Guerre impérialiste en Libye: charnier et propagande, l’Organisation Terroriste de l’Atlantique Nord ne recule devant rien…

Timisoara bis : le faux charnier d’Abu Salim (Libye)

 

Marinella Correggia

 

2 octobre 2011

 

Url de l’article original:

http://www.michelcollon.info/Timisoara-bis-le-faux-charnier-d.html?lang=fr

 

Un trou avec quelques os d’animaux se transforme en fosse commune avec plus de 1200 corps (ou peut-être 1700). Le CNT doit finalement admettre que « les os sont trop grands pour être des os humains. C’est sans doute autre chose ». Mais la plupart des médias ne remarquent rien

Les fosses communes virtuelles des côtes de Tripoli avaient déjà très bien fonctionné en février dernier : avec une vidéo et quelques photos, le site internet américain One day on Earth avait fait passer comme telles la remise à neuf d’un cimetière en août dernier. Tout le monde y a cru, et même si la tromperie fut dévoilée quelques jours plus tard, qui l’a remarqué ? Persistent encore dans les esprits « les fosses creusées à la hâte par les miliciens de Kadhafi » pour cacher une partie des « dix mille morts et cinquante mille blessés parmi les manifestants  ». Le chiffre est tiré d’un twitter de la chaine saoudienne Al Arabiya du 22 février, dont la source est un soi-disant membre libyen de la Cour Pénale Internationale, laquelle le désavouait le jour suivant. Toujours en vain.

Ainsi que l’a enseigné la propagande nazie, dire d’énormes mensonges et les répéter comme un disque rayé paie ; les démentis ne sont plus entendus.

Aujourd’hui, tous les membres belligérants de l’OTAN ne se sont pas encore entendus sur le renouvellement de l’opération Unified Protector, déjà reconduite par l’OTAN pour les trois derniers mois de cette année. Il était donc sans doute utile de lancer une nouveauté dans la série « diaboliser l’ennemi pour justifier la présence humanitaire internationale et légitimer ultérieurement le nouveau régime libyen ». Et voilà que dimanche 25, Salem Fergani, membre du CNT d’Abdel Jalil (loin d’être auto-désigné en février « unique représentant du peuple libyen », puis progressivement reconnu par différents pays), tire de son chapeau de prestidigitateur (fourni à tous les membres du CNT, il semblerait), une autre horreur : une fosse commune de prisonniers assassinés.

La première à rapporter la nouvelle avec joie est probablement Al Jazeera, qui, sans émettre aucun doute sur ces faits, titre dans sa version anglaise : « Mass grave of Libyan prisoners found  ». L’article sur le site annonce/dénonce : « Découverte d’une fosse commune avec les restes de 1700 prisonniers tués. La nouvelle est tombée dimanche, alors que des centaines de combattants du CNT entraient à Syrte, ville que les avions de l’OTAN avaient bombardé deux fois dans la journée. » Evidemment, Al Jazeera n’a d’inquiétude ni pour la ville assiégée, Syrte, torpillée par des missiles Grad (quand les loyalistes les lancent, l’OTAN les bombarde à plein régime. Ce sont en effet des armes aveugles, et donc « une menace pour les civils »), ni pour les autres villes bombardées, pleines de civils. Et concernant la fosse, on peut lire ceci : « Khalid Sharif, porte-parole du conseil militaire du CNT, nous dit : “ Nous avons trouvé le lieu où tous ces martyres sont enterrés” », ajoutant que c’est “la preuve des actes criminels du régime de Kadhafi. »  » Une preuve nécessaire. Et Salim Al Ferjani, membre du comité nommé par le CNT pour l’identification des restes, précise : « Ils se sont acharnés sur les corps avec de l’acide, pour éliminer les traces ». Ce n’est pas plus mal d’évoquer une cruauté supplémentaire.

Puis le CNT a pensé bon d’envoyer les journalistes sur place. Et voilà ce que découvre CNN, certainement pas pro-Kadhafi : non pas les os de milliers de personnes, mais quelques os d’animaux sans aucune trace d’excavation. La première version de l’article de la CNN, visible jusque lundi matin, rapportait la déclaration du CNT, mais ajoutait ensuite : « Il n’est pas clairement établi que le site soit une fosse commune, parce qu’il n’y a aucune présence d’excavation. Ils ont montré des os aux médias, mais des médecins présents sur place avec l’équipe de la CNN ont soutenu qu’ils ne sont pas humains.  » Puis cette phrase (dans l’article suivant), supprime la référence aux médecins mais conserve l’émission des doutes, et devient : « le CNT soupçonne l’existence d’une fosse commune, bien qu’il n’y ait aucune présence d’excavation et qu’on n’ait pas trouvé de restes humains. Une équipe de la CNN a été envoyée sur place, un champ boueux, avec d’autres medias, et a uniquement trouvé des os appartenant apparemment à des animaux ».

Mais ça ne s’arrête pas là : CNN précise que, selon les “révolutionnaires” d’Abdel Jalil, le site a été identifié le 20 août. Dans ce cas, pourquoi la nouvelle fait-elle du bruit maintenant ?

Mais le meilleur est encore à venir. Après quelques heures, CNN ajourne le même lien et on peut lire ceci :« Le CNT a expliqué aux reporters que les quelques os trouvés sont trop grands pour être humains. » Pour le CNT, Jamal Ben Noor admet péniblement que « le site pourrait être autre chose, nous sommes en train d’enquêter ».

Nous attendons le prochain rebondissement.

Et pourtant, quelques heures après ce pénible démenti, le journal italien La Repubblica maintenait toujours sur son site internet ce que disait la veille Al Jazeera, considérée comme source sacrée : « Une fosse commune contenant 1200 cadavres a été trouvée dans les environs de la prison d’Abu Salim. La télévision (définie par le site de “panarabe”) Al Jazeera, confirmant la nouvelle mais sans fournir cependant de détails supplémentaires » (nous soulignons). Puis Repubblica.it ajoute d’elle-même que, parmi les cadavres, il y aurait non seulement les prisonniers de 1996, mais aussi des insurgés d’aujourd’hui.

Le journal papier La Repubblica daté du 26 septembre, consacre toute la page 17, signée Renato Caprile à Tripoli, à la triste découverte : « 1700 cadavres » (comme si chaque corps était là, en évidence sous l’œil du reporter), « une des plus terrifiantes fosses commune jamais découverte ». Le journaliste est envoyé sur place afin de voir par lui-même le « cimetière sans pierre tombale » que les « activistes du CNT » (activistes, une belle définition, pas comme mercenaire ou milicien) ont mis à jour « hier ». « La preuve d’un massacre » : encore une autre allégation nécessaire à cette guerre. Et Caprile écrit : «  des lambeaux de tissus imbibés de sang et décolorés par le temps » (un soldat du CNT a justement trouvé « serré sur la poitrine comme une relique  », le vêtement avec le nom de son vieil ami Abdul Salem. Le nom y est encore, ainsi que le trou du projectile qui l’a tué il y a 15ans ; il l’a trouvé « comme par miracle » : eh oui)) : «  la preuve d’un massacre ». Parmi les « crânes, fémurs, tibias, côtes entassés pêle-mêle ici et là ».

Du reste, il y a quelques semaines, Repubblica.it parlait de la dénonciation des amazones de Kadhafi («  Lui, tous ses fils et ses dirigeants nous violaient  » : un autre classique de la guerre en Libye), sans contrôler la source de leur provenance, une source fortement discréditée par l’ONU elle-même. Et cette psychologue de Benghazi, Sergewa, à partir de laquelle a démarré toute la campagne diffamatoire à l’encontre des « mercenaires de Kadhafi violeurs de masse », campagne qui s’est révélée fausse. La Repubblica ne s’est pas souvenue que la psychologue avait déjà menti à l’envoyé de l’ONU et d’Amnesty. Et cette dernière n’est certainement pas pro-Kadhafi. Par exemple, Amnesty, qui a longtemps dénoncé haut et fort le siège de Misrata par les loyalistes – voir le rapport Misrata Under Siege – se tait depuis des semaines sur le siège des villes loyalistes, que l’OTAN bombarde, et que le CNT attaque ouvertement avec des missiles Grad. Les Grad, ces missiles que l’OTAN a elle-même qualifié d’« armes aveugles ». Menace sur les civils…

 

Article envoyé par l’auteur.

 

Traduit de l’italien par Cécile Lienhard pour Investig’Action.

 

17 Réponses vers “Guerre impérialiste en Libye: charnier et propagande, l’Organisation Terroriste de l’Atlantique Nord ne recule devant rien…”

  1. es quartiers de Benghazi sont sous contrôle des milices qui soutiennent Mouammar Al-Kadhafi. Plusieurs région voisines de Benghazi ont brandi des drapeaux verts. Deux villes, Tobrouk ainsi qu’une autre ont également développer des drapeaux verts. Ras Lanuf et Brega sont sous contrôle des volontaires.

    Ben-Jawad est actuellement occupée par les rebelles. Les habitants de Ben-Jawad se sont depuis longtemps déplacé à Syrte ou une atmosphère tendue demeure. Au cours des deux derniers jours, les rebelles ont subit des défaites majeures. Trois commandants rebelles ont été tués et plus de 2.000 mercenaires blessées. Certaines équipes sont retournées à Misurata, ou la situation qui s’y développe pour les insurgés est également critique.

    A Syrte les forces du CNT se regroupent faiblement. Malgré cela, avec le soutien des forces aériennes de l’OTAN, les rebelles ont regroupés dans l’Est toute leurs forces et ont réussi à prendre quelques districts à l’ouest de Syrte. Mais la guérilla verte garde l’avantage.Une forte explosion à eut lieu dans un hôtel lors d’une réunion entre les dirigeants des représentants des rebelles et les français et les britanniques. Selon un bilan provisoire, environ 90 personnes ont été tuées. Cette attaque réalisée par les milices de la résistance a contraint les rebelles à prendre la fuite. À l’heure actuelle, des combats se déroulent à la périphérie de Syrte. Les rebelles sont constamment attaqués, mais les défenseurs ont mené une foudroyante contre-attaque et repoussé les rebelles, les forçant à se retirer. Le problème majeur pour la ville est les bombardements des avions de l’OTAN qui, selon certaines sources, « utilise du phosphore blanc contre les habitants de la ville ». Les bombes de l’OTAN sont larguées sans arrêt depuis 48 heures, mais un tapis de bombes ne peut pars briser la résistance. En attendant, les défenseurs de Syrte ont réussi aujourd’hui à abattre un hélicoptère des forces de l’OTAN.

    La situation à Tripoli est à l’avantage de la résistance.

    En ce moment même, la périphérie de Tripoli est sous contrôle des milices et de l’armée. Le matin du 29 Septembre tous les postes rebelles à Tripoli ont été attaqués par l’armée libyenne. Un certain nombre de lieux ont été reconquis. En particulier, le siège de la CIA et de l’OTAN ou des documents ont été saisit. Un message très intéressant vient de nous parvenir selon lequel de nombreuses zones de la ville ont soulevé les drapeaux verts. Nous entendons des explosions, notamment dans le quartier de Bab al-Azizia. Le port de la ville a été attaqué, poussant les rebelles à quitter certaines zones du port. Il a également été signalé la capture de mercenaires de “Grande Bretagne, de la France et du Qatar » à Tripoli.

    A Beni Walid, la situation s’est soudainement retournée.

    Après que la résistance ait tué le commandant des rebelles à Beni Walid, les rebelles, épuisés et démoralisés, ont fuit la ville. Mouammar Kadhafi avait déclaré l’autre jour que les rebelles doivent s’attendre à une grosse surprise. Et ces derniers jours sont riches en surprises.

    Autres évènements

    La ville de Ghadamès, situé à la frontière avec l’Algérie, est libre de tous rebelle, mais l’OTAN continue d’envoyer des forces spéciales, ainsi que quelques rebelles venus du Nafusy.

    L’armée libyenne a lancé une attaque surprise sur le poste de police de Nafusa. 24 rebelles ont été tués, un camion brulé avec du carburant. La résistance libyenne a fait sauter le siège des insurgés dans la ville de Agelat

    http://news.stcom.net/modules.php?name=News&file=article&sid=6220

  2. Merci, Farid, tu es indispensable à notre information. alors ne nous oublie pas et nous restons à ton écoute, car envoyer les journalistes tels Meyssan est très dangereux pour eux. il vaut mieux qu’ils restent à l’abri chez nous.

    Je vais diffuser ton information, si tu n’y vois pas d’inconvénient.

  3. J’ai communiqué l’information que vous donnez sans dévoiler votre nom, pour ne pas vous attirer des ennuis sur des forums où il y a aussi des trolls mais beaucoup d’intrenautes qui recherchent ce type d’informations.

    merci, encore !

  4. ait aoudia arezki Says:

    La grande nouveauté avec cette histoire de » charniers »c’est que contrairement à celui de timisaora celui là à fait » psssicht »très vite!Même leurs auteurs n’ont pas trop insisté ce qui prouve que dorénavant il faudra faire « plus d’efforts »pour arnaquer une opinion de moins en moins naïve et plus « retors »!C’est à mon sens un signe encourageant et le résultat du travail des médias alternatifs qui n’existaient pas encore au temps de la guerre froide!la « façade »propagandiste » se fissure finissons le travail en faisant « tourner »le maximum de fois l’info vraie jusqu’à les écoeurer!!!

    • Oui et pourquoi ? parce qu’à l’époque de Timisoara… pas d’internet, pas de média alternatif, que la propagande officielle…
      Aujourd’hui et surtout depuis le mouvement de mobilisation de l’info alternative depuis la fable du 11 Septembre… cela va très vite pour la contre-propagande à être effective…

      Il y a quelques mois, Hillary Clinton s’exprimait en ces termes devant un panel de psychopathes du Council on Foreign Relation (CFR), cr´átion des Rockefeller pour cimenter leur idéologie hégémonique: « Il y a une guerre de l’information et nous sommes en train de la perdre… »
      Cette ordure a bien raison… Ils sont en train de perdre pas à pas la guerre de l’information, le reste suivra !

      La lutte continue !

  5. Alan Broc Says:

    La « fosse commune » de Libye ne contient que des os de petits volatiles.

    Mais il y a bien eu un charnier à Timişoara, de plus de 25 000 morts. Allez-y. Vous verrez des femmes qui prient à genoux dans la neige.

    Ce n’est certainement pas devant des tombes vides.

    Pendant 25 jours la ville a été coupée du reste de la Roumanie et les barbares de la Securitate communiste ont tiré sur les manifestants, ont achevé les blessés dans les hôpitaux.

    Un journal communiste belge confidentiel a proclamé que « il n’y a rien à Timişoara » et la presse communiste française a repris la fausse nouvelle en disant qu’elle venait « d’un journal belge » sans préciser que les Belges en question n’étaient jamais allés en Roumanie ni surtout qu’ils étaient communistes et donc complices de Ceauşescu.

  6. Alan Broc Says:

    Il y a eu vignt cinq mille morts à Timişoara. Allez-voir le cimetière des martyrs là-bas et comptez les tombes en largeur et en longueur.

    C’est vous qui vous êtes fait couillonner par la propagande communiste.

  7. Alan Broc Says:

    Il y a eu vingt cinq mille morts. allez voir cimitirul eroilor à Timişoara et comptez le nombre de tombes en longueur et en largeur.

    C’est vous qui vous êtes fait couillonner par la propagande communiste.

    • Le régime Ceaucescu était une abomination, cela ne veut pas dire qu’il faille gober les mouches. Ce tyran était totalement dépendant des banques occidentales, qui ont injectées du fric dans le bloc de l’Est jusqu’à plus soif, cela servait leurs intérêts et ceux du gros business. Il était très facile d’arrêter le communisme: il suffisait de couper le robinet à fric occidental (essentiellement américain) qui a toujours alimenté le bloc communiste et ce depuis 1917, la révolution ayant été faite avec le fric de Wall Street et de la City de Londres…
      Qui a coupé le robinet ?.. Personne… Où sont les véritables criminels qui se cachent en permanence derrière leurs boucs-émissaires ?
      Les Américains (et leurs nouveaux amis chinois de l’époque) ont mis Pol Pot au pouvoir au Cambodge, le plus grand génocide d’une nation a été perpétré sous les auspices et le silence complice de l’occident (voir le remarquable documentaire de John Pilger à ce sujet: « Cambodge année zéro », documentaire toujours interdit de diffusion aux Etats-Unis, la plus « grande démocratie du monde »…)

      Le Rwanda, cité par Emma, tout aussi valide sur la responsabilité des Etats-Unis et de la France dans le génocide…

      Cherchez les ordures là où elles sont vraiment et pas leurs marionnettes et épargnez-nous les poncifs de la propagande communiste. Nous sommes bien pire en ce domaine…

  8. AB

    Vous feriez bien de vous préoccuper de notre complicité dans le génocide ruandais et de la réception faite récemment au génocidaire Kagamé que nous protégeons en France et tous ceux qui ont fini leur jours à l’abri de toutes les poursuites déclenchées comme Bokassa, Duvalier et tant d’autres si vous cherchez des coupables. il y en a suffisamment chez nous qui ont du sang sur les mains !

  9. Alan Broc Says:

    Je refuse de me faire complice du négationnisme d’un crime des communistes contre le Peuple roumain.

    • Le régime Ceaucescu était une abomination, cela ne veut pas dire qu’il faille gober les mouches. Ce tyran était totalement dépendant des banques occidentales, qui ont injectées du fric dans le bloc de l’Est jusqu’à plus soif, cela servait leurs intérêts et ceux du gros business. Il était très facile d’arrêter le communisme: il suffisait de couper le robinet à fric occidental (essentiellement américain) qui a toujours alimenté le bloc communiste et ce depuis 1917, la révolution ayant été faite avec le fric de Wall Street et de la City de Londres…
      Qui a coupé le robinet ?.. Personne… Où sont les véritables criminels qui se cachent en permanence derrière leurs boucs-émissaires ?
      Les Américains (et leurs nouveaux amis chinois de l’époque) ont mis Pol Pot au pouvoir au Cambodge, le plus grand génocide d’une nation a été perpétré sous les auspices et le silence complice de l’occident (voir le remarquable documentaire de John Pilger à ce sujet: « Cambodge année zéro », documentaire toujours interdit de diffusion aux Etats-Unis, la plus « grande démocratie du monde »…)

      Le Rwanda, cité par Emma, tout aussi valide sur la responsabilité des Etats-Unis et de la France dans le génocide…

      Cherchez les ordures là où elles sont vraiment et pas leurs marionnettes et épargnez-nous les poncifs de la propagande communiste. Nous sommes bien pire en ce domaine…

  10. Vous devriez demander aux roumains ce qu’ils en pensent de ce procès expéditif, et de regarder ce qu’on fait de la roumanie aujourd’hui au lieu de lui permettre un développement économique normal où les roms sont poursuivis, maltraités et parfois abattus par des milices en toute impunité. Là cela doit vous plaire !

  11. Alan Broc Says:

    En France on dit que les Roumains oppriment les Tziganes, alors qu’ils vont à l’Ecole. Les Gitans français n’y vont pas beaucoup.

    La Roumanie a eu pendant huit ans un président tzigane Ion Iliescu. Elle a des sénateurs et des députés tziganes.

    Quand les Tziganes commettent des vols et des agressions en France, les Français disent « Ces salauds de Roumains ».

    Bref, pour vous les Roumains ont toujours tort.

    Il n’y a pas de milices anti-tziganes en Roumanie.
    Comme beaucoup de Français vous confondez Bucarest avec Budapest et la Roumanie avec la Hongrie où il y a ce genre de milices.

  12. Alan Broc Says:

    Le régime Ceauşescu n’était absolument pas dépendant des banques occidentales qui ne lui ont RIEN donné.

    La seule qualité de ce régime c’est qu’il n’avait AUCUNE DETTE.

    C’est justement pour arriver à cette indépendance financière que Ceauşescu a affamé son peuple. Des trains entiers partaient vers l’URSS pleins de blé et de viande pour payer la dette.

    Allez voir à Timişoara au lieu de répéter bêtement la propagande stalinienne et la propagande raciste occidentale.

    Allez sur place comme j’y suis allé au lieu de parler sans savoir !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :