Dégradation sociale: Le citoyen moderne

Nous reproduisons ici des extraits d’un texte intitulé « Des organismes génétiquement modifiés et du citoyen » et signé « Quelques ennemis du meilleur des mondes transgéniques », publié en 1999.

Le citoyen moderne

Les définitions du citoyen moderne nous éclairent sur la façon dont les pouvoirs en place manipulent et aliènent les individus consentants, Ce citoyen moderne n’est autre qu’un « extrémiste du consensus, c’est-à-dire un individu qui n’a d’opinion ferme et précise sur rien d’essentiel, et n’en tire par conséquent aucune conclusion sur quoi que ce soit qui puisse l’engager » En lui donnant l’illusion de participer à des décisions déjà prises qu’il ne fait qu’entériner, le pouvoir se dédouane des ravages qu’il inflige au monde et aux hommes

Le citoyen incarne une des contradictions centrales du capitalisme: de même que, dans le champ de la production, ce dernier a besoin de réaliser simultanément l’intégration et l’exclusion des hommes en tant que salariés, il veille, dans l’espace politique, à réaliser simultanément la participation et l’éviction des hommes en tant que citoyens. La gestion politique actuelle se trouve en effet confrontée à l’obligation d’avoir à assumer un déchirement insurmontable tout en désirant éloigner le plus possible les individus de la direction de leurs affaires, elle se plaint en même temps de l’apathie généralisée et de la banalisation des comportements « incivils » que cette situation génère inéluctablement. La fonction spectaculaire du citoyen consiste précisément à promettre la résolution de cette contradiction.

Le citoyen moderne apparaît aujourd’hui comme la figure la plus mystifiante de l’impuissance politique régnante.

Le citoyen vote, certain de faire un choix politique. On est arrivé à le persuader que dans un État de droit tout est améliorable avec un peu de bonne volonté citoyenne. Il en vient à croire qu’il est pris en considération dans des décisions qu’il n’a pourtant jamais prises. Certains jours, il arrive même qu’on le fasse manifester.

Le citoyen se reconnaît essentiellement par le degré d’adhésion qu’il porte à l’endroit des valeurs et des représentations de la classe moyenne, devenues partout dominantes. Il est indifféremment étudiant satisfait, pédagogue perplexe, directeur commercial inquiet, employé du secteur culturel, lecteur de Télérama et autres bourdieuseries, ouvrier raisonnable, parfois chômeur… En ce sens, son incapacité politique n’est qu’un aspect du mouvement plus vaste de dépossession qu’il rencontre dans l’ensemble de ses activités quotidiennes.

À l’instar d’un produit de substitution miracle, le discours citoyen surgit au moment même où les formes traditionnelles de participation politique et de militantisme syndical s’écroulent définitivement. L’accélération de l’effondrement de la vie sociale et politique depuis les dix dernières années s’explique principalement par la fin de la fausse inimitié Est-Ouest, la disparition de la classe ouvrière et la victoire connexe de la logique marchande. Avec l’aide du milieu associatif de gauche, instrumentalisé de façon paternaliste par les politiciens pourtant discrédités, le citoyen prospère dans un processus de mutation de la politique où toute opposition sérieuse s’efface, où chaque parti ne couvre plus que la gestion au jour le jour de changements décidés ailleurs. Entité choisie pour combler le vide politique et social, la figure du citoyen est l’abstraction qui s’élève sur des ruines. Bien qu’il se plaise à s’imaginer engagé, le citoyen est par excellence l’homme de l’irrésolution. Constamment perdu lorsqu’il est question d’asseoir son choix en quelque matière d’importance que ce soit, il est l’homme des inquiétudes jamais dépassées. Uniquement produit pour valider des questionnements et des choix préétablis, il demeure le plus souvent dans l’ignorance quasi complète des mécanismes actuels de manipulation politique, d’où sa propension humanitariste. Ne soulevant jamais la question du pouvoir, il est celui qui s’agite aux quatre coins d’une agora virtuelle qu’il souhaiterait sans heurts ni conflits. […]

Parce qu’il ne peut jamais rien décider par lui-même, tout pour le citoyen devient simple objet de connaissances à poursuivre indéfiniment. Ici se trouve la raison pour laquelle il n’acceptera jamais que des « débats » dénués de toute portée pratique. Le « débat » constitue en effet le cadre privilégié de l’épanchement citoyen : dans le contentement de son insatisfaction soumise, il écoute religieusement la parole rassurante des experts lui révéler l’incontournable « objectivité » du savoir doctoral, demeure sage comme l’image qu’on lui montre de lui-même ; et plus il progresse dans l’acquisition illusoire de ce savoir, plus il pense le moment enfin venu d’affirmer une décision confiante et pleine. C’est cependant à l’instant précis où son assurance semble la plus ferme que, rattrapé par son irrésolution maladive, il s’écroule dépité et malheureux dans les caniveaux de son incertitude spécifique. Parce qu’il ne veut jamais conclure. Son état d’hébétude se manifeste alors par la confusion et l’absence d’intérêt des questions qu’il adresse gracieusement à ses tristes bonimenteurs.[…]. Le citoyen est celui à qui on dit :  » Il faut  » et qui finit par accepter. Parce qu’il a renoncé à tout usage de sa volonté et de son discernement, le citoyen, en même temps que ses maîtres sont dans la disposition de tout entreprendre, se voit donc réduit logiquement à la nécessité de tout tolérer.

À l’aube du XXIe siècle, avec Internet et la Love Parade, le téléphone portable et des centaines de chaînes sur le câble, le spectateur et l’internaute, en fait, l’homme moderne, est devenu l’extrémiste du consensus : pour entendre uniquement ce qu’il a envie d’écouter et qui le flatte, il lui suffit de zapper, car partout il trouvera une variété illimitée de discours couvrant les mêmes mensonges, partout la même propagande pour couvrir d’innombrables trafics d’influence. De sa participation à ce jeu avec le pouvoir, le citoyen retire la satisfaction de contribuer à donner une forme humaine à la puissance dont il est le jouet et qui ravage également le monde et les hommes.

2 Réponses vers “Dégradation sociale: Le citoyen moderne”

  1. Amélie Mérévan Says:

    C’est cela même et c’est d’une gravité extrême. C ‘est pour cela qu’il faut concourir à re-réveiller ces consciences, ces jugements dont le doute répandu maintenant face à ceux qui gouvernent est porteur , mais ce n’est que la Ière étape, et chacun doit aller chercher à refaçonner son information et ses moyens d’investigation pour l’apporter aux autres.

    • La conscience critique est solidaire. Résistance 71 est une petite goutte d’eau dans l’océan de la pensée critique pour que l’émancipation peut-être un jour ne soit plus un vain mot…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.