque avancée dans l’industrie et l’agriculture réduit le nombre d’ouvriers requis. Une grande population inintelligente est maintenant un poids-mort. L’importance de la guerre scientifique est que les scientifiques doivent être réservés. Ce ne furent pas les grands technocrates de Koenigsberg ou de Moscou qui souffrirent les grosses pertes du siège de Stalingrad. L’effet de la guerre moderne est d’éliminer les types régressifs tout en économisant la technocratie et en augmentant son contrôle des affaires publiques. Dans la nouvelle ère, ce qui fut pratiquement le nucleus intellectuel de la race humaine, va devenir progressivement la race elle-même. Vous deveez concevoir l’espèce comme celle d’un animal qui aurait découvert comment simplifier le processus de nutrition et de locomotion à un point tel, que le vieux complexe biologique des organes et du corps conséquent qui les contenaient, ne sont plus nécessaires. Les masses doivent donc disparaître. Le corps doit devenir la tête et que la tête. La race humaine doit devenir technologie.” (pages 156-7)

Ces idées sont on ne peut plus d’actualité aujourd’hui. Bill Joy, le co-fondateur de Sun Microsystems, a publié un article en 2000 intitulé “Pourquoi le futur n’a pas besoin de nous”. Une récente conférence en Russie a invité le héraut de l’ère transhumaine Ray Kurzweil. Le “Congrès du futur mondial 2045” parla du “moment critique.. quand les machines prendront une intelligence artificielle qui sera équivalente ou supérieure à celle des humains. Personne dans la communauté scientifique ne doute que cela se passera, la question n’est pas de savoir si cela se produira… mais quand.” Ainsi éventuellement, les scientifiques œuvreront “à perfectionner les humains”…

La conférence sur le futur mondial mentionna également la monté “des nouveaux barbares” qui sont “facilement trompés”. “Leur mentalité de jeu-vidéo veut aussi dire qu’ils pourraient également facilement devenir incontrôlables”… Comme Svetlana Smetanina l’a rapporté de cette conférence: “Si la proportion de ce types de personnes arrive à 50% de la population de la planète, alors un nouveau ‘moyen-âge’ est quasiment garanti.” Ces individus sont-ils les “poids-morts” dont il faudra se débarasser ?

George Orwell, rendu célèbre par sa description vivide d’un état policier futur dans son roman “1984”, commenta sur le livre de Lewis “Cette puissance hideuse”. Son commentaire fut publié dans le Manchester Evening News en 1945 avec ce titre: “Les scientifiques prennent le pouvoir”. Orwell écrivait: “Toute vie superflue devra être éliminée, toutes les forces naturelles apprivoisées, les gens du commun devront être utilisés comme esclaves et comme cobayes de vivisection par les scientifiques de la caste dominante, qui essaieront de se rendre immortels. L’Homme, succintement, prendra d’assaut les cieux et renversera les Dieux, afin de devenir dieu lui-même.”

“Il n’y a rien d’incroyablement improbable dans une telle conspiration. En fait, à l’heure où une simple bombe atomique, d’un modèle déjà annoncé obsolète, vient juste de pulvériser environ 300 000 personnes, ceci ne peut résonner que comme factuel. Beaucoup de gens en notre période de l’histoire caresse le rêve monstrueux du type de pouvoir que Mr Lewis attribue à ses personnages et nous sommes en vue du moment où de tels rêves vont devenir réalisables.”

De fait, nous vivons aujourd’hui dans une époque où ces cauchemars sont complètement du domaine du possible et du réalisable. Dune certaine manière, ils sont déjà devenus une réalité très vivide.

6 Réponses vers “Nouvel Ordre Mondial: à propos du transhumanisme cher à nos élites psychopathes…”

  1. rouskipeu Says:

    et bon week-end !

  2. oui mais… que cette volonté eugéniste existe, nous en voyons les traces chaque jour, quelle soit à l’œuvre partout sur la planète ne fait pas de doute non plus. Que la Grèce en soit le premier laboratoire à grande échelle en Europe, c’est plausible, de même que la multiplication des suicides comme conséquence d’une restructuration du travail qui robotise l’homme… assez probable… que des techniques soient mises au point pour 1) rendre l’humain de moins en moins indispensable, c’est réel, que d’autres recherches se poursuivent dans le sens du transhumanisme c’est certain.
    Qu’il y ait un agenda derrière tout cela, une volonté planifiée, une mise en place non pas d’un gouvernement mondial mais une gouvernance technocratique devient de plus en plus difficile à nier, cela se passe là sous nos yeux …
    Cependant… ce que je pense c’est que le déroulement de l’agenda ne se passe pas comme prévu… pourquoi ?
    Parce que les théories utilisées sont fausses, parce qu’elles supposent une méconnaissances totales de la biologie… l’évolution est un phénomène créatif qui ruse avec qui veut la contraindre et invente des solutions inédites que ne peuvent prévoir les lois mécanistes de l’ingénierie.
    Parce que les conceptions psychologiques qui sous-tendent le projet ne tiennent pas compte de ce caractère irréductible du vivant.
    L’ingénierie sociale est une tentative de gestion globale des êtres les plus imprévisibles issus de l’évolution : les humains…et bien sûr de telles techniques font beaucoup de mal, génère de la souffrance, détruisent des vies, rendent la planète de plus en plus inhabitable et peut-être vont-elle arriver à éradiquer l’humain et une partie du vivant. Mais à un moment elles vont se heurter à leur propres limites, parce qu’elles reposent sur une série de fictions qui postulent – pour obtenir les conditions de reproduction de l’expérience qui caractérise les sciences mécanistes – que certains facteurs peuvent être négligés… et établissent la fiction des processus du vivant comme autant de système fermé isolables… le laboratoire… mais le monde n’est pas un laboratoire et dans les interactions si faibles soient elles entre les différents processus, dans la part négligée (le nième chiffre après la virgule) réside l’imprévisible, l’inattendu susceptible de faire résonance et de transformer totalement le système d’une manière imprévisible a priori. Bref leurs théories sont inadéquates.
    Je pense que les dates prévues d’application de leur agenda sont depuis un moment dépassées, qu’il sont sans cesse obligés de rectifier le tir pour s’adapter à de nouvelles contingences… ce n’est pas une garantie pour l’avenir mais donne au moins une certitude… leur projet de monde n »est pas inéluctable et il existe des effets de leviers et de résonance qui permettent de le perturber un maximum avec un minimum d’effort.
    Le plus probable est que tous cela va déboucher sur une situation de chaos généralisé ou plus personne n’aura le contrôle de la situation…
    Russel appartient au passé, Brezinsky finira bien par disparaître… nous sommes en face d’un vieux projet de plus en plus obsolète et il n’y a pas de successeur valable pour prendre la relève… , Des rejetons dégénérés de vieilles dynasties et des marionnettes qui servent de façade…
    Et donc la partie est bien entamée mais les jeux ne sont pas encore faits…

    • Nous sommes tout à fait d’accord avec votre analyse. De plus la capacité de révolte et de créativité de l’humain, même si étouffée dans l’ère de la « société spectacle de consommation », est un facteur latent que l’ingénierie sociale des oligarques ne peut que tenter de supprimer, pour un temps… Toute action induit une réaction. Tant qu’il y aura une oppression, il y aura une résistance, ce qu’il nous faut c’est lever le voile propagandiste, exposer les mensonges généralisés qui servent à « contrôler » nos sociétés et aider les gens à enfin comprendre qu’il n’y a pas de solutions au sein du système !… Que le système lui-même est la grande partie du problème, mais que rien n’est inéluctable comme vous l’avez bien dit.

      Il faut en sortir, détruire le consensus pseudo-démocratique oligarchique pour parvenir à l’émancipation par l’autogestion et l’organisation d’une société égalitaire non-pyramidale, seule garante de paix et de progressisme pour les générations futures.

      Nous avions dit sur ce blog il y a plus d’un an, à l’issue du climategate de Novembre 2009 et de l’implosion de la fadaise du dogme du réchauffement climatique anthropique, que les oligarques allaient le remplacer avec la sempiternelle imbécilité malthusienne du dogme de la « surpopulation ». C’est exactement ce qui se produit et les ordures milliardaires eugénistes tels Rockefeller, Bill Gates, George Soros, Ted Turner, Ruppert Murdoch, Oprah Winfrey et les moins connus, agissent déjà dans ce sens en finançant des programmes de destruction massive des codes génétiques de la planète.
      Bill Gates est un des actionnaires les plus important de Monsanto (il a acheté 500 000 titres en 2010) dont les cultures OGM ont été prouvées stériliser rats et hamster dès la 3ème génération, avec une grosse réduction de fertilité dès la seconde.

      Pour vous et tous ceux qui peuvent comprendre l’anglais, regardez le dernier documentaire d’Alex Jones, plus court et plus concis que les derniers (moins de 45 minutes) sur l’eugénisme et la poussée destructrice de l’élite auto-proclamée vers un armageddon biologique psychopathe.

      Le documentaire ici:
      http://dprogram.net/2012/03/02/film-new-world-order-blueprint-of-madmen/

      Il n’est pas disponible (car très récent) avec sous-titrage français, mais espérons qu’il le soit au plus tôt….

      • « ce qu’il nous faut c’est lever le voile propagandiste, exposer les mensonges généralisés qui servent à “contrôler” nos sociétés et aider les gens à enfin comprendre qu’il n’y a pas de solutions au sein du système ! »

        C’est vrai mais la théorie ne suffit pas. Il faut également mettre en œuvre des solutions concrètes. Ce n’est pas évident puisque chaque jour l’arsenal liberticide qui fait barrage à la possibilité même ces solutions s’accroît de quelques nouvelles lois, de nouveaux règlements, de confiscations supplémentaires, de mise en place de force de répression et de mise à mal d’écosystèmes… sans parler le l’ingénierie climatique dans laquelle est impliqué ce même Bill Gates et qui agit à l’échelle de la biosphère.
        Le système est le problème, une machination au sens propre du terme puisqu’il exprime la réalité du vivant dans les termes qui conviennent aux machines et tentent de la réduire à un fonctionnement qui valide les équations qui en découlent, l’homme-machine, le cyborg et autres IA font partie des mythes de ce système et les recherches se multiplient qui vont en ce sens dans – encore une fois – le silence des médias alors que les enjeux concernent chacun d’entre nous et l’ensemble des générations à venir. Je n’exclus d’ailleurs pas la possibilité de voir la machine intelligente succéder à l’humain (et à de nombreuses autres formes de vie) dans l’évolution, les conditions de la possibilité de la vie sont étroites et disparaissent.
        Mais les inventeurs de l’ingénierie sociale, les « Pères » fondateurs et Russel n’est pas le moindre d’entre eux pour imposer et développer leur système ont du le morceler. Il ne fallait pas que les développeurs aient conscience du projet global, puissent en avoir une vue d’ensemble,et ils ont donc poussé a fond la spécialisation, ne formant plus des savants mais des scientifiques, dont la figure la plus aboutie est « l’autiste surdoué ». Cela pouvait être une force tant que les concepteurs étaient présents avec une vue d’ensemble, c’est à présent leur faiblesse… Brezinski a-il un héritier ? Obama est une marionnette, la Clinton… une harpie orgueilleuse… alors qui ?

        Je me rappelle avoir ri aux larmes, en lisant l’introduction d’un bouquin d’Hawkins où il fait allusion à Kant sur le mode « Ah ! cela c’est vraiment très compliqué ! » Mais en réalité, ce n’est pas drôle du tout, le formatage des scientifiques les range dans le clan des humanoïdes, ceux qui même sans apports de « pièces extérieures « ont un cerveau conditionné à avoir un fonctionnement machinique. Et le « génie » Hawkins ne tient que par les pièces extérieures…

        Les rapports de Russel avec Wittgenstein sont assez exemplaires du genre, à l’époque ou ce dernier nous pond sont imbuvable « Tractatus logicophilosophicus » il est le chouchou… quand il revient avec les « Investigations philosophiques » humanisé par son vécu de guerre et son expérience comme instituteur, Russel s’en débarrasse… il deviendra jardinier (ce qui est un beau métier), mais cela semble une mise en pratique de cette recette Russelienne ou l’inverse., l’occasion de son énonciation…

        « A de rares occasions, lorsqu’un garçon ou une fille, qui a dépassé l’âge où il est normal d’avoir décidé de son statut social, montre une capacité à être l’égal intellectuel des gouvernants, une situation difficile va apparaître nécessitant une attention particulière. Si la jeune personne est heureuse d’abandonner ses anciens associés et de se lancer de tout cœur avec les gouvernants, elle peut, après des tests appropriés, être promue. Mais si elle montre une quelconque regrettable solidarité envers ses anciens partenaires, les dirigeants devront conclure, à contre-cœur, qu’il n’y a rien à faire à part l’envoyer dans la chambre d’exécution avant que son intelligence mal disciplinée n’ait le temps de répandre la révolte. Il s’agira d’un difficile devoir pour les gouvernants, mais je pense qu’ils ne reculeront pas devant l’idée de l’accomplir. »
        Bertrant Russel… référence majeure du Tribunal des Droits de l’Homme !!!!

        Et pour conclure : « La république » de Platon est un ouvrage intéressant car de plus en plus évidement fondateur des modes de gouvernances actuelles, en particulier de l’expérience israélienne. Un vrai livre de recettes pour aspirants oligarques.

        • 100% d’accord… Nous ne pouvons résoudre le problème donné que dans la praxis, nous ne cessons de le dire.
          réflexion-concertation + action directe (boycott et autogestion) = démarrage du solutionnement…

          Comme vous le soulignez fort justement, la république est aristocratique par essence… de là à devenir oligarchique… Il n’y a qu’un pas vite franchi… derechef !

  3. En plus des troublantes coïncidences liants JFK et LINCOLN , voir :
    http://www.assassinat-jfk.com/fr/coincidences/

    Autres faits plus que troublants, ce même vendredi 22 novembre 1963, les auteurs C.S. LEWIS et Aldous HUXLEY que vous citez sont également morts. Quant on connait la nature de leurs oeuvres et de leurs combats alors n’en déplaise aux sceptiques et/ou aux détracteurs, le combat entre le bien et le mal (Zarathoustra) est bel et bien une réalité tangible.
    Plus d’informations :
    http://fr.wikipedia.org/wiki/C._S._Lewis
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Aldous_Huxley

    « Cette coïncidence inspirera, vingt ans plus tard, l’ouvrage de Peter Kreeft « Between Heaven and Hell », un dialogue fictif entre les trois personnages à leurs arrivées au Purgatoire. »

    Il m’a semblé que cette information méritait d’être citée…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.