Archive for the réchauffement climatique anthropique Category

Escroquerie du réchauffement climatique anthropique: 17 ans et 6 mois sans réchauffement global !… (RSS)

Posted in actualité, altermondialisme, écologie & climat, économie, média et propagande, néo-libéralisme et paupérisation, politique et lobbyisme, réchauffement climatique anthropique, résistance politique, sciences et technologies, technologie et totalitarisme with tags , , , , , , , on mars 6, 2014 by Résistance 71

La fadaise du RCA et sa théorie politique fondée sur une pseudo-science ne peut plus tenir devant les faits et les mesures enregistrées.

Seuls les politiques s’acharnent, car il faut sauver les apparences et surtout conserver coûte que coûte le fric injecté dans cette escroquerie planétaire.

A noter ici, l’auteur de cet article/compte-rendu est Lord Monckton, qui est un opposant de la première heure à la théorie du RCA pour la simple et bonne raison qu’il faisait partie de l’équipe de conseil de Margaret Thatcher quand cette fable a été élaborée pour se débarrasser plus vite de l’industrie du charbon en GB et re-promouvoir le nucléaire qui avait mauvaise presse. Il fallait diaboliser le CO2. Ceci s’est produit sous Thatcher et Monckton faisait partie de son équipe, il connaît donc les dessous de cette vaste escroquerie depuis le départ. Ce fut difficile à contre-carrer car il n’y avait pas suffisamment de données empiriques pour nullifier les élucubrations des politicards du GIEC et de leurs modèles bidons. C’est aujourd’hui possible…

– Résistance 71 –

 

Mise à jour des températures globales: Pas de réchauffement global depuis 17 ans et 6 mois (pas de réchauffement durant 210 mois)

 

Special to Climate Depot:

Lord Christopher Monckton

 

4 mars 2014

 

url de l’article original:

http://www.climatedepot.com/2014/03/04/updated-global-temperature-no-global-warming-for-17-years-6-months-no-warming-for-210-months/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Dix-sept ans et six mois. Pas de trace de réchauffement climatique global. Les mesures satellite RSS, la première des cinq sets de données de la température globale qui donne son rapport pour les valeurs de février, montre aucune variation pour une impressionnante période de 210 mois.

Le graphique ci-dessous (voir sur l’article original en anglais en cliquant sur le lien ci-dessus), montre qu’il n’y a eu aucun réchauffement global pendant 17 ans et 6 mois:

Analyse de Monctkon:

1: Ce graphique est très pointu. Il est on ne peut plus à jour. Remote Sensing Systems, Inc. (RSS) est un des deux collecteurs de données officiels par satellite (l’autre étant l’Université d’Alabama à Huntsville ou UAH). RSS est un des cinq collecteur de données standards de températures, qui incluent les deux collecteurs satellites et les trois collecteurs terrestres: le Goddard Institute for Space Studies (GISS), le Hadley Centre/CRU collecteur de données, version 4 (HadCRUT4) et le National Climatic Data Center (NCDC). Jusqu’ici, RSS rapporte en premier lieu et ses valeurs chiffrées mensuelles pour février 2014 sont disponibles depuis quelques heures.

2: Les collections de données satellites sont basées sur les mesures faites par les plus précis des thermomètres disponibles, thermomètres à résistance au platine, qui non seulement mesurent la température à des altitudes variées au dessus de la surface de la Terre par des unités de résonnance à micro-ondes, mais aussi se recalibrent constamment eux-mêmes en mesurant la température connue de la radiation cosmique de fond, qui est de 1% de celle de la température du gel de l’eau. Ce fut en mesurant les variations minuscules de la radiation cosmique de fond que le probe anisotropique de la NASA a pu déterminer l’âge précis de l’univers qui est de 13,82 milliards d’années.

3: Le graphe est correct. Les données sont directement prises mensuellement du site internet de RSS. Elles sont lues depuis le texte par un algorithme informatique et automatiquement intégrées en utilisant une routine avancée qui ajuste automatiquement le ratio d’aspect de la fenêtre de données sur les deux axes afin de montrer les données à leur taille maximum. Les dernières données mensuelles sont inspectées visuellement afin de s’assurer qu’elles ont été positionnées correctement. La ligne bleue pâle juste sous la courbe spline (cerce) noire montrant les données factuelles est calculée en utilisant la méthode de régression linéaire du plus petit carré, ce qui détermine l’intersection y et l’inclinaison de la courbe par le moyen de deux équations identiques  bien établies et fonctionnelles qui sont comparées l’une avec l’autre afin de s’assurer qu’il n’y a pas de différences et d’erreurs entre elles. Cette même régression est utilisée par le GIEC et par la plupart des agences climatiques pour déterminer les variations de températures. De manière plus qu’intéressante, ceci est recommandé par le professeur Phil Jones de l’université d’East Anglia dans un de ses courriels du ClimateGate (2009), ainsi personne des vrais convaincus ne défiera ce choix comme étant inapproprié. La sûreté du calcul de variation par l’algorithme a été vérifiée par le Dr Stephen Farish, professeur de statistiques épidémiologiques de l’université de Melbourne.

4: Le graphique est nouveau. Pas seulement très récent, mais aussi quelque chose que les médias de masse ne révèlent pas souvent. Ils ont tendance à garder la maintenant très embarrassante longue durée de non réchauffement global secrète.

Réalité climatique et science réelle: Le cycle solaire 24…

Posted in actualité, écologie & climat, politique et lobbyisme, réchauffement climatique anthropique, science et nouvel ordre mondial with tags , , , , , on décembre 31, 2013 by Résistance 71

Et en ce moment même, une expédition scientifique partie en antarctique pour étudier le "réchauffement climatique anthropique" et la fonte des glaces, est bloquée par ces glaces depuis Noël et en plein été austral, là et quand cela ne devrait pas se produire… Au 30 décembre, une troisième expédition pour tenter de les dégager par voie de mer a échoué et rebroussé chemin. Les scientifiques, politiques et membres d’équipage seront évacués par hélicoptère. On attend avec impatience leurs "conclusions" sur la fonte des glaces…

– Résistance 71 –

 

Le soleil “se retourne” tandis que ses pôles magnétiques se renversent

 

RT

 

31 décembre 2013

 

url de l’article original:

http://rt.com/news/sun-upside-down-flip-990/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Le soleil a entrepris “un renversement complet de ses champs magnétiques” avec ses pôles nord et sud changeant de place alors que cela marque la moitié du Cycle Solaire 24.

Un renversement des pôles magnétiques du soleil est un grand évènement en soi”, dit le professeur Tony Phillips de la NASA dans une déclaration sur le site internet de l’agence spatiale. “Les champs magnétiques du soleil s’affaiblissent, arrive à zéro puis réémerge avec une polarité opposée. Ceci est une partie très particulière du cycle solaire,” a dit le physicien de l’université de Stanford Phil Scherrer. Alors qu’il semblerait que l’évènement pourrait avoir des répercussions catastrophiques pour la galaxie, ses effets sont en fait plus subtiles, interférant essentiellement avec l’exploration spatiale. “Les rayons cosmiques sont un grand danger pour les astronautes et les sondes spatiales et quelques chercheurs disent que cela pourrait affecter la densité des nuages et le climat sur terre,” a dit Phillips.

Les aurores boréales et australes vont devenir plus lumineuses, plus fréquentes et plus visibles maintenant que l’évènement est arrivé à son stade final. Le processus a été long et constant, le physicien Todd Hoeksama a dit à Metro: “C’est comme une marée et ses mouvements montant et descendant. Chaque petite vague amène un petit peu plus d’eau et éventuellement vous obtenez la renverse totale.” Scherrer a expliqué plus tôt ce mois-ci que “le pôle nord du soleil a déjà changé de signe, tandis que le pôle sud fait la course pour rattrapper.” L’impact du processus a été très lointain. “Le domaine de l’influence magnétique du soleil (aussi connue sous le nom d’héliosphère) s’étend des milliards de kilomètres au delà de Pluton. Les changements des champs de polarité ont un effet propagatoire jusqu’à la sonde Voyager, qui est à la porte de l’espace interstellaire (aux confins de notre système solaire)”, a expliqué Phillips.

La NASA a diffusé une visulalisation du comment ce processus se produit (cf animation dans l’article original en anglais). Commencée en 1997 et se terminant en 2013, elle montre le vert (polarité positive) devenant mauve (polarité négative). Ce cycle solaire 24 a été perçu comme étant très imprévisible. D’abord il a été retardé d’un an, avec une activité très lente jusqu’en 2009. Ceci incita les astronomes à changer une prédiction de pic de 2012 à 2013. Les scientifiques disent que le cycle est déjà parmi les plus faibles rapportés et que si la tendance continue, la Terre pourrait bien entrer dans un nouveau Petit Age Glaciaire.

Nouvel Ordre Mondial et environnement: Une des (nombreuses) raisons de l’escroquerie du réchauffement climatique anthropique…

Posted in actualité, altermondialisme, écologie & climat, économie, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, politique et lobbyisme, réchauffement climatique anthropique, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , on décembre 4, 2013 by Résistance 71

Le lobby du pétrole et du gaz contre le charbon, Shell penche vers la Banque Mondiale pour minimiser la compétition

 

JoAnne Nova

 

1er Décembre 2013

 

url de l’article original:

http://joannenova.com.au/2013/11/big-oil-big-gas-lobby-against-coal-shell-leans-on-world-bank-to-nobble-the-competition/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Bien, bien, bien… Quand l’industrie du pétrole finance des climato-sceptiques, ce sont de méchants pollueurs. Quand l’industrie du pétrole paie des lobbyistes écolos, ce sont de bons citoyens (voir les pubs, Shell etc…) Bien sûr la Royal Dutch Shell est très concernée par l’environnmeent, les familles, les rares marsupiaux et que sais-je encore… Ils ne sont pas juste verts pour faire du fric n’est-il pas ? Oh attendez… Shell est une des six super-majors du gaz et tous les pétroliers profitent lorsque le charbon est le grand vilain. En termes de ressources, Shell est plus maintenant une entreprise du gaz que du pétrole.

Les géants du gaz adorent les éoliennes.  La production éolienne est volatile et l’énergie au charbon ne peut pas monter et descendre sa production pour remplir rapidement les manques, mais le gaz, plus onéreux, peut le faire. Pas surprenant que Shell fait campagne active contre le charbon et pour l’éolien.

Merci en partie à la campagne publicitaire de la Shell, la famille pauvre dans la pub de Shell va devoir payer plus pour avoir chaud cet hiver. Dans le même temps, les marsupiaux vont gérer leur survie sans l’aide des lobbyistes de la Shell exactement comme ils l’ont fait ces dernières 100 millions d’années et l’environnement ne sentira aucun effet de quelque taxe carbone que ce soit.

Quant aux accords sur le fil du rasoir, la Shell et les autres entreprises font ce qu’elles sont supposées faire: du fric. Il n’y a rien d’illégal à propos du lobbying. Le véritable problème est la campagne biaisée, borgne, reposant sur des semies-vérités que des “intérêts spéciaux” mènent pour une industrie de déni, comme s’il n’y avait pas 5000 fois plus d’intérêts en conflit bénéficiant de la peur climatique et comme s’il n’y avait des camions pleins de raisons pour offrir aux volontaires de railler les dépenses stupides, les modèles poubelles, les mauvaises suppositions et les bas profits générés.

Les pires de tous sont les journalistes dupes qui avalent des couleuvres et régurgitent la farce idiote sans aucun esprit critique.

Shell veut vraiment que les gens évitent le charbon

[The Australian] Du journal “the Australian”

La Royal Dutch Shell a activement fait pression sur la Banque Mondiale pour l’arrêt du financement des centrales à charbon avant de faire une déclaration cette année pour dire que le prêteur allait dramatiquement réduire son soutien au charbon, qui est la seconde exportation de l’Australie.

La patron de la branche du gaz de la Shell, Maarten Wetselaar a dit que le géant de l’énergie avait formé un département de promotion dont le seul but était de convaincre les gouvernements et les corps-constitués financés par les gouvernements d’encourager le gaz en tant que source énergétique au lieu des formes plus polluantes de production énergétique, comme le charbon.

Il a aussi dit que l’entreprise était très active à réduire son soutien pour le charbon en Corée du Sud, le second plus gros client en charbon de l’Australie.

Shell a même travaillé au corps la Banque Mondiale, la poussant à diminuer ses financements pour de nouvelles centrales au charbon. La Shell rend la vie de plus en plus difficile pour les gens du tiers monde qui ont désespérement besoin de charbon pour une électricté à très bon marché.

[The Australian] “Nous avons vu que la plupart des centrales au charbon trouvent leur financement de départ en utilisant des agences de financement bilatérales, comme la Banque Mondiale, donc nous lui avons parlé au sujet de l’impact de leurs politiques de mixité énergétique sur le monde” a dit Mr Wetselaar.

En Juin, la Banque Mondiale et la Banque Américaine d’import/export ont dit qu’elles allaient réduire dramatiquement leurs contributions aux centrales énergétiques alimentées au charbon à cause de leurs émissions importantes de carbone.

L’industrie du pétrole est au lit avec l’industrie de l’écologie, rien d’étonnant donc que le monde soit dans ce marasme.

“Nous ne vendons pas de gaz aux gouvernements, nous leur vendons une politique. L’agenda du climat est bien plus vaste que juste vendre du gaz dans le sytème, c’est au sujet de donner au gaz naturel sa juste place dans la mixité de la production d’énergie mondiale”, a t’il dit du groupe de promotion et de lobbying de l’entreprise.

L’industrie du gaz veut encore plus d’éoliennes

Les éoliennes produisent une énergie sporadique et les centrales au charbon ne peuvent pas fluctuer du haut vers le bas de manière suffisemment rapide afin de palier à la déficience lorsque le vent ne suffit plus. Les centrales au gaz sont plus chères, mais plus adaptées à une production ératique. Toute nouvelle unité de production éolienne ou photovoltaïque est en fait un brûleur à gaz déguisé, parce qu’une capacité de générer de l’électricité au gaz doit être construite pour accompagner chaque unité de production d’énergie renouvelable déficiente, cela ressemble à la complémentarité d’un poney d’apparat et d’un cheval de labour.

Wall Street Journal Sept 11, 2008, Le vent profite au gaz par EDGAR GÄRTNER

Les turbines au gaz peuvent être allumés ou éteintes quasiment instantanément, tandis que les centrales traditionnelles au charbon doivent être maintenues dans un mode d’attente très inefficace si elles doivent répondre à de larges fluctuations dans la demande d’énergie.

Une prolifération d’éoliennes peut alors devenir un gros souffle pour les vendeurs de gaz. Regardez l’Allemagne et l’Espagne, les leaders européens d’électricité éolienne.

A la fin de 2007, l’Espagne avait une capacité installée éolienne de 14 700 megawatts (MW), d’après Enagás, qui gère le réseau gazier national, produisant 8,7% de l’énergie totale du pays. La plupart de ces éolienes sont disposées dans des zones peu peuplées, tandis que la concentration en demande d’énergie est concentrée dans les grandes villes avec leurs bâtiments à air-conditionné. Le pic de la demande énergétique en Espagne est donc au sommet de la période estivale, mais ceci est aussi précisément la période de l’année où il y a le moins de vent.

Ainsi, de plus en plus de turbines au gaz sont installées près des grands centres consommateurs dans les banlieues des villes espagnoles. L’an dernier, les fournisseurs d’énergie espagnols ont ajouté 6400 MW de capacité électrique au gaz, amenant la totalité de la capacité énergétique générée au gaz à 21 000 MW. Le gaz naturel est devenu la plus grosse source de production énergétique en Espagne et d’après Enagás toujours, 99,8% du gaz utilisé en Espagne est importé. Pour la plupart via un pipeline d’Algérie, mais les importations de gaz liquide par navires va augmenter.

La plupart des pays européens forcent les consommateurs à subsider l’électricité en provenance de l’éolien. Ceci rend les “énergies renouvelables” un investissement très sûr comparé aux autres affaires énergétiques, où les variations dans les prix des commodités peuvent être grandes. Alors que de groses entreprises européennes du pétrole et du gaz comme la Shell, BP ou Total, investissent de plus en plus dans le gaz liquide, ils campagnent dur pour un système d’échange commercial mondial des émissions de carbone qui avantagerait grandement le gaz par rapport au charbon.

Juste parce qu’il y a un agenda et des sommes énormes en jeu, ne veut pas dire que ce qu’ils nous disent au sujet du climat est faux. Après tout, la Shell se comporterait de la même façon si le réchauffement climatique était vraiment dû au CO2. Ce que cela nous enseigne en revanche, est que nous avons besoin d’un débat scientifique qui serait libre de toutes fausses affirmations au sujet des conflits d’intérêts. Ce dont nous avons aussi besoin est d’un débat politique qui étudierait TOUS les intérêts spéciaux de manière équivalente, au lieu de prétendre (contre tous les faits empiriques), que le petit côté est un grand méchant loup, tandis que l’équipe de milliardaires fait ce qu’elle fait pour sauver la planète.

La mode de “L’industrie du pétrole finance les climato-sceptiques” est non seulement irrelevante et illogique, mais elle est aussi et surtout fausse.

Pas seulement fausse, mais égarante de manière diabolique. Par exemple, le premier sponsor entrepreneurial du WWF fut la … Royal Shell avec un don de 10 000 GBP en 1961 (£10,000 gift from Shell in 1961, ) puis peu après loua les services d’avocats et commença le lobbying. La Shell finance t’elle toujours le WWF ? Le WWF fait campagne contre la concurrence du gaz: le charbon, la fracturation hydraulique, le pétrole, les ports du Queensland pour l’exportation de charbon, etc…
A noter, juste en passant comme çà.

 

Escroquerie du dogme du Réchauffement Climatique Anthropique: Le soleil… mais c’est pourtant bien sûr !…

Posted in actualité, écologie & climat, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, réchauffement climatique anthropique, résistance politique, science et nouvel ordre mondial, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , on novembre 27, 2013 by Résistance 71

Lien entre taches solaires refroidissement global et Agenda 21*

 

*Agenda 21 : plan de "développement durable" pour le XXIème siècle, concocté au sommet de Rio en 1992, et adopté par 173 chefs d’état, sous l’égide des Nations-Unies.(Lire ICI les 40 chapitres de l’Agenda 21 si vous en avez le courage!)

La NASA admet que le cycle solaire actuel est le plus faible en 200 ans

Chris Carrington

Activist Post

 

12 novembre 2013

 

Source de l’article en français:

http://bistrobarblog.blogspot.ca/2013/11/taches-solaires-refroidissement-global.html

 

David Hathaway, directeur de recherche en physique solaire au centre Marshall Space Flight de la NASA à Huntsville en Alabama, a parlé dans le Wall Street Journal de la faiblesse du cycle solaire 24.

Je dirais qu’il sera le plus faible en 200 ans.

Hathaway est l’un des nombreux scientifiques qui se demandent pourquoi ce cycle est aussi faible et pourquoi la polarité des champs magnétiques solaires est désynchronisée. Normalement les champs magnétiques solaires s’inversent au maximum du cycle. Dans le cycle 24 cela n’est pas arrivé. Le pôle nord magnétique s’est inversé l’année dernière, donc actuellement il y a techniquement deux pôles sud sur le soleil car le pôle sud ne s’est pas encore inversé. (lien explicatif : http://www.astrosurf.com/luxorion/sysol-soleil-magnetique2.htm)

Hathaway et son équipe prédisent que le nombre de taches solaires pendant le maximum du cycle 24 sera d’environ 65 ce qui en fait le cycle le plus faible depuis 1906. S’il tombe juste un petit peu en dessous du niveau prédit, il pourrait alors être le plus faible en 200 ans.

Pourquoi cela a-t-il de l’importance ?

Hé bien un nombre croissant de scientifiques de différents domaines ont rassemblé assez de preuves démontrant que l’état du soleil affecte le climat ici sur Terre et que plus le cycle solaire est faible et long, plus il fera froid sur Terre dans les dix années à venir ou même pendant plusieurs dizaines d’années.

Il y a une preuve qui confirme la théorie. Les cycles solaires ont une durée moyenne de 22 ans ; 11 ans qui amènent au maximum et 11 autres années ramenant au minimum après quoi un nouveau cycle démarre. Il est courant cependant de se référer à une durée moyenne de 11 ans du cycle solaire, exprimant le temps qu’il faut depuis le début du cycle jusqu’à son maximum.

Des données historiques vérifiées montrent que lorsque il y a eu un cycle solaire faible, du temps froid s’ensuit. On parle de ces périodes de froid comme des minimums. Il y en a eu plusieurs. Les scientifiques les connaissent grâce à l’analyse des anneaux des arbres, qui correspondent étroitement à l’activité solaire et à une analyse de carottes de glace qui enregistrent correctement des températures remontant à plusieurs milliers d’années. Ces données, couplées avec des observations directes autorisent à dessiner une image relativement précise.

Le minimum le plus connu est le minimum de Maunder, période entre 1645 et 1715 où une bonne partie de l’hémisphère nord a expérimenté des hivers glacials et des étés beaucoup plus frais que la normale. Juste avant le Maunder et pendant l’événement lui-même, les taches solaires étaient extrêmement rares et à une période ont disparu entièrement pendant une durée prolongée. Les cycles solaires sont restés modestes et 60 ans après le Minimum de Maunder s’est produit le minimum de Dalton.

Il faisait si froid que cette période, entre 1560 et 1850, devint connue comme le Petit Âge Glaciaire. Bien qu’on montre toujours la gentille image d’enfants patinant sur la Tamise quand on mentionne le Petit Âge glaciaire, le gel des rivières a entraîné et entraîne toujours de très sérieuses complications.

Le commerce était affecté car les bateaux et barges ne pouvaient entrer dans les ports, les cultures gelaient sur pied…ou étaient lessivées par les pluies torrentielles estivales et les gens mouraient de froid dans leurs maisons incapables de fournir une chaleur suffisante.

Tout ceci à la fois quand les gens savaient bel et bien comment vivre sans électricité. Imaginez cette situation aujourd’hui, des tempêtes de glace et des chutes de neige faisant tomber les lignes électriques semaine après semaine pendant l’hiver, et ceci se passant pendant des années et des années. Notre chaîne d’approvisionnement à flux tendu cesserait de fonctionner parce que les ordinateurs seraient hors service.

Plusieurs millions de personnes mouraient tellement de faim pendant la Grande Famine des années 1300 que les européens recoururent au cannibalisme pour nourrir leurs familles.

La planète ne s’est pas réchauffée depuis 1998. Les cycles solaires 21, 22 et 23 n’ont pas été particulièrement actifs – avec le cycle 23 qui a été le plus faible des trois. Avec le cycle 24 qui arrive encore plus faible, juste un peu au-dessus du cycle 23, il y a des raisons de s’inquiéter pour l’avenir.

Le cycle solaire 25, qui atteindra son pic entre 2022 et 2025 pourrait être selon Hathaway "le plus faible depuis des siècles". Ce qui ne promet rien de bon. La NASA a publié cette information en 2006, pourtant le public n’a été averti en aucune façon de la nette possibilité d’un refroidissement. Il n’y a eu aucun conseil de la part des gouvernements pour faire une isolation de nos maisons contre le froid. Aucun conseil pour stocker de la nourriture au cas où la saison de pousse est touchée, rien. Ils continuent de promouvoir leur agenda du réchauffement, déterminés à soutirer leur dollars verts jusqu’au bout.

Les taches solaires ont besoin d’une certaine quantité d’énergie magnétique pour se former ; elle est déterminée en Gauss et les taches demandent environ 1500 Gauss pour se former correctement. Il y a des indications que le cycle 25 pourrait n’avoir aucune tache solaire, ce qui augmente la possibilité d’un froid intense pour encore vingt ans de plus.

Livingston et Penn ont étudié ce phénomène en profondeur.

Livingston et Penn ont observé le champ magnétique au point le plus sombre de toutes les taches solaires [au cours de leur fenêtre temporelle d'observation] et ont découvert que le champ moyen a diminué de 20 % en même temps que les autres effets décrits. Le "fond" d’alimentation semble s’interrompre à 1500 Gauss, seuil en dessous duquel les taches solaires semblent ne pas se former.

Il n’y a pas que Livington et Penn qui pensent de cette manière. Clette et Lefèvre ont écrit leur article pour le Journal of Space Weather et Space Climate début 2012 et le Pr Don Easterbrooke, professeur émérite à l’université de Washington, pense aussi qu’un rapide refroidissement est en marche.

Il y a une catastrophe climatique majeure en route et rien n’est dit. Aucun avertissement n’est donné par AUCUN gouvernement des pays de l’hémisphère nord.

Ils savent tous que la possibilité est très réelle. Que les indicateurs d’une période prolongée de refroidissement sont forts, ils restent pourtant sans rien faire, récupérant leurs taxes carbone des entreprises, et les surtaxes écologiques sur les factures du fuel domestique. Ils s’obstinent sur l’agenda du réchauffement pour soutirer jusqu’au dernier dollar possible des citoyens qu’ils veulent laisser mourir et ils ne disent absolument rien.

Le GIEC sert loyalement ses maîtres des Nations Unies. Les Nations Unies et le GIEC savent tous deux qu’il va y avoir des morts massives par l’apparition d’un refroidissement prolongé. Ils restent sans rien faire, laissant s’accomplir leurs cibles de l’Agenda 21 avec le climat.

L’élite a commencé à prendre ses dispositions il y a quelque temps. Ce n’est pas par hasard

si des gens comme Bill Gates sont des contributeurs majeurs de la banque de semences de Svalbard en Norvège ou que des groupes comme les Bilderberg se réunissent chaque année pour discuter de l’avenir, notre avenir, sans bien sûr aucune déclaration publique comme l’exige la règle de Chatham House (règle utilisée pour réglementer la confidentialité des informations échangées lors d’une réunion, NdT).

Quand le temps viendra où quelque chose devra être dit, ce sera minimisé à un tel degré, sans mauvais jeu de mots, qu’une majorité de gens ne comprendra pas.

Ils ne verront pas que "un ou deux degrés de refroidissement" dont parlera le gouvernement seront suffisants pour déséquilibrer l’ensemble. Ils n’imagineront pas que les gouvernements qui ont piqué une crise pour une température qui serait remontée de deux degrés, mais qu’une chute de deux degrés semblera ne présenter aucun problème.

Il n’y a rien que nous puissions faire avec un refroidissement climatique. Comme je l’ai déjà dit : c’est un cycle. Il y en a eu avant l’apparition de l’homme sur Terre et il y en aura d’autres. Tout ce que nous pouvons faire est de nous y préparer. Tout ce que vous avez pu mettre en stock ne sera pas suffisant. Récupérer chaque morceau de bois, c’est peut être ces morceaux qui vous empêcheront de mourir de froid.

Ceux qui sont dans la force de l’âge devraient penser à leur aptitude physique. Serons-nous capables de couper du bois et de le fendre dans dix ou même vingt ans ?

C’est quelque chose qui va impacter au moins la moitié de la planète et qui va durer pendant des semaines ou des mois, voire même des années ou des dizaines d’années.

C’est une chose à laquelle nous devons penser très sérieusement et pendant ce temps les élites qui restent sans rien faire à se frotter les mains jubilent à la pensée de deux milliards de moins de bouches inutiles à nourrir sur une planète qu’ils pensent être la leur et seulement la leur.

(Chris Carrington est un écrivain, chercheur et conférencier avec une formation scientifique, technologique et écologique. Chris est éditeur de The Daily Sheeple, où cet article est publié à l’origine. Réveillez-vous, troupeaux !)

Source de l’article

Traduit par le BBB.

Sciences et Nouvel Ordre Mondial: L’escroquerie du Réchauffement Climatique Anthropique reconnue dans la presse de masse au pays du goulag levant…

Posted in actualité, altermondialisme, écologie & climat, économie, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, réchauffement climatique anthropique, résistance politique, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , on octobre 13, 2013 by Résistance 71

Pour ceux qui suivent la saga de l’escroquerie de la théorie du Réchauffement Climatique Anthropique (RCA), rebaptisée ‘Changement Climatique’ (l’anthropique étant maintenant sous-entendu..) depuis 2009, les informations contenus dans l’article que nous avons traduit ci-dessous ne sont pas nouvelles…

Ce qui est nouveau en revanche est que ceci a été publié en premier lieu sur le Washington Times, organe de presse de masse et non pas "alternatif". Les idioties et la pseudo-science derrière le dogme politique du GIEC ne peuvent plus être contenues, les faits et données empiriques réelles montrant la stagnation des températures de surface depuis 16 ans, montrent en long, en large et en travers les erreurs et l’escroquerie des soi-disants "modèles informatiques", qui furent biaisés à dessein pour induire en erreur en toute connaissance de cause, non pas par la communauté scientifique dans son ensemble, mais par une clique de vendus au système, siégeant à l’Université d’East Anglia en Angleterre, d’où est parti le ClimateGate salvateur pour la vérité scientifique en Novembre 2009.

Le RCA est mort et bientôt enterré et l’oligarchie envoie ses derniers sbires comme  Nicolas Hulot au casse-pipe de la crédibilité pour soutenir les derniers soubresauts de leur dogme en pleine débandade.

– Résistance 71 –

 

Le changement climatique est dominé par le cycle de l’eau et non pas par le CO2

 

Steve Goreham

 

7 Octobre 2013

 

url de l”article:

http://communities.washingtontimes.com/neighborhood/climatism-watching-climate-science/2013/oct/7/climate-change-dominated-water-cycle-not-carbon-di/

et

http://joannenova.com.au/2013/10/washington-times-climate-due-to-water-cycle-not-carbon-dioxide/#more-31073

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Les climatologues sont obsédés par le CO2. Le dernier rapport d’évaluation du GIEC affirne que le “forçage radiant” du CO2 émis par l’humain est la force majeure derrière le changement climatique. Le gaz carbonique est blâmé pour tout: pour les sécheresses, les inondations, les ouragans, la disparition des ours polaires et l’acidification des océans. Mais le climat terrestre est dominé par le cycle de l’eau et non pas par le CO2.

le cycle de l’eau comprend l’eau salée des océans, l’eau douce des rivières et des lacs, les calottes glaciaires et les glaciers. Cela inclut également le flot de l’eau entre les océans, l’atmosphère et la terre sous la forme d’évaporation, de précipitations, de tempêtes et des conditions météorologiques. Le cycle de l’eau contient une grande énergie qui façonne le climat de la Terre, les tendances des températures et les caractéristiques de surface. Les effets de l’eau sont bien plus importants que les effets du CO2 dont on a tant peur.

La lumière solaire rayonne directement sur les tropiques, où beaucoup d’énergie est absorbée et indirectement dans les régions polaires où moins d’énergie est absorbée. La météo sur terre est conduite par la redistribution de la chaleur des tropiques vers les régions polaires. L’évaporation créée des systèmes massifs de tempêtes tropicales, qui véhiculent cette énergie vers le nord, vers des latitudes plus fraîches. Les vents d’altitude avec les fronts de dépressions, les cyclones et les courants océaniques du cycle d’eau de la Terre, redistribuent l’énergie thermique des tropiques vers les régions polaires.

L’Océan Pacifique est la plus grosse caracteristique de la planète Terre, couvrant 1/3 du globe et suffisamment vaste pour contenir toutes les masses terrestres restantes. Les Océans ont 250 fois la masse totale de l’atmosphère et peuvent contenir plus de 1000 fois l’énergie thermique. Les océans ont un effet très puissant, même si mal compris, sur le climat de notre planète. Entre 75 et 90% de l’effet de serre de la terre est causé par la vapeur d’eau et les nuages.

Et pourtant, le GIEC et les modélistes modernes du climat nous proposent qu’en fait c’est la “puce” qui remue le “chien”. La puce étant bien sûr le CO2 et le chien le cycle de l’eau. La théorie du réchauffement anthropique de la planète assume un feedback positif de la vapeur d’eau, forcé par les émissions humaines de gaz à effet de serre.

L’argument est qu’alors que l’air plus chaud peut retenir plus d’humidité, la vapeur d’eau atmosphérique va augmenter alors que la Terre se réchauffe. Comme la vapeur d’eau est un gaz à effet de serre, plus de vapeur d’eau est présumé ajouter un réchauffement à celui causé par le CO2. De fait, la théorie assume que le gaz carbonique contrôle le cycle de l’eau pourtant bien plus puissant.

Depuis les 16 dernières années, la température de la surface de la terre ne s’est pas réchauffée et ce malgré l’augmentation du CO2 atmosphérique… Tous les modèles climatiques avaient prévu une augmentation rapide de la température globale et ce en contradiction avec les données empiriquement collectées. Les modèles d’aujourd’hui sont souvent incapables de prédire les conditions de météo sur une simple saison, loin de là de prédire la tendance climatique à long et très long terme.

Exemple, la prédiction des ouragans en Atlantique. En Mai, la NOAA a publié sa prévision 2013, disant que cette saison serait “très active”. A ce moment, la NOAA avait prédit de 7 à 11 ouragans atlantiques (tempêtes ayant des vents à 120km/h et plus). En Août, l’administration révisait sa prévision à entre 6 et 9 ouragans. Nous sommes en Octobre et seulement 2 tempêtes ayant la force d’ouragans ont eu lieu. Les modèles informatiques sont incapables de prédire de manière précise juste une saison de cycle de l’eau dans juste une région du globe.

Le GIEC et tous ceux qui soutiennent la théorie du réchauffement climatique anthropique sont bloqués par 16 ans de stagnation des températures de surface. Le professeur Kevin Trenberth fait l’hypothèse que l’énergie thermique du forçage des gaz à effet de serre est partie dans les profondeurs océaniques. Si c’est le cas, alors 1-0 pour la force des océans sur le changement climatique !

D’autres ont noté la prévalence des conditions de la Niña dans l’océan pacifique depuis 1998. Pendant la période s’étalant de 1975 à 1998. Lorsque les températures mondiales s’élevaient, le Pacifique expérimentait les effets plus chauds du phénomène d’El Nino que ceux plus frais de La Nina. Mais la Pacific Decadal Oscillation (PDO), un cycle puissant de température dans le pacifique nord, s’est déplacé vers un cycle plus frais il y a environ 10 ans. Avec le PDO en phase plus fraîche, nous constatons mieux les conditions de La Nina. Peut-être que les Ninas sont la raison pour la stagnation des températures mondiales. Si c’est le cas, n’est-ce pas une preuve que les effets de l’océan et du cycle de l’eau sont plus forts que les effets du CO2 ?

L’évidence géologique des derniers âges glaciaires montre que l’augmentation du CO2 atmosphérique SUIT, plutôt que ne précède, l’augmentation des températures globales. Alors que les océans se réchauffent, ils diffusent plus de CO2 (jusque là en solution dans l’eau) dans l’atmosphère. Le changement climatique est dominé par les changements du cycle de l’eau, piloté par les forces solaires et gravitationnelles et le gaz carbonique apparaît ne jouer qu’un rôle insignifiant.

~ Steve Goreham est directeur exécutif du Climate Science Coalition of America et l’auteur d’un nouveau livre: The Mad, Mad, Mad World of Climatism:  Mankind and Climate Change Mania. ~ 

Science technologie et Nouvel Ordre Mondial: Le cas des "chemtrails"…

Posted in actualité, écologie & climat, média et propagande, N.O.M, OGM et nécro-agriculure, réchauffement climatique anthropique, résistance politique, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , on octobre 6, 2013 by Résistance 71

Ceci n’est pas un phénomène nouveau. Il est établi que les gouvernements (principalement dans les pays de l’OTAN il apparaît..), "sèment" l’atmosphère de substances toxiques à terme… Quelle est la véritable raison ? Sommes-nous face a une mesure de terrorisme d’état , une de plus ?…

Quelques éléments de réponse ici…

- Résistance 71 –

 

Chemtrails et geoingeneering

 

Richard Sachs

 

5 Octobre 2013

 

url de l’article en français:

http://fawkes-news.blogspot.fr/2013/10/chemtrails-et-chimiotherapie-plus.html

 

Il existe des explications différentes données aux chemtrails, pour lesquels des scientifiques qui voudront bien en parler utilisent le terme de "géo-ingénierie" pour rendre sensiblement le largage de métaux toxiques au-dessus de nos têtes et notre empoisonnement ainsi que celui de nos familles plus respectable et, disons, "scientifique".

 

Certains des soi-disants "scientifiques" de la géo-ingénierie disent que la géo-ingénierie est nécessaire pour sauver la planète d’un changement climatique désastreux, mais bien sûr cela n’arrive pas en ce moment, c’est juste une proposition. D’autres affirment que rien de tel n’est même envisagé (ce n’est qu’une énorme théorie du complot). Aucun des porte-paroles officiels du gouvernement ne reconnaît ce qui se passe maintenant. Ils sont confiants que vous ne regardez jamais sérieusement vers le ciel, et que si pour une quelconque raison vous le faites, grâce à l’effet abrutissant de l’éducation publique et des médias, vous ne saurez pas ce que c’est que vous voyez.

 

Le phénomène lui-même est très simple à identifier à l’œil nu. Vous pouvez observer des chemtrails se faire répandre presque tous les jours depuis à peu près n’importe où aux USA, et désormais dans beaucoup d’autres pays (dont la France, ndt). Quand des avions volent à haute altitude, vous pouvez parfois voir une très courte traînée de gaz derrière eux qui disparaît très rapidement. C’est ce qui s’appelle un "contrail", abréviation de condensation trail (traînée de condensation, ndt), provenant de la condensation de la vapeur, et qui apparaît alors que les gouttelettes d’eau se dispersent. Ensuite il y a d’autres avions qui laissent de longues traînées derrière eux qui ne se dispersent pas. Celles-là sont les chemtrails. Elles ne se dispersent pas parce qu’elles sont constituées de particules solides, pas de gouttelettes d’eau.

Ce n’est plus une théorie

Pendant longtemps, commençant quand les chemtrails ont commencé à apparaître dans tous les USA dans les années 90, ceux qui en parlaient étaient rejetés comme des théoriciens illuminés de la conspiration. Mais maintenant, il y a des preuves solides que les chemtrails sont réels. Des patentes décrivent certains des matériaux qui sont pulvérisés. Des lanceurs d’alerte militaires confirment que ces matériaux sont chargés à bord des avions à réaction pour être pulvérisés. Nous avons des preuves vidéo des embouts de pulvérisation sur les avions, et des nuages qui se gonflent des particules pulvérisées. Des échantillons d’air, d’eau et de sols relèvent les mêmes métaux toxiques, dont l’aluminium, le baryum et le strontium, et une liste d’autres matériaux toxiques dans le mélange, qui pleuvent sur nous presque tous les jours. Il n’y a plus de doute sur la question de savoir si cela se produit ou pas, ni subsiste-t-il de doute sur le fait que notre santé et la santé des animaux, des plantes et de la biosphère dans son ensemble sont gravement agressées. Les nano-particules telles que celles qui sont pulvérisées peuvent traverser la barrière sang-cerveau et affecter nos fonctions cérébrales, tout en empoisonnant d’autres parties de notre corps en même temps. L’aluminium et les autres métaux élèvent le pH des sols, réduisent radicalement la santé et les effectifs de toutes les formes de vie, depuis les micro-organismes du sol, en passant par les plantes et les arbres, les animaux, et l’humanité.

Nous avons besoin des chemtrails comme nous avons besoin des chimiothérapies

Certains des "scientifiques" qui admettent cette pratique, qu’ils nomment "géo-ingénierie" (c’est-à-dire ingénierie de la Terre), disent que la géo-ingénierie pourrait être requise pour nous sauver du réchauffement global et du changement climatique. Bien sûr, ils le font déjà, mais ils disent seulement que cela pourrait devenir nécessaire. Ils peuvent reconnaître qu’elle pourrait avoir "quelques effets nocifs" mais que nous pourrions en vouloir de toute façon tout comme nous pourrions avoir besoin de chimiothérapie contre le cancer.

Une grande partie de mon parcours comprend une longue expérience en santé holistique. Je peux vous affirmer que je ne voudrais JAMAIS de chimiothérapie contre le cancer ou contre quoique ce soit d’autre, tout comme n’importe quel médecin ayant une compréhension claire de ce que c’est, de ce que cela fait au corps humain, et qu’il existe des alternatives naturelles et sûres. La chimio"thérapie" tue les cellules avec des poisons très puissants, injectés directement dans votre système sanguin. L’idée est qu’ils tuent aussi les cellules cancéreuses, ce qui est vrai, et l’espoir est qu’ils les tuent avant qu’ils ne vous tuent. Souvent, cela ne se passe pas très bien, et vous mourez en premier, alors que les cellules cancéreuses prolifèrent. Même avec la faible dose de chimiothérapie pratiquée par certains médecins que je respecte et dont les motivations sont bonnes, je ne suis pas convaincu qu’elle soit jamais un bon choix, en comparaison à ce qu’il est possible de faire d’autre.

Bloquons simplement les rayons du soleil avec des métaux toxiques, aucun problème

Avec les chemtrails (géo-ingénierie), l’idée est qu’en bloquant l’ensoleillement naturel et en l’empêchant d’atteindre la Terre, un refroidissement peut se produire, et à priori si on le fait perpétuellement, un réchauffement global dangereux peut être évité. La même technologie dévie des perturbations pluvieuses et des courants aériens dans les directions où des "scientifiques" pensent qu’ils devraient être, puisqu’ils sont tellement plus sages que la nature. Bien sûr un problème avec cette théorie est que les matériaux utilisés (tout comme en chimiothérapie) sont mortels en eux-mêmes. Ils tuent la vie sur Terre, depuis les organismes du sol jusqu’à nous, et ils bloquent l’ensoleillement qui est indispensable à la vie (ce qui aboutit à couper dans nos ressources en oxygène). Il y a bien sûr un point d’intérêt à cette approche pour les entreprises fabriquant des OGM comme Monsanto, qui travaillent en ce moment-même avec des Universités comme Cornelle et d’autres, à développer des arbres et des plantes OGM toxiques qui vivront là où les formes de vie naturelles périraient d’empoisonnement à l’aluminium. L’idée est que les entreprises de biotechnologie seront propriétaires de toute la nature, pour notre propre bien bien sûr.

Dans quel but?

Naguère je pensais que ces choses étaient commises du fait de la stupidité de nos dirigeants. Maintenant je me rends compte que c’est en partie vrai et en partie faux. c’est vrai, parce que beaucoup de gens à beaucoup de niveaux du gouvernement et de l’industrie croient leurs supérieurs qui leur disent que rien de mal ne va leur arriver s’ils vont pulvériser ces poisons partout, c’est juste les affaires courantes, et les scientifiques ont déjà déterminé que c’est une bonne idée. C’est déjà très haut sur le stupidomètre, mais c’est plus confortable pour beaucoup de gens, plutôt que de devoir vraiment réfléchir à ce que tout cela veut dire et au futur que cela crée. Où cela ne vient pas de la stupidité, c’est quand vous regardez aux niveaux plus élevés de contrôle, et vous arrivez là où la conception, les programmes et les ordres proviennent d’eugénistes. Ce sont là les gens dont l’intention est de réduire la population de la Terre. La plupart d’entre eux se disent qu’ils resteront dans l’élite privilégiée, et seuls ceux qui sont "en-dessous d’eux" mourront, et aussi c’est nécessaire "pour la Terre". La plupart ou tous ces niveaux de contrôleurs ont tort, ils sont aussi programmés pour l’extermination, une fois leur fonction remplie.

Pareillement, dans ce qui se fait appeler de nos jours la "santé publique", les protocoles tels que la chimiothérapie sont administrés par ceux qui ne veulent pas s’admettre à eux-mêmes ce qu’ils sont en train de donner au patient, bien que beaucoup d’entre eux ne prendraient jamais ce genre de traitement pour eux-mêmes. Mais aux niveaux plus élevés de contrôle, le but de la plupart de la médecine moderne est aussi l’eugénisme, tout comme c’est le cas avec les chemtrails.

Pour davantage de détails et de documentation sur les chemtrails et la géo-ingénierie, vous pouvez commencer par étudier ce qui se trouve sur le site Internet www.geoengineeringwatch.org, ainsi que sur www.globalskywatch.com. Ils vous mèneront à d’autres sources à étudier. Pour une bonne explication de l’effet mortel de la médecine moderne, vous pouvez commencer en lisant le papier écrit par le Dr. Gary Null et le Dr. Carolyn Dean, intitulé "Death by Medecine" ("La mort par la Médecine", ndt). Mais ce qui est important, c’est que nous nous faisons graduellement et volontairement tuer, éliminer comme indésirables de la planète, par ceux qui sont actuellement au contrôle du gouvernement et des systèmes économiques. Et la purge s’accélère maintenant, devenant beaucoup moins graduelle. La vérité est que nous sommes face à un système qui est très sophistiqué, se servant d’opérations psychologiques, de tromperies et de programmation pour faire que la population ciblée fasse son travail, et concrètement se détruise (c’est-à-dire nous). Les détails sont très complexes, mais le plan n’est pas si compliqué. Se servir des moyens à la disposition du petit groupe aux manettes pour se débarrasser de la population indésirable de la Terre, leur laissant la planète, et peut-être un petit nombre d’esclaves si les robots ne peuvent pas gérer toutes les tâches pour eux. Voilà, en gros, où nous nous trouvons.

Trop effrayant pour s’en préoccuper

Alors pourquoi devrions-nous nous préoccuper de ces détails qui, si nous les regardons de près, pourraient être trop stressants et pénibles? Quand j’ai décidé d’aller aussi profondément dans l’étude de ces nombreux domaines reliés entre eux, afin de voir comment nous pourrions améliorer l’humanité, j’ai dû prendre la décision que je ne me laisserais pas aspirer par la sombre mentalité qui transpire de ces programmes malveillants, et l’équilibre a été difficile, mais nécessaire, à maintenir. En réalité, la seule raison de devenir complètement éveillé à cette situation est de voir comment nous pouvons y remédier.

Ils attendent notre rebellion

L’un de nos droits inaliénables et essentiels, reconnu mais non issu de notre Constitution, est le droit de nous défendre ainsi que d’autres par la force si nous sommes attaqués. Je pense qu’il est crucial de préserver ce droit, mais je ne pense pas que cela soit la manière de régler définitivement ce problème du système gigantesque qui a été mis en branle pour notre destruction. En fait, je pense que les dirigeants espèrent que nous aurons recours à la force physique en premier, pour qu’ils puissent lâcher leurs sbires et leurs meilleures armes sur nous, et ne pas être vus comme les agresseurs. Ils ont mis beaucoup d’accent sur la préparation à nous massacrer en masse.

Que redoute nos agresseurs?

Mais tandis qu’ils espèrent que nous devenions les agresseurs violents qu’ils peuvent facilement étiqueter comme "les méchants", ce qu’ils redoutent réellement est quelque chose de beaucoup plus subtil, et infiniment plus puissant, au point qu’ils feront quasiment tout et n’importe quoi pour que nous n’en sachions rien.

Einstein a enseigné au monde que la quantité d’énergie cachée dans une seule particule de matière est en fait suffisante pour reconstruire l’univers entier. E=mc². La puissance de la conscience chez les êtres humains éclipse cette équation an comparaison. Si jamais nous nous éveillons et réalisons qui nous sommes réellement, ce de quoi nous sommes véritablement faits, et ce qu’est cette chose à laquelle nous nous référons avec le terme totalement inadéquat de "conscience", leur domination sur nous est terminée. Cette puissance appartient à chacun(e) d’entre nous, et attend d’être découverte. Elle nous permettra de faire directement tout ce que nous pouvions faire avec la technologie, et beaucoup plus. Là se terre la peur de ceux qui sont en haut du noir système, qui connaissent cette puissance, mais savent aussi qu’ils n’y auront jamais accès, comme il ne peut jamais être utilisé par ceux qui ont une intention malveillante.

Il est inévitable que nous allons le découvrir, comme nous avions cette conscience il y a longtemps. Quand cela sera dépend de nous. Cette pièce de théâtre se dévoile sur plusieurs niveaux, bien que nous ne soyons pas conscients de la plupart d’entre eux. Que la souffrance continue et devienne grandement pire, ou que nous initions un changement vers l’expérience de l’amour et de la guérison est en réalité entre nos mains. Nous regarderons en arrière vers cette époque un jour, que j’espère très prochain, saurons que c’est vrai, et nous aurons accompli les changements pour libérer cette puissance.

Liens connexes:

Des preuves solides de la realité des chemtrails

Quand le président equatorien dénonçait les chemtrails

Chemtrails, nanoparticules d’aluminium et effets sur le développement et la dégénérescence des neurones

Le ciel à la sauce chemtrails dès 8H du matin

 

Source:

Natural News / Richard Sachs

Traduction:

Global relay Network

 

Escroquerie du réchauffement climatique anthropique: Le GIEC continue de falsifier les données dans son nouveau "rapport"…

Posted in actualité, écologie & climat, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, politique et lobbyisme, réchauffement climatique anthropique, résistance politique, science et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , on septembre 29, 2013 by Résistance 71

Directeur du GIEC Pachauri: “Nous n’avons pas besoin de cette sale sensitivité climatique.”

 

Dr. Roy Spencer

 

27 Septembre 2013

 

url de l’article original:

http://www.drroyspencer.com/2013/09/ipcc-we-dont-need-no-stinking-climate-sensitivity/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Le nouveau résumé pour législateurs du GIEC et de son groupe I pour le rapport AR5 (Summary for Policymakers) révèle une tentative de sauvegarder la crédibilité du GIEC parmi les preuves toujours plus nombreuses qu’il a exagéré dans sa tentative de faire peur au public ce dernier quart de siècle.

La dernière stagnation du réchauffement global depuis une quinzaine d’années n’y est presque pas mentionnée (circulez y a rien à voir..)

Une meilleure estimation pour la sensibilité du climat, ce qui est sans aucun doute la variable de changement climatique la plus importante, n’est plus donnée, à cause de la montée de l’évidence contradictoire de savoir si le système climatique s’intéresse vraimentà ce qu’’il y ait 2 ou 3 ou 4 parts de CO2 par 10 000 parts dans l’atmosphère.

Et pourtant… Le GIEC clâme que sa confiance a doublé (facteur d’incertitude réduit de 10% à 5%) en ce qui concerne leur affirmation que les humains sont la cause derrière le réchauffement de ces quelques 50 dernières années:

 “Il est extrêmement probable que l’influence humaine sur le climat a causé plus de la moitié de l’augmentation observée de la température de surface entre 1951 et 2010.”

Examinons cette affirmation une minute. Juste pour l’occasion, disons que 60% du réchauffement de surface (et augmentation de la chaleur océanique, comme révélée par un soi-disant réchauffement de centièmes de degré) soit en fait dûe à une augmentation du taux de CO2. Qu’est-ce que cela nous dirait sur la sensibilité du système climatique ?

On pourrait penser que cette question serait adressée par le GIEC, puisque cela ne demande pas de modèle climatique en 3D pour y répondre.

Mais je suspecte qu’ils savent que la réponse est: “très basse sensibilité climatique” (nous révèlerons plus à ce sujet dans quelques semaines). Même si les humains sont responsables de 60% du réchauffement des océans ces 60 dernières années, cela suggère un niveau de réchauffement futur bien en-deçà de ce que ce rapport implique qu’il sera.

Je dis “implique” parce que le nouveau rapport est phrasé de telle façon que le GIEC peut-être techniquement correct et toujours pourvoyer un grand sentiment d’alarme (ce qui a été le modus operandi du GIEC depuis plus de 20 ans…). Ils laissent toujours la porte ouverte pour une sensibilité climatique de moins de un degré Celsius, car ils peuvent toujours dire “nous n’avons pas dit que nous étions certains à 100%… seulement à 95%.”

Et probablement la plus grande omission de ce rapport continue d’être la presque totale ignorance des mécanismes de forces naturelles du changement climatique. Le système climatique est au moins un peu chaotique, avec des variations naturelles dûes aux non-linéarités inhérentes au système et aux délais dans le temps (à cause des océans). Comme je continue sans cesse de le dire, l’augmentation de température des océans observée ces dernières 60 années (si nous pouvons croire que quelques centièmes de degré est une mesure précise) est égale à un déséquilibre énergétique global de seulement 1 part pour 1000. Croire que mère nature est incapable de causer de tels petits déséquilibres, comme le croit implicitement le GIEC, n’est pas fondé sur des observations mais sur des suppositions.

=  =  =

Le GIEC refuse de dire que la température globale est stagnante

 

La Global Warming Policy Foundation critique le GIEC pour sa tentative délibérée de masquer la réalité d’une stagnation persistante de la température globale et son échec de se démarquer des fausses informations données par ses modèles.

 

Global warming Policy Foundation

 

27 Septembre 2013

 

url de l’article:

http://www.thegwpf.org/ipcc-fails-clean-global-temperature-standstill/

 

Le GIEC a décidé de ne pas tenir compte de la stagnation de la température globale depuis 1997 et considère ce fait comme n’étant pas important et a effacé de son document final sa reconnaissance originale (dans son brouillon du 7 juin), que les modèles du climat ont échoué de “reproduire la réduction observée de la tendance de réchauffement de surface ces 10-15 dernières années.”

Non seulement le GIEC a échoué à prédire la stagnation de température actuelle, mais ses modèles informatiques climatiques ont en fait prédit une accélération du réchauffement dûe à l’augmentation des émissions de CO2.

Au lieu que de reconnaître des faits empiriques et des incertitudes grandissantes, le GIEC essaie de détourner l’attention de ces facteurs clés en clâmant une augmentation de la certitude au sujet de la justesse des modèles climatiques et de leurs résultats.

“Aujourd’hui le GIEC a parié gros et ce pari va bientôt déterminer si l’organisation est toujours à même de remplir le but fixé. A moins que les températures globales ne commencent de nouveau à augmenter dans les prochaines années, le GIEC va certainement perdre beaucoup sur le plan de la crédibilité”, a dit le Dr Benny Peiser, directeur de la Global Warming Policy Foundation.

 

Science et Nouvel Ordre Mondial: Le château de cartes de l’escroquerie du réchauffement climatique anthropique continue de s’effondrer…

Posted in actualité, écologie & climat, économie, média et propagande, N.O.M, presse et média, réchauffement climatique anthropique, sciences et technologies with tags , , , , , , , , on septembre 20, 2013 by Résistance 71

Réchauffement Climatique Anthropique le point de non-retour: le scepticisme se généralise…

 

JoAnne Nova

 

18 Septembre 2013

 

url de l’article original:

http://joannenova.com.au/2013/09/skepticism-goes-mainstream-a-tipping-point/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

La mouvance mondiale climatique change de bord. Avec l’article de David Rose dans le Daily Mail, de Matt Ridley dans le Wall Street Journal (“We got it wrong on warming“), et cet excellent article de Ross McKitrick du  in the Financial Post, le message sceptique se généralise.

La guerre (climatique) n’est certes pas finie, mais la course à l’information dans la couverture médiatique est montée d’un bon cran. Maintenant et ce pour la première fois, il y a un élément de concurrence, les journaux sérieux ne veulent pas être largués. Les chefs de rédaction ont fini par réaliser que les sceptiques avaient des arguments qui tiennent la route.

En Australie, le grand échec de la taxe carbone dans les récentes élections produit toujours son onde de choc dans les informations, les institutions et l’ambiance générale. Ce fut une défaite cinglante. Des commentaires et des courriels reçus, je sais que ceci fut suivi de près autour du monde.

Le Dr Roy Spencer, un ancien qui a plus de deux décennies d’expérience (en climatologie), se demande si cela est un grand virage amorcé:

 “… les récents évènements sont assez exceptionnels.” “Nous sommes maintenant à un point dans l’ère de l’hystérie sur le réchauffement climatique anthropique où la théorie du RCA du GIEC s’est écrasée devant la dure réalité des observations.”

Ross McKitrick, Canada:

“Pour ceux d’entre nous qui ont suivis le débat sur le climat depuis des décennies, les prochaines années vont être électrisantes. Il y a une très forte probabilité que nous soyons les témoins de la cassure d’un des plus grands paradigmes scientifiques du XXème siècle et les implications sur la politique mondiale pourraient bien être gigantesques… Quelque chose d’énorme va se passer. Les modèles prédisent une chose et les données empiriques montrent autre chose. Les multiples tentatives du passé pour essayer de masquer la différence se désintègrent. Alors que nous sommes au bord de voir l’émergence de données qui pourraient bien chambouler les fondations mêmes de la climatologie générale, ceci n’est pas du tout le moment d’entrer dans des procédures politiques coûteuses et des décisions sur le climat, fondées sur des modèles défectueux menant à l’erreur… Ce qui est généralememt appelé la “vision consensuelle” sur la science climatique est contenue dans la divulgation de données et de résultats de modèles informatiques. Ce qui est souvent réfuté comme étant une vision “sceptique” ou “négationiste”de la science climatique correspond aux observations faites dans le monde réel. Maintenant vous savez comment interpréter ces termes lorsque vous les verrez ou entendrez.”

David Rose, UK, a parlé du fait que le GIEC allait diviser par deux son ratio de réchauffement, ce qui fut diffusé partout dans le monde.. Il est critiqué pour quelques détails (avec justifications) et clarifie que son article va changer de la “moitié” à un “quart”

 “Des scientifiques de pointe du climat confessent: Le réchauffement climatique est juste d’un quart ce que nous pensions et les ordinateurs ont fait des erreurs sur les effets des gaz à effet de serre.”

Les fausses prédictions du premier rapport d’évaluation du GIEC

Pour quiconque désire argumenter les points des prédictions du GIEC en 1990. Voici ce que le GIEC avait exactememt prédit (Here’s exactly what the IPCC predicted) et pourquoi nous savons qu’ils avaient tort, ici figure ma réponse aux trucs de défense du GIEC aux arguments des sceptiques (response to SkepticalScience’s tricks to defend). Voici les questions que les vrais journalistes devraient poser:  journalists could ask  à nos “experts en climatologie” au sujet du rapport de 1990. Voici les loupés majeurs de la défense de Frame et Stone.

Citation de la première page de l’Executive Summary for Policy Makers, FAR 1990

 “Fondé sur les résultats du modèle courant, nous prédisons:

Sous le scenario A des affaires courantes du GIEC, émissions de gaz à effet de serre, un ratio d’augmentation de la température moyenne globale pendant le siècle à venir sera d’environ o,3oC par décennie ‘avec un degré d’incertitude de o,2~0,5oC)

[IPCC FAR summary]

Pas de lézard ici: même si les émissions sont stabilisées aux niveaux de 1990, les températures devraient augmenter de o,2oC par décennie pendant les premières décennies.

See the whole scanned IPCC page in context  here

Escroquerie du réchauffement climatique anthropique: Analyse d’une fraude…

Posted in actualité, altermondialisme, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, politique et lobbyisme, réchauffement climatique anthropique, résistance politique, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , on août 25, 2013 by Résistance 71

Le jour où la spirale de la mort commença pour le réchauffement climatique anthropique

 

JoAnne Nova

 

20 Août 2013

 

url de l’article original:

http://joannenova.com.au/2013/08/the-day-the-global-warming-death-spiral-began/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Commençons la dissection historique. Le réchauffement climatique anthropique (RCA) est un marché mourant et une science zombie.

Le Carbon Capture Report, basé dans l’état de l’Illinois, rassemble quotidiennement les histoires des médias de langue anglaise sur “le changement climatique”. Grâce au conseil de Peter Lang, nous pouvons voir la tendance terminale ci-dessous (NdT: cf les graphes dans l’article original). Le grand pic de la fin 2009 fut la cause de la double gifle du ClimateGate et de Copenhague (alias Hopenhagen). Depuis lors, c’est la Bérézina. Mais ce qui a attiré mon attention fut la chute de la mi-2011 (ou plus précisément du 29 Juillet 2011), lorsque les reportages des médias sur le sujet chutèrent de moitié ; une chute de changement de direction de laquelle ils n’ont jamais vraiment récupéré.

Media Matters et Joe Romm pensent qu’après la nomination de Paul Ingrassia (un climato-sceptique) comme adjoint rédacteur en chef de l’agence Reuters, les reportages sur le “changement climatique” chutèrent de moitié.

Media Matters a trouvé un déclin de 48% dans la couverture médiatique du changement climatique sur une période de six mois après la nomination d’Ingrassia à l’agence en 2011.

Mais Ingrassia a commencé en Avril 2011 et non pas en Juillet. Media Matters compare six mois avant la chute globale de couverture d’Octobre 2010 à Avril 2011 à une période de 6 mois d’Octobre 2011 à Avril 2012. Media Matters et Romm ont loupé le coche.

Le graphe de Carbone Capture Report ci-dessus inclut les dépêches de presse, les articles, les blogs et les tweets. Le changement s’est passé dans les reportages d’information et les tweets, mais ne s’est pas produit dans les blogs avant le 15 Octobre 2011. Lorsque cela se produit, l’utilisation des mots “changement climatique” a chuté de plus de 70% dans les blogs. Que s’est-il passé ? (toute suggestion bienvenue). Est-ce un artifice, cela inclut-il les commentaires ? Est-ce un moment où l’armée des 50 cents a reçu de nouvelles instructions (et pourquoi?), ou, qui sait, peut-être que les salaires des astroturfs n’ont plus été payés ? Je n’ai pas de données la dessus… Les mentions d’ “énergie éolienne” ont aussi similairement chuté la même semaine que la chute des mentions sur le “changement climatique”. Le point juste avant la chute est le 26 juillet 2011.

Les termes “énergie solaire” ont aussi sombré cette semaine, mais se sont rattappés plus ou moins. Ce n’était pas le même schéma.

Je me suis demandée quels évènements ont bien pu causer cette chute. J’ai pensé qu’il y aurait des indices sur la marché du carbone et bingo, la spirale de la mort commença en juin 2011.

Les mentions mondiales de crédits carbone ont atteint un pic sauvage le 10 juillet.

Que se passait-il donc ?

Alors j’ai commencé à chasser l’info

J’ai écrémé des pages et des pages du passé lointain de Climate Depot et de Tom Nelson (continuez à chercher, vous pourriez y trouver des choses que j’ai loupées…)

A la mi-2011 il apparaît que furent publiés quelques sondages pas très bons comme:  Poll: Most see disasters, few climate turn (11 juillet) et la croyance dans le changement climatique ayant diminué de 27 points en 4 ans: Down 27 Percentage Points in Four Years? (12 juillet). Il y avait également des reportages médiatiques sur un nouveau petit âge glaciaire comme “Earth may be headed into a mini Ice Age within a decade (14 juillet) et l’article de Christopher Booker “Global warming? A new ice age?” (6 juillet).

Aucun d’eux n’était assez.

Le CCX (Chicago Climate Exchange) s’est effondré à la fin 2010. Ceci ne fut pas le détonateur, bien que cela fut une victime précoce de la même tendance. Les républicains avaient pris le contrôle du parlement en Novembre 2010 et la loi Cap & Trade fut déclarée morte. En février 2011, les énergies renouvelables étaient sorties de l’agenda dans une “Europe frappée d’austérité” et je notais que l’argent quittait la pièce.

Ce qui apparaissait comme étant un indice majeur de cette affaire était un rapport clef publié le 1er juin par la Banque Mondiale qui disait que le marché international du carbone faisait face à de gros problèmes: World Bank warns of ‘failing’ international carbon market [Guardian June 2] . Une autre version disait:  “Carbon credits market at point of collapse”. Ils parlent du marché international CDM, qui n’est pas le même que le marché de l’UE, bien que le Gardian ait obtenu un rapport fuité suggérant que le gros du marché de l’UE était aussi menacé.

“Le marché international des crédits carbone a souffert d’un effondrement presque total, avec seulement 1,5 milliard de dollars échangés l’an dernier, le plus bas échange depuis que le système s’est ouvert en 2005, dit un rapport de la Banque Mondiale.

Un marché chancellant des émissions de gaz à effet de serre aux Etats-Unis a aussi plongé et seul le marché intérieur du carbone de l’UE est demeuré en bonne santé avec une valeur de plus de 120 milliards de dollars. Néanmoins, des documents fuités semblent montrer que même ce marché semble être également en danger.

Le marché international des crédits du carbone fut mis en place après les accords du protocole de Kyoto comme moyen d’injecter de l’investissement dans la technologie à basse empreinte carbone du monde en voie de développement.

Sous ce système, connu sous le vocable de Clean Development Mecanism ou CDM (Mécanisme de Dévelopement Propre), des projets comme les panneaux solaires et les stations éoliennes dans les pays en voie de développement sont pourvus de crédits carbones pour chaque tonne de carbone ainsi évitée. Ces crédits sont ensuite achetés par les pays riches pour augmenter leurs cibles de réductions d’émissions.”

Au 25 juin 2011 sur le WUWT, nous pouvons constater que le price de l’UE chutait également. De plus, la Pologne bloquait la législation européenne.  EU Carbon Credit trading takes a dive. In Greece, they could hardly give EU carbon credits away

La semaine dernière la Grèce a commencé à vendre aux enchères ses EUA (European Union Allowances) car elle a besoin de l’argent et probablement d’autres pays vont suivre, incluant le Portugal. Mais ils ne furent pas si chanceux que cela ! Du million de permis, seulement 6000 EUA furent vendus. La raison ? Personne n’achète…

Dans le même temps, la Pologne a bloqué un accord de l’UE sur les émissions de CO2. Elle est la plus grosse productrice de charbon de l’UE et sa part d’électricité produite au charbon (92% en 2004) est la plus haute de tous les pays membres. Elle pousse aussi pour l’extraction du gaz de schiste. Le resultat pour la Pologne: le plus gros PIB de la zone en 2009 et le 3ème en 2010, au sein des 27 états membres.

Finalement, Yvo de Boer a confirmé ce que tout le monde savait: le protocole de Kyoto est mort et enterré.

Qu’en est-il du pic monstrueux dans les histoires de crédits carbone ?

Vers le 10 juillet peut-être, les médias mondiaux finirent par réaliser ce que les traders, les bloggueurs, puis les bureaucrates avaient déjà compris. Le prix de tout ce qui avait à voir avec le crédit carbone chutait. Il est possible que dans un bref sursaut, ils se réveillèrent, l’annoncèrent puis perdirent intérêt. Dans le même temps, tous les groupes qui normalement publiaient des dépêches, se réduisaient ou fermaient et ne pensèrent pas le dire au monde et ainsi l’avalanche d’information sur le changement climatique et l’énergie éolienne ralentit tout comme l’argent investi et les journaleux s’en allèrent écrire sur des industries différentes.

C’est difficile à croire, mais le pic du 10 juillet pourrait avoir quelque chose à faire avec la premier ministre australienne Julia Gillard. Dans un style et un timing impécables, alors que le marché du carbone s’effondrait, Julia Gillard signa la loi de la taxe carbone la plus chère au monde. Elle en annonça les détails le 10 juillet. Elle choisit vraiment le dernier moment possible pour sauter du radeau de survie sur le navire en feu. Et l’Australie a chèrement payé tout cela.

Si Copenhague fut le sommet de l’affaire, les marchés survécurent seulement par l’inertie pendant encore une année, mais sous la surface, les gros joueurs du jeu truqué quittaient la partie sans faire de bruit. Dans le même temps, la Grèce et les autres économie européennes fonçaient dans le mur dans le même temps où la promesse de l’industrie des énergies renouvelables et du marché du carbone prouvaient qu’elles étaient creuses. Le marché du carbone de l’UE maintînt ses prix en 2010, mais n’avait plus la force et quand le rapport de la Banque Mondiale parut, l’argent sérieux mais moyen commença aussi à sortir du marché, et a continué à en sortir depuis lors.

Pure spéculation…

Cela a peut-être pris 18 mois, mais la grande peur du réchauffement climatique anthropique fut testée pour la première fois à Copenhague et elle échoua. La collision avec des décennies de politique monnétaire inepte de l’UE et quelques hivers très rudes ont aidé à sceller son destin. Combien de tout cela est dû au FOIA (Freedom of Information Act, loi sur la liberté de l’information) et au ClimateGate, nous ne le saurons probablement jamais.

Si les médias avaient vraiment rapporté ce qu’il s’était passé avec le ClimateGate à cette époque, ils auraient pu mener les opinions au lieu de n’être que les petits rapporteurs de l’histoire après le fait et de dire au monde ce que celui-ci savait déjà. Les médias de masse sont dans leur propre petite version de la spirale de la mort, largement parce que nous ne leur faisons plus confiance pour nous dire l’information sans mensonges ni omissions. Les journalistes scientifiques auraient pu faire exploser le ballon hyper gonflé de la peur climatique anthropique il y a bien des années s’ils avaient vraiment fait leur boulot. Merci beaucoup à des gens comme Booker, Bolt, Ridley et pour Delingpole. Merci beaucoup aux blogs !

Environnement: Escroquerie du réchauffement climatique anthropique II… Le retour de la taxe carbone !

Posted in actualité, altermondialisme, écologie & climat, économie, N.O.M, politique et lobbyisme, politique française, réchauffement climatique anthropique, résistance politique, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , on août 23, 2013 by Résistance 71

L’ensemble des merdias à la botte des politiques et surtout des banquiers nous gavent de nouveau sur une nouvelle taxe carbone… L’escroquerie généralisée se poursuit encore et toujours alors même que la science réelle, admet qu’il n’y a pas plus de réchauffement climatique anthropique que de beurre en branche !…

Nous assistons à la dernière poussée d’un mythe qui se meurt et que les guignols en charge ne peuvent plus justifier, alors, ils passent en force… C’est toujours çà de pris…  Va quand même falloir penser à dire NON ! à un moment ou un autre.

Toute cette vaste fumisterie du GIEC est politique et aucunement scientifique depuis le départ. Al Gore et Patchauri le patron du GIEC étaient associés dans feu le CCX ou Chicago Carbon Exchange, l’entité de boursicotage sur les échanges internationaux de carbone… ces ordures sont devenus milliardaires en spéculant sur une escroquerie climatique qu’ils contrôlaient de l’intérieur, on attend toujours leur mise en examen, et leur passage devant une cour de justice.. Justice ? Avons-nous dit justice ?…  Pardon,iIl n’y a pas d’abonné au numéro que…..

Jusqu’où ces escrocs peuvent-ils pousser le bouchon ? Les paris sont ouverts !…

– Résistance 71 –

 

Les théories sur le climat s’effondrent alors que les données et les experts suggèrent un refroidissement global

 

Alex Newman

 

22 Août 2013

 

url de l’article:

http://www.infowars.com/climate-theories-crumble-as-data-and-experts-suggest-global-cooling/print/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Les alarmistes du soi-disant réchauffement climatique anthropique (RCA) sont entrés en transe après que les dernières données concernant le climat aient confirmé que la Terre entre apparemment dans une phase de refroidissement, les zones de glace couvrant l’Antarctique ont atteint des niveaux record, les tornades et les ouragans sont au plus bas et bien plus. D’après les experts, les récentes révélations continuent de ridiculiser les affirmations des alarmistes, prouvant comme fausses les théories des Nations-Unies faisant état d’un réchauffement climatique dû à l’humain ainsi que les “modèles climatiques” informatiques largement imprécis et induisant en erreur et qui sont utilisés pour prévoir et forcer une vision apocalyptique afin de d’imposer une taxe carbone et des gouvernements toujours plus centralisés.

Les promoteurs de ce qui est appelé la théorie du “réchauffement climatique anthropique”, qui clâment que la race humaine est à blâmer pour un soi-disant réchauffement global, ont prévenu depuis longtemps qu’augmenter les niveaux de gaz carbonique dans l’atmosphère mènerait à un réchauffement “catastrophique”. Le problème est que même en se fondant sur les données récupérées par les alarmistes climatiques, comme le bureau du MET en GB par exemple ou des agences américaines très variées, ceci montre que le réchauffement global s’est arrêté il y a plus de 15 ans tout comme le New American l’avait rapporté l’an dernier.

Maintenant, une version fuitée du prochain rapport du GIEC mis en avant par les médias suggère que le corps mondial des “scientifiques du climat” a des problèmes pour expliquer publiquement le manque de réchauffement, réchauffement qu’ils avaient pourtant prédit avec tant de conviction. Parmi les explications offertes par les experts supposés de l’ONU: “les cendres des volcans”, “un déclin de l’émanation de chaleur du soleil” ou plus de chaleur “absorbée par les profondeurs des océans”, d’après les agences de presse.

Apparemment néanmoins, le brouillon du rapport de l’ONU, qui doit être publié au cours de l’année prochaine, envisage la possibilité que le climat ne “soit pas aussi sensible au CO2” que les alarmistes et leur modèle maintenant réfuté, voulaient le faire croire. Pourtant, un porte-parole du GIEC, cité dans l’organe du gouvernement de la BBC, longtemps critiquée pour avoir poussé l’escroquerie sur le changement climatique anthropique malgré les preuves réelles du contraire, a averti le public de ne pas trop faire attention au brouillon fuité du rapport car “il est garanti que cela va changer” avant d’être officiellement publié. Les scientifiques et experts qui ont travaillés avec l’entité onusienne ont dit au New American sur une période s’étalant sur plusieurs années que le GIEC n’est intéressé qu’à pousser l’hystérie collective sur le climat et ce indépendemment de ce que les faits empiriques montrent.

Bien sûr, le CO2, un gaz naturel expiré par les humains et tout être vivant et fondamental à la vie sur Terre, a été diabolisé depuis longtemps par les alarmistes climatiques comme étant un “polluant”. Et ce malgré le fait bien connu que les émissions de ce gaz par les humains ne représentent qu’une fraction du 1% des gaz à effet de serre présent naturellement dans l’atmosphère ; de fait les supporteurs des théories du RCA insistent sur le fait que l’humanité doit, sous l’égide de l’ONU, détruire l’économie pour réduire les émissions de gaz et nous sauver d’un soi-disant désastre.

Quoi qu’il en soit, avec les dernières données en date suggérant que les niveaux augmentés de CO2 n’ont pas mené au réchauffement tant attendu, les experts disent qu’il est temps pour l’ONU et ses cohortes de repenser leurs théories controversées. Même les médias de masse dans certains pays, pourtant bastions de longue haleine de l’alarmisme climatique, ont finalement commencé à rapporter des informations sur le refroidissement potentiel de la Terre. Le quotidien Jyllands-Posten du Danemark par exemple, a publié un article explosif le 7 Août au sujet du manque de réchauffement ces 15 dernières années, demandant à des experts qui ont suggérés que la Terre était sans doute en train d’entrer dans un nouveau “petit âge glaciaire”.

Rappelant aux lecteurs que le dernier (petit) âge glaciaire s’est terminé il y a juste 100 ans, l’article titrait “Le comportement du soleil va sans doute déclencher un nouveau petit âge glaciaire”. Parmi d’autres experts, l’article citait un spécilaiste du soleil irlandais Ian Elliott, qui prévenait que “nous pourrions bien être sur la route d’un nouveau petit âge glaciaire”, dû à une très basse activité solaire, et “quelques hivers très rudes”. L’astrophysicien danois Henrik Svensmark a expliqué que des années 1940 jusqu’au tout début de ce nouveau siècle “nous avons eu la plus haute activité solaire depuis plus de 1000 ans”. La dernière fois que le soleil a été si actif, a ajouté Svensmark, fut durant la période chaude médiévale. Que les alarmistes du climat passent leur temps à minimiser ou à ignorer car elle n’entre pas et ne correspond pas à leurs “théories”.

“Ceci voudrait dire que les températures ne vont pas augmenter pendant les trente prochaines années et peut-être même décroître”, a continué l’expert, ajoutant que “beaucoup des modèles climatiques utilisés par le GIEC et autres entités surestiment l’influence du CO2 et sous-estiment l’influence du soleil.” D’après ce que dit le prochain rapport du GIEC, Svensmark a dit que l’entité de l’ONU est “très biaisée” et il ne pense pas qu’il y aura “quoi que ce soit de raisonable dans ce rapport”. L’astrophysicien de renom conclut en notant que malgré les affirmations sur l’océan absorbant le supposé réchauffement climatique, “plusieurs milliers de bouées mesurent la température dans les océans et n’ont pas enregistrer la moindre variation, augmentation des températures océaniques”.

Plus tôt ce mois-ci, la NOAA américaine a publié son “État du climat pour 2012” montrant que l’an dernier fut parmi les années les plus froides de ce siècle. D’après les analystes, malgré les tentatives de l’agence gouvernementale à pirouetter les résultats et à continuer à alimenter une hystérie futile, les données en fait confirment que le globe s’est arrêté de se réchauffer il y a plus de 15 ans. Le rapport expose également les “modèles climatiques” bidons qui avaient prédit un important réchauffement fondé sur l’augmentation du CO2, comme faux, ce que les scientifiques crédibles avaient argumenté depuis toujours.

“La stagnation des températures depuis 15 ans défie toutes les projections informatiques des modèles, confirmant ainsi que les modèles avaient exagéré la sensibilité du climat au CO2”, a expliqué un prominent climato-sceptique Pierre Gosselin, ingénieur, qui passe maintenant son temps à torpiller l’hystérie climatique. “Afin que les modèles soient corrects, la température globale sur ces 6 dernières années devrait être de 0,2 à 0,3oF plus chaude”.

Malgré ces vérités gênantes, Gosselin suspecte que la NOAA et les autres agences gouvernementales américaines comme la NASA vont bientôt commencer à “réajuster” les données pour leur faire dire ce qu’elles veulent, ce dont elles ont besoin. “Une telle manipulation des données (sans doute criminelle) est devenue depuis longtemps, l’approche “scientifique” de la NASA ces dernières années”, a t’il dit. “Cela nous rappelle un peu les jours où Staline avait essayé de corriger l’histoire en faisant falsifier des photos.”

Déjà, dans un effort apparent de sauver la face, et peut-être de grosses sommes de financement en provenance des contribuables, la NOAA a été prise à “choisir ses anecdotes climatiques” comme “preuves” que la Terre se réchauffe. “Si vous pensez que les scientifiques ne peuvent pas devenir encore plus incompétents, pensez-y à deux fois”, continue Gosselin dans son rapport démolissant les arguments bidons du gouvernement. “Les scientifiques de la NOAA apparaissent même croire que les évènements froids sont des signes de réchauffement climatique global. Ceci inclut l’expansion de la glace antarctique comme preuve que la Terre se réchauffe.” De fait, la NOAA a cité les records de glace antarctique dans son rapport.

Comme si tout cela n’était pas suffisamment embarassant, les alarmistes climatiques prônent à engendrer la peur comme le président Obama ont menacé les Américains et l’humanité avec une augmentation des tornades et des ouragans à cause du RCA. Entre deux appels pour toujours plus d’argent, les patrons de l’ONU ont aussi hurlé au sujet de la soi-disante “météo extrême”, qui est supposée être le résultat des émissions de CO2 humaines. Pourtant des données récentes ont une fois de plus couvert d’œuf et de farine les visages des réchauffistes.

D’après les derniers rapports sur l’étude des tornades aux Etats-Unis, la nation est en ce moment au milieu de ce que les éminents spécialistes appellent une “sécheresse de tornades”, établissant un nouveau bas record pour ces 60 dernières années. En ce qui concerne les ouragans, dont les alarmistes climatiques avaient annoncé une recrudescence marquée tant en volume qu’en intensité, la situation est similaire à celle des tornades. Les analystes disent que le terme présidentiel d’Obama a vu le plus bas taux d’ouragans touchant les côtes américaines de tous les présidents américains. Cela fait huit ans qu’un ouragan majeur n’a pas touché le pays.

Tandis que les faits et les données collectés continuent de moquer les théories de l’ONU et de l’alarmisme climatique financé par les contribuables, ceci ne veut pas dire que les officiels planifient d’arrêter bientôt de faire peur aux gens. En fait, le gouvernement Obama et ses groupes au front comme “Organizing for Action” gonflent l’hystérie dicréditée à des niveaux sans précédent, s’engageant même dans une chasse aux sorcières concernant les climato-sceptiques et ceux qui refusent de croire aux balivernes du GIEC.

Il apparaît maintenant aux analystes et aux scientifiques sérieux qu’après avoir gaspillé des milliards de dollars d’argent des contribuables et en ayant mis sa crédibilité en jeu en poussant l’escroquerie climatique, que l’establishment n’est pas encore prêt à abandonner ses théories pourtant largement discréditées. Une fois que ‘humanité va réaliser que les justifications pour toujours plus d’impôts, plus de régulations, une augmentation du pouvoir gouvernemental et de l’érosion de la liberté et de la souveraineté nationale autour du monde s’effondrent, alors il sera bien plus difficile de pousser ce genre de choses dans le futur.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 345 followers