Rompre avec les acquis sociaux du travail

Rompre avec les acquis sociaux du travail

par AnarSonore

Url de l’article original: http://anarsonore.free.fr/spip.php?article443

Dans ce document, André Gorz dit qu’il est avant tout nécessaire d’inventer de nouveaux modes de vie (la culture) dits post capitalistes et que la prise de pouvoir au sens politique est secondaire.

En faisant une distinction entre « sphères de l’autonomie » et « sphères du loisir » Gorz observe que la stratégie de domination du capital consiste à empêcher l’apparition « d’espaces d’auto-activités » émancipateurs, conduisant les gens à croire que le travail rémunéré, celui de l’emploi, serait indispensable à leur dignité et épanouissement personnel.

Il ajoute que la raréfaction des emplois (et pas du travail) correspond à une stratégie de domination amenant les gens à devoir accepter des conditions de travail toujours plus difficiles, dans un système ou ceux-ci sont de plus en plus dépendants de l’emploi pour répondre à leur besoins, par l’utilisation de l’argent et des marchandises.

Pour toute tentative d’émancipation, les individus doivent rompre avec ce qu’il nomme « l’imaginaire du travail ». En utilisant la métaphore de « l’exode », le philosophe propose de prendre mentalement et spirituellement de la distance avec la société de l’emploi, du salaire et de la marchandise afin de préparer cette rupture.

Enfin en prenant l’exemple des informaticiens, André Gorz explique que la nature de la force de production la plus importante et la plus indispensable sur laquelle repose l’économie actuelle (créativité), exige un perpétuel travail d’auto épanouissement des facultés intellectuelles, culturelles et morales, humaines, de telle sorte que par nature, le développement de cette force de travail se doit d’être dégagée, des contraintes de temps liées à l’emploi, réalisant ce que Marx interprétait comme le « Surtravail » c’est-à-dire l’utilisation par les travailleurs de leur propre productivité afin de disposer du temps nécessaire à leur émancipation.

L’immatériel

Bien qu’assez âgé, il produisit aussi un livre consacré à l’analyse de la démarchandisation que pouvait opérer les réseaux de l’internet libre, la découverte de nouveaux espaces de création et de coopération parcourus par « les colonisateurs d’un nouveau monde ».

Dans son livre intitulé « l’immatériel, Connaissance, valeur et capital » l’auteur montre le glissement, la mutation qui s’opère entre la production matérielle (marchandisable) et production immatérielle (savoir, développement humain, bien commun, dématérialisation de la production) dans le contexte récent du capitalisme livré à l’ère de la société de l’information et de l’économie numérique dans son rapport à la science et aux hommes.

Il montre aussi comment la science autant que le capitalisme privent l’humain du retour réflexif sur soi nécessaire à la pensée. Qui mènera la bataille de l’esprit ? Pour André Gorz, le « néo prolétariat post industriel » serait « le principal acteur futur d’une mutation culturelle anti-productiviste et anti-étatiste » s’appuyant sur les logiciels et les réseaux libres, « lieu structurel de la contestation du capitalisme mondialisé ».

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :