Archives de abstention élections 2012

Illusion démocratique: L’abstention seul choix cohérent contre l’ineptie organisée…

Posted in actualité, politique et social, politique française, résistance politique with tags , , , , , , , , , , on 25 avril 2012 by Résistance 71

Le 6 mai, ne votez pas !

 

par calebirri

 

le 22 avril 2012

 

url de l’article original:

http://calebirri.unblog.fr/2012/04/22/le-6-mai-ne-votez-pas/

 

Ca y est nous y sommes ! Le peuple a voté, et la déception doit être grande ce soir chez les Français : le coup de théâtre n’a pas eu lieu. Les résultats d’aujourd’hui, même s’ils sont dans l’ensemble conformes aux prévisions (les deux favoris sont au deuxième tour), montrent que le « vote utile », ce concept anti-démocratique qui fausse les élections, a permis une fois de plus  le « sabotage » de la volonté du peuple. Car sans ce « vote utile » du premier tour, où en serait le FN, et à quel niveau se situerait le FdG ?

Mais les petits arrangements ont déjà commencé. La partie va être serrée, vont nous répéter nos bons analystes durant les deux semaines qui vont suivre… c’est que chacun va vendre sa soupe durant cette période, comme on l’a déjà goûtée ce soir dans cette abominable cacophonie télévisuelle. Les uns vont évoquer la sécurité, les autres la justice sociale, tenter de satisfaire les électeurs des uns ou de ne pas effrayer ceux des autres, et le pire est que nous tous savons qu’en définitive ni l’un ni l’autre ne feront ce pour quoi ils ont été élus…Quel scandale ! quand je pense que j’ai failli aller voter quand même, pauvre victime du conditionnement à l’illusion démocratique que je suis encore…Quand on voit ceux qui hier (pardon avant hier) encore affirmaient ne faire aucune concession, qui promettaient des surprises historiques ou qui écrasaient leurs ennemis sous des tombereaux de critiques appellent aujourd’hui à la raison du peuple, à nouveau au « vote utile ».

Si ce soir il est difficile de dire  qui sera le gagnant de l’élection présidentielle au soir du 6 mai, on peut déjà en connaître les perdants : les Français. Ces Français qui ont rêvé un instant, un peu comme lorsqu’ils achètent leur billet de loto : ils savent qu’ils ne gagneront pas, mais avec leurs deux euros ils s’achètent juste le droit de rêver, un peu d’adrénaline jusqu’aux résultats… Et puis ils retournent bien vite à la réalité : ils ont perdu leur temps, et rien ne va changer….

Car rien ne va changer. Maintenant il va se passer ce qui se passe à chaque élection : la droite avec la droite et la gauche avec la gauche, le tout s’effectuant non pas « pour » un candidat mais « contre » l’autre. Une bonne campagne médiatique pour éviter l’abstention, tous unis par notre « devoir citoyen » pour « faire vivre la démocratie » , et puis au final, « l’UMPS » aux commandes du pays pour ne nous offrir en pratique ni le changement ni la France forte promis par les deux camps.

Et bien moi, du haut de ma petite personne encore libre dans mes paroles et mes actes de citoyen « lambda », j’appelle à ne pas voter au second tour. Puisque le vote blanc n’est pas considéré et que le scrutin tel qu’il est prévu par la Constitution ne permet pas à d’autres idées que celles des deux soumis au système de rendre le pouvoir au peuple, je rêve de voir les abstentionnistes majoritaires au second tour. Puisqu’on n’autorise pas à la volonté du peuple de s’exprimer autrement que par négation, je souhaite qu’il exprime son mécontentement par une abstention massive, un refus de se laisser berner, un « boycott » de ce système électoral truqué.

Je veux que l’extrême droite refuse de voter Sarkozy, et que l’extrême gauche refuse de voter Hollande, et que le centre refuse de voter pour l’un des deux. Je veux que chacun assume ses idées jusqu’au bout, sans se soumettre aux forces qu’ils ont tant critiqué durant toute la campagne.

Et je ne veux plus entendre les arguments fallacieux qui prétendent que celui qui ne vote pas ne doit pas critiquer. Je ne supporte plus les excuses à la conscience qui justifient le fait de se faire voler sa liberté d’opinion sous des références historiques dépassées. Je refuse d’appeler à voter pour un homme qui conduit le pays dans le mur, qu’il soit « plutôt à droite » ou « plutôt à gauche ». Aujourd’hui le vote n’est plus un gage de démocratie. Il y en a des exemples partout dans le monde, et si vous voulez vous en convaincre demandez-vous toujours qui vous prendriez s’il s’agissait de choisir au deuxième tour entre Hitler et Staline… Et bien moi je ne vote pas. Je ne vote pas car justement j’ai une conscience citoyenne. Je critique le vote, et je plains ceux qui votent, car ce sont eux les victimes consentantes d’un système qui ne leur offre rien d’autre que l’illusion de la démocratie, et de belles promesses, pas plus qu’un ticket de loterie. Si ceux qui votent étaient justement un peu plus au fait de la chose politique, et bien j’affirme qu’eux aussi cesseraient d’aller voter.

Ce qu’il faut maintenant, c’est arrêter de se soumettre à cette illusion, car dès le 7 mai les choses reprendront leur cours… La crise refera surface et les Français ne verront pas leur condition s’améliorer, et le président en exercice n’aura dans la pratique que très peu d’influence sur les évènements. D’autres combats prendront alors de l’importance, dont celui majeur et fondamental de l’Assemblée Constituante : car puisque la Constitution ne permet plus la démocratie, il faudra bien se résoudre soit à mettre un terme à la démocratie, soit à changer de Constitution. Et je ne me rappelle pas avoir lu dans le programme d’un de nos deux candidats la mise en place d’une telle assemblée…

 

Caleb Irri

2012: objectif abstention politique massive !!

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, crise mondiale, démocratie participative, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, philosophie, politique et social, politique française, résistance politique, société libertaire with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 6 février 2012 by Résistance 71

Lettre ouverte à Stéphane Guyot et François Asselineau, par Vincent Vauclin

 

par dissidenceresistance

 

url de l’article original:

http://la-dissidence.org/2012/02/04/lettre-ouverte-a-stephane-guyot-et-francois-asselineau-par-vincent-vauclin/

Monsieur Asselineau (UPR), Monsieur Guyot (PVB),

 

Depuis plusieurs mois, avec courage et détermination, vous vous êtes lancés dans la course à l’élection présidentielle.

Dans un contexte exceptionnel et déterminant pour notre pays, vous portez tous deux des idées fortes, cohérentes, et sur le fond inattaquable. Que ce soit à propos de la reconnaissance du vote blanc, de la sortie de l’Union Européenne, de l’Euro, de l’OTAN, ou encore de la rupture avec le processus mondialiste d’américanisation, nul ne saurait aujourd’hui vous opposer de quelconques arguments fondés, tant l’état de notre nation révèle la faillite d’un système politique en état de décomposition avancée.

Toutes les énergies, toutes les richesses de la France sont aujourd’hui accaparées par une élite parasitaire et antinationale, qui pille les Français pour le seul profit des institutions bancaires apatrides. Une nouvelle féodalité nous est imposée. Par la tyrannie de la dette, les oligarques sacrifient l’avenir d’une nation pour laquelle ils n’ont que désintérêt et mépris.

Pour maintenir cette domination, cette élite a tout simplement verrouillé les institutions politiques Françaises, de sorte que les candidats aux élections sont nécessairement ceux qui partagent une vision commune, et « politiquement correcte », inscrite dans l’idéologie dominante.

Ce système, dont le principe n’est pas sans rappeler celui de l’Union Soviétique, ne peut subsister qu’à une condition : que les Français le nomment démocratie. Une illusion qui est entretenue périodiquement par des élections où tout est joué d’avance, et où les acteurs politico-médiatiques miment, de plus en plus maladroitement, le rôle qui leur est alloué. Ce spectacle guignolesque démontre à quel point la Vème République a été vidée de sa substance, l’élection présidentielle n’étant aujourd’hui rien d’autre qu’un combat de coqs encartés, aux discours entièrement façonnés par des agences de communication et sponsorisés par les multinationales bancaires et financières.

De ce contexte si particulier nait une question essentielle : celle de la légitimité. La « République Française » n’est pas une république – ne servant plus l’intérêt général – et n’est pas française – puisque totalement inféodée à des intérêts étrangers. Les élections auxquelles nous sommes invités à prendre part ne remplissent qu’une fonction : octroyer à l’édifice de la domination moderne cette onction démocratique qu’est le vote du citoyen.

Les institutions politiques ne sont pas un cadre d’expression neutre, mais un outil à part entière de cette domination. Participer au processus électif, et peu importe ce que l’on glisse dans l’urne, c’est d’ores et déjà cautionner le Système et contribuer à sa pérennité.

Il m’apparaît donc fondamental d’attirer votre attention sur la résistance que vous avez courageusement engagé, mais dont le vecteur – la candidature à l’élection présidentielle – m’apparaît comme une erreur stratégique de premier ordre.

Très clairement, vous êtes parmi les seuls candidats à faire le choix de la vérité, de l’intégrité, de la probité. Vous jouez le jeu et respectez les institutions. Vous posez des questions importantes, et apportez des réponses novatrices, là où d’autres font systématiquement l’inverse.

Vous n’obtiendrez pas les parrainages d’élus nécessaires pour valider votre candidature, pour la simple raison que ce qui motive votre engagement au service de la France et de son Peuple est précisément un motif d’exclusion de ces institutions corrompues. Et cela, vous le constatez vous-même amèrement…

Dans ces conditions, il m’apparaît nécessaire de poser les bonnes questions : la Résistance à cette domination doit elle emprunter la voie de son institution la plus dévoyée ?

Ou doit-elle, à l’inverse, s’incarner dans un mouvement d’abstention massive et active, visant à délégitimer l’oligarchie, en lui ôtant de force le voile démocratique dont elle se pare pour dissimuler sa réalité obscène ?

Très clairement, je soutiens la seconde option. Et aujourd’hui, je vous invite solennellement, et en toute amitié, à faire ce choix cohérent d’une dissidence politique claire et affirmée. Sortir de l’impasse, ce n’est pas emprunter la route qui y mène.

Cessons d’entretenir l’illusion que nous dénonçons, et brusquons l’Histoire en court-circuitant leur processus de domination.

En 2012, osons faire le choix de l’abstention. Et osons le faire ensemble.

/

Vincent Vauclin

Coordinateur National de la Dissidence

www.la-dissidence.org

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 388 autres abonnés