Nouvel Ordre Mondial: surpopulation, pseudo-science et catastrophisme propagandiste…

Cet excellent article de Vincent Vauclin est très complémentaire de ce que nous avons décrit et publié auparavant… L’hypothèse de la surpopulation faite par Malthus est une ineptie de plus récupérée par l’oligarchie parasitaire et développée plus avant avec la déformation des recherches de Darwin pour créer la pseudo-science du darwinisme-social dont les théoriciens Galton, Spencer puis plus tard Huxley étaient tous des eugénistes notoires ne pensant qu’à réduire la population mondiale vue comme une masse de vermine entâchant le droit divin de « l’élite auto-proclamée » à fouler de leurs augustes pieds la planète.

Malthusianisme, néo-malthusianisme et darwinisme-social sont les fondements mêmes de la théologie mortifère du Nouvel Ordre Mondial, de fait la technocratie mondialiste a complètement kidnappé la science et l’a réduit en esclavage dans le carcan de la pensée unique dogmatique et destructrice. L’anti-science dans toute sa splendeur est à l’œuvre et détruit l’humanité ici et maintenant !… Que ferons-nous ?

Voir sous l’article, quelques articles complémentaires sur le sujet.

— Résistance 71 —

 

Le malthusianisme moderne, corollaire naturel du capitalisme

 

par dissidenceresistance

 

Url de l’article original:

http://la-dissidence.org/2011/08/11/le-malthusianisme-moderne-corollaire-naturel-du-capitalisme/

 

 

Une vieille idée, remise au goût du jour, et aussi insidieuse qu’abjecte, tend à contaminer les esprits : l’accroissement de la population mondiale et la diminution des réserves de ressources naturelles menacent de concert l’équilibre planétaire. En d’autres termes, la planète va mal, et cela est le résultat d’une surpopulation mondiale. Cette idée n’est pas neuve, et fût pour la première fois formulée par le britannique Thomas Malthus, à la fin du XVIIIème siècle. Les récentes préoccupations écologiques ont redonné de l’actualité à cette idée qui tend à devenir un axiome populaire, malgré son caractère dangereux.

A l’origine, Thomas Malthus est un économiste, et développe cette théorie selon laquelle la pauvreté et la malnutrition ne sont pas liées à un système de protection sociale défaillant mais à une surpopulation qui devrait être régulée en fonction de la capacité de chaque individu à assurer sa subsistance. Dans son Essai sur le Principe de Population (paru en 1798), il écrivait ainsi :

« Un homme qui naît dans un monde déjà occupé, si sa famille n’a pas les moyens de le nourrir, ou si la société n’a pas besoin de son travail, cet homme, dis-je, n’a pas le moindre droit de réclamer une portion quelconque de nourriture : il est réellement de trop sur cette terre. Au grand banquet de la nature, il n’y a pas de couverts pour lui. »

Ainsi, la valeur d’un homme se mesure à l’aune de la « quantité de travail » qu’il peut fournir. S’il s’avère que cet homme « est un poids pour la société, » sa disparition est souhaitable et « logique ». Il va de soi que ce raisonnement s’en prend directement aux catégories les plus pauvres, qui seraient responsables, de par leur prolifération, de leurs malheurs. Cette idée inspira directement ce que l’on nomme le « darwinisme social », concept politique érigeant le principe de sélection naturelle comme seule loi entre les hommes. La société humaine aurait alors pour principe de s’améliorer, non par la coopération des hommes entre eux, mais par le résultat de leurs conflits incessants d’où émergeraient « naturellement » les plus forts face aux plus faibles, les dominants face aux « inaptes ». Il est évident que l’ensemble de ces doctrines vont frontalement à l’encontre de l’effort de civilisation, promettant la sauvagerie eugéniste comme perspective, le conflit entre les hommes comme seul facteur de progrès, la mort comme politique publique.

La résurgence de ces thèmes représente une menace pour l’ensemble de l’édifice civilisationnel qui se fonde sur la coopération humaine plutôt que sur l’affrontement inter-individuel. Ces thèses sont une menace, non parce qu’elles se fondent sur un raisonnement valide ou rationnel – ce n’est pas le cas – mais parce qu’elles excitent les instincts sado-masochistes des masses, instincts sous-jacents mais toujours agissants. Mais surtout, elles constituent un écran de fumée idéologique, servant à occulter habilement la réalité coupable d’un capitalisme intrinsèquement destructeur.

Le malthusianisme moderne n’est donc rien de moins que l’alibi démographique d’un système économique défaillant. La menace qui pèse sur la biosphère est réelle. Mais elle n’est pas imputable à l’espèce humaine, mais à un mode de production qu’elle a généré et dont elle peine maintenant à se débarrasser. Le problème n’est donc pas démographique, mais essentiellement politico-économique, et c’est cette réalité que cherchent à cacher les tenants de la « dénatalité » qui feignent d’ignorer la responsabilité immense du productivisme capitaliste, et de la logique de croissance économique qui condamne l’ensemble des sociétés modernes à la guerre et à l’extinction.

Vincent Vauclin

=  =  =  =

Note de Résistance 71:

A lire en complément d’information:

https://resistance71.wordpress.com/2010/06/26/elite-globaliste-eugenisme-et-controle-des-populations/

https://resistance71.wordpress.com/2010/06/25/que-faire-la-marche-vers-la-tyrannie-globale-comment-sen-sortir/

Kropotkine sur Malthus et le darwinisme -social qui s’ensuivit:

https://resistance71.wordpress.com/2011/06/03/etat-et-societe-analyses-et-solutions-pour-un-marasme-annonce-pierre-kropotkine-scientifique-et-visionnaire-anarchiste-premiere-partie/

8 Réponses to “Nouvel Ordre Mondial: surpopulation, pseudo-science et catastrophisme propagandiste…”

  1. Le capitalisme néo-libéral nous rappelle chaque jour que l’homme est libre et est l’unique responsable de sa propre destinée.
    Ainsi l’individu serait pour un peu catapulté sur terre.
    Par conséquent, si tu ne fais pas partie des « winners » tu peux dégager.

    • Hé;as !… Il faut donc faire réaliser aux gens que tout cela n’est qu’une illusion entretenue à grand renfort de propagande. La résistance commence par le boycott et le désobéissance civile !

  2. Ce n’est pas le manque de ressources qui pose probléme, c’est la manière dont elles sont exploitées par les multinationnales : bateaux usines sur toutes les mers du globe et surtout le long des cêtes africaines où des milliers de bateaux européens et autres viennet faire ce qu’ils ont fait en Europe, où il n’y a plus rien à pêcher et raclent le fonds des mers pour nourrir l’aquaculture.

    Au Sénégal, 600 000 pêcheurs locaux ne peuvent plus vivre de leur pêche, vendus sous licence 30€ la tonne de poissons et de plus, l’argent récupérée par le gouverrnement sert à payer les campagnes éléctorales.

    Ajoutez à cela de vastes territoires, une région entière au Niger, dévastée par l’exploitation pétrolière de Schell, des centaines de milliers d’ha de terres rachetés par les fonds de pension et les paysans chassés de leurs terres, des régiond entières dévastées par les catastrophes nucléaires (Tchernobyl, Fuschushima) etc

    • Absolument.. Il n’y a pas de problèmes de ressources ni humaines, ni naturelles.. Il n’y a qu’un gigantesque problème de gestion.
      Le pire est que dans un monde à évolution normale, on se rendrait compte de l’erreur, on en discute, on corrige, fin des problèmes…
      Ceci n’est pas une option car ce mauvais management est voulu, planifié pour des raisons de contrôle, de profits et surtout de destruction planifiée des souverainetés nationales afin de faciliter ;’avènement du Nouvel Ordre Mondial et le mise en esclavage définitive des peuples.

      La propagande bat son plein.

  3. Doctorix Says:

    J’ai reçu une lettre du Dr Gernez, qu’on pourrait appeler « l’homme qui aurait pu vaincre le cancer » si le gouvernement de Giscard ne lui avait pas coupé les ailes, pour me parler de la théorie du Gender, qui va être enseignée dans les lycées, comme une priorité importante.
    J’ai retenu de cette pseudo- bonne idée, qui veut que le sexe ne soit pas prédéterminé, qu’on avait affaire à une mise en valeur claire de l’homosexualité comme une chose conforme à la nature et méritant promotion.
    Bien qu’ayant de nombreux ami(e)s homosexuels, je m’insurge contre cette idée, et je ne peux m’empêcher de penser que cette notion va dans le sens du programme de dépopulation voulu par Bill Gates et ses vaccins stérilisants, (car contenant de l’hormone HCG contre laquelle la vaccinée va développer des anticorps, rendant toute grossesse impossible), et donc dans le sens de l’eugénisme promu par le N.O.M.
    C’est un autre exemple de pseudo-science, le prix à payer pour avoir élu un président notoirement inculte, et intellectuellement malhonnête.

  4. On pourrait multiplier les exemples de ces barrages comme au Pérou où des barrages dans l’Altiplano ont détourné l’eau des montagnes et privé d’eau les paysans des villages qui n’ont plus qu’une eau saumatre pour alimenter Lima. il faudrait faire une cartographie dans tous les pays de ces soi-disant bienfaits.

    Mais il y a une lueur d’espoir. les manifestations chiliennes continuent et embarassent le gouvernement qui commencent à réprimer. 1ère réclamation , éducation gratuite et ils mettent en cause les 4 gouvernements de centre gauche qui se sont succédés, qu’ils traitent d’incapables. le président de 84 % de bonnes opinions est descendu à 26%. ils dénoncent le bradage de leurs matières premières ( mines, pêche, forêts, eau (Patagonie) et moi j’ajouterais agriculture, car Monsanto est à l’oeuvre pour faire tomber le moratoire comme au Mexique.

    2éme bonne nouvelle : la démondialisation en marche et en actes au Brésil et en Argentine.

    C’est là qu’il faut frapper au coeur ! des multinationales et pas se contenter de mesurettes et de petits combats locaux, même s’ils ont leur raison d’être mais la priorité est en haut. 50 000 mineurs sont en grève et ont retourné la situation de l’été dernier en pointant l’absence de mesures de sécurité.

  5. Nous sommes beaucoup trop nombreux sur cette planète. Même si l’on tient compte des exactions des « capitalistes », il n’en reste pas moins que la consommation d’un milliard d’Hommes a déjà réussi à pourrir cette planète. Qu’en sera-t-il lorsque nous serons DIX fois plus (en 2100) à nous « partager » (même frugalement) le gâteau ?

    • Vous devriez revoir votre estimation delirante. Comme tout ecosysteme, la terre gere elle-meme et n’a pas besoin de nous pour eliminer ce qui doit l’etre… Vous rendez-vous compte que le malthusianisme est une vision totalement eronnee du monde ? (voir nos articles sur le sujet sur ce site…)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.