Économie et empire américain: l’Armageddon économique mène le monde à la troisième guerre mondiale…

Nous avons traduit ici le dernier article du Dr. Paul Craig Roberts qui appelle une fois de plus un chat un chat et nous donne les véritables raisons de l’agression aventurière américano-otanesque de la Libye et celles de l’ingérence en Syrie. L’occident est entraîné dans une confrontation de l’empire avec la Chine et la Russie, confrontation qui pour l’heure demeure larvée et par pays interposés… L’Histoire nous a démontré encore et encore que ce genre de situation mène irrévocablement à la guerre.

Les oligarques veulent une guerre. La guerre bâtit les fortunes et consolident les pouvoirs. La chaos ultime pour les chantres du Nouvel Ordre Mondial qui pensent bâtir leur ordre sur les cendres du monde. Nous somme gouvernés par des psychopathes à la botte de psychopathes en chef… Rien n’est irrémédiable. Nous laisserons-nous menés à l’abattoir après la tonte du moment ?

— Résistance 71 —

 

Armageddon économique: la réponse de Washington à l’échec de l’économie… Plus de guerre !

 

Par Paul Craig Roberts

Le 30 Juillet 2011,

 

Url de l’article original:

http://www.globalresearch.ca/index.php?context=va&aid=25813

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

 

 

Alors que la seconde décennie du XXIème siècle commençait, l’économie américaine n’a toujours pas récupéré de la grande récession amorcée en décembre 2007.

L’échec de la convalescence de l’économie eut lieu malgré le plus gros stimulus fiscal et monétaire de l’histoire du pays. Il y a eu un package de sauvetage de 700 milliards de dollars, un programme de stimulus de 700 milliards de dollars, quelques milliers de milliards de “facilitation quantitative”, cela sous forme de monétarisation de la dette ou en imprimant de la monnaie pour financer les dépenses du gouvernement. De plus, les déficits de la réserve fédérale se sont accrus par milliers de milliards de dollars alors que la Fed achetait  de l’emprunt et du dérivatif en difficulté dans son effort pour conserver le système financier solvable et fonctionnel. D’après l’audit de la réserve fédérale par le bureau des responsabilités du gouvernement rendu public par le sénateur Bernie Sanders, la réserve fédérale a accordé des prêts secrets à des banques étrangères et états-uniennes à concurrence de 16 100 milliards de dollars, une somme supérieure au PIB des Etats-Unis.

Malgré l’énorme stimulus fiscal et monnétaire, l’économie est demeurée au point mort.

Pour 2011, le déficit du gouvernement fédéral pour ses dépenses annuelles était de 43% du budget. En d’autres termes, le gouvernement a dû emprunter, ou la Fed a dû monétiser 43% des dépenses de l’état pendant l’année fiscale 2011. Malgré ce stimulus fiscal et monnétaire, l’économie n’a pas récupéré.

A la fin de la première décennie du XXIème siècle, le déclin de l’économie fut temporairement arrêté par des subsides fédéraux pour les achats de voitures et de maisons. Les subsides de 8 000 US$ pour l’accession à la propriété des nouveaux mariés ont aidé grandement, car ils représentaient une grosse partie des arrhes à verser dans un marché de l’immobilier en dépression. Les subsides pour l’achat de véhicules ont transféré les demandes future dans le présent. Quand ces subsides ce sont taris, le système de support artificiel de vie de l’économie fut débranché.

Des problèmes avec la gestion statistique du chômage, de l’inflation, du PIB, masquèrent l’aggravation de l’économie. Les ajustements saisonniers utilisés pour arrondir les angles des données brutes au cours de l’année n’étaient pas faits pour cadrer avec une récession prolongée. Ni du reste le modèle “naissance-décès” utilisé par le bureau des statistiques du travail (BLS) pour estimer les emplois non reportés par les compagnies start-ups et les pertes des compagnies qui étaient déjà en faillite. Le modèle naissance-décès a été créé pour une économie en expansion et pendant les creux de vague, surestime le nombre d’emplois créés.

“L’effet de substitution” utilisé dans l’index de prix de consommation sous-estime l’inflation en assumant que les consommateurs substituent des denrées alimentaires meilleur marché pour celles dont le prix augmente. Par exemple, si le prix du steak augmente à New York, ceci n’apparaît pas dans l’index de prix de consommation à cause de la supposition que les gens vont acheter une viande moins chère.

Bidouillage de comptabilité

La mesure la plus largement utilisée pour évaluer “l’inflation de base” n’inclut pas l’alimentaire ou l’énergie. Cette mesure est importante pour ceux qui veulent procéder à une pirouette optimiste de la situation.

En sous-évaluant l’inflation, le gouvernement peut surestimer la croissance réelle du PIB, ainsi créant un effet optimiste. De manière similaire, en utilisant la mesure du taux d’emploi connue sous le non de U.3, le gouvernement peut sous-estimer le chômage.

Le taux de chômage officiel, celui qui fait les manchettes et sur lequel les médias et la presse financière se basent, était de 9,2% en Juin 2011. Mais ce taux n’inclut pas les chômeurs découragés. Ceux-ci sont des personnes qui ont cessé de rechercher un emploi, parce qu’il n’y en a pas. Un chômeur découragé ne figure nulle part, il ne figure pas dans la force de travail et ne figure pas dans les chômeurs répertoriés U.3

Le gouvernement fédéral sait parfaitement que tout ceci est une fraude et a une mesure U.6 du taux de chômage qui compte les découragés à court-terme. Cette mesure, qui n’est quasiment jamais rapporté dans les médias place le taux de chômage réel aux Etats-Unis à 16,2% en Juin 2011.

Le statisticien John Williams (de shadowstats.com) continue lui de compter les chômeurs découragés à long-terme, de la façon dont cela était fait dans les années 1980. En Juin 2011, la mesure totale du taux de chômage réel aux Etats-Unis était de 22,7%

En d’autres termes, en 2011, entre 1/5ème et le quart de la force de travail états-unienne était sans travail.

Au cours de l’année 2011, les Etats-Unis ont fait face à trois crises économiques simultanées. Une crise survint des pertes d’emplois américains, du PIB, des revenus des consommateurs et de la base fiscale causée par les corporations délocalisant leur production pour le marché américain. Au lieu de faire leurs produits sur le sol américain avec le labeur américain, donnant ainsi des emplois et aux Etats et localités des revenus fiscaux, les entreprises américaines donnèrent tout cela à des pays comme la Chine, l’Inde et l’Indonésie. Cette pratique eut pour résultat que le stimulus donné à l’économie fut incapable de la relancer et les Américains ne peuvent plus être rappelé au travail qui a été délocalisé.

Une autre crise fut celle résultant de la crise financière par la dérégulation, la fraude et la rapacité. Les emprunts perdirent leur sécurité; les créateurs de ces emprunts n’avaient plus l’avantage de la certaineté de la valeur du crédit de l’emprunteur, parce que les créateurs d’emprunts les vendaient à des tierces parties qui combinaient ces emprunts avec d’autres et les vendaient à des investisseurs.

Comme les emprunts étaient donnés pour des commissions, plus il y avait d’emprunts, plus haut était le revenu des commissions. Afin de toucher ces commissions, certains créateurs d’emprunts falsifièrent les rapports de crédit des emprunteurs. Avec l’immobilier florissant, beaucoup de gens prirent des emprunts afin de faire de l’argent à la revente des propriétés. Avec les prix de l’immobilier montant rapidement, le versement d’arrhes et les soucis de solvabilité du crédit devinrent des concepts du passé. La crise fnancière fut empirée par la capacité des banques d’investissement de pouvoir contourner les exigences du capital et ainsi, faire levier sur leur équité en s’endettant énormément. Quand toutes ces bulles explosèrent, le château de cartes s’effondra.

L’armageddon économique

La troisième crise fut celle des déficits budgétaires fédéraux de 1500 milliards de dollars, qui étaient par trop importants pour pouvoir être financés sans que la réserve fédérale n’achète la nouvelle dette de trésor. Connu sous le vocable de monétarisation de la dette, la réserve fédérale a acheté des bons du trésor, des billets en créant un compte-chèque, duquel la trésorerie tirerait pour payer les dettes du gouvernement. L’hémorragie de dette du trésor inquiéta à propos de la valeur d’échange du dollar et de son rôle come monnaie de réserve et ceci fît monter la peur de l’inflation. Les prix de l’or et l’argent montèrent alors que le dollar déclina dans les marchés des changes.

Chacune de ces crises était sérieuse. Combinée, elles impliquent un armageddon économique.

Il n’y avait pas de porte de sortie évidente, mais même s’il y en avait une, le gouvernement, lui, était préoccuppé ailleurs: sur les guerres.

En plus des opérations militaires continuelles en Irak, Afghanistan, Pakistan, Yémen et Somalie, les Etats-Unis et l’OTAN commencèrent des opérations militaires contre la Libye le 19 Mars 2011. Tout comme les autres guerres, le véritable but de cette agression contre la Libye ne fut pas reconnue et explicitement dite, mais il devint très vite clair que le but de cette guerre était d’évincer la Chine de ses investissements pétroliers en Libye orientale. A l’encontre des protestations arabes antérieures, la rebellion libyenne était une insurrection armée dans laquelle certains virent la main de la CIA.

La guerre de Libye remonta le risque d’un cran, car bien que se cachant derrière le voile des protestations du monde arabe, les Etats-Unis étaient en fait en train de confronter la Chine en Libye. Similairement, avec la rebellion armée en Syrie supportée par les Etats-Unis, la cible de Washington était en fait la base navale russe de Tartus. Renverser le gouvernement Al-Assad en Syrie et installer un regime ami mettrait un prix exhorbitant sur la présence navale russe en Méditerannée.

En masquant ses buts derrière les protestations du monde arabe en Libye et en Syrie, qu’ils pourraient avoir déclanché, Washington évita un conflit frontal avec la Chine et la Russie, mais néanmoins ces deux super-puissances comprirent que Washington attaquait leurs intérêts. Ceci monta d’un sérieux cran la folie des politiques agressives de Washington en initiant une confrontation avec deux puissances nucléaires, dont l’une d’entr’elles possède un certain pouvoir financier sur l’Amérique car étant son plus grand créditeur étranger.

Les investissements pétroliers de la Chine en Angola et au Nigéria étaient une autre cible. Pour contrer la pénétration économique de la Chine en Afrique, les Etats-Unis ont créé l’American African Command dans les dernières annés de la première décennie du XXIème siècle. Dérangés par la montée en puissance de la Chine, les Etats-Unis ont entrepris d’empêcher la Chine d’obtenir des sources d’énergie indépendantes. Le grand jeu qui dans la passé a toujours mené à la guerre est encore en train d’être joué.

Le 11 Septembre 2001 a donné aux Etats-Unis une “nouvelle menace” pour remplacer la menace défunte en 1991 de l’URSS. Malgré l’absence du grand ennemi soviétique, le budget militaire et de la sécurité a été gardé intact pendant une décennie. Le 11 septembre injecta une croissance rapide dans le budget militaro-sécuritaire. Dix ans plus tard, ce budget culmine à environ 1100 milliards de dollars par an, ou approximativement 70% du déficit du budget fédéral, qui handicape le dollar et menace la note du crédit de la trésorerie américaine.

Focalisé sur les guerres du Moyen-Orient, Washington perdait la guerre pour l’économie américaine.

Alors que l’espoir d’une reprise de l’économie pour 2011 s’évaporait au cours de l’année, le besoin d’une guerre devint de plus en plus impératif. (voir Antiwar.com, “Sen. Graham ‘Very Close to War”.

 

Ancien éditeur associé du Wall Street Journal et chroniqueur pour BusinessWeek, le Dr. Paul Craig Roberts a servi comme membre de comité au parlement et au sénat américain; il fut secrétaire d’état aux finances durant l’admnistration Reagan. Il fut un académique dans six universités. Récipiendaire de la médaille d’argent du trésor américain et officier de la légion d’honneur.

 

11 Réponses vers “Économie et empire américain: l’Armageddon économique mène le monde à la troisième guerre mondiale…”

  1. Xiao Zheng He Ouallonsnous ? Says:

    Seconde écriture de mon commentaire, complété et fautes corrigées !

    L’Occident est eurasien, c’est à dire qu’il fait partie de l’entité de civilisation humaine et géographique eurasienne, des îles Canaries au détroit de Behring et de l’océan Glacial arctique à la Méditerranée, mer Rouge, océan Indien et Pacifique jusqu’en Papouasie Nouvelle Guinée, topologiquement depuis la nuit des temps, historiquement et culturellement depuis que les hommes en sont capables ainsi qu’économiquement !

    Il est nécessaire que les occidentaux rappellent aux sous-produits, maintenant dégénérés, récemment issus de leurs nations, les anglo-USraéliens et leurs valets dans les pays eurasiens et autres où ils ont proliféré, que les maîtres du jeux et de la civilisation, ce sont eux, les européens, de concert avec les puissances d’Asie, d’Afrique et des Amériques, responsables.

    Pour ce faire, si ces agresseurs et « charognards » opportunistes et sans morale, car ils ne s’en prennent qu’aux plus faibles et à ceux qu’ils ont diminués en les pillant préventivement ou en fomentant des troubles sur leurs territoires, c’est à dire des agissements dénués de toute humanité et en dehors des règles du droit international, il faut cesser de considérer les anglo-USraéliens et tous les tenants du libéralisme économique anglo-américain, comme faisant partie de l’assemblée des hommes et des nations responsables de ce monde !

    Tous les traités et alliance avec eux, devenus caducs du fait de leurs comportements, doivent être révoqués, ce sont des marchés de « dupe ».

    Les forces politiques, militaires et économiques de toutes les nations du monde responsable, doivent êtres retournées contre ces « charognards », pour les chasser des endroits du monde où ils sévissent et neutraliser leur dangerosité, ceci dés maintenant !

    Si pour les ramener à la raison et protéger l’humanité de leurs agissements néo-colonialistes et génocidaires envers les peuples qu’ils attaquent, ils veulent une troisième guerre mondiale, c’est ainsi que nous devons l’anticiper et nous préparer.

    Fasse le destin qu’ils comprennent qu’eux aussi font partie du genre humain et qu’ils viennent à résipiscence avant que d’être détruits !

    • oui si on reste dans la logique de mort actuelle. L’antagonisme n’est pas nécessaire, Le problème à sa racine vient du système lui-même qui doit disparaître pour n’être remplacé que par l’autogestion des segments de population qui se fédèrent entr’eux volontairement pour devenir une chaîne globale de « communes » (au sens large) autogérées et librement fédérées.
      Le seul problème qui doit être adressé est celui de l’égalité sociale dans un monde autogéré et la racine de ce problème qu’on le retourne dans n’importe quel sens, est la propriété privée ou étatique des moyens de production et de services, qui n’a absolument aucun lieu d’être et est une fraude imposée dès le départ par une clique de parasites dont le seul but est de se repasser le bâton de manière héréditaire sans en élargir trop le cercle, depuis des générations et des générations. Les dés sont pipés depuis le départ, et il est temps de redresser la barre une bonne fois pour toute.
      Nous arrivons à la fin d’une ère: celle de la domination parasitaire. Les oligarques tentent de réussir leur ultime avènement criminel pour imposer leur Nouvel Ordre Mondial. Ils vont échouer à terme, mais un autre problème émergent sera de savoir comment l’humanité remplacera le système déchu, celui-ci étant au-delà de toute possibilité de réforme. Rester dans une logique de division entre telle et telle partie de l’humanité ne conduira à terme qu’au retour oligarchique. Il est latent dans tout système représentatif et bien sûr dictatorial. Le modèle de société pyramidal ne fonctionne pas, n’a jamais fonctionné et ne fonctionnera jamais. La société ne peut être progressiste et aspirer à l’émancipation que dans un modèle horizontal ou tout le monde est responsabilisé et politiquement, socialement actif localement et fédérativement. La créativité humaine ne s’exprime à fond que dans un environnement emprunt de liberté, jamais dans un carcan oppressif comme généré par l’état ou la trame élitiste privée, tous deux sources de parasitisme avéré.
      L’avenir de l’humanité est là et il faudra pour beaucoup apprendre et accepter de lâcher-prise d’avec la matrix actuelle inepte et criminelle.
      Nous vivons dans un monde géré par un modèle mortifère qui ne survit que par division, rapacité, élitisme, racisme, génocide, guerres et autres atrocités associées et ce dans le seul but de garantir le statu quo des privilèges du tout petit nombre.
      Pour en sortir, il faut faire table rase sur toute cette fange et faire en sorte que les peuples reprennent décisivement le pouvoir de gérer leur destinée pour et par eux-mêmes sans délégation parasitaire, sans système de propriété inepte (ne pas confondre propriété et possession…) et source du parasitisme oligarchique présent et passé.

      Nous arrivons bientôt à une des apories que l’humanité se doit de résoudre pour continuer à progresser… ou disparaître en tant qu’humanité et ne demeurer qu’en tant qu’esclaves d’un paradigme transhumain.

      Mitakuye Oyasin

  2. […] Économie et empire américain: l’Armageddon économique mène le monde à la troisième guerre m… Posté dans 3eme guerre mondiale, actualité, économie, crise mondiale, guerre Libye, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, politique et social avec des tags crise économique, crise economique et 3eme guerre mondiale, crise globale mondiale, dégradation sociale france, dissidence a l’oligarchie, guerre illégale contre la libye, guerres imperialistes, Libye ONU et guerre impérialiste, oligarchie financiere le juillet 31, 2011 par Résistance 71 […]

  3. Il est absolument nécessaire de se saisir de la balle qui va nous être donnée dans les jours qui viennent.
    Il ne faut pas les laisser repartir dans un système économico financier bis (préalablement lavé et codifié certes, mais toujours dans le même sens).
    Dans le cas contraire, la prochaine opportunité ne se présentera que dans plusieurs générations – ce système étant inéluctablement voué à l’échec.
    L’humanité se s’éteindra pas avec l’explosion maousse qui arrive, mais des peuples dépend la civilisation de demain (et pas d’après demain; car vraiment, ça urge).
    Bon sang, quelle que soit la pseudo solution américaine du 2 aout, c’est d’ors et déjà foutu, ils nous promènent.
    Quant à nos politiques, leur inaptitude à gérer autre chose que leur plan de carrière fait mal aux yeux.
    N’y a-t’il pas quelque part un responsable pour se saisir d’un micro et tout déballer au grand jour ?

    • Très juste… Malheureusement aucun politicard ou soi-disant représentant du peuple ne dira quoi que ce soit car la soupe est bonne et après eux le déluge. Il y a quelques hommes politiques en France et dans tous les pays occidentaux qui semblent avoir encore une certaine conscience quelque soit le « bord » factice dont ils se revendiquent (tous les chemins de partis politiques menant immanquablement à l’oligarchie) mais ils n’ont quasiment pas la parole dans nos « républiques, démocraties » bananières. Donc n’étant pas audibles et ignorés bien sûr des grands médias du cirque barnum, rien à espérer de ce côté là. De toute façon, ces gens au pouvoir du statu quo ne pourraient gouverner seuls et ils seraient vite phagocytés par les opportunistes du sérail dont ils seront obligés de s’entourer.
      C’est pourquoi, rien que par cela, il n’y a pas de solution au sein du système.

      La seule possibilité vient des peuples qui doivent avant tout regagner une vision et une conscience sociale qui ont été enterrées sous le fatras des inepties de la société de consommation et su spectacle. Là encore, rien ne peut se faire de manière viable et durable sans une ouverture d’esprit et une redécouverte de la pensée critique constructive et progressiste. Il faut que les gens réalisent pleinement et réellement ce dont il retourne. Si nous comparons le niveau d’éveil des Français de 2011, comparé à 2008 ou 2009… C’est déjà le jour et la nuit. Nous pouvons lire des tonnes de commentaires dans les blogs en ligne que nous n’aurions pu lire que de manière trés aléatoire il y a encore de cela 2 ou 3 ans et ces personnes auraient été submergées de messages de haines provenant de trolls rôdés à la préservation de la pensée unique en ligne. C’est bien plus rare aujourd’hui, cela existe encore, mais le volume de citoyens éveillés grandit de jour en jour.

      L’étape suivant sera de se débarrasser de la fange parasitaire qui régit notre monde de manière la plus pacifique possible, c’est possible par la solidarité de masse, le boycott et la désobéissance civile. Une fois le système à bas, ce sera aux peuples de décider ce qu’ils désirent pour l’avenir, c’est la partie la plus inquiétante, mais l’espoir réel est dans la prise de conscience massive que la société libertaire est la solution viable à long terme pour l’Humanité. Ceci ne s’impose pas à la pointe du fusil. C’est un effort de conscience collectif, une réalisation solidaire et volontaire, rien d’autre. C’est une décision collective qui jamais ne s’imposera par la force. Mais le jour où la conscience critique l’emportera, l’idée de la société anarchiste deviendra l’évidence même, et se verra resplendissante comme le nez au milieu de la figure.

      Tout ce que nous vivons sont des passages historiques obligés, la chute de l’état et des factions oligarchiques étatiques et privées est une nécessité historique, les « élites » auto-proclamées le savent très bien, d’où leur dernier soubresaut pour imposer le fascisme global. Ils échoueront, beaucoup de gens mourront vraisemblablement à combattre leur Nouvel Ordre Mondial, mais à terme… les peuples prévaudront, car ils sont la réalité historique, pas cette clique de pathétiques psychopathes.

      Il est impératif de continuer à éveiller le plus de gens autours de nous. Le reste est hors de notre volonté, l’Histoire suivra son cours…

    • Xiao Zheng He Ouallonsnous ? Says:

      Comme je l’ai déjà dit sur ce fil, la solution pour nous sortir de cette situation mortifère pour l’ensemble des peuples, est, pour les pays européens, englués dans l’UE et ceux qui sont restés libres, de chasser les impérialistes anglo-USraéliens dont l’OTAN de l’Eurasie, nettoyer, la Méditerranée et l’Afrique des emprises de l’Empire, sans oublier l’Amérique latine.

      Pour ce faire il nous faut coopérer politiquement, économiquement et militairement sans arrières pensés et sans tarder plus, avec les puissances « responsables » de l’Europe centrale, d’Asie, d’Afrique et des Amériques .

      Il nous faut aussi, chez nous et au niveau international, réglementer et limiter le droit de propriété dont la disproportion quantitative et qualitative entre les besoins de l’individu pour vivre dignement en harmonie avec ses semblables et ce qui existe actuellement tant au niveau individuel que au niveau des sociétés publiques et privées, permet à certains de supplanter les organisations nationales publiques du plus grand nombre (les états) et de leur dicter ce qu’ils doivent faire. !

  4. emma b. Says:

    En effet, une seule entreprise Apple aux USA est plus riche que l’état lui-même 76 milliards de dollars et les USA 73 milliards de dollars et le trésor de guerre des entreprises américaines est estimé à 1200 milliards de dollars !

  5. « englués dans l’UE2
    « les angloUSraeliens »

    c’est d’accord !!!

    mais savez-vous cultiver les pommes de terre – les poireaux, etc ….

    Le bon peuple de France est à fond dans la consommation etc …. pour les réveiller ??

    hier, à la campagne, je regardais des enfants jouer, et de toute évidence, il y avait le (la) chef de file …………. j’ai un jour regardé une étude là-dessus – des enfants étaient filmés à la crèche !!!!!

    Lanza del Vasto n’a pas fait école .

    • Xiao Zheng He Ouallonsnous ? Says:

      Bien sûr Garfy que je sais cultiver pommes de terre, poireaux et même la vigne, et c’est de famille, cependant il n’est pas question seulement de retour à la terre, mais à une existence naturelle et équilibrée dans laquelle chacun aura une vie décente et digne s’il met au service de la communautée ses compétences !

      Rien de plus !

  6. emma b. Says:

    il faut revenir à des petites structures d’échange, la précarité en contraindra beaucoup à recourir à ces structures plus les jardins potagers, familiaux. dans les communes moyennes et petites, c’est tout à fait possible !

Répondre à Marc Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.