De la Tunisie a l’Egypte la nouvelle donne géopolitique de l’Empire anglo-américain

Tunisie : L’Idéologie du “Choc des Civilisations” en échec…

Georges STANECHY

url de l’article original:

http://www.legrandsoir.info/Tunisie-L-Ideologie-du-Choc-des-Civilisations-en-echec.html

« Ils ont les montres, nous avons le Temps. »

Devise de la Résistance Afghane

L’Inquisition au XXI° siècle

« Il fallait bien empêcher les barbus d’arriver au pouvoir. La “realpoltik”, que voulez-vous… »

Je regardais François Baroin à la TV, ministre du Budget et porte-parole du gouvernement français. Déversant, à propos de la Tunisie et des Droits de l’Homme, sa brouette de clichés comme autant de galets polis par l’usure du temps, justifiant le soutien inconditionnel de la France, et des pays occidentaux, à ce qui était une des dictatures parmi les plus féroces et corrompues de la planète.

“Homme politique” de l’année paraît-il, dans je ne sais plus quel magazine “pipole” ou “pipelette”. Bernadette Chirac, présente à l’émission, lui voit même un destin de président de la république. Oui, bien sous tous rapports, très représentatif de la caste au pouvoir. Parfaitement à l’aise, sous couvert du réalisme politique, admettant l’ignoble, l’abjection : l’arbitraire, la torture, la négation de la dignité humaine…

Pathétique contraste entre cet homme bien repassé, brushing savamment architecturé, propre sur lui, style Harry Potter, pour reprendre les termes de l’animateur de cette émission de divertissement, et la photo d’une des victimes de la dictature que j’avais sous les yeux, Adem Boukadida, sortant du terrible centre de tortures de Mornghouia, dans la banlieue de Tunis. (1)

Hébété, tétanisé encore, par l’horreur vécue. Marchant, respirant difficilement. Il a eu les jambes brisées, le sternum défoncé, les mains écrasées, entre autres violences et tortures subies. Il ne peut plus écrire. Il a 30 ans.

Il vivait avec une distribution de pain, 2 fois par jour dans une cellule où étaient entassées 60 personnes. Comme toilettes : un trou au milieu du local. Du fait de ses jambes brisées, il ne pouvait pas s’accroupir et demandait, en vain, qu’on soigne ses blessures et qu’on lui accorde des toilettes décentes.

Le sadisme, l’humiliation, dans leur rayonnement mortifère.

Son crime ?…

Il avait fait des études à l’université d’Al-Azhar au Caire. Un homme tranquille, croyant et pratiquant, ne militant dans aucun parti, ni mouvement. N’ayant pas trouvé d’emploi malgré ses diplômes, il tenait une modeste boutique de tissus. Partageant son temps entre sa famille, son commerce et la mosquée pour y prier. Pour le régime, c’était un faisceau de preuves suffisant pour cataloguer Adem Boukadida comme “terroriste islamiste”. Si ce n’était de fait, dans tous les cas : en puissance.

Il faut “faire du chiffre” et montrer aux occidentaux qu’on est superactif, hyperactif, proactif, dans “la chasse aux barbus”, pour justifier son label de « rempart démocratique contre l’islamisme ». Ouvrant le boulevard aux adulations des nomenklaturas de l’Empire et de ses vassaux, pour service rendu à la Civilisation. Et, en retour, un soutien inconditionnel à tous les agissements tyranniques.

Arrêté au mois de novembre dernier, le jour même de la grande fête religieuse musulmane de l’Aïd el Kébir, Il a donc subi la torture pour lui faire avouer ses crimes. Non seulement on lui cassait les os mais, pour le relaxer probablement, il avait droit à de longues séances de « waterboarding », ou supplice de la baignoire comme l’appelaient hygiéniquement les spécialistes es-tortures de la Gestapo, reprenant un grand classique de l’Inquisition.

Comme il n’en avait pas commis, qu’il n’y avait aucun commencement de preuve, ses tortionnaires s’acharnaient à lui faire reconnaître qu’il en avait “l’intention”. Jusqu’à lui briser les mains, se saisir de son pouce de force, pour lui faire signer un acte d’aveux qu’il n’a jamais prononcés.

Car le “crime d’intention” est la norme de tout régime de terreur, et donc de la soi-disant lutte anti-islamiste imposée par les occidentaux dans les pays musulmans. Le “délit de piété” étant assimilé, au nom de la laïcité démocratisante, à “l’intention terroriste”, à la tentative de subversion. Pire ! Au “blasphème” à l’égard de l’Occident, et de ses fondés de pouvoir : les dictatures imposées.

Justifiant, ainsi, la bénédiction de tous les arbitraires. Le vocable d’islamiste servant de fourre-tout dans lequel sont jetés tous opposants, ou suspects d’opposition. Car, si vous êtes un opposant à une dictature installée par l’Occident dans un pays musulman vous ne pouvez être qu’un islamiste. Et un islamiste, dans une logique imparable, ne peut être qu’un terroriste.

L’équivalent de la chasse aux hérétiques, ou aux sorcières, de l’Inquisition. Paradoxe, au XXI° siècle : si vous êtes “pieux”, vous êtes un “hérétique” par rapport aux canons de la modernité. Nous voilà revenus au Moyen-Age, dans la chasse paranoïaque à l’Hérésie ! La Grande Régression, ce naufrage de laCivilisation des Lumières si bien analysé, décortiqué, par Jacques Généreux dans son livre sur cette pathologie. (2)

Jusqu’aux derniers jours, raconte Adem Boukadida, malgré bruits des fusillades et odeurs de lacrymogène franchissant l’enceinte de ce centre de torture, pour bien faire comprendre que les dictateurs passent mais que les tortionnaires restent, tous les “terroristes”, en herbe ou en barbe, étaient réunis dans la cour, dans un rituel quotidien, pour être battus à coups de matraques et de nerfs de bœuf.

L’Inquisition, dans l’arrogance de son impunité.

Barbe à longueur de poil variable

A ce jour, beaucoup des victimes de l’arbitraire et du sadisme, en Tunisie, n’ont pas encore été libérées de ces goulags. Et, sont loin d’en sortir. Les hommes du régime, qui savaient, qui ont cautionné, soutenu ces horreurs, ces crimes contre l’humanité, ne veulent pas que cela se diffuse trop. Les protecteurs occidentaux du régime, prescripteurs et complices de ces crimes, n’y tiennent pas non plus. (3)

Ces innocents seront relâchés au compte-gouttes, en catimini. Comme 90 % des détenus de Guantanamo, et autres centres de tortures de l’Empire et de la Coalition, sauvagement torturés pour être finalement relâchés faute de preuves. Souvent restitués à leurs pays d’origine et sommés de se taire. S’ils ne meurent pas avant, sous la torture ou dans une exécution sommaire. Pas de vagues !…

Certains meurent après leur libération. Réduits à l’état de loque humaine. Comme Zouheir Yahaoui, autre héros de la Révolution Tunisienne, jeune créateur du site Tunezine où il brocardait le régime et son gouvernement de malfrats. Arrêté, placé en centre de tortures pendant plus d’un an, il n’a pu survivre aux traitements subis.

Adem Boukadida a eu de la chance dans son malheur, grâce à un avocat, des soutiens, tenaces et courageux. Souhaitons lui, ainsi qu’à ses frères d’infortune, de trouver rapidement la santé et la joie de vivre…

En fait, les gouvernements occidentaux, à commencer par celui de la France, ne se sentent nullement gênés. Ils mentent avec autant d’assurance maintenant, quant à leur “soutien au valeureux peuple Tunisien”, que lors de leurs éclatantes démonstrations d’amitié à l’égard du dictateur en place…

Leur argumentaire sur l’impérieuse nécessité d’organiser en permanence “la chasse aux barbus” censés s’en prendre aux libertés, et à La Femme, même usé jusqu’à la corde, aussi grotesque soit-il, est et sera martelé en permanence. Ayant de la conception de la barbe une appréciation de la géométrie et de la dimension du poil aussi variable que pour la Justice, les Droits de l’Homme, ou les Conventions de Genève sur la protection des populations civiles.

La femme musulmane ? La protection des libertés ? Une société civile laïque ? De tout cela : ils s’en contrefichent. La preuve ?

La femme musulmane ?…

Avant de prétendre libérer La Femme, quel que soit son pays, on commence par ne pas le bombarder, l’occuper militairement, le piller, y installer des centres de tortures, créer des milices de “collabos”, entretenir la terreur. On s’assure que La Femme qui y vit ne soit pas massacrée, affamée, humiliée, avecses enfants, sans médicaments pour les soigner, ni écoles pour les éduquer, sa maison détruite.

Les abominations et atrocités à l’encontre des populations commises en permanence par les forces d’occupation occidentales, en Palestine, en Irak, ou en Afghanistan, n’embarrassent pas une demi-seconde ces “féministes” folkloriques. Chez ces gens-là, Gaza et son blocus inhumain : on ne connait pas.

La protection des libertés, à commencer par celle du droit de vote ?…

L’Empire et ses vassaux soutiennent toutes les dictatures qui leur conviennent, dans un simulacre d’élections, la France en premier. Même les dictatures qui se succèdent de père en fils, comme au Togo ou au Gabon, récemment. Comme il était prévu en Egypte, où le fils Moubarak devait prendre le relais du père.

Ben Ali était un dictateur à vie, derrière une parodie de consultation électorale dont il ressortait vainqueur, à chaque fois, avec plus de 90 % des votes. Tout le monde le savait, mais faisait semblant de ne pas le savoir. Et, c’était un des rejetons de la famille qui était programmé comme héritier du pouvoir. Parmi les schémas de succession à l’étude figurait celui de son épouse comme présidente…

La défense d’une société civile laïque ?…

Comment ne pas rire devant cette cynique affirmation ? Quand on voit la déférence des gouvernements occidentaux, leur soutien inconditionnel, à l’égard d’un régime théocratique, corrompu, rétrograde, méprisé par l’ensemble de la communauté musulmane, sunnite ou chiite : L’Arabie Saoudite.

Détesté même par son propre peuple. Nos médias n’en parlent pas, mais il existe un peuple en Arabie Saoudite qui subit ce clan mafieux. Il ne peut jamais s’exprimer sur la gestion de son pays et de ses ressources, car les bureaux de vote y sont inconnus. Comme dans toutes les “pétromonarchies” du Golfe, considérées comme des propriétés familiales gérées par l’Empire.

Régime fondé sur une secte aussi hypocrite que déjantée : le Wahhabisme Soutenu par Roosevelt dans les fameux accords signés avec le clan Saoud, sur le croiseur USS Quincy le 14 février 1945… Livrant la région et ses immenses ressources à l’Empire.

Secte allant jusqu’à interdire aux femmes de conduire un véhicule. Seul pays au monde. Il est vrai que cela alimente les fourneaux de la propagande islamophobe faisant croire que toute femme est interdite de conduire un véhicule dans les pays musulmans… (4) Défigurant, actuellement, dans un urbanisme sauvage les villes de pèlerinage de la Mecque et de Médine, détruisant quartiers, bâtiments, vestiges historiques, inestimables patrimoines de l’Humanité, pour y construire tours et gratte-ciel surplombant les lieux saints, dans un délire d’inculture et de spéculation indécente d’avidité.

Où se trouve la défense de la laïcité dans l’instauration par l’Occident, depuis les accords Sykes-Picot de 1917, de l’apartheid religieux en Palestine ? Où la spoliation de la terre de vos ancêtres a pour fondement l’appartenance religieuse, certains fanatiques de cette théocratie coloniale ayant pour projet d’assimiler la religion à une race… (5)

Que dire de la mosaïque religieuse imposée de force au Liban par les puissances occidentales, depuis le 19 ° siècle, où la représentation politique au parlement et la répartition des responsabilités gouvernementales ont pour fondement l’appartenance religieuse ?

En fait, loin de les pourchasser, les gouvernements occidentaux adorent les “barbus”. Aucun problème s’ils s’en mettent un maximum dans les poches pour eux et leurs familles. A deux conditions : laisser piller leur pays et souscrire à toutes les volontés de l’Occident au Moyen-Orient. Ceux qui ne l’acceptent pas seront diabolisés et traités en terroristes !

Prétendre soutenir une dictature au motif qu’elle représenterait un « rempart contre l’islamisme » est, en conséquence, une “faribole”. Symptôme fondamental dans la compréhension de la situation : l’Empire est nu. Confirmant ce que tout le monde sait, en imposant le tout et son contraire dans le cynisme, il n’applique non pas des Valeurs, mais La Loi du Plus Fort.

Au-delà des mensonges de la propagande occidentale, l’écroulement de la dictature en Tunisie présente une dimension géopolitique qui est occultée par la plupart des analystes. Ce n’est pas simplement une revendication sociale, se doublant d’un appel à l’octroi des libertés publiques élémentaires, qui vient de surgir. C’est un système politique, économique, et géostratégique, imposé par l’Occident qui vient d’imploser.

Conséquence d’une idéologie générant un système de prédation néocoloniale longuement mûri, peaufiné, structuré, au fil des décennies, depuis la chute de l’empire Ottoman et les accords de Sèvres de 1922 répartissant ses dépouilles entre puissances occidentales. Bientôt, un siècle. Les immenses richesses de cette région, que les anglo-saxons désignent par MENA (Middle East – North Africa), étant pillées avec la complicité d’autocraties soigneusement sélectionnées et contrôlées.

Idéologie renforcée et théorisée depuis la chute du Mur de Berlin, en direction des opinions publiques occidentales analphabètes de désinformation et anesthésiée de propagande sur cette aire géographique. Avec le célèbre “Choc des Civilisations” sorti en 1996  : l’islamiste remplaçant le communiste dans l’argumentaire impérial. Du MENA, la prédation-oppression sera systématisée à l’ensemble des pays musulmans suivant les mêmes concepts et méthodes : Pakistan – Indonésie, évidemment, mais aussi pays musulmans d’Asie centrale, minorités musulmanes en Inde, aux Philippines et en Thaïlande.

Grattons le vernis académique de la thèse du Choc des Civilisations et nous trouvons, tout simplement, une idéologie parmi les plus sanguinaires que notre imaginaire d’Homo Politicus ait pu inventer et appliquer sur cette planète. Avec ses trois broyeurs :

=> Prédation coloniale, avec trois axes majeurs : ressources naturelles spoliées ou bradées, marchés locaux rendus captifs pour l’importation des produits et services de l’Empire, privatisation des services publics gérés comme des rentes de situation pour les groupes occidentaux.

=> Barrage de l’accès aux hautes technologies : les pays musulmans en sont bannis pour maintenir un « gap » technologique avec l’Occident. Seul est toléré un minimum de connaissances techniques permettant d’assurer le fonctionnement des activités de sous-traitance confiées par l’Empire.

Expliquant l’absence d’instituts de recherche de haut niveau dans ces pays. Donnant le pourquoi de la traque aux chercheurs de ceux qui avaient réussi à former un pôle de recherches scientifiques, devenus les cibles privilégiés de ses escadrons de la mort. Rien qu’en Irak : plus de 350 spécialistes de haut niveau, dans toutes les disciplines (y compris en informatique ou neurochirurgie…), ont été assassinés suite à l’invasion et la destruction du pays.

=> Racisme d’Etat : décliné, articulé, sur une propagande islamophobe de haute intensité pour justifier auprès des opinons publiques internationales, occidentales et non musulmanes, l’hyperviolence et le pillage de l’Empire dans les pays musulmans. En entretenant, en permanence, un esprit des Croisades…

Le peuple Tunisien vient, toutefois, de perturber la marche de ce rouleau compresseur…

Le commencement de la fin ?

L’idéologie du Choc des Civilisations est en “échec”, en Tunisie. Peut-être, mais elle est loin d’être “mat”…

La Bande des Quatre (France, Israël, Italie, USA) qui administre ce condominium qu’est la Tunisie pour l’Empire, chacun dans son domaine de compétences et d’intérêts, s’active pour enrayer le mouvement. Il n’y aura pas d’effet domino.

Gardant les mêmes piliers et seconds couteaux de Ben Ali, ils vont lâcher un peu de lest sur le social et la liberté d’expression. Cela ne dérange pas l’Occident. Pour reprendre la métaphore de Reinaldo Arenas : dans tous les pays, le Peuple est mené à coups de pied au derrière par l’oligarchie qui le « gouverne » ; la différence entre une dictature et une démocratie, c’est que dans la première, il doit « la fermer », et dans la seconde on le laisse « gueuler ».

Appliquer la tactique de l’édredon : laisser la colère s’apaiser, les manifestations s’essouffler, sans trop de casse. En canalisant le discours par les médias de la propagande. En isolant les plus obstinés, pour les museler ensuite. En emballant le tout dans “du pain et des jeux”, suivant la recette mise au point dans l’Antiquité, par les Romains. Sur fond de simulacre électoral à venir…

En Europe, en France, des millions de gens sont descendus dans la rue pendant des semaines pour manifester leur colère devant l’injustice économique et sociale. Les lois et décisions des nomenklaturas, contre lesquelles ils protestaient, ont toutes été votées et sont appliquées.

La ploutocratie se fiche éperdument de la volonté populaire. Elle détient la force et l’appareil de propagande. Les propos aussi imbéciles que cyniques d’une Alliot-Marie, ex-ministre de l’Intérieur de la France, sur l’expertise des forces de répression sont l’illustration de ce complet mépris.

Le seul point qui gêne les occidentaux dans ces mouvements de révolte populaire, notamment en Egypte et Jordanie, c’est qu’ils arrivent à un mauvais moment, avec un mauvais exemple.

Le mauvais exemple : c’est celui de l’armée Tunisienne. Refusant de se comporter en milice au service d’une caste au pouvoir, de tirer sur le peuple. Se comportant en armée au service de la nation, de sa souveraineté, de la protection du peuple et de ses institutions. Si toutes les armées des pays musulmans se mettent à éprouver des états d’âme et respecter des principes, où va-t-on ? La situation risque de devenir intenable. Là, réside le véritable danger pour les intérêts de l’Empire.

Le mauvais moment : à l’instant même où tous les gouvernements occidentaux préparent activement une nouvelle guerre au Moyen-Orient. Objectif : invasion du Liban, destruction de la Syrie, écrasement de l’Iran. Les conclusions en préparation, évidemment truquées, du Tribunal Spécial du Liban enquêtant sur l’assassinat de l’ex-premier ministre Hariri, devant servir de prétexte. Cette pantalonnade ayant pour finalité l’obtention de l’autorisation de l’ONU pour justifier la guerre.

Si l’armée rejoint le peuple comme en Tunisie, une guerre au Moyen-Orient aura pour effet secondaire un balayage immédiat de toutes les dictatures patiemment mises en place par l’Occident. Cela donne à réfléchir. C’est pour cela qu’en Egypte, ils ne vont pas faiblir et faire tirer sur la foule. Quitte à employer des snipers mercenaires étrangers. L’Irak en est bourré…

Il y a eu déjà des précédents surprenants de fraternisation entre l’armée et le peuple au Moyen-Orient. Au cours de ces évènements, j’ai pensé à l’écroulement de la dictature qui, si elle n’opprimait pas un pays arabe, présentait des similitudes avec celle qui étouffait la Tunisie : celle du Shah d’Iran.

Il avait constitué une des premières armées du monde, ne cessant de s’en vanter, par des achats d’armements massifs. Les pétroliers, à qui il bradait les ressources du pays, et l’ensemble du monde occidental le soutenaient. Prêt en en faire une puissance nucléaire (cf. les faramineux contrats Eurodif avec la France qui devait livrer 10% de son uranium enrichi). Une des polices secrètes parmi les plus sadiques et les plus ignobles qu’un peuple ait pu subir : la SAVAK.

Son régime s’est écroulé par la révolte populaire, l’armée refusant de tirer sur le peuple. Mais, ayant tellement décapité les élites au nom de la « lutte anticommuniste » (à l’époque l’épouvantail, pour justifier la répression des peuples, n’était pas « l’islamisme » mais le « communisme ») ce sont les cadres religieux survivants qui ont encadré le mouvement.

Le contexte Tunisien est différent de celui de la chute du Shah, sociologiquement et politiquement, mais on retrouve dans les deux cas les mécanismes sanguinaires et prédateurs de ce type de régime policier :

i) La sauvagerie exponentielle de la répression

Derrière un décor de stations balnéaires et de circuits touristiques, la répression était perceptible. Circulaient des informations précises et recoupées, malgré la censure en Tunisie et dans les médias internationaux, sur ce qui se passait notamment dans la région de Gafsa, Gabès, en révolte depuis plus de deux ans, et dans d’autres parties isolées du pays.

Les villes étant moins touchées par cette barbarie où, par exemple, des milices cagoulées se livraient à des viols collectifs hommes et femmes, et autres violences, devant les familles, y compris devant les enfants.

ii) La féroce persécution de l’Islam

Sous la pression des occidentaux, le Shah d’Iran encouragea la persécution de l’Islam. C’est sous son régime que furent organisées, dans un pays musulman, les premières campagnes antimusulmanes au nom de la laïcité. Symboliquement dans un accès mégalomaniaque il s’était même fait couronner à Persépolis, “Empereur successeur de Darius”, pour célébrer l’effacement de l’Islam en Perse…

La Tunisie était considérée comme un champ de bataille essentiel dans cette stratégie, et citée en exemple comme modèle. En fait, sous couvert de “laïcité” et de lutte contre “l’islamisme”, avec des services encadrés par des “spécialistes étrangers” véhiculant l’idéologie du “Choc des Civilisations”, ce n’était que travail de basse police : fichage des fidèles fréquentant régulièrement les mosquées, pratiquant le Ramadan, portant des tenues “traditionnelles”, etc. Jusqu’à profaner, avant de la fermer, la mosquée de l’université de Tunis, jonchée de bouteilles d’alcool et d’excréments. C’est dans cet état qu’elle a été trouvée, lors de sa récente réouverture…

Evidemment, dans les pays où les responsables politiques sont des musulmans pratiquants ce seront des méthodes plus “soft” qui seront appliquées. Une des plus pourvues en moyen financiers est l’envoi d’évangélistes avec une couverture d’ONG. Proposant, tout spécialement auprès de la jeunesse, visas, bourses et autres incitations pour provoquer des « conversions ».

iii) L’acculturation d’un Peuple

L’inconscient collectif d’un peuple à coloniser est une des cibles prioritaires d’un Empire. Livres scolaires, littérature, produits de divertissement, jeux vidéo, documentaires, films. Tout ce qui peut formater un imaginaire et conditionner un esprit critique. Un peuple a de multiples racines. Le travail de propagande consiste à les arracher progressivement, méthodiquement.

Si pour le Shah d’Iran l’Histoire s’arrêtait à Darius, dans les pétromonarchies elle commence avec les chaînes US consacrées au sport. Les enfants du Koweït ou des Emirats connaissent par cœur le nom des joueurs de base-ball du championnat américain, mais rien sur l’histoire de la région dans laquelle ils sont nés. En Egypte, l’Historie s’arrête aux pharaons. C’est le fond de commerce du tourisme local, mais aussi de ce qu’on veut imprimer dans l’inconscient collectif.

Je force le trait, bien sûr. Mais, à peine.

En Tunisie, le régime allait très loin, sous la pression occidentale. Jusqu’à éradiquer ses racines “arabes”. Les exemples sont multiples. Sur des sites ou brochures touristiques était mentionné que la Tunisie n’était pas un peuple « arabe ». Pour ne pas effrayer le touriste, invoquait-on comme prétexte…

Se dire ou se croire « arabe », et donc solidaire des autres peuples arabes (manière ou « ardente obligation » d’oublier la Palestine…), devenait plus que suspect. Arracher ainsi une des composantes d’un peuple ne peut provoquer que résistance et rejet.

iv) Le pillage occidental

Toutes les principales industries, le système financier, les meilleures terres agricoles, les meilleurs terrains constructibles, et services publics, sont contrôlés par des intérêts étrangers (avec ou sans hommes de paille). Jusqu’à la production de yaourts qui doit payer des royalties par pot distribué et consommé.

Tout est fait, planifié, pour qu’il n’y ait aucun transfert de technologie en faveur du pays, pour le maintenir dans la dépendance. Contrairement, par exemple, à Taïwan ou la Corée du sud qui ont bénéficié de l’appui massif des occidentaux. Ou le Vietnam, en ce moment. La Tunisie, comme tous les pays musulmans coopératifs, ne sera considérée, au maximum, que comme un gentil et compréhensif sous-traitant.

Ne générer que des emplois sous-payés et sous-qualifiés (tare de l’hôtellerie, de l’industrie touristique en général, et de la sous-traitance), n’est pas l’avenir d’un pays. Les activités des secteurs du tourisme et de la sous-traitance sont extrêmement volatils. Les contrats pouvant disparaître massivement d’une année sur l’autre. Les “intermédiaires” jouant la concurrence internationale.

Sans compter les effets secondaires ravageurs qu’exerce une industrie du tourisme dans une économie insuffisamment diversifiée et prospère sur des populations locales appauvries, vivant dans une totale précarité : prostitution, alcoolisme, drogues.

Nous retrouvons, là encore, la stricte application de la stratégie du « Choc des Civilisations ».

Même en fuite le dictateur se révèle d’une grande utilité, servant de bouc émissaire pour exonérer les occidentaux de toute responsabilité économique. Signe évident : si Ben Ali et sa famille détenaient 50% de toutes les affaires en Tunisie, comme on peut le lire dans des médias, qu’attend-on pour nationaliser ces participations en les domiciliant dans un fonds public ?…

Cela ne se fera pas.

Car ces boucs émissaires, aussi crapuleux soient-ils, étaient aussi des “porteurs” d’actions pour le compte de personnalités étrangères. Souvent dans le cadre d’arrangements mafieux : 1/3 pour toi, 2/3 pour nous… C’est pour cela qu’il a été soigneusement « exfiltré » avec ses proches. Les bénéficiaires de ces arrangements ne voudront jamais se voir spoliés dans une nationalisation brutale des biens du tyran. Il va falloir au préalable trouver les montages financiers adéquats, pour rendre à César ce qui est à Jules…

L’Empire a été secoué, il va résister. Il reste encore au Peuple de la Tunisie un long chemin à parcourir pour parvenir à l’indépendance économique. Qui est la véritable indépendance. Cela ne pourra s’atteindre qu’en intégrant un marché intérieur de vaste dimension, aux richesses, talents et besoins complémentaires : celui du Grand Maghreb. Qui deviendra, avec ses immenses potentialités, un Brésil de l’Afrique. Capable de produire, à l’exemple de ce grand pays, des bateaux, des avions, des trains, et d’envoyer ses satellites dans l’espace.

Ceci est un autre débat. Tout d’abord, célébrons la révolte, ou la révolution, de la Tunisie. Car elle n’est pas qu’une affaire de niveau de vie ou de chômage mais, à l’encontre d’une dictature et de ses sponsors étrangers, le magnifique exemple d’une réappropriation de sa liberté.

Et, tout aussi important, de sa dignité.

George STANECHY

(1) Peter Beaumont, Victim tells of ordeal in Tunis, The Observer, 23rd january 2011,http://www.guardian.co.uk/world/2011/jan/23/tunisia-long-task-of-healing

(2) Jacques Généreux, La Grande Régression, éditions du Seuil, octobre 2010.

(3) Lire, relire, faire circuler (car censuré par les médias en France) sur ces comportements, notamment des anciennes puissances coloniales, l’ouvrage d’investigation exceptionnel de qualité de Lounis Aggoun :La Colonie française en Algérie – 200 ans d’inavouable – Rapines & Péculats, éditions Demi Lune, 2010.

(4) Combien de fois ai-je surpris des interlocuteurs, ne connaissant pas les pays musulmans, en leur disant que dans ces pays des femmes se rendaient à leur travail, accompagnaient leurs enfants à l’école, en conduisant le véhicule familial.

Et, leur stupéfaction devant mon affirmation que des femmes y conduisaient des bus, des trains, et même des avions, certaines avec le grade de commandant de bord !

Il est vrai que la « désinformation », en Occident, évite soigneusement de montrer cet aspect, se focalisant sur le misérabilisme nécessaire à la propagande islamophobe.

(5) Lire les analyses du philosophe Manuel de Diéguez sur ce phénomène, notamment : Le réveil démocratique des peuples arabes et la chute d’Israël dans la bio-génétique

N.B. Une grande partie de ce billet est une reprise du commentaire que j’avais posté à la suite de l’article sur le blog de mon ami Chahid : La leçon Tunisienne : le Colibri peut vaincre la vipère.

19 Réponses vers “De la Tunisie a l’Egypte la nouvelle donne géopolitique de l’Empire anglo-américain”

  1. Marie Roche Says:

    Je me pose beaucoup de questions. effectivement la Tunisie a fait partir tout le Staff (ministres, président, etc) tout en laissant subsister le personnel tel que Directeurs de cabinet etc on ne peut en effet relancer la machine rapidement sans ces gens-là, mais je pense que lors des élections, il devront faire un nouveau passage, c’est la même chose qu’avec l’ami de MAM, avion appartenant aux Trabelsi surtout, puisque les initiales sur l’avion sont celles du propriétaire dont les Trabelsi. Je ne sais pas d’ailleurs comment un régime peut subsister en accumulant depuis de l’été dernier autant de scandales; C’est pour cela que JFK disait triomphant que « dégage » pourrait s’appliquer à nous, bientôt eh bien qu’il en soit l’initiateur au journal, les bloggeurs suivront…..

    Donc en Tunisie, ils ont procédé à la grande purge, 24 gouverneurs ont été remerciés et à la tête des grandes entreprises, les changements de dirigeants ont été opérées. Et il faudra continuer après les élections le temps de reprendre en main l’ensemble jusqu’au plus bas niveau, exemple la secrétaire d’Ockrent, et la presse libre préparer ce travail. On ne fait rien de bon sans en référer à la population par toutes sortes de révélations sur les connivences.

    je suis étonnée quand même par les capacités d’information qu’à le Figaro de savoir ce qui se passe dans tout le pays, jusqu’au plus petit village, et idem en Egypte, par nos entreprises certainemernt et il ne faut pas négliger ce moyen dont dispose la droite, qui a été aveugle sur le sens des manifestations et pour cause, le peuple connait pas mais par contre la nomenklature, on sait tout et aucun de nos autres journaux ne dispose de ces moyens.

    je suis l’affaire de près. Soyons pragmatiques .

  2. Marie Roche Says:

    attendez, je parle d’élections, parce que c’est la seule voie que tout le monde connaaît et de nettoyer encore’ au karcher, tout ceux qui sont mouillés de haut en bas eret surveiller les ancines de « la police » qui vont se mettre entre les mains de ces heureux élus, il ne faut pas r^ver. c’est à la presse indépendante de faire son travail et le peuple de ne pas baisser la

  3. Marie Roche Says:

    …. la garde. S’il y a 1 policier sur 5 habitants, ce n’est pas rien. mais regardez en France où il y a une unité de vues chez les blogeurs, moi je ne blogue que depuis le mois de septembre sur Srkofrance où j’ai dû faire un travail sans relâche pour les obliger à regarder tout l’équipe gouvernementale et leur dire qu’il n’y avait pas que Sarkozy qui était nul et avec maints arguements ( l’actualité en forniossait sans cesse ) et de plus en ajoutant que on n’en sortirait pas de nouveaux d’un chapeau, ce en quoi je ne me suis pas trompée. Même le figaro, après les bourdes de Fillon, lors du rassemblement de l’UMP ne savait plus à quels saints se vouer et s’était tourné vers Borloo et y compris DSK ET hollande qui montaient fortement dans les sondages, habitués à trouver des personnalités, il n’y avait plus grand monde que juppé que j’avais d’ailleurs pressenti, tout en ayant des casseroles à son actif, mais lui aussi a fait 2 belles bourdes, avec l’opération Nigérianne et de plus il a signé, ils étaiernt 4 ministres à le faire la vente de matériel à Ben Ali. Cela veut dire que ces politiques sont hyper dépassé et avec ce qui se passe au Magrebh, car je me demande quelle politique, ils vont pôuvoir enclencher. Donc on a tiré du chapeau des tas de ministres peu connus, Mercier, Le maire, Baroin, m^me s’il est connu, il n’a aucun poids et est perçu comme nul. Ce qui veut dire que cela ne change rien et autant à gauche, mais tant sue l’opinion ne sera pas mûre, on travaille avec les outils traditionnels, les élections. Haro sur Sarko et les autres, c’est bien, mais on se défoule, tout au plus. Alors ce qui manque c’est de l’information, tout le monde en a

  4. Marie Roche Says:

    …… mais alors les journalistes qui en fournissent des tonnes de détails sur nos politiques mais très peu d’idées, c’est important mais cela ne suffit pas et les bloggeurs, eh bien, quand un sujet les interesse, il faut aller à la pêche, internet est là pour retrouver beaucoup d’éléments et parfois des internautes ont des renseignements précis qu’on échange et sur lesquels on travaille et c’est très bine ainsi. j’ai commencé à leur dite tout à l’heure sur un blog.

    Comme on est à la croisée des chemins en Egypte avec un noeud à dénouer et on va stagner un certain temps, il faut en profiter pour s’informer sur la réalité locale et encourager les gens à le faire. je vais d’ailleurs leur apporter des éléments de discussion.

    Vous imaginez que le monde entier regarde ce qui se passe au Magrebh, du moins les peuples avec admiration. Qui pouvait imaginer ce qui se passe et autant de maitrise qu’hier par le peuple dans les rues du Caire. La situation est tendue, certes, mais attendons et croisons les doigts. les puissances occidentales n’ont pas intérêt à ce que la situation dégénère et quant à conduire les opérations, ils n’en ont plus les moyens, personne ne les veut proches des évènements, c’est pour cela de temps en temps ils se fensdent d’une déclaration……et d’un pouvoir occulte qu’ils ont et dont ils ne se privent pas. Ce sont les américains qui ont dit à Bouteflika de mettre fin à l’état d’urgence, ce qu’il n’aurait pas fait avec leur ami Moubarak.

    • les élections ne sont pas la seule voie, c’est celle avec laquelle l’oligarchie a lobotomisé les peuples, ça c’est sûr… Les peuples savent ne serait-ce que par intuition, que leur souveraineté et leur liberté ne peut exister que de maniere autonome, l’Histoire l’a déja prouvé, même si la réaction de l’oligarchie fut terrible et sanguinaire. La peur, toujours la peur pour mieux contrôler.

      Quand un ou plusieurs peuples va au-dela de la peur et descend dans la rue quelqu’en soient les conséquences, alors il suffit de transférer ce courage physique au courage politique de dire NON a la clique prônant le status quo et enfin s’autogérer pour de biens meilleurs résultats

  5. Marie Roche Says:

    Tout va se jouer en Egypte, c’est une tête de pont pour l’Occident et la continuation de l’exploitation des peuples africains et arabes, Israêl n’est pas seulement un pays qui se défend, c’est une entité à laquelle était adossée l’Egypte pour que rien ne bouge, elle a complétement intégrée le rôle que voulait lui faire jouer les USA, en contrepartie, rien ne bouge, on fait semblant de vouloir un état palestinien qui ne verra jamais le jour avec Mamoudh Abbas qui doit être largement arrosé ( pécuniairement) la disparition d’ Arafat assasiné, cette pseudo maladie et les Peuples autour, L’Iran ne veut pas de la démocratisation de l’Egypte, or le peuple égyptien également veut cela. La Turquie se satisfait d’une vague libération, mais en aucun cas d’autre chose, elle commence à compter libérée de la tutelle américaine, avec la même évolution que les pays arabes, exploitation, alors un pays démocratique réllement lui ferait carèment de l’ombre et les USA aynat perdu une certaine emprise sur la Turquie ne peuvent se permettre de perdre la main sur l’Egypte et Obama est bien obligé d’enteriner ce voeu des généraux qui sont à la tête de Wäshington, ou des multinationales c’est du pareil au même. Et nous l’Union Européenne avec les anglais qui sont tous au côté des USA même sans le moindre intérêt avec Caméron, et l’arrivée de Cameron n’est pas fortuit mais préparée de longue date. Quant à Sarkozy, c’est le pantin que les USA peuvent utiliser comme ils le souhaitent, Chirac devait être génant.

    L’Egypte doit continuer sa lutte, quel qu’en soir le prix, car s’ils retournent dans le giron des USA, le peuple va être saigné à blanc, avec des méthodes identiques à celles qui ont débouché pour nous sur la crise financière.

    • le peuple égyptien est déja saigné a blanc, il n’a plus le choix. L’autogestion ou retourner dans le giron occidental sous la houlette du tortionnaire de la CIA et du Mossad Souleimane… charmante perspective !
      Espérons que le peuple égyptien considérera l’option de ne plus déléguer le pouvoir.

  6. Emma Berhmann Says:

    «  »Marie Mendras s’est rapidement mis à dos des chercheurs éminents en relations internationales, notamment Thierry de Montbrial, DG de l’Ifri. L’homme est influent : les plus grandes entreprises ainsi que les ambassades sont partenaires de l’Ifri ».

    On n’est plus dans une problématique conflits d’intérêts, mais dans une organisation qui est contrôlée par les grandes entreprises qui ont mis au sein de cet organisme un  » observateur » de la diplomatie française chargé de stériliser, comme pour les OGM les bonnes idéees et Alliot Marie n’étant que le dernier élément du montage et peu importe qu’elle soit dans la panade aujourd’hui. Cela ne change en rien la donne. Les français apprécieront les capacités du gouvernement à mettre en place au Quai d’Orsay une structure efficace. Il manquait plus que Rachida Dati, qu’on aurait envoyé pour un stade de formation à la danse du ventre au Caire.

    Lisez cet article, c’est édifiant ! au journal Marianne : Le pieds nickel&és de la Diplomatie.

    « Diplomatire : le Quai d’Orsay cherche sa boule de cristal »

    • L’IFRI est le clone français du Council on Foreign Relation (CFR) yankee et du Royal Institute of International Affairs britannique le RIIA aussi plus connu sous le nom de « Chatham House »… Tous deux créés en 1921 et financés par la grande finance internationale.
      Ces entités sont les nids idéologiques du Nouvel Ordre Mondial, de l’application systématique des idées psychopathes des néo-conservateurs… Tout ce qui émarge a l’IFRI transpire le fascisme néolibéral. L’IFRI est moins connu que ses contre-parties du CFR ou du RIIA, mais n’en est pas moins une source de pourriture extrême…

      l’IFRI est partie intégrante du réseau de l’empire globaliste et destructeur. Un nid de pourriture a assainir d’urgence…

  7. Emma Berhmann Says:

    Je crois pouvoir vous donner des nouvelles interessantes du travail de ce nouvel ordre mondial et comment il façonne dans des secteurs particuliers à l’échelle planétaire sa façon de voir les choses en faisant fi des désirs des peuples, l’Europe n’étant plus qu’un espace dont on peut faire ce que l’on veut.

    Mais si en Egypte, cela ne se pase pas comme il l’ont souhaité, cela pourrait être le début d’un commencement de la reprise en main mais qui sera fort long.

  8. Emma Berhmann Says:

    il apparaît aujourd’hui que l’Egypte pour les USA est un verrou majeur qu’on ne peut faire sauter, donc ils sont en train d’élaborer un plan B, en examinant la situation et l’Iran d’enthousiaste en rabat un peu de sa superbe. Ce qui est interessant à observer, c’est ce qui se passe à Washington. les néo-conservateurs qui ont eu un coup dur, le meurtre de cet illuminé, avec un appel au meurtre, qui se retourne contre eux, même s’il en faut beaucoup plus à l’opinion américaine, pour se réveiller. Donc les néo-conservateurs qui sont tout occupés à refaire le monde à leurs manière, en attaquant toutes les institutions américaines et les débuts de réforme qu’a pu faire Obama, animé de bons sentiments, mais qui est dans une drôle de panade, voulaient également s’en prendre à l’ONU qui n’aide pas assez les israêliens sur l’affaire Egyptienne en sont à dire aux démocrates qui ne valent pas plus cher, qu’ils n’ont pas assez fait pour qu’un début de démocratie s’installe en Egypte, à savoir de « conditionner l’aide économique à une certaine démocratisation « comme si les 2 milliards de dollars annuels servaient à aider économiquement l’Egypte, le monde entier appréciera cela, maintenant qu’il sait à quoi servait cet argent. Et certains démocrates, pour ne pas être en reste, demande à l’équipe gouvernementale beaucoup plus de clarté et de suspendre l’aide hors humanitaire. On appréciera aussi ! Quant à Obama, il soliloque sur la transition et répète jour après jour les mêmes inepties. Soit il a une équipe de conseillers plus stupides les une que les autres, soit tous achetés ou inféodés à des parrains différents, mais agissant vers un même but.

    • si vous comprenez l’anglais, nous vous encourageons a écouter cette analyse de l’excellent historien et économiste Webster G. Tarpley qui en dit long sur ce qui se passe en Egypte. Les yankees font main basse sur le pays et vont restructurer le régime pour en faire un caniche va t’en guerre contre l’Iran, ce que Moubarak, tout ordure et dictateur qu’il est (mis au pouvoir par yankland apres l’assassinat de Sadate en 1981 ne l’oublions jamais), avait refusé de faire récemment.

      http://tarpley.net/2011/02/12/massive-cia-campaign-drives-mubarak-from-power/

    • Obama est une potiche, un con-artiste mis en place par ses payeurs et maîtres: Wall Street et plus spécifiquement Goldman Sachs.
      Tout ce qu’il peut dire ou faire doit être analysé dans la perspective de la vision de l’intérêt de Wall Street. Un autre menteur professionnel. Un despote sous méga influence.

  9. Emma Berhmann Says:

    Oui, je ne veux pas être grossière, donc je n’utilise pas les mêmes termes que vous et je trouve qu’on a été à cran durant de trop nombreux jours pour ces 2 pauvres peuples victimes de tant de mensonges et autres et quand on voit cette assemblée de chefs détat Sarko Cameron Les israêliens et tant d’autres contrariés de cette évolution, on prend conscience de notre propre malheur. La seule chose qui me fait plaisir c’est de me tourner autant vers les gens qui sont heureuc de cette première étape que les journaux qui comme Ru 89 ont un point d’avance, quand ils parlent de l’arrogance des occidentaux ou de l’intérêt de la chaine Al jezira vers laquelle ont du se tourner même les USA pour être correctement informé, mais le monde entier à travers ce phénomène des révolutions arabes prend conscience de notre asservissement que vous et moi voyons plus sûrement que la plupart des gens mais qui est plus que réel et que le mot démocratie ne veut plus rien dire, tellement la corruption est grande.

    alors réjouissons nous quand même, pour ne pas désespérer, mais beaucoup sont conscients de toutes les formes de récupération dans ces 2 pays que peut prendre le redressement, certains proches du clan Ben Ali se présentant de nouveau parce qu’ils avaient été évincés figure parmi les risques aussi.

    Il faut cependant continuer d’espérer que la révolution continue et qu’une presse indépendante se mette en place partout. je crois qu’Obama n’est même pas un mauvais bougre mais la manière dont il est resté sur une certaine réserve en dit long sur son peu de moyens pour penser autrement le monde que ne l’a fait Bush et ce dans sa déclaration d’hier soir reportée à 21 h et idem pour Sarkozy, la sienne ne veut encore plus rien dire, Obama clame haut et fort, encore un mensonge, car il y a été contraint à dire que Moubarak devait partir.

    j’ai lu également qu’un nouveau journal avait vu le jour, je ne lis pas l’anglais, aux USA, issu du monde des blogs et a d’ailleurs été racheté par un groupe et il avait jusque là plus d’audience que le Washington post ou le New York Times. Cela ne m’étonne pas.

    • Notre position est de supporter les peuples en révolte pour un véritable changement de société que nous voyons autogestionnaire et sans délégation de pouvoir a un état et son gouvernement obsoletes, et sans institutions financieres predatrices et criminelles.
      Pour ce faire il est important d’exposer au mieux les turpitudes incessantes de l’oligarchie pour toujours plus contrôler la destinée des gens.
      Il n’est pas possible a notre sens de se réjouir plus que de raison des évenements se déroulant au Maghreb et en Egypte, dans la mesure ou ces mouvements sont au mieux récupérés par les forces de l’empire ou au pire provoqués par celles-ci.

      Daniel Vanhove (que nous reproduisons souvent par ailleurs ici même), dans son dernier article sur Le Grand Soir nous explique que l’empire ne peut pas vouloir récupérer ce qui lui appartient et qu’il contrôle déja et pense donc que les mouvements de révolte sont purs et aboutiront a la démocratie tant attendue dans la région. Nous n’adhérons pas a cette vision qui n’est que partiellement juste: oui la région est déja assujettie a l’empire et ses intérêts, mais les vieux autocrates tels Ben Ali, Boutelfika et bien sûr Moubarak sont de vieux briscards de la dictature qui savent naviguer en eau trouble et ont su donner juste ce qu’il fallait aux yanks et a israel tout en refusant de pousser le bouchon trop loin en ce qui concerne une aliénation totale de leurs nations aux côtés de l’empire dans une guerre contre l’Iran. C’est pourquoi ils doivent passer a la trappe et du sang frais dictatorial plus a la botte, dont les sbires suivront les yanks et israel dans leur folie guerriere meurtriere contre l’Iran, qui si les craintes de beaucoup sont fondées, est plus que jamais revenue sur la table.

      De plus il est vital pour l’empire de couper les vivres et positionnement politico-stratégiques russes et surtout chinois dans la région. Regardez la carte vis a vis de l’Iran lorsque les régimes tunisien, algérien, égyptien, et potentiellement yéménite auront été remplacés par des régimes supportant sans condition une guerre avec l’Iran, en rajoutant bien sûr Israel et les bases yankees en Irak et ailleurs en Afrique et les flottes en Méditerranée et dans l’Océan Indien…

      Voila ce en quoi il faut être plus que vigilant et le tres certaine probabilité du pourquoi ces évenements arrivent a point nommé au Maghreb et au Moyen-Orient. Rien n’arrive par hasard ou par la volonté exclusive des peuples. Cette vision des données du probleme se doit d’être exposée afin que plus de gens comprennent mieux les rouages et les tenants de ces affaires.

      Si les peuples se laissent manipuler plus avant dans ces pays, il va s’opérer un glissement de position tres dangereux pour la paix mondiale en faveur de l’impérialisme fou anglo-américain. Les enjeux sont bien au dela des mouvements de la rue et seul des peuples autonomes s’autogérant pourront repousser les velléités hégémoniques perpétuelles de l’empire.

      Notre rôle et de mettre le projecteur la ou l’oligarchie ne le veut pas…

  10. Emma Berhmann Says:

    le journal Marianne reste un journal de référence dans la dénonciation des politiques gouvernement et autres, en espérant qu’il évoluera et sortira du soutien à ce centre qui n’a aucun intérêt, Bayrou et le soutien de la France d’en bas, n’importe quoi, Morin et je ne sais quoi, tout ça fait partie de la bande des quatre. les internautes sont tout aussi désabusés et n’accordent pas plus de crédit à la droite qu’à la gauche et les révélations sur leurs congés dans les palaces, où ils arrivent avec toute leur famille ou leurs gardes du corps et autres, il y avait quand même une vingtaine de personnes accompagnant Sarkozy a fini par dégouter tout un chacun.

    • Marianne est un journal amusant… et un bon tremplin de diffusion d’infos alternatives.
      Le « clivage » gauche-droite est un leurre complet… Un moyen de diviser le populot pour mieux le contrôler par des idées erronées érigées en dogme: les mythes « sociaux » du peuple idiot qui ne peut se diriger lui-même et qui a besoin d’une « élite éclairée » bien sûr auto-proclamée, et d’autres fadaises de l’inéluctabilité des rapports de classes, des riches, des pauvres (qui ont autant de chances dans la vie que les riches, si,si, ils insistent…) etc, etc…

      La différence entre un chirac, pasqua, sarko, jospin, miterrand, DSK ou royal n’est que purement cosmétique, ce sont des des ultralibéraux a la botte des banquiers et de l’empire du cartel des multinationales. Les extrêmes fascistes et fascistes rouges étatistes et autoritaires sont toutes dépendantes de leurs payeurs et bienfaiteurs: les banques et leurs trolls politiques qui les agitent comme les chiffons rouges devant le taureau populaire…

      Il faut s’intéresser au systeme pour le connaître, analyser ses rouages pour mieux le détruire, ce qui est somme toute assez facile a faire de maniere non-violente en utilisant boycotts et désobéissance civile, en masse. Pour ce faire, il faut un peuple socialement et politiquement conscient, on n’y est pas encore, mais ça vient. Les réactions des peuples sont souvent lentes, mais une fois en marche… Ca déménage toujours.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.