Financement et développement des deux côtés d’une belligérance: le meilleur ennemi qu’on puisse acheter, professeur Antony Sutton, 2ème et dernière partie…

Témoignage de Antony C. Sutton devant le sous-comité VII de la plateforme de commissions de la convention du parti républicain à Miami Beach le 15 Août 1972, 14:30

 

Ce qui suit est la traduction du témoignage du Professeur Sutton, qui fut originellement présenté à Miami Beach et mis à la disposition des agences de presse UPI et AP:

Texte original en anglais: Appendix B de son livre “The Best Enemy Money Can Buy”:

http://www.reformed-theology.org/html/books/best_enemy/appendix_b.htm

 

(Traduit de l’anglais par Résistance 71, Février 2012)

 

2ème partie

 

Lire la première partie, ici


* * *

 

[…] Finalement, nous arrivons en 1972 sous le président Nixon.

Les soviétiques reçoivent maintenant, aujourd’hui, de l’équipement et de la technologie pour la plus grande usine de camions au monde, connue sous le nom d’usine Kama. Cette usine va produire 100 000 camions de 10 tonnes par an, ceci représente plus que tous les manufacturiers américains réunis.

Cette usine sera également la plus grosse usine du monde, point. Elle occupera une superficie de 58 km2. L’usine Kama aura t’elle un potentiel militaire ?

Les soviétiques eux-mêmes ont répondu à cette question. L’usine Kama sera 50% plus productive que celle qui produit les camions ZIL-130. C’est très bien, parce que les ZIL-130 sont les camions standards de l’armée soviétique utilisés au Vietnam et au Moyen-Orient.

Qui a construit l’Usine ZIL ? Elle a été construite par Arthur J. Brandt, company of Detroit, Michigan.

Qui construit l’usine de camions Kama ? Ceci est classé “secret” par les législateurs de Washington. Je n’ai pas à vous dire pourquoi.

Le char T-54 soviétique est au Vietnam. Il a été utilisé à Kontum et à An Loc, et à Hue il y a quelques semaines. Il est utilisé au Vietnam et fut utilisé contre Israël.

D’après le manuel du T-54, celui-ci a une suspension de type Christie. Christie était un inventeur américain.

Où les soviétiques ont-ils eu le système de suspension christie ? L’ont-ils volé ?

Non monsieur ! Ils l’ont acheté. Ils l’ont acheté à la US Wheel Track Layer Corporation.

Quoi qu’il en soit, ce gouvernemernt semble un peu plus honnête que le précédent.

Au mois de Décembre dernier, j’ai demandé au secrétaire d’état  au commerce Kenneth Davis (qui est ingénieur de profession), si l’usine de camions Kama aurait une capacité militaire. En fait, j’ai cité un des rapports d’une agence gouvernementale. Mr Davis n’a pas daigné me répondre, mais j’ai reçu une lettre du ministère qui était pile poil sur la question. Oui ! Nous savons que le complexe industriel de Kama a une capacité militaire, nous prenons ceci en considération quand nous délivrons les licences d’exportation. J’ai passé ces lettres à la presse et au congrès. Elles ont été publiées.

Malheureusement pour mon projet de recherche, j’avais en attente avec le ministère de la défense une demande de déclassification de certains dossiers à propos de notre assistance militaire aux soviétiques. Cette demande fut soudainement et abruptement refusée par le ministère.

Celui-ci va fournir de la technologie militaire aux soviétiques, mais demeure coincé lorsqu’il s’agit de rendre des comptes au public.

Je peux comprendre cela.

Bien sûr cela prend une bonne dose d’assurance que d’admettre que vous envoyez des usines qui vont servir à produire de l’armement et de la logistique à un pays, qui lui produit des armes et de la logistique pour tuer des soldats américains, israéliens et vietnamiens; par écrit de surcroi et dans une année électorale.

Plus précisément, de quelle autorité ce gouvernement applique t’il une telle politique ?

Beaucoup de personnes, à titre individuel, ont contesté notre politique suicidaire. Que se passe t’il ? Bon, si vous êtes membre du congrès, il y a sûrement braucoup de pression. Le membfre du congrès qui inclua les résultats de mes recherches dans les archives du congrès s’est retrouvé soudainement sujet à opposition. Il ne sera plus au congrès l’an prochain.

Si vous faites partie du monde universitaire, vous vous rendez très vite compte que c’est Ok de contester l’assistance américaine au sud-vietnam, mais que vous ne devez jamais, au grand jamais, contester l’assistance américaine à l’URSS. Oubliez les universitaires russes qui sont persécutés, vous ne devez pas dire de mauvaises choses contre les soviétiques.

Si vous demandez une explication, que vous disent-ils ?

En premier lieu, vous avez droit à la ligne du parti. Ceci est un commerce paisible. Les soviétiques sont puissants. Ils ont leur propre technologie. Ce n’est qu’une façon de construire une relation amicale. C’est un mode pour un Nouvel Ordre Mondial (NdT: “new world order” littéralement dans le texte original en anglais !)

Ceci est d’évidence faux !

Les chars russe d’An Loc ne sont pas des refugiés de la parade du rose bowl de Pasadena.

Les navires “soviétiques” qui transportent les armes à Haiphong ne sont pas des navires de paix. Ils ont des armes à bord, pas des touristes russes.

En second lieu, si vous n’êtes pas réceptif à la ligne du parti, on vous dit: “les soviétiques se ramollissent”. Ce qui est également faux.

Les morts en Israêl et au Vietnam avec des armes soviétiques ne suggèrent pas un ramollissement, cela suggère un génocide prémédité. Aujourd’hui, maintenant, les soviétiques se préparent à envoyer plus d’armes en Syrie (NdT: rappelons que ceci fut écrit  en 1972, c’est à dire avant la guerre la guerre du Yom Kippour de 1973…), dans quel but ?… Les mettre dans un musée ?

Personne n’a jamais présenté les preuves que le commerce mène à la paix. Et pourquoi pas ? Parce qu’il n’existe pas de preuves de cela. C’est une illusion.

Il est vrai que la paix mène au commerce; mais cela n’est pas la même chose. Vous devez avoir d’abord la paix, ensuite vous commercez. Ceci ne veut pas dire que si vous commercez, vous avez la paix.

Mais ceci est trop logique pour les législateurs de Washington et ce n’est pas ce que les politiciens et leurs soutiens veulent de toute façon.

Le commerce avec l’Allemagne a doublé avant la seconde guerre mondiale. Cela a t’il stoppé la guerre ?

Le commerce avec le Japon avait augmenté avant la seconde guerre mondale, cela a t’il empêché la guerre ?

De quoi était constitué ce commerce avec l’Allemagne et le Japon ? Des mêmes moyens pour faire la guerre que nous suppléons maintenant à l’URSS. L’armée de l’air japonaise après 1934 était totalement dépendante de la technologie américaine. La grosse poussée pour le commerce avec l’URSS aujhourd’hui provient des mêmes groupes qui poussaient pour le commerce avec Hitler et Tojo il y a 35 ans.

La parti communiste soviétique ne se ramolie pas. Les camps de concentration sont toujours là. Les asiles psychiatriques débordent. La persécution des baptistes continuent, la persécution des juifs continuent, tout comme sous les tsars.

Le seul ramollissement est quand des Harriman et des Rockefeller rencontrent les patrons du Kremlin. C’est bon pour les affaires, mais pas bon pour le soldat américain qui se retrouve sous une roquette soviétique au Vietnam.

J’ai appris quelque chose au sujet de notre assistance militaire aux soviétiques.

Ce n’est rien d’avoir les faits si ceux-ci sont ignorés par les législateurs et politiciens.

Ce n’est pas assez de bâtir un cas fondé sur le bon sens commun, les réponses qu’on vous donne défient tout entendement.

Une seule institution a été clairvoyante sur la question. Des années 1920 jusqu’à aujourd’hui, une seule institution a osé en parler: l’AFL-CIO (NdT: l’Union des syndicats américains qui fédèrent 57 syndicats du territoire national)

Depuis Samuel Gompers en 1920 jusqu’à George Meany aujourd’hui, les syndicats principaux ont contesté de manière consistante notre politique commerciale qui a construit l’URSS.

Et ce parce que des syndicalistes en Russie ont perdu leur liberté et des syndicalistes américains sont morts en Corée et au Vietnam.

Les syndicats eux, savent et apparemment s’en soucient.

Personne d’autre ne s’y intéresse. Pas Washgington, pas le milieu des affaires, pas le parti républicain.

100 000 Américains ont été tués en Corée et au Vietnam par notre propre technologie.

La seule réponse à cela de Washington et du gouvernement Nixon est l’effort de camoufler le scandale.

Ce sont des choses dont on ne parle pas et l’écran de fumée professionnel du commerce paisible continue et se renforce.

Le fait cru et sans ambage si vous le voulez est qu’une politique irresponsable a construit un ennemi et maintient cet ennemi dans le business d’être un régime totalitaire et de conquête du monde.

La tragédie vient du fait que des personnes intelligentes ont avalé la langue de bois et le double langage à propos de la paix mondiale, d’un nouvel ordre mondial et du ramollissement des soviétiques.

Je suggère que l’homme de la rue, le contribuable moyen pense à peu près comme moi, à savoir qu’on ne finance pas un ennemi.

Quand cette affaire sortira et sera connue aux Etats-Unis, cela se traduira par un revirement des votes. Je n’ai pas encore rencontré un homme de la rue de New York à la Californie, qui accepte une politique de soutien et de financement du meurtre de ses compatriotes. Les gens sont souvent choqués et dégoûtés.

Cela demande un certain degré de myopie intellectuelle pour envoyer de la logistique et de la technologie aux soviétiques quand ils sont instrumentaux dans la mort de nos concitoyens.

Que dire de l’argument que le commerce mène à la paix ? Nous avons eu un commerce américano-soviétique depuis 52 ans. Le premier et le second plans quinquennaux soviétiques ont été concoctés par des entreprises américaines. Continuer une politique qui est un échec total n’est que parier sur la vie de millions d’Américains et de leurs alliés.

Vous ne pouvez pas d’un côté alimenter la machine militaire soviétique et vous plaindre de l’autre qu’elle revient vous mordre. Malheureusement, le prix humain de nos politique immorales n’est pas payé par les politiciens et législateurs de Washgington. Le prix humain est payé par les fermiers, les étudiants et les classes laborieuese et moyennes de l’Amérique.

Le citoyen qui paie ne décide pas de la musique qui se joue, il ne sait même pas le nom de la musique.

Laissez-moi résumer mes conclusions::

Premièrement: Le commerce avec l’URSS a été commencé il y a 50 ans sous le président Woodrow Wilson avec l’intention déclarée de ramollir les bolchéviques. Cette politique a été un échec retentissant et coûteux. Elle a prouvé ne pas être pratique, ce que j’attends d’une politique immorale en fait.

Deuxièmement: Nous avons construit notre propre ennemi. Nous continuons à maintenir cet ennemi auto-déclaré dans le business d’être un ennemi. Cette information a été étouffée et censurée par tous les gouvernements successifs. Des déclarations mensongères ou de diversion ont été faites par la branche exécutive au congrès et au peuple américain.

Troisièmement: Notre politique d’entretenir nos ennemis déclarés n’est ni rationnelle ni morale. J’ai attiré l’attention sur la myopie intellectuelle du groupe qui influence et dessine la politique étrangère. Je suggère que ces politiques n’ont aucune autorité.

Quatrièmement: Les attaques annuelles au Vietnam et la guerre au Moyen-Orient ont été rendues possible seulement par la capacité d’armement soviétique et notre assistance aux soviétiques.

Cinquièmement: Cette activité mondiale soviétique est consistante avec la théorie communiste. Mikhail Suslov, le théoricien du parti. A récemment dit que la détente avec les Etats-Unis n’est que temporaire. Le but de la d´´tente, d’après Suslov, est de donner aux Soviétiques suffisemment de force pour un assaut renouvelr contre l’Ouest. En d’autres termes, lorsque vous aurez fini de construire le complexe industriel de Kama et que ses camions sortent des chaînes, préparez-vous pour un  nouveau Vietnam.

Sixièmement: La répression interne soviétique continue, contre les baptistes, les jiifs, contre des groupes nationaux, contre la dissidence académique.

Setièmement: La dépendance technique soviétique est un outil très puissant pour la paix mondiale si nous voulons l’utiliser.

Jusqu’ici cela a été utilisé comme un programme social d’aide à une URSS dépendante. Ceci a eu autant de succès que le programme social ici aux Etats-Unis.

Pourquoi devraient-ils arrêter de fournir Hanoï ? Plus ils surenchérissent la guerre et plus ils reçoivent des Etats-Unis.

Une pensée finale.

Pourquoi la guerre du Vietnam a t’elle continué pendant quatre longues années sous ce gouvernement ?

Avec 15 000 morts sous le gouvernement Nixon ?

Nous pouvons arrêter les soviétiques et leurs amis de Hanoï à n’importe quel moment.

Et ce sans utiliser une arme ou quoi que ce soit de plus dangereux qu’un bout de papier ou un coup de téléphone.

Nous avons la dépendance technologique de l’URSS comme instrument pour la paix mondiale. La plus humaine des armes que l’on puisse imaginer.

Nous avons toujours eu cette option. Et pourtant, nous ne l’avons jamais utilisé.

Publicités

4 Réponses to “Financement et développement des deux côtés d’une belligérance: le meilleur ennemi qu’on puisse acheter, professeur Antony Sutton, 2ème et dernière partie…”

  1. La vidéo de l’entretien en 1980, VOSTF:

  2. […] en avril 2017 du  discours du Pr. Antony Sutton à Miami Beach le 15 août 1972 et traduit par Résistance71 en février […]

  3. […] 29 de 11 pages  du  discours du Pr. Antony Sutton à Miami Beach le 15 août 1972 et traduit par Résistance71 en février […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.