Résistance politique: alliances impériales pour balkaniser le Moyen-Orient pour mieux le contrôler et isoler l’Iran

La guerre secrète de l’alliance israélo-saoudienne

 

 

Par Mahdi Darius Nazemroaya

 

 

Url de l’article original:

http://www.globalresearch.ca/index.php?context=va&aid=24744

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Comme le dit un vieux proverbe chinois, une crise peut –être utilisée comme une opportunité par certains.

 Tel Aviv, Wasghington et l’OTAN prennent avantage du tumulte dans le monde arabe. Non seulement ils luttent contre les aspirations des peuples arabes, mais encore ils manipulent le paysage géopolitique arabe comme partie de leur stratégie de contrôle de l’Eurasie.

Conflits sectaires en Egypte: moyens d’affaiblir l’état égyptien

L’Egypte est dirigée par une junte militaire contre-révolutionnaire. Malgré la reprise de confiance en soi du peuple égyptien, le vieux régime est toujours en place. Toutefois, ses fondations sont de plus en plus fébriles à mesure que le peuple égyptien devient plus radical dans des exigences. Tout comme dans l’ère Moubarak, le régime militaire du Caire autorise également le sectarisme à se développer à travers le pays dans un effort de créer une division dans la société égyptienne. Au début 2011, quand le peuple égyptien a pris d’assaut les bâtiments gouvernementaux, des document secrets furent découverts qui montra que le régime était derrière les attaques contre le communauté chrétienne d’Egypte.

Récemment, de soi-disant extrêmiste salafistes ont attaqué des minorités égyptiennes incluant des chrétiens, mais aussi des musulmans chi’ites. Les chefs et activistes égyptiens des communautés Copte et Chi’ite montrent du doigt la junte militiaire du Caire, Israël et l’Arabie Saoudite. La junte militiare égyptienne, Tel Aviv et la maison des Saouds sont tous parties prenantes d’une alliance inquiétante. Ce groupe est la colonne vertébrale de la structure impérialiste américaine dans le monde arabe. Ils sont dépendant de Washington. Ils ne prévalent que dans la mesure où les Etats-Unis demeurent dominants dans l’Asie du Sud-Ouest et en Afrique du Nord.

Les Al-Saouds œuvrent maintenant avec Washington en Egypte pour établir un gouvernement islamique supposé. Ceci s’opère à travers le financement et l’aide apportés par la maison des Saouds à des partis politiques. Les nouveaux mouvements soi-disant salafistes sont des exemples primordiaux de ceci. Il apparaît également que la confrérie des Frères Musulmans ou du moins quelques branches de celle-ci aient été soudoyées.

L’alliance israélo-saoudienne  et les politiques de la division


Les liens de la maison des Saouds et Tel Aviv sont devenus de plus en plus visibles et envahissants depuis ces récentes années. Cette alliance israélo-saoudienne existe au sein d’un contexte d’une alliance Khaliji-Israël plus vaste. L’alliance avec Israël est formée à travers une coopération stratégique entre les familles régnantes saoudiennes et les royautés arabes du golfe persique. Ensemble, Israël et les familles dirigeantes Khaliji forment une ligne de front pour Washington et l’OTAN contre l’Iran et ses alliés régionaux. L’alliance agit également pour Washington à déstabiliser la région. Les racines du chaos en Asie du sud-ouest et en Afrique du Nord sont avec cette alliance Khaliji-Israël.

En accord aves les Etats-Unis et l’Union Européenne, c’est cette alliance formée par Israël et les chefs Khaliji qui a œuvrée à créer des divisions ethniques entre les Arabes et les Iraniens, des divisions religieuses entre les musulmans et les chrétiens et des divisions confessionnelles entre les sunnites et les chi’ites. C’est la politique de division ou “fitna” qui a aussi servie a maintenir les familles régnantes Khaliji au pouvoir et Israël à sa place. Israël et les familles régnantes Khaliji ne pourraient pas survivre sans la fitna régionale.

La maison des Saouds et Tel Aviv sont les auteurs de la division Hamas-Fatah et de la rupture de Gaza avec West Bank, Ils ont œuvré ensemble en 2006 durant la guerre contre le Liban avec un objectif, celui d’écraser le Hezbollah et ses alliés politiques. L’Arabie Saoudite et Israël ont également coopéré à la propagation du sectarisme et de sa violence induite au Liban, en Irak, dans le golfe persique, en Iran et maintenant en Egypte.

Israël et les monarchies Khaliji servent Washington et son projet ultime de neutraliser à terme l’Iran et ses alliés, ainsi que toute forme de résistance contre les Etats-Unis en Asie du sud-ouest et en Afrique du Nord. C’est pourquoi le pentagone a armé lourdement Tel Aviv et les royautés Khaliji. Washington a aussi élaboré un bouclier de missiles pointé sur l’Iran et la Syrie en Israël et dans les nations arabes du golfe.

Iranophobie

L’alliance entre les familles Khaliji et Israël a été instrumentale pour créer une vague d’iranophobie dans le monde arabe. L’objectif ultime de cette iranophobie est de transformer l’Iran aux yeux de l’opinion publique arabe en un ennemi des peuples arabes, en cela distrayant l’attention des vrais ennemis du monde arabe, à savoir les puissances néo-coloniales qui occupent et contrôlent les territoires arabes.

L’iranophobie est une opération psychologique (psyop), un instrument de propagande. L’objectif stratégique est d’isoler l’Iran et de redessiner le paysage géopolitique de l’Asie du sud-ouest et de l’Afrique du nord. De plus, l’iranophobie a été utilisée par les familles Khaliji, des Emirats Arabes Unis à l’Arabie Saoudite au Bahreïn, comme un prétexte à la répression de leurs propres peuples qui demandent des libertés fondamentales et des droits démocratiques dans ces royautés.

L’alliance du 14 Mars au Liban, qui est un ramassis de clients américano-Khaliji et d’alliés d’Israël, a aussi utilisé l’iranophobie et la “politique de la division” pour essayer d’attaquer le Hezbollah et ses alliés politiques au Liban. Là encore l’objectif est d’affaiblir de de minimiser les liens libano-iranien et libano-syrien.

L’alliance du 14 Mars, spécifiquement le “Mouvement pour le futur” contrôlé par Hariri, a importé au Liban les combattants soi-disant salafistes du Fatah Al-Islam avec l’objectif de les voir attaquer et combattre le Hezbollah. Le mouvement pour le futur a aussi eu un rôle dans le projet israélo-américano-saoudien de déstabilisrr la Syrie et ainsi de l’éliminer du bloc de la résistance.

Mahdi Darius Nazemroaya est un spécialiste du Moyen-Orient et de l’Asie centrale. Il est un chercheur associé au Centre de Recherche sur la Mondialisation (Mondialisation.ca)

3 Réponses vers “Résistance politique: alliances impériales pour balkaniser le Moyen-Orient pour mieux le contrôler et isoler l’Iran”

  1. Emma berhmann Says:

    Quand je disais qu’il ne leur fallait même pas entreprendre de guerres, mais seulement déstabiliser destabilisation qui était faite auparavant avec « le dos de la cuillère », sera faite à grande échelle en
    réaffectant l’argent retirée d’ Afghanistan et du Pakistan où les amréricains se contentent de discréditer ces 2 régimes qui n’ont pas aux yeux des occidentaux, malgré les sommes allouées suffisamment collaborés, toujours la même politique et les médias aux ordres font le travail par des informations qui sont de la désinformation sur ces 2 pays. ils vont donc réaffecter des budgets gigantesques en dotant dans tous les pays du Moyen Orient les groupes ou les personnes succeptibles de destabiliser en Lybie et en Syrie et essayer de mettre en place, au pouvoir des personnalités de droite. C’est un mercato sans précedent, la seule force en face, c’est la force des peuples qui sont en révolte et cette force-là ne va pas cesser, le Yémen continue sa révolution et on en parle peu et l’Irak également, et on en parle pas.
    Un flash hier sur ales infos d’arte, un peu moins inféodées aux pouvoirs, en effet ils dénonçaient l’accaparement des richesses par les 2 présidents et leurs familles, Barzani d’un côté et le président irakien de l’autre. Rien d’étonnant à cela.Des milliers de manifestants dans les rues le dénonçaient.

    D’ailleurs le Conseil de transition lybien est en pleine bisbille et les Ociidentaux lui demandent de mettre de l’ordre, rien d’étonnant à cela vu la composition de cet organisme et la population ( insurgée) commence à douter de sa légitimité.

    C’est une bonne chose, mais les américians et européens ne s’arrêteront pas pour autant à cettenuance-là, pour continuer leur sale travail.

    • Oui, d’ailleurs la similitude du déroulement de l’affaire libyenne avec ce qui s’est passé au Kosovo est stupéfiante… L’OTAN qui appuie ses « alliés » au sol, constitués en ex-Yougoslavie des moudjahidine importés par la CIA du l’UCK et les « rebelles  » libyens abritant de nombreux « imports » extérieurs de la même provenance… Le scénario kosovar de la fin de la Yougoslavie en 1999 semble se ré-appliquer aujourd’hui en Libye. Même modèle, mêmes participants, même démonisation Milosevic / Kadhafi… Modus operandi identique = balkanisation de la région comme nous l’avons dot précédemment.

  2. Emma berhmann Says:

    Le pire dans cette affaire, c’est qu’on a entendu dans tous les médias que la mort de Ben laden allait régler tous les problèmes et que les 2 parties, gouvernement et talibans allaient pouvoir s’entendre. Ce n’est plus de la désinformation, mais à un véritable lavage de cerveaux que l’on assiste, alors que sur le terrain, la situation est tout autre et c’est pour cela qu’ils enclenchent à côté de leur annonce un contre-feu concernant le double jeu du Pakistan, se préparant ainsi à dire tout de même que s’il y a des difficultés, ils n’en sont pas la cause.

    Un article fort opportun de Jean Louis Denier, au journal Marianne, aujourd’hui, sur lequel nous ne pouvons blogguer dit bien que en Irak et en Afghanistan, c’est un échec complet et les talibans et Al Quaeda sont totalement maîtres du jeu.

    je vous conseille de le lire :

    Le titre  » Moyen Orient et Pakistan, quel avenir après Ben Laden (1)  »

    Donc leurs méthodes d’emmener des Karzaï en Afghanistan, arivé tout droit des USA, je crois puisque sa famille était en collusion avec les talibans et Barzani en Irak et le président de l’Irak à Damas n’a pas produit les résultats escomptés. pour ces derniers, par contre la contestation vient du peuple, cat ils étaient bien tous deux pressentis pous se partager le gateau que représentait le pétrole irakien entre eux et les américains, puisque le peuple manifeste aujourd’hui contre cet enrichissement illicite.

    Je trouve que les revendications des manifestants laissent espérer que les peuples désormais ne se laisseront pas déposséder sans rien dire, mais c’est à un long combat que l’on va assister, car cela ne va pas se faire en un tour de main.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :