Résistance politique: l’exemple latino-américain de résistance à l’empire

Pourquoi l´Amérique Latine fait appel aux philosophes.

 

Le 10 janvier 2012

 

Par le professeur Santiago Zabala de l’univeristéde Barcelone

 

Url de l’aricle originale en français:

http://www.larevolucionvive.org.ve/spip.php?article1850

 

 

Barcelone, Espagne – Je viens de rentrer du sixième Forum International de Philosophie à Maracaibo, au Venezuela, où des philosophes de quatre continents étaient invités à débattre sur le thème de « l´Etat, la Révolution et la construction de l´hégémonie« . Cet évènement a été inauguré par les vice-présidents du Venezuela et de Bolivie, et retransmis par plusieurs chaînes de télévision. Le dernier jour un prix de 150.000 $ a récompensé le meilleur ouvrage présenté dans le cadre du Prix Libertador pour la Pensée Critique 2011.

De même que pour le Forum Social Mondial du Brésil, ce prix et ce forum visent à refléter non seulement le progrès social qui caractérise ces nations, mais aussi les progrès dans d´autres parties du monde ; c´est pourquoi on ne compte parmi les invités que des penseurs essentiellement de gauche : engagés au service des secteurs faibles, exclus, opprimés de la société.

Indépendamment de l´impact que le rapport de cette rencontre peut avoir sur les gouvernants qui le liront, ce qui nous intéresse, nous en tant qu´universitaires européens, est la signification institutionnelle donnée à la philosophie dans cette région du monde. Existe-t-il une conférence, un forum aux États-Unis ou en Europe que des vice-présidents de la république prendraient le temps d´inaugurer ?

Sans doute les participants étaient-ils tous des socialistes progressistes (voire marxistes dans certains cas) et nourrissaient-ils d´emblée une certaine sympathie pour ces mandataires politiques démocratiquement élus (en Amérique Latine, seul le Honduras ne dispose pas de gouvernement démocratiquement élu). Reste que nos gouvernants occidentaux néo-libéraux n´organisent pas de telles conférences pour leurs intellectuels préférés. Voir les vice-présidents d´Italie ou du Canada financer une conférence pour que 50 philosophes réfléchissent sur leurs politiques, reste de l´ordre du rêve. Peut-être que ce jour viendra.

D´ici là interrogeons-nous nous-mêmes sur ce que ce forum latino-américain nous dit de la relation entre philosophie et gouvernement.

Avant quoi, il faut rappeler que la plupart des nations latino-américaines actuelles ont élu des gouvernements socialistes dont l´objectif principal est de sortir de la pauvreté les citoyen(ne)s exclu(e)s par les états néo-libéraux (et dans certains cas par des états dictatoriaux) qui ont gouverné cette région dans le passé. C´est pourquoi depuis plus d´une décennie, des intellectuels progressistes aussi célèbres que Noam Chomsky et beaucoup d´autres ont soutenu Chavez, Morales, et d´autres présidents démocratiquement élus : pour leurs programmes sociaux et pour leur indépendance économique du FMI.

Malgré le progrès social (depuis 2003, la pauvreté extrême a été réduite de 72 % au Venezuela), malgré les initiatives écologiques (Morales a été déclaré “Héros Mondial de la Terre-Mère » par le Président de l’Assemblée Générale des Nations Unies), malgré l´efficacité économique de ces gouvernements (à la différence des États-Unis, les économies latino-américaines croîtront de 4.7 % en 2012), nos médias occidentaux mantiennent leur campagne de désinformation haineuse pour discréditer ces succès.

Oliver Stone a suggéré dans son brillant documentaire South of the Border, que cette campagne est le symptôme de la peur que les citoyens occidentaux exigent à leur tour de semblables politiques. En tout cas, tandis qu´en Europe nous éliminons des services sociaux pour obéir aux demandes de la Banque Centrale Européenne, les États Latino-Américains ne font que les augmenter, et c´est précisément ce que réclament tant de manifestants occidentaux (« indignados », Occupy Wall Street, et autres mouvements courageux).

Ces pays d´Amérique Latine ne font pas appel aux philosophes pour obtenir d´eux des justifications rationnelles ou dans l´espoir que certains d´entre eux écrivent des articles de propagande sur leurs politiques. Ils montrent plutôt leur conscience que l´Histoire n´est pas finie. Je rappelle la célèbre théorie de Francis Fukuyama (« la démocratie libérale est la seule forme légitime de gouvernement généralement acceptée« ), aujourd´hui complètement assimilée, pour ne pas dire intégrée, à notre culture capitaliste.

Sauf que l´Histoire en Amérique Latine n´a jamais pris fin ni recommencé. Elle évolue simplement comme une alternative à notre logique capitaliste d´enrichissement économique, de progrès technologique et de supériorité culturelle. Les pays latino-américains ne visent pas à dominer les autres mais simplement à revendiquer ceux que Walter Benjamin appelait les « perdants de l´Histoire » : ceux qui n´ont pas réussi dans notre système néo-libéral démocratique. Ces « actionnaires » sans succès ne sont pas seulement représentés par les citoyens défavorisés mais aussi par les nations et les continents sous-développés. C´est dans ce contexte que la philosophie est appelée à penser historiquement – c´est-à-dire à maintenir vivante l´Histoire. Mais comment ?

En tant que discipline interprétative déterminée à mettre en cause les fondements (culturels, scientifiques ou politiques) de la pensée, la philosophie vit dans l´insatisfaction permanente, obligée de poursuivre son inlassable recherche de modèles, de possibilités et d´histoires alternatives. Ce sont ces alternatives qui permettent de maintenir l´Histoire en vie parce qu´elles maintiennent la possibilité d´une plus grande liberté, d´une démocratie plus large, et de systèmes alternatifs.

Dans ce but les organisateurs du forum ont préféré suivre les principes herméneutiques du dialogue, d´une conversation où la vérité devient un échange constant de points de vue différents. Dans un dialogue sincère, aucun des interlocuteurs ne dispose à priori de la vérité absolue ni du terme final du débat ; c´est la discussion qui y mène.

Les 50 participants de la rencontre ont donc été divisés en plusieurs groupes : les différents thèmes du débat ont été discutés ouvertement par chacun, depuis chaque point de vue philosophique. Un rapport a émané de chacun des groupes et leur somme a été remise aux gouvernants du Venezuela pour les encourager à poursuivre et à améliorer le progrès social déjà atteint. Je suis certain que la totalité de nos propositions et analyses ne sera pas bienvenue ou appliquée. Mais le fait que des leaders politiques nationaux ont besoin de telles réunions depuis plus de dix ans indique la signification qu´ils donnent à la philosophie pour le bien-être de l´État.

Même si nous avons tou(te)s été invité(e)s pour nos sympathies envers les politiques contemporaines de l´Amérique Latine, les organisateurs savaient très bien que nos différences de positions philosophiques enrichiraient plutôt qu´elles nuiraient à la discussion. En somme et comme le disait feu Richard Rorty, l´Amérique Latine fait appel aux philosophes « pour poursuivre la conversation » et parce que ses mandataires politiques sont assez honnêtes pour reconnaître que l´Histoire n´a pas pris fin avec leur forme socialiste et démocratique de gouvernement.

Santiago Zabala est professeur et chercheur de l´ICREA, Université de Barcelone. Parmi ses ouvrages citons The Hermeneutic Nature of Analytic Philosophy (2008), The Remains of Being (2009) et surtout le récent Hermeneutic Communism (2011, co-écrit avec Gianni Vattimo). Tous ces ouvrages ont été publiés par Columbia University Press.

Sa page Web est www.santiagozabala.com

Traduction de l´anglais : Thierry Deronne, pour www.larevolucionvive.org.ve

Publicités

4 Réponses to “Résistance politique: l’exemple latino-américain de résistance à l’empire”

  1. On doit regarder ce qui se passe en Amérique latine, ils ont su prendre le tournant dans les annees 2000, se débarasser des dictateurs, refuser le diktat du FMI et des banques occidentales, en venir même à refuser de payer les dettes illégitimes, l’equateur mais aussi l’Argentine l’a fait.

    se doter d’organismes propres et refuser les organismes comme l’Alena proposée par les USA, chasser les USA et oser la protection de leurs industries locales, infliger des taxes aux productions agricoles exportées comme le soja et entrer des deux pieds dans le protectionnisme, ce qui n’a pas été facile car opposition des USA, de l’Europe et même de la Chine et comme 2 pays le Brésil et l’Argentine l’avait initié et aujourd’hui renforcé malgré l’opposition de quelques pays, Paraguay, Uruguay.

    ils ont ainsi sortis de l’indigence dans ces 2 pays Brésil, Argentine, des millions de pauvres, même s’il n’en sont pas encore à une répartition équitable des richesses mais ils ne sont plus tributaires et exploités par la finance internationale.

    A nous de regarder de ce côté et d’en faire autant, mais la démarche prendra plussieurs années, car nous n’en sommes qu’à une prise de conscience et nos méthodes ont échoués parce que trop encadrés par le NOM qui se montre après avoir été souterrain et tissé sa toile.

  2. Mettre à bas le système doit commencer par détruire tout ce qu’ils ont mis en place pour encadrer l’exploitation des peuples. En Amérique ils pont réussi la 1ère étape, même si les USA essayent encore de peser afin de renverser les gouvernements.

    C’est ce qu’ils ont fait au Mexique, en installant Calderon au gouvernement, même si cette élection est contestée car la marge était très faible et il a remporté de peu.

    Au cours de ces 10 années, les progrès ont été considérables mais il a fallu 10 années, alors que nous avec l’emprise des fianciers, ces 10 années nous conduisent à l’abime et nous n’en sortirons pas tant que nous n’aurons pas contesté cet endettement, sans l’annuler le poids des intérêts de manière à alléger considérablement la charge comme l’a fait l’Equateur et ceci pour tous les pays de la zone euro et à revenir sur la plus grosse partie des avantages fiscaux indus et ne pas céder sur les lois régissant les conditions de travail et la protection des travailleurs qui est la principale revendication du patronat.

  3. Comment les pays d’Amérique latine se sont sortis de la tutelle des USA, après avoir chassé un à un les dictateurs, c’est en choisisanr depuis 2003 de protèger leurs économies surtout Brésil et Argentine contre les délocalisations en recourant à un protectionnisme ciblé.

    En Argentine le protectionnisme, depuis 2005, touche l’industrie automobile, le textile, le cuir, l’électro-ménager, les ordinateurs, les téléphones portables, les produits pharmaceutiques et même les livres.
    Les entreprises doivent s’engager à compenser en exportant ou en investissant dans le pays.
    Elle a fait passert le nombre de licences d’importation « sous conditions » de 400 à 600 et concerne 45 000 produits.
    Le plan négocié récemment pour 2020 prévoit une réduction de 45 % des importations et exige des entreprises qu’elles réduisent leurs importations et augmentent en égale proportion les exportations.

    Le chomage est ainsi passé sur cette période de 25 % à 7 % avec des millions d’emplois créés dans le batiment, l’industrie automobile et le tourisme ( le tourisme apportant autant d’emplois que les traditionnelles exportations de viande ).
    L’exportation du soja apporte des milliards de devises, en prélevant des taxes à l’exportation qui n’ont pas été obtenu sans mal de la part des producteurs de soja qui s’y opposait.

    Cela lui a permis de financer sa politique sociale, augmentation des salaires, retraites et salaires des enseigants.

    L’Argentine est sortie d’une crise qui avait plongé la moitié de la population de 37 millions d’h dans la pauvreté et le chaos et sorti de même par une allocation universelle des millions d’indigents de
    la misère.
    Une classe moyenne qui pratiquait le troc achète maintenant des voitures, des écrans plats, ordinateurs et téléphones portables.

    N4oublions pas qu’une politique semblable a permis de sortir de la pauvreté 50 millions de brésiliens.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.