État et société: la démocratie ou l’illusion du grand Barnum

« Il n’y a pas encore eu de révolution dans l’histoire. Il ne peut y en avoir qu’une qui serait la révolution définitive… S’il y avait une seule fois révolution, en effet, il n’y aurait plus d’histoire. Il y aurait unité heureuse et mort rassasiée. »

— Albert Camus (1951) —

 

La démocratie ? Une machine à broyer les luttes sociales

 

Par Bernard (groupe Dejacques, Lyon)

 

S’il y a un concept incontournable auquel chacun se réfère quelque soit le lieu ou la niveau d’organisation auquel il a à faire, c’est bien la démocratie. Impossible de créer une association de quartier, un syndicat, un club de pétanque ou de tir à l’arc sans qu’à un moment ou à un autre l’expression ne soit employée pour définir le mode de prise de décision. Impossible de concevoir l’organisation de la vie communale sans que le mot ne soit employé comme garantie de justice sociale. Impossible pour un État d’être intégré dans le «concert des nations» sans ce label de qualité de respect des libertés individuelles qu’est la référence à la démocrate.La «démocratie» est le concept politique sur lequel repose toute l’organisation sociale des pays dits occidentaux qui voudraient l’imposer aujourd’hui au reste du monde au nom d’une prétendue universalité civilisatrice.

Il faut tout de même s’interroger sur le contenu de la fonction de ce modèle politique puisqu’il est évident que sa pratique ici-même laisse pour la moins à désirer et n’apparaît, le plus souvent, que comme le moins pire des systèmes. Peut-on s’en contenter et prétendre en faire un schéma universel ? Il est permis d’avoir de sérieux doutes. Le principe démocratique repose sur l’idée que chaque individu peut et doit pouvoir donner son opinion sur la société dans laquelle il est inséré. En fait, cette idée n’est pas propre au système démocratique, mais est présente sur tous les continents, parce que d’une façon ou d’une autre les besoins et les opinions de chacun doivent être pris en compte dans la régulation des relations sociales, sous peine de voir exploser ou imploser la société Concernée.

Le problème n’est donc pas d’affirmer un principe mais bien de savoir comment les structures organisationnelles et décisionnelles qui en découlent traduisent les opinions et besoins exprimés par chacun des associés. Dans le modèle démocratique tout le monde peut s’exprimer, c’est un fait, mais ce modèle affirme simultanément qu’il faut des décideurs pour mettre de l’ordre dans la cacophonie des opinions émises, et ce pouvoir de décision (réservé à un personnel ayant fortement tendance à s’auto reproduire) est légitimé par le vote des électeurs. C’est simple et propre en soi, si on oublie que le choix des électeurs va être conditionné par de nombreux facteurs qui brouillent les cartes et les enjeux. En particulier, la place et la fonction de chacun d’entre nous dans la structure socio-économique. A-t-on réellement liberté de choix lorsque notre survie quotidienne dépend d’un réseau de relations économiques que nous ne maîtrisons pas? A-t-on réellement liberté de choix lorsque toute notre éducation sociale brise l’initiative et la capacité critique individuelle ? Au bout du compte, la démocratie est une machine à broyer et concasser les aspirations sociales de telle sorte que face à l’inutilité de nos efforts individuels et collectifs pour améliorer les choses nous abandonnions notre vie entre les mains des classes dirigeantes.

Ce sont les révolutions françaises de 1789 et 1793 qui ont introduit la notion d’égalité politique sans que les relations économiques entre individus et entre groupes sociaux ne soient touchées. Depuis, au fil des revendications et des discours électoraux, le droit de vote s’est étendu à toutes les couches de la population, en nous présentant chaque fois la chose comme une avancée sociale déterminante. Il est même question, en ce moment, de faire passer ce droit de vote à 16 ans (pour les immigrés, on verra plus tard, puisque cette catégorie est par définition extérieure à la nation). C’est le meilleur moyen que la bourgeoisie ait trouvé pour restreindre, contenir et limiter la notion d’égalité au seul champ politique sans que jamais il ne soit question d’étendre cette égalité au domaine de l’économique et du social. La démocratie a été et est encore le meilleur garant idéologique de la pérennité d’une société de classe.Il n’est donc pas étonnant que la société capitaliste qui est la nôtre promotionne l’idée de démocratie.

Elle l’impose au niveau international en exigeant des élections démocratiques contrôlées en Afrique du Sud, en Algérie ou en Russie, par exemple. Elle la planifie ici-même, avec des projets de déconcentration des pouvoirs appelés pompeusement «régionalisation» ou «approfondissement de la vie municipale», avec référendums locaux à la clé. Parallèlement, elle essaie de réintroduire de vieilles notions, comme le partage, l’équité, la subsidiarité. Autant de mots creux, visant à donner un sens moral aux inégalités. Sur ces enjeux-là. nos démocrates peuvent encore trouver du grain à moudre, mais comme dans le même temps toutes ces restructurations provoquent des bouleversements sociaux destructeurs de réseaux et de traditions, il n’est pas sûr que nous y trouvions notre compte.

La démocratisation de la société de classes a ses limites, et le nombre de ceux et celles que cela ne trompe plus augmente singulièrement. La démocratie — autrement dit le concept d’égalité politique — a donné tout ce qu’elle avait à donner. Elle n’a plus rien à nous dire ou faire espérer.

Par contre, l’extension de la notion d’égalité aux champs de l’économique et du social restent à conquérir. L’idée d’égalité économique ne peut que prendre du relief et de l’intérêt pour toute cette masse de gens subissant quotidiennement les effets d’un système à bout de souffle et aspirant à plus de justice dans leurs relations sociales. Pour ce faire, nous serons amenés à contester radicalement la démocratie, et à lui substituer d’autres concepts de régulation sociale. Nous appellerons ce devenir «communisme libertaire ou anarchie». Reste à lui faire prendre corps.

7 Réponses to “État et société: la démocratie ou l’illusion du grand Barnum”

  1. Bonsoir, Voilà qui est clair, l’imposture a assez duré me semble t-il,, de toutes les façons nous sommes à la croisée des chemins et si les peuples ne prennent pas leur destin en main, le NOM va nous passer à la moulinette, nous hacher bien menu, faire de nous des êtres décérébrés …

  2. « coeur – tête – main », c’était Comenus je crois –
    cerveau droit , cerveau gauche – ???
    « qui dit pouvoir, dit abus de pouvoir » – les fonctionnaires sont toujours là – et ils font ce qu’ils veulent, sans avoir été élus – je pense pour ma part aux Bâtiments de France et à l’urbanisme de ma ville …………. alors un jour : marre de se battre – l’idéal est parti

    Malgré tout, attendons le grand rebondissement – l’espoir fait vivre.

    Quant au pétrole : je me suis procuré « le Mystère Makhonine » et
    « la guerre secrète du pétrole » (J Bergier et B.Thomas) – instructif !

    Espérons que le NOM va reculer

  3. Souvenez-vous : « the animals farm » de G. Orwell
    et aussi : Le rapport de la montagne de fer

  4. Emma b. Says:

    La démocratie à l’occidentale, et nous ne tarderons pas à avoir des mesures identiques aux dispositions que prend l’administration américaine avec Hilary Clinton à la tête, qui a déclaré que ;

    Les ressortissants américains qui s’embarqueraient sur les bateaux, en direction de Gaza, « flotille pour Gaza II » encourraient des poursuites judiciaires, et accusés d’aider ainsi une organisation terroriste le Hamas et les journalistes qui accompagnaient les bateaux une interdiction de séjour de 10 ans en Israël.

    A cet égard, une nouvelle législation est en train de naitre, qui donne ainsi une nouvelle légitimité à l’état juif pour agir à l’encontre des bateaux et aux états pour incriminer toutes sortes de comportements et d’idées qui contreviennent à l’Empire.

    • l’empire, le nouvel ordre mondial et le sionisme passeront à la trappe, la question n’est pas de savoir si cela se passera mais quand ?
      L’Histoire est en marche ! La position de l’empire est des oligarques est intenable et le temps ne joue plus pour eux.

  5. Bonjour, je suis René Berthier et je suis tombé par hasard sur votre site qui m’attribue la paternité d’un article intitulé

    « La démocratie ? Une machine à broyer les luttes sociales »

    Bien que je sois tout à fait d’accord avec le contenu de cet article, je n’en suis pas l’auteur.

    Vous avez dû le récupérer sur l’un des sites suivants :
    http://kropot.free.fr/Berthier-surfranar.htm
    http://1libertaire.free.fr/RBerthier05.html

    Or si vous regardez bien, il y a une séparation entre un article intitulé « Les anarchistes et le suffrage universel » dont je suis l’auteur, et celui que vous m’attribuez, dont l’auteur a signé « Bernard (gr. Dejacque – Lyon)
    Bernard était un copain de Lyon que j’ai côtoyé il y a 20 ou 30 ans, je ne sais pas ce qu’il est devenu.

    Cordialement
    R. Berthier

    • Bonjour René,
      Merci beaucoup de nous avoir signifié cette erreur d’inattention. Nous l’avons corrigé. Merci à toi. D’autres écrits que tu voudrais partager ? On relaierait avec grand plaisir.
      fraternellement
      collectif R71

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.