Financement et développement des deux côtés d’une belligérence: le meilleur ennemi qu’on puisse acheter, professeur Antony Sutton, 1ère partie…

Au delà de la révélation sans équivoque que l’occident à construit financièrement et technologiquement l’URSS dès 1917 et ce jusqu’à au moins la guerre du Vietnam, ce témoignage vaut également pour évaluer l’évolution de las conscience politique de quelqu’un comme le professeur Sutton.

Au moment de ce témoignage devant un comité du parti républicain à Miami Beach en 1972 (sous Nixon), Sutton était encore un  conservateur convaincu, qui essayait de faire corriger la déviance du système dans lequel il croyait encore. Ce témoignage intervient 4 à 5 ans avant la publication de ses deux ouvrages dont nous avons traduit d’amples extraits sur ce blog: « Wall Street et la montée d’Hitler » et « Wall Street et la révolution bolchévique« .

D’un conservateur convaincu et en l’espace de quelques années, Sutton est devenu libertaire, tirant la seule conclusion intellectuellement valide face au niveau d’hypocrisie généralisé dans toutes les strates de la vie politique et sociale états-uniennes et de l’occident; c’est ainsi qu’en conclusion de son ouvrage « Wall Street et la montée d’Hitler » il déclare:

« Les crises et guerres périodiques sont utilisées pour obtenir un soutien pour des autres cycles de pillage-récompense, ce qui a pour effet de resserrer le nœud coulant autour du cou des libertés individuelles. Bien sûr nous avons également les hordes d’éponges intellectuelles, d’hommes d’affaire amoraux et de profiteurs, pour agir comme les récipients non productifs du pillage.

Arrêtons le cycle du pillage et de la récompense immorale et les structures élitistes s’effondreront. Mais pas avant qu’une majorité ne trouve le courage moral et la force intérieure de rejeter ce jeu truqué du quelque chose pour rien et de le remplacer par des associations volontaires, des communes volontaires ou des réglementations locales et des sociétés décentralisées, pour que cesse enfin le meurtre et le pillage. »

Rien n’a changé aujourd’hui, bien au contraire, regardons le niveau d’hypocrisie sans doute jamais atteint justifiant de guerres impérialistes « humanitaires » (Libye, Syrie, bientôt l’Iran), alors que la haute finance et la grosse industrie multinationales jettent en permanence de l’huile sur le feu de la discorde socialement induite.

La conclusion libertaire du professeur Sutton  est plus que jamais d’actualité… Puissent les peuples sortir de la spirale de la propagande et s’en inspirer. Il n’y a pas de solutions au sein du système, il faut en sortir en le détruisant tout en instaurant une fédération des associations libres de citoyens producteurs et consommateurs responsables.

— Résistance 71 —

Témoignage de Antony C. Sutton devant le sous-comité VII de la plateforme de commissions de la convention du parti républicain à Miami Beach le 15 Août 1972, 14:30

Ce qui suit est la traduction du témoignage du Professeur Sutton, qui fut originellement présenté à Miami Beach et mis à la disposition des agences de presse UPI et AP:

Texte original en anglais: Appendix B de son livre “The Best Enemy Money Can Buy”:

http://www.reformed-theology.org/html/books/best_enemy/appendix_b.htm

(Traduit de l’anglais par Résistance 71, Février 2012)

1ère partie

* * *

Seconde partie

* * *

Le complexe militaro-industriel soviétique

L’information que je vais vous présenter cet après-midi est connue de l’administration gouvernementale.

L’information n’est probablement pas connue du sénateur du Dakota du sud et de ses conseillers; et en ce cas l’ignorance est peut-être une bénédiction cachée.

Je ne suis pas un politicien. Je ne vais pas vous dire ce que vous voulez entendre. Mon travail est de vous livrer des faits. Que vous aimiez ou non ce que je vais dire ne me concerne pas.

Je suis ici parce que je crois, ainsi que le membre du congrès Ashbrook, que le public américain doit connaître ces faits. J’ai passé 10 ans à rechercher la technologie soviétique. Ce qu’elle est, ce qu’elle peut faire, et plus particulièrement d’où elle vient. J’ai publié trois ouvrages et plusieurs articles résumant ce travail.

Il fut financé de manière privée; mais les résultats ont été mis à la disposition du gouvernement. D’un autre côté, j’ai eu de grosses difficultés avec la censure du gouvernement.

J’ai 15 minutes pour vous parler de ce travail.

En quelques mots: la technologie soviétique n’existe pas. Pratiquement tout, peut-être à hauteur de 90 ou 95%, est venu directement ou indirectement des Etats-Unis ou de ses alliés. A cet effet, les Etats-Unis et l’OTAN ont bâti l’Union Soviétique. A la fois ses capacités industrielles et militaires. Ce travail de construction massif a pris 50 années, depuis la révolution de 1917. Cela s’est effectué au travers du commerce, de la vente d’usines, d’équipement et d’assistance technique.

A écouter les portes-parole de gouvernements ou les pontes de la presse, vous avez l’impression que le commerce avec l’URSS est devenu une sorte de remède miracle des problèmes du monde. Ceci n’est pas correct.

L’idée que le commerce avec les soviétiques amènerait la paix date de 1917. La proposition la plus ancienne date de Décembre 1917, juste quelques semaines après le commencement de la révolution bolchévique. Ce fut mis en application en 1920, alors même que les bolchéviques étaient toujours en train d’essayer de consolider leurs positions et leur main mise sur la Russie. Le résultat fut que pour garantir que les bolchéviques demeurent au pouvoir, ils avaient besoin d’équipement et de denrées étangères pour survivre.

L’histoire de notre construction de l’Union Soviétique a été complètement escamotée, la plupart des informations clés sont toujours classifiées secrètes, ainsi que les autres erreurs de la bureaucratie de Washington. Pourquoi l’histoire a t’elle été escamotée ?

Parce que 50 années de commerce avec l’URSS ont été un succès économique pour celle-ci et un échec politique pour les Etats-Unis. Cela n’a pas arrêté la guerre, cela ne nous a pas donné la paix.

Les Etats-Unis dépensent 80 milliards de dollars par an pour contre-carrer un ennemi construit par les Etats-Unis et l’Europe.

Plus étrange encore, les Etats-Unis apparemment désirent que cet ennemi demeure dans le business d’être un ennemi.

A ce point, j’ai probablement déjà perdu un certain nombre d’entre vous. Ce que je viens de dire va à l’encontre totale de tout ce que vous avez entendu de la part de l’élite intellectuelle, du gouvernement et du monde des affaires ainsi que de bon nombre de sénateurs bien-pensants, a peu près tout le monde quoi…

Laissez-moi vous faire revenir sur terre.

D’abord une déclaration authentique. Authentique car elle fait partie d’une conversation entre Joseph Staline et W. Averell Harriman, l’ambassadeur Harriman a été une figure importante dans le commerce avec les soviétiques depuis les années 1930 et est un fervent supporteur de toujours plus de commerce. Voici ce que l’ambassadeur Harriman rapporta au ministère des affaires étrangères à la fin de la seconde guerre mondiale:

“Staline remercie de l’assistance donnée par les Etats-Unis à l’industrie soviétique avant et pendant la guerre. Staline a dit qu’environ les deux tiers de toutes les plus grandes entreprises industrielles de l’Union Soviétique ont été construites avec l’aide ou l’assistance technique des Etats-Unis.”

Je répète: “les deux-tiers de toutes les plus grandes entreprises industrielles de l’Union Soviétique ont été construites avec l’aide ou l’assistance technique des Etats-Unis.”

Les Deux tiers.

Deux sur trois.

Staline aurait pu aussi dire que le dernier tiers des grandes entreprises industrielles a été construit par des firmes allemandes, françaises, britanniques et italiennes.

Staline aurait aussi pu dire que les usines de chars, d’avions de combat, d’explosifs et de munitions étaient toutes originaires des Etats-Unis.

C’était en Juin 1944. L’assistance technique massive continue toujours jusqu’à aujourd’hui.

Maintenant, la capacité de l’URSS de créer toute sorte de machines militaires, d’envoyer des missiles à Cuba, de fournir des armes et munitions au Vietnam du Nord, de donner des armes à Israël, tout cela dépend de son industrie.

En Union Soviétique, environ les trois-quarts du budget militaire passent dans les achats à des usines soviétiques.

Cette dépense dans l’industrie soviétique est logique. Aucune armée n’a une machine qui pond des chars d’assaut. Les chars sont faits d’alliages d’acier, de plastique, de caoutchouc etc. Les alliages d’acier, les plastiques et les caoutchouc sont fabriqués dans des usines soviétiques en répondant à la spécificité militaire. De la même façon qu’aux Etats-Unis.

Les missiles ne sont pas produits par des machines qui font des missiles. Les missiles sont faits d’alliages d’aluminium, d’acier inoxydable, de câblage électrique, de pompes, etc. Tous ces éléments sont aussi faits dans des usines soviétiques.

En d’autres termes, l’armée soviétique reçoit ses pièces et matériels de l’industrie soviétique. Il y a un complexe militaro-industriel soviétique tout comme il y a un complexe militaro-industriel américain.

Ce type de raisonnement est parfaitement logique pour tout homme de la rue. Le fermier du Kansas sait exactement de quoi il s’agit. Le vendeur de Californie sait de quoi il s’agit. Le chauffeur de taxi de New York sait de quoi il s’agit. Mais les législateurs et politiciens de Washington n’acceptent pas ce genre de raisonnement de sens commun et ne l’ont jamais accepté.

Jetons donc un œil sur l’industrie soviétique qui produit les pièces et matériels pour l’armement soviétique: les armes, les chars d’assaut, les avions de combat.

Les Soviétiques ont la plus grosse usine de fer et d’acier du monde. Elle a été construite par McKee Corporation. C’est une copie quasi conforme de l’aciérie de Gary dans l’Indiana.

Toute la technologie de l’acier et du fer soviétique provient des Etats-Unis et de ses alliés. Les soviétiques utilisent open hearth, des fours American Electric, etc.. Tous développés à l’Ouest et envoyé par le biais d’un commerce pacifique.

Les soviétiques ont les plus grosses fabriques de tubes et de tuyauteries d’Europe, ils en produisent 1 million de tonnes par an. L’équipement utilisé est Fretz-Moon, Salem, Aetna Standard, Mannesman, etc. Pas des noms russes…

Toute la technologie de la production de tuyauterie soviétique vient des Etats-Unis et de ses alliés. Si vous connaissez quelqu’un travaillant dans l’aérospatiale, demandez lui combien de kilomètres de tubes et de tuyauteries entre dans la compositions d’un missile.

Les soviétiques ont la plus grosse marine marchande au monde, environ 6 000 vaisseaux. J’ai les spécifications de chacun des navires. Environ les deux-tiers ont été construits en dehors de l’URSS.

Environ 4/5 des moteurs de ces navires ont également été construits en dehors de l’URSS.

Il n’existe pas de moteur marin de conception soviétique. Ceux construits en URSS sont construits avec une assistance étrangère. L’usine de Bryansk construit les plus gros moteurs diesels de marine. En 1959, l’usine de Bryansk a conclu un plan d’assistance technique avec Bumeister & Wain de Copenhague au Danemark (un allié de l’OTAN) et approuva un traité de commerce avec le ministère des affaires étrangères américain. Les vaisseaux qui ont transportés les missiles soviétiques à Cuba il y a dix ans, utilisèrent ces mêmes moteurs Bumeister & Wain. Les navires étaient de la classe POLVATA Certains ont des moteurs danois faits au Danemark et d’autres ont des moteurs danois faits às Bryansk en URSS.

Environ 100 navires soviétiques sont utilisés sur la route de Haiphong pour transporter les armes et la logistique soviétiques pour l’agression annuel d’Hanoï. J’ai été capable d’identifier 84 de ces navires. Aucun des moteurs principaux de ces vaisseaux n’a été conçus en URSS.

Tous les plus grands et les plus rapides vaisseaux de la route d’Haiphong ont été construits en dehors de l’URSS.

Toute la technologie de construction navale de l’URSS vient directement ou indirectement des WEtats-Unis ou de ses alliés de l’OTAN.

Prenons une de ces industries et analysons la plus en détail: l’industrie automobile.

Toute la technologie des véhicules soviétiques, camions et des moteurs vient de l’occident, principalement des Etats-Unis. Dans mes livres, j’ai listé chaque usine soviétique, son équipement et qui a suppléé cet équipement. L’armée soviétique possède 300 000 camions, tous construits depuis des usines américaines.

Jusqu’en 1968, la plus grosse usine de véhicules soviétique était à Gorki. Gorki produit beaucoup des camions que les pilotes américains voient du ciel sur la piste Ho Chi Minh. Gorki produit le chassis du lanceur de roquettes GAZ-69 utilisés contre Israël. Gorki produit la Jeep soviétique et une demi-douzaine d’autres véhicules militaires.

Gorki a été construite par Ford Motor Company et Austin Company; résultat d’un commerce pacifique.

En 1968 alors que Gorki fabriquait des véhicules pour être utilisés au Vietnam et en Israël, une plus grosse commande d’équipement pour Gorki fut passée et envoyée des Etats-Unis.

En 1968, nous avons égalemement le soi-disant “accord FIAT”, pour bâtir une usine à Volgograd trois fois plus grande que Gorki. Dean Rusk et Wait Rostow dirent au congrès et au public américain, que ce commerce pacifique, l’usine FIAT ne pourrait pas fabriquer de véhicules militaires.

Ne nous leurrons pas. Toute usine de fabrication de véhicules peut fabriquer des véhicules militaires. Je peux montrer à quiconque est intéressé les spécifications techniques d’un véhicule vérifié militaire (avec des applications internationales) utilisant les mêmes capacités motrices que l’usine russe FIAT peut produire.

Du reste, le terme “d’arrangement FIAT” est trompeur. FIAT en Italie, ne fait pas d’équipement automobile, les usines FIAT en Italie ont de l’équipement américain. FIAT a envoyé 1000 personnes en Russie pour la construction de l’usine, mais la moitié, probablement plus de la moitié de l’équipement provenait des Etats-Unis. De Gleason, TRW de Cleveland et de New Britain Machine Co.

Ainsi, en plein milieu d’une guerre qui a tuée 46 000 Américains (jusqu’ici) et un nombre incalculable de Vietnamien avec des armes  et de la logistique soviétiques, le gouvernement Johnson doubla la mise sur l’industrie automobile soviétique.

Et donna de fausses informations au congrès et au public américains.

A suivre….

* * *

2ème partie

* * *

Publicités

5 Réponses to “Financement et développement des deux côtés d’une belligérence: le meilleur ennemi qu’on puisse acheter, professeur Antony Sutton, 1ère partie…”

  1. […] préoccupent ici, voici un résumé de la situation de 1917 à 1972 date à laquelle le professeur Antony Sutton témoigna devant un comité du parti républicain et expliqua clairement l’origine de la création de l’URSS et comment celle-ci a pu se […]

  2. […] pays du goulag levant (ex-USA) est de plus en plus forte. Les travaux d’analyse historique du professeur Antony Sutton, que nous avons traduit en grande partie sur ce blog, ont montré que l’URSS a été une […]

  3. L’entretien vidéo de 1980 (VOSTF):

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.