Ingérence impérialiste en Syrie: Incroyable manipulation médiatique, la propagande ne recule plus devant rien pour servir les intérêts de la guerre et de l’oligarchie qui la décide…

Les oligarques psychopathes criminels ont décidé de continuer leur œuvre de destruction et de mort au nom de l’hégémonie totale du néo-colonialisme judéo-chrétien, qui nous entraîne inéxorablement vers un monde néo-féodal post industriel au moyen de l’implosion de l’économie mondiale à venir et de la guerre perpétuelle, dont la Syrie n’est qu’un épisode parmi bien d’autres.

La Syrie et l’Iran sont les prochains sur la liste des nations qui refusent l’hégémonie. Sous de faux prétextes et une propagande inique montée à seule fin de promouvoir une belligérance tout azimut, les opinions publiques occidentales sont façonnées jour après jour à l’idée de la guerre permanente orwellienne par les « ministères de la propagande » idoines.

Dans le cas présenté ici de mensonge éhonté, prouvé, il convient de noter en sus de l’analyse de Pierre Piccinin que la nébuleuse des « frères musulmans » est a l’origine une création des services de renseignement britanniques (Intelligence Service, devenu depuis le MI6). De fait, tous les mouvement islamistes (et extrémistes chrétiens également) ont été soit créés par les services de barbouzerie occidentaux, soit totalement infiltrés et donc sous contrôle. Les plus récents comme Al Qaïda, Jundallah, Mujjahidines, ayant eux été créés par la CIA, le MI6 en coopération avec les services pakistanais ISI et saoudiens, ces derniers fournissant l’essentiel du financement.

C’est donc dans cette optique qu’il faut interpréter toute information concernant les mouvements islamistes; à savoir qu’ils sont tous sans exception (sauf le Hezbollah libanais qui est bien différent tant dans son concept que dans sa structure, les derniers évènement au Liban et en Iran démontrant ce fait, mais aussi que la lutte secrète pour infiltrer et contrôler l’organisation fait rage…) des entités créées et fonctionnant pour les services de renseignement et d’actions secrètes tels la CIA, le MI6, le Mossad, la DGSE et les services locaux satellisés.

En clair, quand un attentat se produit et est revendiqué par un « groupe armé islamiste », il faut comprendre que l’attentat a plus que probablement été mis au point par les services de barbouzerie occidentaux utilisant la chair à canon locales (en ce sens expliquer aux « martyrs volontaires » qu’ils bossent en fait pour la CIA et pas pour dieu serait sûrement une bonne prévention de recrutement…) pour pousser un agenda belliqueux et destructeur, celui de la perpétration du chaos global, de la guerre perpétuelle au seul objectif d’aboutir à un système répressif et oppresseur mondial.

« La guerre est la paix ».. C’est ce que la propagande nous assène quotidiennement ! Il n’y a plus de guerres, il n’y a que des « protections humanitaires »… C’est bien connu !

— Résistance 71 —

 

Syrie : autant en emporte le vent…

 

Par Pierre Piccinin

 

Le 23 Novembre 2011,

 

url de l’article original:

http://www.michelcollon.info/Syrie-autant-en-emporte-le-vent.html?lang=fr

 

Guerre de l’information, propagande et média-mensonges : la Syrie est plus que jamais le terrain d’un journalisme à géométrie variable.

Depuis le début des troubles qui ont éclaté en Syrie dans le contexte du « Printemps arabe », l’information, la ré-information et la désinformation s’affrontent sur ce terrain que rendent particulièrement mouvant les intérêts multiples des différentes communautés et confessions qui y cohabitent, mais aussi les rôles ambigus de plusieurs acteurs internationaux et, notamment, ceux de la Turquie et de l’Arabie saoudite, comme celui du Qatar et de sa chaîne de télévision de plus en plus controversée, Al-Jazeera.

Face à cette situation critique, le gouvernement baathiste avait opté pour une politique d’opacité, la fermeture des frontières et l’interdiction des journalistes et autres observateurs.

Vérifier la fiabilité des informations qui parvenaient de Syrie était dès lors souvent très difficile. Mais pas impossible : en juillet, j’avais obtenu un visa et l’autorisation de me déplacer librement à travers tout le pays, de Deraa à Alep et de Latakieh à Der-ez Zor –et je n’étais pas le seul sur place : François Janne d’Othée, Alain Gresh du Monde diplomatique, ou encore Gaëtan Vannay de la Radio suisse romande.

J’avais observé la situation à Homs, où les manifestants « pacifiques » munis d’armes à feu s’en étaient pris à l’armée, et, le vendredi 15 juillet, à Hama, dont les quelques milliers de manifestants que j’avais pu y dénombrer s’étaient miraculeusement démultipliés en 500.000 opposants dans les dépêches de l’AFP, « information » benoîtement reprise par Euronews, France 24 et la plupart des journaux « mainstreams » ; seul Le Monde faisait exception, renchérissant avec l’annonce de 600.000 manifestants (Hama compte à peine plus de 340.000 habitants).

Cette politique d’opacité s’est ainsi rapidement révélée contreproductive pour le gouvernement syrien, dans la mesure où l’opposition a peu à peu diffusé des rapports fallacieux, grossissant l’importance des mouvements de contestation dans des proportions colossales : concernant le nombre des morts et celui des manifestants, la bataille des chiffres a atteint des degrés confinant à l’absurde, comme l’illustre bien l’exemple évoqué, relatif à la mobilisation de l’opposition à Hama.

Absents du terrain et manifestement peu enclins à critiquer leurs sources, les médias occidentaux n’ont en effet pas soupçonné les « informations » qu’ils recevaient par les canaux de l’opposition, rejetant en revanche les communications du gouvernement syrien, considérées comme propagandistes ; entre autres cas d’école, aucun doute n’a jamais été émis à propos des vidéos transmises par l’opposition et supposées témoigner d’une Syrie à feu et à sang, de manifestations de dizaines ou centaines de milliers de participants, alors que, systématiquement, les images diffusées étaient constituées de gros-plans présentant quelques centaines de personnes seulement. Et les rares observateurs qui ont pu entrer en Syrie et faire part de leurs constatations ont généralement été désavoués et discrédités, comme des affabulateurs ou des supporters de la dictature.

Parmi les sources principales des médias, on trouve l’Observatoire syrien des Droits de l’Homme (OSDH), presque toujours cité en référence par les journalistes et qui domine largement « l’information » sur la Syrie (c’est cette organisation, basée à Londres, qui avait annoncé le nombre de 500.000 manifestants à Hama, le 15 juillet 2011).

Or, il n’est pas très difficile de se renseigner sur l’identité de l’OSDH et des personnes qui se cachent derrière ce label aux apparences honorables, à commencer par son président, Rami Abdel Rahmane, un opposant de longue date au régime baathiste, très connu en Syrie comme étroitement associé aux Frères musulmans, organisation islamiste radicale dont l’influence grandissante sur le mouvement de contestation en Syrie laisse entrevoir de plus en plus clairement l’ambition de ce groupe que d’aucun croyait presqu’éteint, du fait de son interdiction par le régime, mais qui couvait dans la clandestinité.

Le 17 novembre, les Frères musulmans sont sortis du bois : alors que plusieurs observateurs estimaient le mouvement exsangue et sans plus aucun poids, le porte-parole des Frères, Mohammad Riad Shakfait, en exil en Turquie, s’exprimant au nom du « peuple syrien », a annoncé qu’une « intervention était acceptable pour protéger la population civile  ». Il en a précisé les contours : l’intervention serait mieux reçue si elle venait de la Turquie plutôt que des puissances occidentales (la Turquie, gouvernée par un parti islamiste qualifié de « modéré », l’AKP).

En juillet, j’avais également pu constater l’implication grandissante des Frères musulmans dans les mouvements de contestation, à tel point que les minorités communautaires (Chrétiens, Druzes, Kurdes, Chiites… outre les Alaouites et une partie de la bourgeoisie sunnite) s’en étaient désolidarisées et revendiquaient même leur soutien au régime, par crainte de la montée en puissance des islamistes syriens, dont les intentions sont sans équivoque : l’instauration en Syrie d’une république islamique.

Plus encore, les Frères musulmans, membres du Conseil national syrien (CNS), qui rassemble les principaux courants de l’opposition, très hétéroclites et aux objectifs divergents, et se présente comme une alternative au gouvernement de Bashar al-Assad, ont entamé au nom de ce CNS des négociations avec la Turquie, mais aussi avec des gouvernements occidentaux, pour l’établissement en Syrie d’une zone d’exclusion aérienne pour protéger les civils, alors que la ligne du CNS avait été, jusqu’à présent, de refuser toute ingérence étrangère. Il ressort clairement de ces événements que les islamistes ont pris une influence non négligeable sur l’ensemble de l’opposition et de ses structures exécutives.

En d’autres termes, il apparaît sans ambiguïté que, durant ces derniers mois, les médias occidentaux ont été « informés » par les Frères musulmans syriens via l’OSDH et ont, complaisamment ou non, servi leur agenda pour la Syrie.

Conscient de la nécessité de contrer efficacement la propagande de l’opposition, et ce de manière crédible et imparable (c’est-à-dire autrement que par des démentis officiels), le gouvernement syrien a semble-t-il décidé, depuis plus d’une semaine, de laisser à nouveau entrer sur son territoire des observateurs étrangers, et ce dans un contexte de plus en plus tendu : la Ligue arabe a sévèrement critiqué la Syrie, motivée par l’Arabie Saoudite et le Qatar, très impliqué dans le soutien aux mouvements islamistes libyens, tunisiens et syriens ; Israël, silencieuse depuis le début des événements, a accepté de recevoir les représentants du CNS et d’entamer avec eux des négociations ; la Russie, pourtant alliée historique du régime syrien, a fait de même (tout en déployant toutefois sa marine de guerre dans les ports syriens, message très clair à ceux qui envisagent, à Ankara ou ailleurs, une intervention militaire sur le sol syrien) ; enfin, la militarisation de la contestation en Syrie : l’opposition semble avoir décidé de passer à l’offensive et de plus en plus d’attaques ont lieu contre les forces armées gouvernementales syriennes, dont certaines à l’arme lourde, dont aussi des tirs de snipers sur les policiers, des enlèvements et des assassinats, et une « Armée syrienne libre », constituée de « déserteurs », a commencé la lutte contre le gouvernement et demandé au CNS de la recevoir sous son commandement (un doute subsiste cependant quant à la constitution de cette Armée syrienne libre, dont le gros des forces pourrait être en réalité composé d’éléments étrangers ayant revêtu l’uniforme syrien, majoritairement islamistes et armés par le Qatar).

Si certains médias ont commencé de changer leur point de vue sur les événements en Syrie (voir, par exemple, l’article de Christophe Lamfalussy publié par La Libre Belgique ce 19 novembre ou le reportage de la RTBF, encore timide cela dit, diffusé lundi 21, qui confirment à présent les propos des « affabulateurs » de juillet), cette ouverture n’a cependant pas réussi à enrayer la guerre de propagande hostile au régime baathiste, qui n’a pas seulement pour moteur l’organisation des Frères musulmans et les divers courants de l’opposition regroupés dans le CNS.

Déjà très impliqué dans le renversement du gouvernement de Libye, où, suite à un accord bilatéral avec la France, il a armé plusieurs mouvements islamistes, le Qatar utilise désormais son bras médiatique, Al-Jazeera, pour soutenir la contestation en Syrie, comme il l’avait fait en Tunisie, contre Zine Abidine Ben Ali (au Maroc, en revanche, Al-Jazeera avait abandonné à leur sort les manifestants qui dénonçaient la monarchie ; même silence d’Al-Jazeera sur le massacre des protestataires au Bahreïn, qui furent écrasés par les chars, appuyés par des troupes saoudiennes envoyées en renfort).

Ainsi en témoigne ce tout récent exemple d’un média-mensonge « made in Qatar » : ce dimanche 20 novembre, Al-Jazeera (et Al-Arabia : Dubaï – Émirats arabes unis) a diffusé un reportage annonçant l’attaque du siège du parti Baath, à Damas.

Selon Al-Jazeera, deux hommes en moto ont tiré deux roquettes au moins sur le bâtiment, qui s’est embrasé ; et l’attentat a été revendiqué par l’Armée syrienne libre, qui a ciblé ce symbole du pouvoir, dans le centre de Damas, la capitale, jusqu’alors totalement épargnée par ces neuf mois de contestation.

Le régime de Bashar Al-Assad, touché en plein cœur et pour la première fois à Damas, serait-il au bord du gouffre ?

À nouveau, à l’appui de cette « information », concoctée par Al-Jazeera cette fois, la caution de l’Observatoire syrien des Droits de l’Homme, qui a même apporté des précisions : deux roquettes supplémentaires ont encore été tirées, mais ont manqué leur cible…

Comme d’ordinaire, « l’information » a été reprise en chœur par tous les médias mainstreams.

Ce même dimanche au soir, un de mes contacts à Damas m’a téléphoné : « ma famille habite tout près du siège du parti Baath ; le bâtiment est intact ; c’est un mensonge ».

Lundi 21, j’ai demandé à une amie qui habite également Damas de vérifier pour moi l’information et de prendre une photographie du siège du Baath, en présentant à l’avant-plan l’édition du jour d’un journal occidental connu, de telle sorte qu’il ne puisse y avoir le moindre doute quant à la date à laquelle cette photographie a été prise.

Résultat : le bâtiment du siège du parti Baath à Damas est effectivement intact ; aucune roquette n’a frappé ni incendié l’immeuble.

L’Armée syrienne libre, après avoir revendiqué dimanche l’attentat sur sa page Facebook, a supprimé lundi sa revendication.

Entre désinformation organisée par une opposition islamiste, qui a reçu l’appui des monarchies du Golfe et des médias arabes dominants, et l’incompétence politiquement correcte des médias occidentaux, Damas peut toujours rouvrir ses frontières…

 

Pierre PICCININ

Historien – Politologue (Bruxelles)

 

 

 

19 Réponses to “Ingérence impérialiste en Syrie: Incroyable manipulation médiatique, la propagande ne recule plus devant rien pour servir les intérêts de la guerre et de l’oligarchie qui la décide…”

  1. Pour ceux qui regardent la télévision publique belge RTBF, cet article montrant une manipulation récente de leur part. Manipulation qui, par sa grossièreté, a tout de même l’avantage de nous monter ce qui se passe…

    http://guerre.libreinfo.org/manipulations/mensonges-de-guerre/109-syrie/756-rtbf-propagande.html

    Vous noterez que le ‘journaliste’ présente comme ‘preuve irréfutable’ de la date une feuille de papier sur laquelle une date est écrite… Vous ferez aussi attention au nombre de ‘manifestants’ et à tous les autres détails qui montrent que la propagande, « plus c’est gros, mieux ça passe’

    Vive la RTBF!!!!

    • Oui de plus n’oublions pas qu’Al Jazeera s’est arrogé le monopole de ces reportages… et pour cause, ils ont bâti à Doha des décors géants, comme ils l’ont fait et reconnu pour les premières heures de la « bataille de Tripoli » en Libye ou les images diffusées provenaient des « studios » de Doha, relayées par Al Jazeera bien sûr. On sait depuis que le Qatar avait 5 000 hommes de troupe au sol en Libye.
      Al Jazeera a brisé en quelques semaines / mois de couverte de la Libye la crédibilité qu’elle avait bâti depuis la guerre d’Irak. Son directeur de l’info a démissionné après que ses contacts avec la CIA aient été révélés…
      bref, autant de crédibilité que TF1…

      Nous ne serions pas surpris d’apprendre bientôt que ces images de la RTBF soient des images de… Doha avec les habituels figurants.. Le « déserteur » syrien présenté, à la barbe fournie et bien taillée est autant un déserteur de l’armée syrienne que nous le sommes tous…

      Il faudrait vérifier via les archives, mais il est très probable qu’une telle propagande qui sévit depuis des mois et des mois sur les chaînes pressetituées occidentales n’a pas eu d’équivalent depuis l’Allemagne nazie…

      C’est absolument effarant ! Espérons que de moins en moins de gens gobent les mouches parce que leur guerre mondiale, ces ordures de l’oligarchie, ils la veulent vraiment…

    • Le soldat déserteur avec une barbe de 6-7 mois… !!! L’OSDH parle des déserteurs depuis septembre seulement! Mensonge-mensonge et mensonge!

    • .
      néo-colonialisme  » judéo-protestant  » eut été plus juste et précis.

      L’empire des USA n’est guère catholique ou orthodoxe.
      .
      .
      Les amalgames foireux, ça va cinq minutes, mais pas plus.
      .
      Merci.

      • judéo-chrétien est l’expression consacrée… oui..
        les catholiques sont les mêmes criminels que les autres. Ils l’ont suffisamment prouvé au cours de l’histoire…
        pas de différence, la religion quelle qu’elle soit: elle pue !

      • Depuis le « Dico de Novlangue »
        Judéo-chrétien : Autrefois personne qui professe le judéo-christianisme, c’est à dire la doctrine d’un parti des premiers chrétiens imposant aux nouveaux convertis les prescriptions de la loi juive. Ce mot sert aujourd’hui la « théorie du choc des civilisations » en opposant d’une part les juifs et les chrétiens et d’autre part les musulmans. A-t-on jamais entendu parler de judéo-musulmans ou de christiano-musulmans? Le coran est pourtant basé sur la bible (elle-même adaptation de textes plus anciens) et reconnaît le christ ainsi que l’immaculé conception!

  2. N’empêche que malgré les forces en présence mises en place pour abattre ce régime et ils n’ont pas mégoté sur les moyens, quand on voit Juppé à la manoeuvre parcourir le monde pour convaincre les autres puissances ( Chine, Brésil, Inde, Russie ) de les soutenir, les diverses composantes des soi-disant manifestants faire des allers retours à Washington, ils sont tout de même empétrés et pour longtemps, je crois car leur action est à courte vue et à court terme.

    ils ne feront pas se retourner un pays entier en un tour de main.

    Le Yémen est en train de se débarasser de Saleh en quatimini, et même si la solution adoptée ne satisfait pas totalement les manifestants, c’est une Ière approche qui risque de durer comme en Egypte, car les révolutionnaires à la différence des milieux d’affaires et des politiques pourris ont tout leur temps et ces révolutions n’auront pas les mêmes caractéristiques que par le passé ou on abandonnait au tout venant une fois les tyrans abattus.

    C’est une bonne nouvelle de voir les égyptiens reprendre la main.

  3. Je crois plutôt que la vision est à long terme – hégémonie totale -, et la Syrie une « étape ».
    Guerre Est-Ouest version XXI eme
    Et qui fleure mauvais la poudre :
    http://www.zerohedge.com/news/russia-retaliates-against-us-puts-radar-station-combat-alert-prepares-take-out-european-missile

    Ca se désamorce comment un missile ?

  4. Effectivement, le plan est à long terme.

    L’idée très répandue du « court termisme » est extrêmement trompeuse. Il est probable que nombre de décisions soient prises avec une vue « à court terme » mais ce n’est pas le cas des décisions stratégiques. On ne gère pas un empire à la petite semaine. La planification des armées est à long terme (voyez les révisions des doctrines stratégiques de l’OTAN), les administrations sont aussi dans le long terme (il suffit, pour se rendre compte, d’étudier le projet européen dont les principes sont acquis depuis des décennies mais dont la réalisation n’apparaît qu’aujourd’hui), les entreprises employant des centaines de milliers de personnes ont aussi besoin de temps pour toute action… Et enfin, même le petit particulier planifie à 20 ans pour ce qui est de son « plan de carrière », de son logement, de l’éducation de ses enfants….

    Pour en revenir à la Syrie, la déstabilisation du pays et les tentatives de divisions des populations en groupes « homogènes » s’inscrit parfaitement dans le schéma du « choc des civilisations » qui est la ligne de conduite de l’empire.

  5. Le contenu et le titre de l’article sont suffisantes à expliquer plusieurs choses. »Ingérence impérialiste en Syrie: Incroyable manipulation médiatique, la propagande ne recule plus devant rien pour servir les intérêts de la guerre et de l’oligarchie qui la décide… »

  6. Juppé a avoué benoîtement ce matin sur France Inter qu’il est allé prendre ses ordres auprès d’Hilary Clinton.
    Il essaye de faire du CNS un interlocuteur valable, comme il y a peu sarko reconnaissait le CNT.
    Il veut des couloirs humanitaires: qu’on protégera bien sûr avec des rafales; ce qui justifiera leur présence et leurs exactions.
    Ce type fait bien la paire avec son patron, et quand on sait leurs mensonges on a envie de leur foutre des baffes, ou des coups de pied au cul.

  7. Koen Janssens Says:

    C ‘est quoi ce délire ici !

    Vous avez tous de la merde dans les yeux ?

    Le fasciste Mubarak a été remplacé par le fasciste Tantawi qui va se faire virer par les fascistes barbus.

    Le super fasciste Assad liquide des milliers de Syriens de la soi disante opposition.

    Il sera remplacé par des fascistes barbus.

    Comme en Tunisie, comme en Lybie.

    • Du calme mon p’tit père: tu n’es pas sur TF1, ici: on ne peut pas dire n’importe quoi, même si on peut dire ce qu’on veut.
      Assad ne liquide rien du tout, il essaye de se débarrasser des infiltrés d’USraël, et comme ces enragés tirent partout, surtout sur la police et les civils, ça fait forcément des victimes: ce qui est précisément le but de la manip.
      Les barbus sont les alliés de fait des USA, pour qui tout est bon pour instaurer des régimes qui ne nuisent plus à leurs intérêts.
      Washington préfère des barbus ou même n’importe quoi, plutôt qu’un régime qui ne coopère pas.
      L’aspect humanitaire ou libertaire étant le cadet de ses soucis.

      Tu es qui, toi? On n’a pas assez des média pour se faire enfumer?
      Tu veux mettre de l’ordre, c’est ça? Commence par en mettre dans ta tête et dans tes propos, qui sont contradictoires: en diabolisant un peu plus Assad, tu fais le jeu de ceux que tu prétends combattre.
      Ici, on veut juste que les peuples décident par eux mêmes de quand c’est le moment de se révolter, et par quels moyens. Sans se faire bouffer, ni par USraêl ni par les barbus.

  8. Koen Jansens,

    Ils ne se cachent même plus et décrivent comment ils destabilisent un pays, en appuyant et en finançant tous ceux qui peuvent les y aider, Quatar avec derrière les Monarchies du Golfe, Turquie et islamistes plus groupes d’opposition intérieurs et extérieurs et Bachar lui n’a aucun droit même pas solliciter l’armée régulière et la population qui ne veut pas de cette ingérence !

    Vous êtes fort, vous dans vos anlyses !

  9. il y a beaucoup de rebattrages des cartes en lybie :

    – Les Ocidentaux se disputent entre eux les dépouilles de la Lybie et les ttaliens veinnent de gagner à la barbe des anglais français allemands sur le pétrole.

    – les Al Quaïdas et les islamistes se déchirent ( arrestation puis relaxe du chef militaire de Tripoli

    – le pote de la CIA à la tête de l’armée reconduit et sommé de faire ses valises pouir un autre poste moins en vue.

    – Les rebelles de Benghazi et de Misrata, Zenten, quelques postes

    Mais ceux de l’Ouest semble favorisés.

    à suivre …….

    Pour la 1ère fois, la presse officielle

    RU89 article  » faire la part de la propagande »

    reconnait l’intense propagande et quelques étapes importantes ou à 3 reprises, tout au début Kadhafi a voulu négocier et où les européens ont opposé une fin de non recevoir.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.