Guerre contre le terrorisme: le renseignement français (et les autres..) sait qu’Al Qaeda est une psyop (opération psychologique) américaine…

Al Qaeda: la base de données

 

Par Pierre-Henri Bunel

 

Url de l’article original:

http://www.globalresearch.ca/index.php?context=va&aid=24738

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

 

Peu de temps avant son décès prématuré, l’ancien secrétaire aux affaires étrangères britanniques Robin Cook déclara à la chambre des députés qu’Al Qaeda n’est pas vraiment un groupe terroriste, mais plutôt une base de données des moudjahidines internationaux et des trafiquants d’armes utilisés par la CIA et les Saoudiens pour canaliser les guérilleros, les armes et l’argent dans l’Afghanistan occupé par les soviétiques. Grâce au journal de New Delhi World Affairs, le Wayne Madsen Report peut aujourd’hui vous rapporter un long extrait d’un article publié dans le numéro de Juin 2004, article de Pierre-Henri Bunel, un ancien agent des services de renseignement français.

~ Wayne Madsen Report ~

“J’ai entendu parlé pour la première fois d’Al Qaeda lorsque j’étais au cours de commandement et de gestion en Jordanie. J’étais un officier de l’armée française à l’époque et les forces armées françaises avaient des rapports très proches avec celles de Jordanie… Deux de mes collègues jordaniens étaient des experts en informatique. Ils étaient officiers à la défense aérienne. Utilisant un langage informatique argotique, ils introduisirent une série de plaisanteries concernant les punitions des élèves.

Par exemple, quand l’un d’entre nous était en retard à l’arrêt de bus pour quitter le collège, les deux officiers prirent l’habitude de nous dire: ‘Vous serez marqué au Q eidat il-Maaloonaat, ce qui veut dire: vous serez marqués dans la base de donnés. Ce qui voulait dire, vous recevrez un avertissement… Si le cas était plus grave, ils avaient l’habitude de parler de Q eidat i-Taaleemaat, ce qui réfère à une base de données décisionnaire. Ce qui voulait dire que nous serions punis. Pour le pire des cas, ils référaient à Al Qaeda.”

“Dans les années 1980, la Banque Islamique de Développement, qui est à Jeddah en Arabie Saoudite, tout comme le secrétariat permanent de l’Organisation de la Conférence Islamique, a acheté un nouveau système informatique afin de gérer la demande accrue de comptabilité et de communication. A cette époque, le système était plus sophistiqué que nécessaire pour leurs réels besoins.

Il fut décidé d’utiliser une partie de la mémoire de ce sytème pour héberger la base de données de la conférence islamique. Il était possible pour les pays membres d’accéder à la base de données par téléphone: un intranet, en langage moderne. Les gouvernements ainsi que les pays membres et quelques unes de leurs ambassades dans le monde étaient connectés à ce réseau.

Comme le rapportait un commandant pakistanais, la base de données était divisée en deux parties, le fichier information d’où les parrticipants à une réunion pouvaient retirer et envoyer les informations dont ils avaient besoin et le fichier décisionnaire, celui où les décisions prises dans les réunions précédentes étaient enregistrées et archivées. En arabe, ces fichiers étaient appelés ‘Q eidat il –maaloomaat’ et ‘Q eidat i-Taaleemaat’. Ces deux fichiers étaient contenus dans un grand fichier appelés en arabe ‘Q eidat ilmu’ti’aat’ qui est la traduction exacte pour base de donnée; mais les Arabes de manière usuelle y référaient par le mot ‘Al qaida’ qui en arabe est le mot pour ‘base’. La base aérienne de Riyadh en Arabie Saoudite est appelée ‘Q eidat riyadh al askariya’. Q eidat veut dire ‘une base’ et ‘Al Qaida’ veut dire ‘la base’.

A la moitié des années 1980, Al Qaida était une base de données localisée dans un ordinateur et qui servait à la communication du secrétariat de la Conférence Islamique.

Au début des annés 1990, j’étais un officier du renseignement militaire au QG de la FAR française (Force d’Action Rapide). A cause de mes capacités avec la langue arabe, mes fonctions comprenaient aussi la traduction de beaucoup de faxes et de lettres saisis ou interceptés par nos services de renseignement… Nous interceptions souvent des documents envoyés par les réseaux islamiques opérant en Grande-Bretagne ou en Belgique.

Ces documents contenaient des directives envoyées aux groupes islamiques armés en Algérie ou en France. Les messages faisaient référence aux sources des déclarations qui devaient être exploitées dans la rédaction des tracts et des pamphlets, ou qui devaient être introduits dans des enregistrements audios ou vidéos. Les sources les plus souvent citées étaient les Nations Unies, les pays non-alignés, la haute commission de l’ONU pour les réfugiés et… Al Qaida.

Al Qaida est demeurée la base de donnés de la conférence islamique. Pas tous les membres de la conférence sont des ™états renégats” et beaucoup de groupes islamiques pouvaient prendre de l’information dans les bases de données en archive. Il était tout à fait naturel pour quelqu’un comme Ben Laden d’être connecté à ce réseau. Il est membre d’une famille importante dans le monde de la banque et des affaires.

A cause des états renégats, il devint facile pour des groupes terroristes d’utiliser le système d’email de la base de donnés; ainsi le système de courrier électronique d’Al Qaida fut utilisé au moyen de quelques systèmes d’interface conservant le secret des identités, par les familles des moudjahidines afin de garder le contact avec leurs enfants en phase d’entrainement en Afghanistan, en Libye ou dans la plaine de la Bekaa au Liban; ou qui étaient en action dans les combats où les extrémistes sponsorisés par les états “renégats” combattaient. Ces états renégats incluaient l’Arabie Saoudite. Quand Ben Laden était un agent américain en Afghanistan, l’intranet d’Al Qaida était un excellent système de communication par le moyen de messages codés.”

A la rencontre d’Al Qaida

“Al Qaida n’a jamais été un groupe terroriste ni la propriété d’oussama Ben Laden… Les actions terroristes perpétrés en Turquie en 2003 ont été faites par des turcs et les motifs étaient locaux et non pas internationaux, unifiés ou communs. Ces crimes mirent le gouvernement turc dans une position difficile vis à vis des britanniques et des israéliens. Mais ces attaques étaient sûrement dédiées à punir le premier ministre Erdogan d’être politicien islamique trop tiède…

… dans le tiers monde, l’opinion générale est que les pays qui utilisent des armes de destruction massive pour des raisons économiques au service de l’impérialisme sont en fait “des états renégats’, spécifiquement les Etats-Unis et les pays membres de l’OTAN.

Quelques groupes de pression islamique conduisent une guerre contre les lobbies économiques libéraux. Ils utilisent des groupes terroristes locaux qui clament agir au nom d’Al Qaida. D’un autre côté, des armées nationales envahissent des pays indépendants sous les bons auspices de conseil de sécurité de l’ONU et conduisent des guerres préventives. Les véritables sponsors de ces guerres ne sont pas les gouvernements mais les lobbies, groupes de pression économiques qui sont derrière ces gouvernements.

La vérité est qu’il n’y a pas d’armée islamiste ou de groupe terroriste appelé Al Qaida. Tout agent de renseignement sait cela; mais il y a une campagne de propagande pour faire croire au public à la présence d’un groupe, d’une entité identifiée et représentant le ‘diable’, seulement dans le but de conduire les spectateurs de télévision à accepter un leadership unique international pour lutter contre le terrorisme. Le pays derrière cette propagande sont les Etats-Unis et ceux qui pressent pour la guerre américaine contre le terrorisme ne sont intéressés qu’à faire de l’argent.”

Toujours en exemple de ce qui arrive à ceux qui défient le système, en Décembre 2001, le commandant Pierre-Henri Bunel fut reconnu coupable par une cour de justice militaire d’avoir transmis des documents qui identifiaient des cibles potentielles de bombardement de l’OTAN en Serbie à un agent serbe durant la guerre du Kosovo en 1998. Le cas Bunel fut transféré d’une cour de justice civile à une cour militaire afin de garder certains éléments confidentiels. Par dessus tout, et quoi que purent en dire les témoins et les psychologues, le système l’épingla pour avoir dit la vérité à propos d’Al Qaida et qui était en fait derrière les attaques habituellement blâmées sur ce groupe. Il convient aussi de noter que le gouvernement serbe, le même avec qui Bunel est accusé par le gouvernement français d’avoir comploté et partagé des informations vitales, déclare que les guérilleros alabanais et bosniaques dans les Balkans étaient aussi supportés par Al Qaida. Nous savons maintenant que ces groupes de guérilla étaient financés par de l’argent émanant du fond de défense bosniaque, une entité établie en tant que fond spécial par la banque sous influence de Bush, la banque Riggs et dirigée par Richard Perle and Douglas Feith.

Le commandant Pierre-Henri Bunel, qui savait la vérité à prpos “d’Al Qaida”… Une autre cible des néo-conservateurs.

Publicités

3 Réponses to “Guerre contre le terrorisme: le renseignement français (et les autres..) sait qu’Al Qaeda est une psyop (opération psychologique) américaine…”

  1. Hidalgo JC Says:

    Quand éclata la 1° guerre du golfe Time magazine publiait une enquête sur la banque BCCI ,banque qui achetait des hommes politiques partout autour du monde ainsi que des personnalités influentes.Les quatre comptes principaux dans cette banque étaient ceux de trafiquants d’armes,de trafiquants de drogues,de groupes terroristes et de la CIA…selon ce magazine(1990) les virements internes laissent moins de traces que les virements de banque à banque….si vous avez un peu de jugeotte vous remplirez les zones d’ombre vous même.Je n’invente rien ce n’est que le résumé de cet article paru cette année là

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s