Illusion démocratique: le suffrage universel comme soporifique social…

Le suffrage dit universel est un moyen puissant d’endormir l’activité humaine

 

Par Paraf-Javal

La Brochure Mensuelle, 1924

 

En effet, à partir de vingt et un ans, tous les quatre ans (c’est-à-dire une fois en 1460 ou 1461 jours), l’électeur vote (c’est-à-dire essaie d’opprimer ceux qui pensent autrement que lui). L’autorité, elle, fonctionne tous les jours, à tous les instants.

Suffrage universel signifie donc : 1 jour de droit à l’intrigue, 1459 ou 1460 jours d’abdication.

On voit que le suffrage universel est un puissant moyen d’endormir l’activité humaine. Il n’a rien de commun avec la souveraineté populaire, avec le droit d’être à tout moment aussi souverain qu’autrui. Il n’a rien de commun avec l’égalité.

Le système politique est absurde

Dans un pays où existe le régime parlementaire, les hommes déterminent les actes ordonnés, permis et défendus, c’est-à-dire la loi,de la façon suivante :

1° Nomination de délégués (députés, sénateurs, conseillers, etc.) Cette nomination équivaut à l’abdication totale de l’activité individuelle entre les mains des politiciens ;

2° Assemblée des politiciens qui émettent des appréciations et établissent des textes en votant sur ces appréciations ;

3° Imposition par la force de ces votes.

Ce système est absurde.

S’il y a véritablement des actes que les hommes doivent ordonner, permettre et défendre, il serait intéressant de déterminer ces actes par la logique. S’il n’y en a pas, les politiciens ne sont pas plus qualifiés que les autres hommes pour les déterminer.

Comment établit-on la vérité ? Comment détermine-t-on la science ?

Nomme-t-on à cet effet des délégués ? — Non. Celui qui dégage la vérité n’a été délégué par personne. Souvent il n’a ni diplôme ni dignité. — Vote-t-on en matière scientifique ? — Non. Le vote ne prouve rien. Galilée était seul à dire que la terre tourne. Minorité, il avait pourtant raison contre la majorité. — Impose-t-on la science par la force ? — Non. On dit aux hommes : «La voici. Voilà les preuves. Vous vous imposerez à vous-mêmes ce que vous aurez reconnu juste.»

Au point de vue scientifique, la raison des hommes est parfaite. Personne ne s’insurge contre la science, pas même les ignorants, parce que ces derniers savent qu’elle est vérifiée par ceux qui en sont capables et qu’eux-mêmes, s’ils s’en rendaient capables, pourraient la vérifier.

Au point de vue légal, la déraison des hommes est parfaite. La loi déterminée d’une façon absurde, peut être inepte, vexatoire. Elle n’en est pas moins LA LOI, du moment qu’elle aura été votée et promulguée selon les règles absurdes admises.

Voilà le système politique. Étranger à la raison, il ne peut donner de résultats raisonnables. La politique, méthode illogique, ne peut servir à l’établissement de règles de conduite logiques.

C’est le fait de fous de vouloir, si ces règles existent, les déterminer et les imposer aux gens sensés autrement que par une méthode rationnelle.

La loi est le droit du plus fort

Tout individu, arrêté à l’âge de raison, se trouve en présence d’une quantité innombrable de lois. S’il dit : «Ces lois faites sans moi, contre moi, me déplaisent.», on lui répond : «Observe-les d’abord ; tu pourras ensuite, quand l’occasion s’en présentera, user de tes droits de citoyen pour changer l’ordre social». S’il remarque : «Je suis pressé», on lui réplique : «Il ne faut pas être pressé. Ceux qui fabriquent les lois sont chargés par toi ou par tes adversaires d’agir en tes lieu et place. Fais de la politique.»

Or la politique aboutit à la confection de la loi et la loi n’est pas autre chose que l’acceptation par certains hommes (majorité) d’appréciations que contestent d’autres hommes (minorité).

Imposer des appréciations par la force, c’est tyranniser. La loi est l’oppression suprême, l’oppression légale, le droit du plus fort.

Les droits d’un homme ne peuvent dépendre de l’appréciation plus ou moins désintéressée d’autres hommes. Ces droits sont ou ne sont pas. S’ils sont, il convient de les déterminer par la logique et de les exercer au besoin, malgré la loi.

Tout électeur est conservateur

Puisque la politique aboutit à la confection de la loi, il est bon de montrer que la loi est vaine.

A la vérité il n’y a pas de loi, il ne peut y avoir de loi, la loi ne compte pas, ou plutôt, il n’y a qu’une seule loi, inscrite implicitement dans tous les codes : «Ne te fais pas pincer».

En effet, la Société ne punit pas ceux qui violent la loi, elle punit ceux qui se font pinceren violant la loi, ce qui n’est pas la même chose. Il n’est pas possible que celui qui viole la loi sans se faire pincer puisse être puni.

On est donc en droit de dire que la loi est une prime aux fourbes, qu’elle dit aux hommes : «Inutiles d’être loyaux, soyez malins. Tout aux retors, rien aux faibles, rien aux simples qui n’ont ni l’intelligence, ni la canaillerie nécessaires pour utiliser la loi à leur profit.»

Cela est si vrai qu’il y a des gens (avocats et magistrats) dont le métier officiel est d’essayer soit de tourner, soit de faire appliquer la loi, suivant les besoins de la cause.

En effet, toutes les fois que les hommes sont appelés à voter, cet appel peut être considéré comme la demande d’une signature pour la prolongation du prétendu contrat social. Le votant est un homme qui vient le jour où on le sonne comme un larbin, le jour où on le siffle comme un chien dressé à obéir, qui vient ce jour-là seulement, et pas les autres jours, cet homme qui vient quand l’autorité dit : «Le moment est arrivé de sanctionner une fois de plus et de faire marcher un système établi par d’autres et pour d’autres que toi. Le moment est arrivé de choisir ceux qui feront partie de ce système avec ou sans intention de le modifier, de choisir ceux, qui, pour contribuer au fonctionnement de la machine à broyer le faible, seront payés en argent, en influences, en privilèges, en honneurs. Le moment est arrivé d’écarter une fois de plus l’idée de révolte contre l’organisation qui t’exploite et d’obéir à l’autorité. Le moment est arrivé de voter, c’est-à-dire de faire un acte dont la signification est : «JE RECONNAIS LES LOIS».

Ne voit-on pas que la première signification de l’abstention électorale est celle-ci :

«JE NE RECONNAIS PAS LES LOIS. Je ne veux pas du régime que l’on m’impose et que l’on veut continuer à m’imposer.»

Il suit de là que tout électeur (qu’il se dise à juste titre monarchiste, ou à tort socialiste-révolutionnaire), est un conservateur, puisque le résultat de son vote est de contribuer à faire fonctionner le système en vigueur.

Tout abstentionniste conscient est un révolutionnaire

Nous avons montré que la politique est un moyen puissant pour les privilégiés d’endormir l’activité des non-privilégiés. On dit aux hommes : «Mettez votre cervelle dans votre poche, vous l’en sortirez une fois de loin en loin pour voter, c’est-à-dire pour consolider l’autorité. Pendant que vous abdiquerez, l’autorité fonctionnera sans arrêt.»

Et l’on s’étonne que la révolution ne se fasse pas ! Il y aurait lieu de s’étonner que la révolution se fît avec un pareil système, avec un système antirévolutionnaire, avec un système conservateur.

La révolution se fera quand les hommes cesseront d’abdiquer leur activité.

La révolution se fera quand les hommes cesseront de déléguer leurs pouvoirs, quand ils cesseront de se nommer des maîtres, quand ils cesseront de permettre à des gens pareils à eux de dire : «Vous m’avez donné le droit d’agir pour vous».

L’autorité tombera le jour où les hommes cesseront de se l’imposer à eux-mêmes, le jour où ils cesseront de créer des catégories de privilégiés, de gouvernants, d’oppresseurs.

La révolution commencera au moment précis où les hommes abandonneront la politique.

Toutes les révolutions ont été des moments où les hommes ont abandonné la politique, où ils se sont occupés eux-mêmes de leur sort.

Tout homme qui abandonne la politique commence la révolution, car il reprend son activité abdiquée jusque là.

Quelles seraient les conséquences de la grève électorale?

Ces conséquences seraient les suivantes :

Déclaration de guerre au système établi et commencement des hostilités avec certitude de réussir à renverser ce régime.

En effet, refuser de voter dans les conditions indiquées plus haut, n’est pas un acte d’inertie, mais un acte de révolte. Les gouvernants comprendront que l’abstentionniste conscient n’est pas un indifférent, mais un révolté et que ce révolté ne peut pas ne pas agir.

En outre, l’abstention généralisée rendrait difficile l’exercice du gouvernement.

Quelle autorité aurait un individu élu par une petite portion des électeurs ? Quelle autorité aurait des assemblées d’individus délégués par des minorités ? Quelle autorité aurait le pouvoir exécutif élu par ces assemblées ?

Du moment que l’autorité pour fonctionner, éprouve le besoin de se faire justifier par le vote, on peut conclure qu’il y a une limitede suffrages au-dessous de laquelle L’AUTORITÉ EST DISQUALIFIÉE.

Et, tandis que l’on disqualifierait l’autorité, la masse prendrait conscience de sa force.

Revenons à notre point de départ. S’il est vrai que la Société actuelle dure parce que les non-privilégiés, les prolétaires se résignent, il importe que ceux-ci cessent de se résigner, il importe qu’ils se mettent en état de révolte, il importe que chacun de ceux qui veulent renverser la société se mette en état de révolte pour son propre compte et, comme les prolétaires sont de beaucoup les plus nombreux, la révolte généralisée rendrait le renversement CERTAIN.

Ce qui précède montre, je crois, l’importance de la grève électorale, prélude possible d’une révolution dont la forme moderne paraît être la grève générale.

La grève générale, ou, si l’on veut, la grève généralisée, apparaît comme une arme tellement puissante qu’à notre sens certaines grèves partielles prenant de l’extension (comme par exemple, la grève des contribuables et celle des locataires) suffiraient pour amener le bouleversement social.

Un mouvement de cette nature serait, non seulement étranger à la politique, mais encore dirigé contre la politique, c’est-à-dire contre le système dont résulte l’organisation autoritaire qui annule notre liberté.

Ajoutons que le bouleversement social ne peut être que le mouvement précédant l’établissement d’une société raisonnable. Il est facile de montrer que celle-ci pourra être établie, dès que suffisamment d’hommes auront compris qu’elle dépend uniquement du remplacement de la concurrence par la camaraderie.

Objection : Si les révolutionnaires ne votent pas, on abandonne le pouvoir aux non-révolutionnaires

Remarquons que cette objection ne peut être faite par un révolutionnaire conscient, tout individu au pouvoir, même temporairement, ne pouvant être un révolutionnaire.

En effet, le but d’un révolutionnaire conscient est — non la conquête— mais la destruction du pouvoir.

Peut-on espérer détruire le pouvoir en continuant à la faire fonctionner, en faisant acte de conservateur ?

L’électeur, avons-nous dit, est conservateur parce qu’il fabrique un rouage de l’autorité, le rouage essentiel sans lequel point d’autorité.

L’élu, qui est ce rouage, est nécessairement conservateur, étant portion agissante de l’autorité, étant l’autorité.

Même en supposant électeurs et élus désireux de détruire le pouvoir, le fait qu’il y ait des élus contribue — non à détruire le pouvoir — mais à la justifier.

En outre, vouloir imposer la liberté par l’autorité, paraît bizarre. La liberté et l’autorité, on l’a dit bien souvent, sont incompatibles à tel point que l’une augmente à mesure que l’autre diminue et réciproquement.

Jusqu’à présent toutes les sociétés ont été établies sur le principe d’autorité. Même ce qu’on dénomme à tort socialismeest une forme de ce principe. Déléguer ces pouvoirs à quelques-uns chargés de tout répartir au mieux de la collectivité (collectivisme),équivaut à l’abandon de ses droits. Les camarades répartiteurs seront des privilégiés, des gouvernants, des oppresseurs ; les autres seront des gouvernés, des exploités, des opprimés.

Nul ne pouvant admettre qu’on l’opprime, ne peut s’autoriser à opprimer autrui. L’individu logique arrive nécessairement à la conception du communisme libertaire,qu’on pourrait ainsi dénommer camaraderie intégrale.

Le vote, conduisant à l’autorité, il convient de lutter contre le vote et non d’y participer.

Résumé

— Le suffrage universel est à tort appelé universel.Il n’est pas et ne peut être universel. Il ne peut donner satisfaction à personne.

— Le suffrage dit «universel» est le moyen puissant d’endormir l’activité humaine. Le peuple, «prétendu souverain», est un esclave qu’on saoule avec des mots. L’électeur est un homme qui abdique et se donne des maîtres.

— Le système politique est absurde. Procédant contrairement à toutes les règles de la logique, il ne peut donner des résultats raisonnables.

— Ce système ne peut aboutir :

Qu’à l’oppression d’une certaine quantité d’hommes par d’autres hommes et non à la plus grande somme de liberté pour tous ;

Qu’à l’organisation de la fourberie.

— Tout électeur est un conservateur, puisque son vote fabrique l’autorité.

— Tout abstentionniste conscient est un révolutionnaire puisque si personne ne votait, il n’y aurait pas d’autorité.

— En votant, on ne peut espérer mettre des révolutionnaires au pouvoir, puisque le pouvoir ne peut être autre chose que conservateur. Il y a lieu, non de le conquérir, mais de détruire le pouvoir.

— Il importe donc, pour tous ceux qui reconnaissent la société mal faite et désirent la changer :

1° De se débarrasser des préjugés qui, comme le préjugé politique, font d’un homme, malgré lui, un conservateur ;

2° D’étudier avec ceux qui croiront les connaître, les principes d’une société raisonnable, afin de devenir des révolutionnaires conscients ;

3° De ne pas se contenter d’être théoriquement des révolutionnaires conscients, mais de mettre en toute occasion leurs actes d’accord avec leurs idées.

 

Advertisements

10 Réponses to “Illusion démocratique: le suffrage universel comme soporifique social…”

  1. C’est vrai mais dans les pays où il n’y a pas le suffrage universel c’est pire.

    Sans le suffrage universel Giscard d’Estaing serait toujours président de la République.

    • doudin patrick Says:

      j’ai 58 ans… je n’ai rien à dire….une fois la peste…une fois le choléra…quand la lèpre pointe le bout de son nez…..le choléra vote pour la peste ou la peste vote pour le choléra…..

      et les mougeons vont remettre la sauce en 2012….

  2. shana23jfw Says:

    Eh oui, et dans tout ça…
    Rien ne change jamais !!!
    Un coup à droite, un coup à gauche…
    Et ce sont toujours les mêmes qui s’en mettent plein les poches, eux et leurs copains…
    Et ce sont toujours les mêmes qui paient, c’est à dire… nous!!!

  3. Matthieu Says:

    Bonjour,

    Avant tout, merci pour cet article très précis, j’aurais cependant une question: que pensez-vous du système politique suisse? Quels sont ses défauts ?

    Merci encore du travail que vous fournissez, j’ai un vrai plaisir à etre (ré)informé !

    • Merci du soutien Matthieu.

      La Suisse et son système politique sont ambivalents car c’est un système mixte ou une semi-démocratie participative directe. Le concept est bon des communes aux cantons… pour se perdre dans les méandres d’un état confédéré à délégation de pouvoir. Pourquoi ? Parce que les banquiers devaient garder la main… comme partout et surtout en Suisse diront certains.
      Les principes de gouvernance autonome des communes et cantons sont bons, l’état de la confédération tend cependant à trop assujettir les pouvoirs populaires locaux, en tout cas bien plus qu’à l’origine en 1848 semble t’il…

      Notre avis sur la Suisse sans rentrer dans trop de détails fastidieux est le suivant: bon point sur le système de base (communes, cantons), galvaudé plus haut au niveau de la confédération et du système de délégation par voie électorale futile et oligarchique, car la base perd le contrôle de ses élus… comme partout ailleurs… Dommage !

      • Matthieu Says:

        Hmmm…. La question que je me pose tout le temps, c’est: comment changer ce qui nous entoure? J’ai compris que votre point de vue n’est pas de changer ce qui est en place, mais plutôt de rebâtir, sur des bases neuves, un système égalitaire, et je comprends votre point de vue mais suis perplexe, parce que cela demanderait, à mon avis une prise de conscience collective énorme qui me paraît improbable.

        Je suis très à l’écoute des gens qui m’entourent, pas seulement mes proches, peu importe qui je rencontre, je l’écoute avec attention, et je trouve que jusqu’à maintenant, seule une minorité est:

        1- Consciente des problèmes qu’elle vit, que ce soit au niveau personnel et/ou collectif,
        2- Décidée à passer à l’action (parce que l’on a beau tenir les discours les plus enchanteurs du monde, si l’on ne fait pas un pas, rien n’avancera…).

        Alors je vous demande: quels sont vos arguments, et vos expériences personnelles, qui vous poussent à croire qu’un tel changement puisse arriver?

        Excellente fin de dimanche!

        • La réponse à ces question réside dans l’esprit critique et la réalisation fondamentale, hors propagande, que la société progressiste a été détournée au profit du petit nombre par le moyen des institutions au service de l’oligarchie du grand capital. Rien de « marxiste » là-dedans, une réalité historique avérée.

          Nous ne sommes qu’au début de la prise de conscience sociale. C’était plus facile il y a un siècle parce que la distinction entre prolétariat / paysannerie et patronat / oligarques politico-financiers était plus marquée, chacun savait de quelle côté de la barrière il se tenait… Depuis l’après-seconde guerre mondiale, il a fallu à l’oligarchie qu’elle brouille les cartes pour diluer les disparités. Ce fut un des buts socio-politiques des « trente glorieuses »: développement de la classe moyenne tampon entre les nantis et la masse salariale, de la même manière qu’on avait érigé les ouvriers les uns contre les autres en promouvant les fonctions de contre-maître associées à la corruption érosive des syndicats et leur engluage total dans le réformisme qui détruisît la radicalité du mouvement social. En bref: un embourgeoisement béat de la « lutte sociale » au profit du consensus du statu quo oligarchique.

          Le passage à l’action efficace ne peut pas se faire sans une conscience sociale critique et la compréhension fondamentale que le système n’est pas « réformable » ni de l’intérieur ni de l’extérieur, que le système n’est que le reflet du capitalisme monopoliste, le plus destructeur de tous les capitalismes.
          La seule façon est d’en sortir et de rebâtir une société dont la base fondamentale sera l’égalité sociale dans une société non-pyramidale, où tout citoyen sera un participant économique, social et politique DIRECT du fonctionnement de la société sans délégation de pouvoir à des aristocrates parasites, républicains ou autres.

          Pour y parvenir, il faut avoir conscience de la fange ambiante, être prêt à lâcher-prise de l’illusion démocratique proposée depuis des lustres et oser avancer sur un nouveau chemin égalitaire et progressiste. La société changera… pour le meilleur. La conscience sociale revenue, il est nécessaire de créer le contre-pouvoir autogestionnaire, sur les lieux de travail, dans les voisinages, communes etc…
          Les associations libres de citoyens se fédéreront entr’elles. Ceci s’est déjà produit dans l’histoire avec les grandes cités médiévales de XIème au XVème siècle telles: Laon, Reims, Gênes, Florence, Novgorod, Nüremberg et cela fonctionnait bien à une époque où sciences et communication étaient à des années lumières de ce qu’elles sont aujourd’hui… Pierre Kropotkine a étudié de près cette page de l’histoire.
          La praxis (réflexion + action directe) est incontournable pour ce faire…
          Conscience socio-politique + action directe sous la forme de boycotts (vote, impôt), désobéissance civile lorsqu’approprié, et contre-pouvoir parallèle sous la forme autogestionnaire.

          Les esprits sont englués dans le conformismes réformistes.Il faut casser le moule et repartir de l’avant.
          Tout par de l’individu, seul, puis en famille, ses relations, pour dériver sur le nombre et le collectif. Du particulier au collectif, comme pour tout.

          Si nous nous fions à une dialectique historique hégélienne de la synthèse-anti-thèse-synthèse nous pourrions dire que l’évolution politico-sociale serait capitalisme-communisme autoritaire d’état-anarchisme.
          Nous avions abordé le sujet ici:
          https://resistance71.wordpress.com/2010/06/26/et-si-on-se-trompait-de-dialectique/

          Nos expériences personnelles sont variées: de faire prendre conscience aux entourages, à la participation autogestionnaire dans certains lieux de travail, à la propagation d’une information hors propagande pour redévelopper avec succés la conscience sociale de citoyens issus de plusieurs sources culturelles…
          Cela fonctionne et de mieux en mieux même, ensuite les gens doivent se prendre en main, c’est le but… arrêter de dépendre et commencer à prétendre… prétendre à vivre solidairement et librement.

          C’est la seule issue pour les peuples… La seule…]

        • quelques interventions intéressantes sur le fil de cet article, cela pourrait vous intéresser…

          https://resistance71.wordpress.com/2012/01/06/illusion-democratique-voter/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s