Archive for the presse et média Category

Nouvel Ordre Mondial: Les 12 ingrédients de la recette de renversement de régimes par la CIA…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, guerre iran, guerre Libye, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, presse et média, résistance politique, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , , on 10 décembre 2014 by Résistance 71

Les douze étapes employées par les Etats-Unis pour changer les régimes

 

IRIB

 

Aeneas Georg

 

9 décembre 2014

 

url de l’article en français:

http://french.irib.ir/analyses/commentaires/item/351664-les-douze-étapes-employées-par-les-usa-pour-changer-un-régime

 

Même si elle a un nom sympa, la récente révolution à Hong Kong

suit assez bien le schéma standard de changement de régime et de déstabilisations politiques formatées par les USA. Et les Chinois n’ont pas besoin de sous-titres!

Désormais, nous savons que la Russie connaît bien les méthodes des changements de régime, dont l’empire du Chaos use et abuse afin de maintenir sa suprématie. C’était apparu très clairement dans l’allocution de Poutine au Club Valdaï :

« De fait, depuis un bout de temps, nos collègues (les USA) ont tenté de gérer les dynamiques politiques, en utilisant les conflits régionaux et en concevant des “révolutions de couleur” correspondant à leurs intérêts, mais… le génie aux trois vœux s’est échappé de la bouteille. Il semble que les pères de la théorie du “chaos sous contrôle” ne savent plus eux-mêmes qu’en faire ; c’est une complète débandade dans leurs rangs. »

La Chine a aussi été l’objet de tentatives de changement de régime dans sa province du Xinjiang, dans l’ouest de la Chine, et plus récemment à Hong Kong. La question est : dans quelle mesure la Chine est-elle consciente du rôle des USA dans ces mouvements de protestation ?

Une récente vidéo sur Youtube fait clairement apparaître que la Chine a une très nette compréhension de l’échiquier géopolitique et de ses enjeux, même s’il n’est pas sûr que les opinions présentées sont celles du peuple chinois en général.

La vidéo relève douze étapes utilisées par les USA pour changer un régime politique, et poursuit en expliquant comment ces dynamiques de changement de régime, partout dans le monde, ainsi que l’antagonisme envers la Russie et la Chine, s’inscrivent dans un schéma qui pourrait mener à la troisième guerre mondiale.
   

1- Envoyer des agents de la CIA, du M16 et d’autres officines vers le pays cible, comme touristes, étudiants, volontaires, hommes d’affaires ou encore journalistes.

2- Lancer des ONG estampillées, luttant pour la démocratie et les droits de l’homme, afin d’attirer les promoteurs de la liberté et des idéaux supérieurs.

3- Attirer les traîtres, en particulier des universitaires, des politiciens, des journalistes, des soldats, etc., par l’argent, ou le chantage, pour ceux qui ont commis quelque chose de répréhensible.

4- Si le pays a des syndicats, les contrôler par la corruption.

5- Choisir une appellation sympa ou une couleur pour la révolution, par exemple le printemps de Prague (1968), la révolution de velours dans l’Est-européen (1969), la révolution des roses en Géorgie (2003), la révolution du cèdre au Liban (2005), la révolution orange en Ukraine, la révolution verte en Iran, la révolution de jasmin, le printemps arabe ou encore la révolution des parapluies à Hong Kong.

6- Commencer des manifestations sur n’importe quel motif, juste pour lancer la révolution. Ça peut être les droits de l’homme, la démocratie, la corruption du gouvernement, une fraude électorale. Pas de preuves nécessaires, une justification suffit.

7- Écrire les calicots et autres banderoles en anglais, afin qu’ils puissent être lus aux USA, et ainsi impliquer les politiciens et citoyens américains.

8- Laisser les politiciens, les intellectuels et syndicalistes corrompus rejoindre les manifestations, et en appeler au peuple pour qu’il se joigne à eux, toute doléance étant la bienvenue.

9- Faire en sorte que les médias officiels, tant US qu’européens, soulignent que la révolution est causée par l’injustice, de façon à gagner l’opinion de la majorité silencieuse.

10- Quand le monde entier regarde, monter une opération sous fausse bannière. Le gouvernement ciblé sera très vite déstabilisé, et perdra du crédit auprès de son propre peuple.

11- Faire intervenir des agents provocateurs, pour forcer la police à utiliser la violence. Le gouvernement ciblé perd alors soutien des autres pays et devient délégitimé aux yeux de la communauté internationale.

12- Envoyer des politiciens locaux aux USA, en Europe et aux Nations-Unies demander des sanctions économiques à l’encontre du gouvernement ciblé, des zones d’exclusion aérienne, voire des frappes aériennes, et soutenir un soulèvement de rebelles armés.

Quiconque a fait un peu attention aux événements récents de ce monde peut reconnaître le schéma décrit. Les psychopathes ne sont pas à ce point, imaginatifs. Ils utilisent jusqu’à la corde les mêmes méthodes, encore et encore. Et la plupart du temps, cela bénéficie à ces psychopathes qui gouvernent, pour qui ça ne pose pas de problèmes si, une fois leur marionnette installée au pouvoir, on révèle leur rôle dans la combine. 

Les médias de masse, serviles et obéissants, sont toujours disponibles pour poursuivre le travail de propagande et annihiler toute contestation qui dévoilerait la main du marionnettiste derrière le décor, ou salir des réputations, quand les arguments manquent. 

Un exemple édifiant de ce genre de situation est à trouver à Hong Kong, dans les événements récents, est à voir dans un article intitulé Le New York Times part en vrille à propos de la liberté d’association en Chine.

Et, ça tombe bien, la mémoire du grand public est assez courte, avec les distractions à la sauce d’Hollywood, les médias sociaux sur internet, et carrément la Loi constitutionnelle au sens strict pour faire bonne mesure.

La vidéo se poursuit :

« Si les douze étapes n’aboutissent pas à renverser le régime, les USA trouvent une excuse pour intervenir militairement et finalement faire tomber le gouvernement ciblé par la force. En fait, cette démarche a montré son efficacité.
[…]
Ainsi ce n’est pas par des mouvements civils spontanés que des pays sont renversés. Bien au contraire, les révoltes sont préparées avec soin, et orchestrées jusqu’au moindre détail. En fait, renverser un pays par civils interposés est de loin meilleur marché qu’envoyer des troupes pour attaquer et détruire ledit pays. C’est pourquoi les USA continuent à appliquer ces douze étapes contre les pays qu’ils considèrent comme des ennemis. »

La vidéo blâme les francs-maçons, mais il serait plus pertinent d’accuser l’élite psychopathe. Un de ses traits majeurs est le fait qu’elle n’a aucune conscience spirituelle, et donc se moque absolument des souffrances humaines, et même du nombre de morts occasionné. On pourrait même avancer qu’elle goûte la souffrance…

Comme toujours, il ne tient qu’à nous de prendre conscience de ce cauchemar et de nous réveiller, de comprendre qu’il y a, parmi nous, des prédateurs dénués de valeurs éthiques ou d’humanité. C’est devenu plus facile, à mesure que l’empire du Chaos, dans sa lutte désespérée pour maintenir son hégémonie, montre sa vraie nature, à qui veut voir. Et ainsi donc, une réalité que les pays des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud), et même d’autres, commencent à pleinement saisir. Il est certain qu’une plus grande coopération parmi ces pays a permis de diffuser la prise de conscience du modus operandi de ces psychopathes. La vidéo chinoise en est une de ses illustrations.

Aeneas Georg

Source: Global Research

États policiers, polices militarisées, l’affaire de Ferguson et l’avènement du totalitarisme… Suite

Posted in actualité, désinformation, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, presse et média, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , on 30 novembre 2014 by Résistance 71

Ceci est une mise à jour de PCR sur son article précédent, que nous avons traduit et publié le 28 Novembre.

– Résistance 71 –

 

Une réexamination de l’affaire de Ferguson

 

Paul Craig Roberts

 

28 novembre 2014

 

url de l’article original:

http://www.paulcraigroberts.org/2014/11/28/ferguson-reexamined-paul-craig-roberts/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Il y a eu très peu de bonnes questions posées, s’il y en a même eu, durant la grande audition de ce Grand Jury de Ferguson pour savoir si le policier Darren Wilson allait être inculpé du meurtre de Michael Brown.

La plus importante des questions qui n’a pas été examinée est de savoir si la police est entraînée pour immédiatement utiliser la force en tant que première ressource dans une crise et ce avant même d’évaluer la situation de terrain ou même de savoir s’ils sont bien à la bonne adresse pour leur intervention ? La police est-elle formée pour mettre la vie de ses membres bien au-dessus de celle de suspects potentiels ou de celle des familles dont les commandos de police forcent les demeures et que de savoir si la police ne fait qu’appliquer ce qu’on lui a enseigné lorsqu’elle tue sans raison des membres de public ? Alors que la police est entraînée pour l’utilisation de la force en première instance, elle ne peut donc plus être jugée comme responsable (NdT: elle “suit les ordres d’en haut”… L’excuse la plus invoquée au procès de Nüremberg…)

Il y a beaucoup de vidéos que l’on peut voir en ligne qui montrent que la première chose que la police fait lorsqu’elle arrive sur un lieu d’appel est d’utiliser la force.
Michael Brown n’était pas dans sa tombe de quelques heures que les flics de Cleveland ont tué un jeune garçon de 12 ans qui jouait dans la rue avec un pistolet jouet qui tirait des petites billes en plastique. Sur la vidéo, on voit que l’enfant non seulement ne menace personne, mais qu’il n’y a personne avec lui à ce moment précis. Le garçon joue un scenario ludique qu’il a en tête. Un observateur appelle la police. Celle-ci arrive et abat instantanément le garçon dès son arrivée.

Voici une sélection de vidéos et d’articles. Quelques videos sont compressés pour économiser du temps au visionnage. Elles sont d’une durée allant de 59 secondes à 7min51, qui montre le gamin marchant sur le trottoir. Toute l’action se produit à la fin. La police arrive et ouvre instantanément le feu, ne faisant absolument aucun effort d’évaluation de la situation.

http://www.nbcnews.com/news/us-news/video-shows-cleveland-cop-shoot-12-year-old-tamir-rice-n256656
http://www.dailymail.co.uk/news/article-2850234/Video-released-showing-police-shooting-Tamir-Rice-12-carrying-BB-gun.html

http://www.wkyc.com/story/news/local/cleveland/2014/11/26/tamir-rice-shooting-video-released/19530745/

http://nypost.com/2014/11/27/cops-release-video-of-officer-fatally-shooting-12-year-old/

Quelques jours à peine avant que Michael Brown ne fut tué à Ferguson, la police de l’Ohio a assassiné John Crawford dans un magasin Walmart. Qu’avait-il fait ? Il avait pris une carabine à air comprimé d’une étagère du Walmart et était en train de parler au téléphone avec la mère de ses deux enfants, peut-être pour discuter de l’achat de la carabine pour les enfants. Un observateur nommé Ronald Ritchie s’est senti menacé et a appelé la police. La police s’est alors engoufrée dans le magasin et a abattu sur le champ Crawford. La police affirme que les agents ont ordonné à Crawford de lâcher la carabine, mais la vidéo montre la police tirant à vue sur Crawford. Le “citoyen concerné” Ritchie a en fait causé deux morts, car l’incident qui a causé la mort de Crawford a aussi vu la mort d’une cliente du magasin par crise cardiaque, Angela Williams, alors que celle-ci fuyait l’ouverture du feu de la police.

http://www.washingtonpost.com/news/post-nation/wp/2014/09/25/ohio-wal-mart-surveillance-video-shows-police-shooting-and-killing-john-crawford-iii/

Oui, vous l’avez deviné, le Grand Jury a aussi décidé que la police avait eu raison.

Voici une autre vidéo qui démontre qu’un policier abat une personne instantanément sans aucune cause probable pour son action: http://www.msnbc.com/all-in/watch/dashcam-shows-cops-shooting-an-unarmed-man-333655619609 Ceci est un cas rare dans lequel en fait le policier a été tenu pour responsable, sûrement parce que la vidéo empêchait les autorités de fabriquer l’histoire usuelle pour justifier l’action de la police.

Dans cette vidéo, la police abat un homme de race noire dans la rue. Après avoir tiré sur Kajieme Powell 10 fois, les flics continuent de braquer le corps sans vie tandis qu’il est menotté. Comme une litanie sans fin de ces vidéos, celle-ci montre que soit des psychopathes sont recrutés dans les forces de police ou alors alors que l’entraînement subi rend les flics psychopathes. http://www.youtube.com/watch?v=_68bmTlGtQ8

Ces deux rapports examinent l’histoire du policier Darren Wilson qui a abattu Michael Brown à Ferguson et concluent que l’histoire racontée par Wilson n’a pas de sens. http://www.vox.com/2014/11/25/7281165/darren-wilsons-story-side and http://www.vox.com/2014/11/25/7287443/dorian-johnson-story Plus que vraisemblablement, Michael Brown a été une autre victime des violences gratuites que la police est entraînée à utiliser. L’utilisation d’une force létale par Darren Wilson est en fait en concordance avec son entraînement.

Le problème du Grand Jury et du procureur de Ferguson et partout ailleurs est que le vrai problème, celui de l’entraînement de la police à utiliser une force létale en première instance, n’a pas été identifié comme la cause fondamentale de la mort de Michael Brown.

La décision du Grand Jury de Ferguson n’est pas une exonération de l’utilisation par Wilson de la force létale. Quiconque est familier avec le système de justice criminelle américain (sic) sait que n’importe quel procureur peut obtenir ou empêcher une accusation par un Grand Jury. Les procureurs sont autorisés à déterminer quelles preuves et témoignages seront présentés. Les procureurs sont autorisés à corrompre des témoins avec de l’argent ou des retraits de plaintes et ils peuvent faire passer en force des faux témoignages en menaçant des témoins d’accusation. Il est très rare qu’une mise en accusation ou un refus de mise en accusation repose sur des faits réels.

Le système judiciaire américain ne se préoccupe plus du tout de justice, mais de la carrière des procureurs, de punir les sans pouvoir (NdT: sans dents ?… ;-) ) et protéger les puissants. Alors que la justice ne fait grandement plus partie du système judiciaire, il n’est pas du tout surprenant que la police ne possède aucun concept de ce qu’est la justice.

Note: Voici une vidéo des brutes flics d’Alburquerque au Nouveau-Mexique, assassinant un homme blanc qui ne faisait rien d’autre que de transporter des étriers de freins de voiture. Remarquez comment la floppée de policiers prétend que l’homme qu’ils viennent de hâcher menu par balles est toujours dangereux.

http://www.youtube.com/watch?v=pBuwceiQ5Ik

Changer de paradigme commence avec l’abandon des fraudes « scientifiques » comme le darwinisme-social…

Posted in actualité, altermondialisme, démocratie participative, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, philosophie, politique et social, presse et média, résistance politique, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , on 29 novembre 2014 by Résistance 71

Le meilleur antidote contre cette pure fadaise inventée de toute pièce qu’est le darwinisme social (inventé par Thomas Huxley et perpétué par les Herbert Spencer et consorts) est « L’entr’aide mutuelle, un facteur de l’évolution » de Pierre Kropotkine, qu’il écrivit en réponse aux inepties et au détournement fait des recherches de Darwin lui-même par l’eugéniste Thomas Huxley.

L’article de Dean Henderson ci-dessous poursuit dans cette ligne.

– Résistance 71 –

 

La fraude du darwinisme-social

 

Dean Henderson

 

24 novembre 2014

 

url de l’article original:

http://hendersonlefthook.wordpress.com/2014/11/24/the-social-darwinism-fraud/#more-990

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Il est important de comprendre la transition méthodologique historique employée par l’élite globaliste dans sa quête sans fin du contrôle des personnes et des ressources de cette planète. Le plus important est le glissement d’une confrontation ouverte avec les mouvements de libération et leur suppression violente, vers des formes plus subtiles de guerre psychologique menées par le contrôle et le déformation de l’information au travers des médias de masse (alias les merdias).

Cette bataille pour gagner nos esprits prend plusieurs formes, mais commence par l’insertion de bases philosophiques dans le consensus public. Une des plus insidieuses de celles-ci est le darwinisme-social, qui prêche la “survie du plus apte”, la “survie du plus fort” et renforce le paradigme de la domination. Cette vision du monde totalement frauduleuse est renforcée par une recherche “scientifique” financée par les grandes entreprises et a besoin d’être déconstruite et discréditée si nous voulons évoluer de manière progressiste en tant qu’espèce.

L’expédition de Charles Darwin a été financée par la noblesse. Il était lui-même franc-maçon. Malgré son haut degré élitiste, la recherche de Darwin le mena à des conclusions très importantes qui n’étaient pas “la survie du plus apte”, ce mantra que l’élite globaliste a employé depuis lors pour justifier toute turpitude, du colonialisme et de l’esclavage à la finance des banques centrales privées en passant par le capitalisme monopoliste. La thèse centrale de Darwin était plutôt que la survie d’une espèce était infiniment dépendante d’un haut degré de coopération au sein de cette espèce. (NdT: Ce qui est corroboré par les recherches de Pierre Kropotkine, grand penseur anarchiste et “père” de la biologie-sociale…)

J’ai grandi dans un ranch occupant 810 ha de terre et j’ai vécu en milieu rural la plus grande partie de ma vie, j’ai chassé, posé des pièges, pêché, élevé du bétail et eu des animaux familiers. J’ai marché des centaines de kilomètres dans l’arrière pays du Montana et ses chemins montagneux, j’ai rencontré des Grizzlies, des bouquetins, des orignaux et des loups.

J’ai récemment été visité avec mon épouse le parc national Kruger en Afrique du Sud. Au travers de toutes ces expériences, je n’ai JAMAIS vu deux animaux sauvages s’engager dans un combat mortel. Ce que j’ai vu, c’est la coopération animalière à bien des niveaux, pas seulement au sein des mêmes esèces animales mais aussi entre des espèces différentes.

Allez marcher dans la forêt et vous entendrez des oiseaux prévenir le renard que vous vous dirigez vers lui. Observez une horde de chevreuils et vous verrez celui qui est le plus afuté, regarder et attendre les plus jeunes, les membres de la horde blessés ou malades. Visitez le parc Kruger et vous y verrez des phacochères rester très près des zèbres, pourquoi ? Parce que le zèbre peut voir au dessus le l’herbe haute de la savane et voit les lions venir, tandis que le phacochère plus petit mais avec des petites défenses très aiguisées peut donner suffisamment de fil à retordre à une lionne pour permettre à un zèbre d’échapper à une embuscade. (NdT: ceci s’appelle la “relation symbiotique” naturelle, qui est une coopération fondée sur l’entr’aide mutuelle directe, elle est absolument partout dans la nature, sur terre, dans les airs et sous l’eau…)

J’ai eu deux chiens pendant près de 15 ans. Buck le chien le plus grand, se soumettait à Milo, plus petit mais plus vieux, ceci durant toute sa vie. Ils n’ont jamais eu une seule confrontation physique de leur vie. Bien que Buck était le plus fort des deux sans aucun doute, il ne voyait aucun intérêt à jouer “le caïd”. Buck savait que la coopération était le chemin le plus facile. En retour, Milo n’a jamais abusé de sa situation “d’ancienneté”.

Il est bien évident que des confrontations se produisent dans le règne animal, la plupart du temps durant les période de rut, de reproduction et quand la nourriture devient rare. Les garçons resteront des garçons et tout être vivant doit manger. Mais pourquoi les merdias se focalisent-ils tellement sur ces rares incidents et si peu sur la coopération prévalente dans la communauté naturelle ? Parce que le faire taillerait en pièces le mythe qui pousse l’idée que le capitalisme monopolistique est le système économique naturel.

L’élite globaliste a utilisé cette même fausse version du néo-darwinisme dans son portrait des peuples indigènes. On nous dit, souvent pour justifier une quelconque guerre du pétrole d’Exxon-Mobil et de la Citibank (NdT: intérêt Rockefeller), que “les Indiens étaient aussi toujours en guerre les uns contre les autres blablablabla…” Et pourtant, n’importe quel anthropologue sérieux vous dira que les peuples natifs des Amériques s’engageaient très rarement dans des guerres inter-tribales pendant les plus de 100 000 ans qu’ils ont passé sur ce continent sans contact avec les Européens. (NdT: Les “guerres” entre nations indiennes étaient le plus souvent des escarmouches et les raids des représailles, qui souvent se résolvaient en conseil avec les familles intéressées. Une chose est également sûre: Les nations premières des Amériques ne connaissaient pas les guerres d’extermination propres aux Européens et à l’expansion capitalisto-coloniale…)

Les nations et tribus pré-colombiennes, n’avaient pas de chef “alpha”. Ils avaient des conseils de clans, de tribus, de nations, consistant en des hommes et femmes les plus âgés et dont l’expérience de la vie avait une grande valeur. Les jeunes chasseurs, plus forts et vigoureux devaient toujours montrer une respectueuse déférence aux anciens (le respect est ici une notion importante..). Parmi les Lakota par exemple, le chasseur qui avait tué un animal mangeait toujours le dernier, renforçant ainsi la valeur de l’humilité et décourageant l’arrogance. La puissance (et l’arrogance qui va avec) ne sont pas juste dans les sociétés des premières nations du continent. (NdT: A ce sujet consultez notre dossier sur les travaux de l’anthropologue politique Pierre Clastres sur ce blog, ses recherches corroborent tout a fait ce que nous dit ici Dean Henderson)

La noblesse européenne a vu cela et jugea ce modèle socialiste tribal comme étant une menace à la croissance de l’empire industrio-capitaliste. Ils ont donc loué les services de porte-flingues emmenés par la clique de sbires comme Albert Pike, fondateur à la fois de la franc-maçonnerie du rite écossais et du Ku Klux Klan et ont lancé les guerres d’extermination contre les Indiens. Ces mercenaires génocidaires ont appris aux Indiens à prendre des scalps (NdT: Les Indiens “scalpant” leurs ennemis est un mythe. La pratique fut introduite par les colons blancs qui récompensaient les chassseurs de primes “à la tête”, comme les têtes étaient lourdes en encombrantes, le scalp devint une pratique courante pour les colons/chasseurs de prime pour se faire payer…), leur payant des récompenses avant que ces scalps ne fussent envoyés aux dégénérés européens qui faisaient dieu sait quoi avec ceux-ci.

Les troupes de Pike choisissaient les “chefs” tribaux, toujours ceux suffisamment veules et fourbes et facilement corruptibles. Ces “chefs” remplacèrent les conseils traditionnels de tribus et de nations, signèrent des traités vendant ou donnant des terres ancestrales aux colons et furent corrompus afin qu’ils attaquent d’autres tribus et nations indiennes pour créer le désordre et la désunion nécessaires pour que l’élite globaliste puisse détruire le modèle socialiste natif. (NdT: Dans l’ère moderne, ces “chefs” corrompus ne sont plus choisis par les colons mais plus pernicieusement, sont élus sous le coup des lois coloniales pour “représenter” leurs peuples. Ce sont les “conseils de bande” au Canada sous la loi indienne de 1867 et 1923 et les “conseils de tribus” aux Etats-Unis sous le coup de la loi fédérale sur les Indiens. Ces “conseils” par essence corrompus ne représentent pas la société traditionnelle native.)

Le néo-darwinisme (social) est une façon diabolique, emplie de peur, de penser le monde. C’est une réalité totalement en porte-à-faux avec la Nature. Le paradigme de domination qu’il justifie est une construction, une fiction du monde industriel occidental, essayant de justifier et de forcer une logique pour les actions passées, présentes et à venir de ces gens, de cette ligne (con)sanguine de la pseudo-élite globale.

Une dernière pensée: Si le contrôle de l’économie mondiale est vraiment aussi simple que la théorie de la “survie du plus apte ou du plus fort” et que prévaut la “domination du mâle alpha”, alors quelqu’un comme Evander Holyfield (NdT: boxeur poids-lourd de renom) ne devrait-il pas être le proprio de la Bank of America, au lieu du chétif PDG de Goldman Sachs Lloyd Blankfein et que celui-ci en soit réduit à louer une baraque infestée de cafards dans le bas-Harlem ?

Escroquerie du réchauffement climatique anthropique: Quand la nature reprend pas à pas le dessus sur la propagande politique…

Posted in actualité, écologie & climat, économie, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, politique et lobbyisme, politique et social, presse et média, réchauffement climatique anthropique, résistance politique, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologie, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , on 17 novembre 2014 by Résistance 71

Un El Niño exposé et la nouvelle norme de la météo

 

Dr. Roy Spencer (Ph.D météorologie, ex-NASA)

 

13 Novembre 2014

 

url de l’article original:

http://www.drroyspencer.com/2014/11/a-busted-el-nino-and-the-new-weather-norm/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Avec les espoirs d’une diminution d’El Niño (maintenant réduite à une probabilité de 58%) et ce qui pourrait bien être le début précoce d’un hiver inhabituellement long et froid, il est utile de prendre un peu de recul et d’examiner pourquoi certains d’entre nous avons écrit avec persistance depuis plusieurs années sur ce qui contrôle vraiment les variations climatiques d’Amérique du Nord sur l’échelle du temps de votre vie: les cycles naturels climatiques.

Les plus importants de ceux-ci sont l’Oscillation Décennale Pacifique (ODP) et l’Oscillation Atltantique Multi-Décennale (OAMD).

Non seulement ces cycles influences le climat nord-américain, mais il y a un grand nombre de preuves qu’elles soient en partie responsables de ce Gremlin populaire qu’est le “réchauffement climatique”.

Comme le graphique suivant le montre, l’ODP, qui fut à l’origine découverte en tant que contrôle principal de la productivité de la pêche industrielle sur la côte ouest de l’Amerique du Nord, est aussi reliée à des périodes où les températures montaient ou descendaient, ce qui tend à se produire sur des périodes d’environ 30 ans:

(Voir graphe sur l’article original)

Nous ne sommes pas sûrs de la façon dont cela se produit, mais de petites variations naturelles dans la formation globale des nuages, changeant la quantité de lumière solaire qui pénètre dans le système climatique sont une forte possibilité.

Le problème est important parce que dans la mesure où les cycles naturels du climat sont partiellement responsables d’un réchauffement récent, le moins de raison il y a de se sentir concernés au sujet de politiques énergétiques qui réduisents l’utilisation des sources carburants dites fossiles actuellement nécessaires à la prospérité humaine. Avec la nouvelle du jour établissant que le président Obama va continuer à exercer une action exécutive sur le changement climatique tout en ne demandant pas de résultats équivalents au plus gros émetteur de gaz à effet de serre au monde, la Chine, il est important que les gens comprennent que la plupart de ce que nous subissons en termes de météorologie et de changement climatique est très largement hors de notre contrôle.

Le problème en incluant les cycles naturels du climat dans la discussion nationale sur le réchauffement climatique (anthropique) est à la fois politique et scientifique:

  • Cela ne cadre pas avec le narratif du réchauffement global qui est piloté par des objectifs politiques et…
  • Nous ne comprenons pas ce qui cause les cycles climatiques naturels et ils ne peuvent donc pas être incorporés dans les modèles informatiques de simulation et d’anticipation du changement (comme ceux bien sûr du GIEC).

Le financement de la recherche du gouvernement depuis au moins les derniers 25 ans, a tablé sur la supposition d’une cause humaine et comme je l’ai toujours dit, si vous financez des scientifiques pour trouver une connexion, ils vont en trouver une ou plusieurs. Voilà pourquoi le résultat de la recherche qui est publié est aussi dominé par des explications impliquant une cause humaine / anthropique.

Néanmoins, il est assez commode de montrer que les cycles naturels sont en fait impliqués et pas seulement au niveau des changements régionaux, mais du “réchauffement climatique global” également.

Par exemple ce tableau de données (voir l’article original en anglais pour le lien) montre que sur la période chaude la plus récente (depuis la fin des années 1970), l’ODP et l’OAMD ainsi que l’activité d’El Niño/La Niña peuvent compter statistiquement pour la vaste majorité du réchauffement global récent des températures de la surface des mers et des océans.

Mais les statistiques ne suffisent pas. Comme nous comprenons que le CO2 est un gaz à effet de serre et devrait causer un certain réchauffement, nous ne comprenons en revanche pas les cycles naturels du climat, les scientifiques ainsi ne regardent si vous voulez que sous le lampadaire public que le financement du gouvernement leur fourni pour n’y trouver qu’un problème: le CO2.

Ce qui complique encore plus la prise de décision politique est que ce qui motive le plus les perceptions du public et donc les preneurs de décisions sont les évènements météorologiques. L’ouragan Sandy, un hiver neigeux etc. Nous finissons par blâmer ces choses sur la seule chose que nous pensons comprendre: l’augmentation du CO2 devrait provoquer quelques changements, donc il doit être responsable de tous les changements que nous voyons.

Ces cycles naturels, bien documentés dans la littérature scientifique pour au moins leurs effets régionaux, sont oubliés. A l’exception de quelques uns d’entre nous qui avons travaillé dans le domaine du climat depuis plusieurs décennies. Demandez à Joe Bastardi de Weatherbell, qui a travaillé sur ces cycles naturels depuis des années et qui les utilisent pour faire des prédictions météo sur la longue durée.

L’admission récente que des changements naturels sont responsables de la grande sécheresse en Californie n’a pas été une nouvelle pour certains d’entre nous. Ce qui est intéressant de noter est que certains grands noms de la recherche qui devrait faire partie de la bureaucratie du réchauffement climatique (anthropique), sont maintenant ceux qui parlent des cycles naturels.

Donc, alors que le froid saisonnier s’installe sur les Etats-Unis cette semaine, ne soyez pas dupés par ceux qui affirment que “le réchauffement climatique anthropique cause le refroidissement”. Ce à quoi nous assistons sont des variations naturelles, très sûrement dominées par les océans. La “nouvelle norme météo” peut être bien différente de celle qu’a connu quiconque ayant moins de 30 ans aujourd’hui.

Quant au sujet de ce qu’un réchauffement anthropique se soit produit, je suis de plus en plus convaincu que celui-ci a été une cause bénigne et probablement bénéfique, mais une aiguille perdue dans la meule de foin des cycles climatiques naturels de Mère Nature.

Nouvel Ordre Mondial: La descente du Canada dans l’enfer totalitaire…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, crise mondiale, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, presse et média, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , on 1 novembre 2014 by Résistance 71

En nation satellite de l’empire à la botte de la City de Londres dont il n’est qu’une entreprise, le Canada remplit ses fonctions de garde-chiourme du statuquo oligarchique. Nous l’avons dit ici à maintes reprises: pas plus de démocratie que de beurre en branche. Tout n’est que dictature. Entre un roitelet, Hitler, Staline ou Mao et une république « modérée » ou tout état-nation géré sous le mode de la « démocratie représentative », ce n’est qu’une question de degré, ni plus ni moins. La 3ème guerre mondiale est la guerre de l’oligarchie contre nous, les peuples. La guerre du 0,00001% possédant richesse et la force coercitive étatique au service de leurs entreprises transnationales, contre le reste de la population possédant la sagesse ancestrale.

Les sociétés dans lesquelles nous vivons n’ont jamais été, ne sont sûrement pas et ne seront jamais des démocraties. Il ne peut pas  y avoir de démocratie au sein d’un État. L’État et sa forme moderne d’état-nation sont en fait un obstacle à tout progrès politico-social et il devient urgent pour les gens non seulement de le comprendre mais d’agir en conséquence. Pour le Canada, l’association volontaire avec les nations autochtones est la meilleure des choses possibles afin de changer de paradigme.

– Résistance 71–

 

La guerre c’est la paix

 

Olivier Roy

 

31 Octobre 2014

 

url de l’article original:

http://www.ledevoir.com/politique/canada/422554/la-guerre-c-est-la-paix

 

L’Association des juristes progressistes tient à dénoncer avec force les restrictions annoncées des droits et libertés au Canada. Le 23 octobre dernier, Stephen Harper s’adressait à la Chambre des communes le lendemain de l’irruption d’un homme armé à l’intérieur de l’édifice du parlement. Le premier ministre affirmait que, malgré cet événement, les parlementaires ne céderaient pas à la peur. Du même souffle, il soutenait que le projet de loi annoncé quelques semaines auparavant devant modifier la Loi sur le service canadien du renseignement de sécurité suivrait un processus accéléré d’adoption.

L’odeur de poudre ne s’était pas encore dissipée dans les corridors du parlement que les conservateurs instrumentalisaient l’événement. Une nouvelle victime était brandie pour valider l’idéologie conservatrice en matière de politique étrangère et pour justifier des mesures répressives à venir.

Or, le terrorisme, ce n’est pas l’action de tuer, quand bien même le tueur se réclame d’une idéologie, quand bien même il tue au parlement. Un geste devient terroriste par le traitement médiatique et politique qu’on en fait. D’où l’insistance de la GRC : l’auteur de la fusillade avait des motifs idéologiques et politiques. À cet égard, nous ne saurions mieux dire que Guy Debord : « Cette démocratie si parfaite fabrique elle-même son inconcevable ennemi, le terrorisme. Elle veut, en effet, être jugée sur ses ennemis plutôt que sur ses résultats. L’histoire du terrorisme est écrite par l’État ; elle est donc éducative. Les populations spectatrices ne peuvent certes pas tout savoir du terrorisme, mais elles peuvent toujours en savoir assez pour être persuadées que, par rapport à ce terrorisme, tout le reste devra leur sembler plutôt acceptable, en tout cas plus rationnel et plus démocratique. »

Depuis ces deux meurtres, que l’on qualifia d’actes de terrorisme, nous assistons à une surenchère de propositions destinées à augmenter les moyens répressifs et discrétionnaires de l’État en matière de détention préventive, d’arrestation et de surveillance. Le ministre de la Sécurité publique a réitéré son intention d’augmenter les pouvoirs du Service canadien de renseignement et de sécurité (SCRS). L’Association des juristes progressistes dénonce la fabrication de la peur et son utilisation pour restreindre les droits et libertés de l’ensemble de la population au nom de la prévention d’actes isolés et imprévisibles.

Il n’est pas surprenant d’entendre Harper parler de « société libre, démocratique et sécuritaire ». Il importe cependant de souligner l’oxymoron : l’accroissement de l’appareil répressif de l’État se fait toujours au détriment de la liberté et de la démocratie. La soumission de la liberté à la sécurité conduit à des dérives autoritaires et porte atteinte aux fondements de la démocratie. C’est d’ailleurs une des idées maîtresses qui sous-tend la Déclaration universelle des droits de l’Homme et la Charte canadienne des droits et libertés.

L’AJP s’inquiète de l’augmentation des moyens répressifs de l’État, lesquels permettent un contrôle accru de la population en général et, plus particulièrement, facilitent la répression des groupes dissidents, quels qu’ils soient. L’AJP dénonce l’instrumentalisation de meurtres à des fins politiques et sécuritaires. Les libertés individuelles protégées par la Constitution sont les gardiennes de la liberté collective. Nourrir la terreur pour amenuiser ces libertés restera toujours une lâcheté antidémocratique.

Crise ébola: La zizanie au sujet du complot fait rage au sein des services d’état… Une attaque cybernétique de l’armée US met le site de Veterans Today HS suite à publication d’info

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, N.O.M, presse et média, résistance politique, santé, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , on 16 octobre 2014 by Résistance 71

Cet article important de Veterans Today est à mettre en connexion avec notre précédente traduction au sujet de la crise ébola: « Ébola, tout pour le vaccin ?… »

Nous confirmons ici ce que dit VT au sujet de l’attaque dont ils ont été victimes. Leur site était HS lors de deux de nos précédentes visites aujourd’hui… Il est de nouveau en ligne.

Cette affaire ébola prend une tournure des plus foireuses et est manifestement complètement pilotée de l’extérieur. Une simple réflexion: Alors qu’on n’avait pas entendu cette ordure depuis bien longtemps, le chef d’orchestre du 11 Septembre, Dick Cheney, ressort du placard pour annoncer à la cantonade que « la prochaine attaque sur les Etats-Unis sera bien pire que le 11 septembre. » Il faut prendre cette ordure très au sérieux. Il sait, il est un des organisateurs de toutes les pires turpitudes de l’empire…

– Résistance 71 –

 

Veterans Today publie un premier avertissement concernant Ébola et se fait pirater pour raison de sécurité nationale

Même nous sommes à bord

 

Gordon Duff

 

15 Octobre 2014

 

url de l’article original:

http://www.veteranstoday.com/2014/10/15/vt-issues-first-ebola-warning/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Note rédaction:

Veterans Today a été victime d’une massive attaque cybernétique de la part du corps militaire US Army Signals/Hacker Corps de Fort Huchuca, après que ceci fut publié.

Après seulement deux lectures de l’article, le site internet fut mis hors service. Quelque chose se passe de très secret. L’information de ce site est directement sourcée d’une agence de renseignement qui est un allié proche des Etats-Unis et qui est très déçue et fâchée d’avoir découvert que les Etats-Unis sont impliqués dans quelque chose de très dégueulasse et de très dangereux.

g

Voici ce sont nous avons toutes les raisons de croire: Il y a un complot terroriste organisé au profit des entités financières afin de disséminer le virus ébola à travers les Etats-Unis. Nous pensons que des compagnies aériennes et des hôpitaux en font partie et que le département de la sécurité de la patrie (Homeland Security DHS, NdT: la Stasi du pays du goulag levant) et sa TSA (Transort Security Agency, NdT; la gestapo des aéroports américains)

Je regarde cela comme une analogie au “terroriste au slip explosif” de Detroit à Noël il y a quelques années quand un Nigerian sale, se parlant à lui-même, sans argent (pourtant le fils d’un millionnaire recruté par la CIA) s’envola du Yémen vers le Ghana, puis vers le Nigeria, puis vers Amsterdam en Hollande et finalement vers Detroit, sans tickets, sans passeport, sans visas, sans bagages ni même sans avoir pris un bain récemment.

Il vola en première classe.

A un moment donné durant son voyage, des officiels de la sécurité des aéroports lui ont donné une bombe, nous pensons que ce fut fait à l’aéroport de Schiphol d’Amsterdam. Aujourd’hui se passe la même chose. Nous avons des informations au travers d’une communication privée avec une agence de renseignement étrangère très connue, parfois malveillante, que les Etats-Unis ont été ciblés.

Plutôt que d’utiliser une variante d’ébola conçue comme arme biologique, des gens sont infectés volontairement avec Ébola. Quant à savoir qui ils sont et pourquoi ils font cela, il pourrait y avoir plusieurs raisons. Je ne me préoccupe pas de savoir si ce sont des djihadistes, Boko Haram, des agents conditionnés psychologiquement ou quoi que ce soit, cette question et des questions comme cela ont souvent été les excuses faciles pour bloquer des enquêtes et des mises en accusation.

Nous ne savons pas pour sûr si cela implique une vaccination pour le profit, mais nous savons que cela implique les prochaines élections américaines, les fluctuations des prix du pétrole et la manipulation des marchés boursiers américains.

Des milliards ont été perdus ces 10 derniers jours, mais de manière plus importante, des centaines de milliards vont être gagnés sur ce qui maintenant est un pur “pompage et largage” aux mains du “grand cartel” dont Preston James parle souvent.

Aujourd’hui, les chars turcs ont ouvert le feu sur les positions kurdes, défendues par le soutien aérien américain depuis la Syrie. Les Turcs se battent maintenant ouvertement aux côtés de l’EIIL. Plus tôt aujourd’hui, les Turcs ont touché des positions kurdes en Turquie et en Syrie avec des avions F-16 américains tout en refusant aux Etats-Unis la capacité d’uriiser leurs propres bases de l’OTAN en Turquie.

Le timing de cette peur ébola coïncide avec ces actions et ceux qui sont derrière l’EIIL/EI, le groupe médiatique Murdoch/Fox, les frères Koch, les leaders clef de la droite américaine comme McCain, Graham, ainsi que les groupes Bronfman et Giuliani, soutenus par le Qatar et la famille royale saoudienne et les truands du Likud en Israël.

Ce qui est requis est un grand contrôle des déplacements internationaux, des médias et de la capacité de faire bouger les personnels infectés vers les Etats-Unis en utilisant des compagnies aériennes, mais aussi des méthodes impliquant le traffic des êtres humains que les patrons de casinos de Las Vegas et de Macao connaissent très bien, c’est comme cela qu’ébola est maintenant disséminé.

Nous estimons qu’environ 5000 Américains ont maintenant été exposés au virus ébola.

Nous demandons aux personnels de sécurité de prendre note des numéros de queue des avions privés, bien que la CIA ne les utilisent pas toujours, qui sont utilisés pour transporter “les vecteurs de maladie” aux Etats-Unis et en Europe.

Nous avons la confirmation que ceci se passe actuellement. Nous n’avons pas de confirmation de tout ce qui est impliqué, mais nous savons que les Etats-Unis sont ciblés et que l’intention est de tuer le plus d’Américains possible pour endommager la cohésion sociale et détruire la confiance des Américains en leur gouvernement.

Nous avons tracé les opérations financières derrière tout ceci à la Suisse et l’Union des Banques Suisses UBS, comme étant les manutentionnaires des fonds opérationnels et un certain nombre de contractants de la CIA comme “agissants principaux”.

Ceci est une action totalement entreprise par la “droite” politique et nous avons tracé une implication directe de membres des groupes Murdoch/Fox.

La frayeur ébola, que nous craignons devenir quelque chose de bien plus sinistre qu’une simple “peur”, peut-être aussi mise en parallèle d’une peur terroriste nucléaire qui serait perpétrée de la même manière par le consortium Murdoch/Cheney pour le compte du groupe opérationnel d’Al Qaïda des anciens officiers de la CIA, du Mossad et des services saoudiens.

Ma recommandation personnelle est de fermer toutes les frontières des Etats-Unis, arrêter tous les voyages en Afrique, rendre les contrôles médicaux obligatoires sur tous les vols.

En fermant les frontières, je veux dire ici “tirer à vue” le long de la frontière mexicaine selon la nature de la menace.

Ensuite nous enquêtons et observons tous ceux impliqués, la manipulation des marchés du pétrole et du carburant, les jeux de marché et de changes et arrêter le mensonge au sujet de l’EIIL/EI.

Il est plus que grand temps que nous mettions certains en prison, flinguions d’autres et mettions en application les quelques véritables lois qui demeurent.

= = =

Vidéo:

Mise à jour ébola par Veterans Today

Compagnie aérienne Delta Airline, Tampa, Floride

http://www.youtube.com/watch?v=hOI4ReOiK4E#t=14

La racine de la poussée hégémonique finale de l’empire: Le crime d’état du 11 septembre… encore et toujours… (Paul Craig Roberts)

Posted in actualité, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, presse et média, résistance politique, sciences et technologies, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , on 16 octobre 2014 by Résistance 71

Paul Craig Roberts, économiste, ancien sous-secrétaire d’état aux finances sous Reagan, connait le système de l’intérieur, depuis le haut de la pyramide. Écœuré de ce que son pays est devenu, il a retiré les gants depuis un moment et travaille le monstre au buffet dans les cordes… Paul Craig Roberts est sans doute un des derniers héros pré-pays du goulag levant. Nous ne sommes pas politiquement d’accord avec lui sur les solutions à apporter à ce marasme, mais voir quelqu’un comme lui, qui pourrait à son âge se la couler très, très douce dans le système, tirer à boulets rouges sur les crimes continuels de ses pairs, cela ne peut qu’inspirer le respect et certainement fait garder espoir en l’humanité. Merci Mr Roberts !

– Résistance 71 –

 

Le 11 Septembre, les attaques à l’anthrax et au-delà

 

Paul Craig Roberts

 

15 Octobre 2014

 

url de l’article:

http://www.presstv.ir/detail/2014/10/14/382278/911-anthrax-attacks-and-beyond/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

La tragédie du 11 Septembre 2001 va bien plus loin que la mort de ceux qui périrent dans les tours et celle des pompiers et personnels d’urgence qui ont succombé de maladies suite aux inhalations des poussières toxiques. Depuis 13 ans, une nouvelle génération d’Américains est née avec et sous le mythe du 11 septembre qui a été utilisé pour créer de toute pièce l’état américain policier et de guerre prerpétuelle.

Les régimes corrompus de Bush et d’Obama ont utilisé le 11 septembre pour tuer, estropier, déposséder et déplacer des millions de musulmans dans sept pays différents, dont aucun n’a quoi que ce soit à faire avec le 11 Septembre.
Une génération complète d’Américains est née avec le dédain et la méfiance des musulmans.
Une génération d’Américains est née dans un état policier dans lequel la vie privée et les protections constitutionnelles n’existent plus.

Une génération d’Américains est née dans un état de guerre permanent tandis que les besoins des citoyens ne sont plus satisfaits.

Une génération d’Amércains est née dans une société dans laquelle la vérité a été remplacée par une suite sans fin de mensonges et de falacies.

D’après la version officielle du 11 septembre, le tant vanté état de sécurité nationale de la seule super-puissance au monde a été vaincu par quelques jeunes Saoudiens armés de cutters. Le gigantesque appareil de la sécurité de l’état a été sans aucune défense et a reçu la plus grosse humiliation jamais infligée à un pays clâmant être une super-puissance.

Ce jour là, absolument rien de ce qui représente la sécurité de l’état n’a fonctionné. Tout a foiré, d’un coup.

L’armée de l’air américaine, pour la toute première fois de son histoire n’a pas pu lancer un seul de ses jets intercepteurs. Le Conseil de la Sécurité Nationale échoua.

Toutes les seize agences de renseignement américaines ont été défectueuses d’un coup, en même temps, tout comme celles des alliés de l’OTAN et d’Israël.

Le traffic aérien n’a plus fonctionné.

La sécurité des aéroports a gravement échoué quatre fois au même moment et le même jour. La probabilité mathématique d’un tel échec est… zéro.

Si une telle chose s’était actuellement vraiment déroulée, il y aurait eu des demandes d’enquête en provenance de partout: de la Maison Blanche, du Congrès, et des médias. Des officiels auraient été tenus pour responsabales, des têtes auraient roulé dans la sciure.

Au lieu de cela, la Maison Blanche a résisté un an aux demandes des familles des victimes du 11 Septembre pour l’ouverture d’une enquête. Finalement, on rassembla des politiciens pour qu’ils écoutent le compte rendu du gouvernement et qu’ils le couchent par écrit. Le président, le vice-président et le conseiller juridique de la commission ont tous dit que des preuves avaient été cachées à cette commission, que des mensonges ont été dits devant cette commission et que finalement cette commission avait été mise en place “pour échouer”. La plus grosse faute de sécurité de l’histoire n’a même pas vu une personne perdre son boulot. Personne ne fut tenu pour responsable.

Washington a alors conclu que le 11 Septembre a été rendu possible à cause du manque d’état policier. Le Patriot Act, qui attendait l’évènement, fut tranquillement passé par les idiots du congrès. La loi (d’exception) a établi l’indépendance du pouvoir exécutif vis à vis de la loi et de la Constitution. La loi et les mesures qui s’en suivirent ont institutionnalisé un état policier dans le “terre des hommes libres”. (NdT: en référence au motto du pays se jugeant “indispensable”: “Land of the free, home of the brave”, c’est à dire “terre de l’homme libre, patrie du courageux”…)

Oussama ben Laden, un agent de la CIA, mourant d’insuffisance rénale, fut blâmé malgré le fait qu’il renia toujours explicitement sa responsabilité dans les attentats. Durant les 10 années qui suivirent, ben Laden fut l’épouvantail qui donna une excuse à Washington de tuer un nombre incalculable de musulmans. Puis, soudainement, le 2 Mai 2011, Obama annonça qu’un commando des Navy SEAL avait tué ben Laden au Pakistan. Les témoins occulaires sur place contredisaient la version de la Maison Blanche. Oussama ben Laden devint le premier humain à survivre un arrêt rénal pendant plus de 10 ans. Il n’y avait pas de machine à dialyser dans la maison retranchée où Ben Laden soi-disant vivait. Les nombreux faire-parts de décès le concernant en Décembre 2001 furent jettés aux oubliettes et les membres de cette équipe de Navy SEAL (Team 6) moururent bizarrement dans un crash d’hélicoptère en Afghanistan plusieurs semaines après le “raid”. Les milliers de marins à bord du porte-avion sur lequel fut soi-disant rappatrié le corps de Ben Laden pour être jetté à la mer, ont écrit qu’aucune funérailles de la sorte n’avaient eu lieu sur le navire.

L’histoire à dormir debout du meurtre de ben Laden par la Seal Team 6 a servi à mettre fin au défi lancé par des démocrates déçus à la nomination d’Obama pour un second terme à la présidence. Cela libéra aussi Washington de la restriction ben Laden pour sa “guerre contre la terreur”. Washington voulait attaquer la Libye, la Syrie… des pays où tout le monde savait que ben Laden n’avait pas de point d’attache ; de plus la succession de vidéos de ben Laden dans lesquelles celui-ci rajeunissait de prise en prise alors que le faux ben Laden endorsait la responsabilité des attaques, avait commencé à perdre la confiance des experts ainsi que toute crédibilité.

En regardant les tours jumelles du WTC ainsi que la tour #7 s’effondrer, il m’était apparu comme évident que la chute de ces bâtiments ne pouvaient pas être dûe à des dégâts structurels. Lorsqu’il devint clair que la Maison Blanche avait bloqué une enquête indépendante sur les trois gratte-ciels d’acier au monde qui se sont effondrés sur eux-mêmes en résultat de basses températures émanant d’incendies de bureaux, il devenait alors évident qu’il y avait une opération de maquillage.

13 ans plus tard, de moins en mois de gens aux Etats-Unis et a l’étranger trouvent l’histoire du gouvernement crédible. Le cas mis en évidence par des experts indépendants est maintenant si fort que les médias se sont ouverts à la possibilité. Voici Richard Gage Architects & Engineers for 9/11 Truth on C-SPAN:

http://www.youtube.com/watch?v=3Zbv2SvBEec#t=23

Après des années de persistance, un groupe de New York a sécurisé le nombre suffisant de signatures valides pour faire mettre aux voix une enquête sur l’effondrement des trois tours du WTC. La version officielle, si elle est correcte, veut dire que les codes de sécurité d’incendie dans les bâtiments sont insuffisant pour protéger le public et que donc toutes les autres structures d’acier de même type sont sujettes à potentiellement subir le même sort. Le groupe a été très habile quant à sa façon de cadrer le débat sur la sécurité publique et non pas sur la vérité sur le 11 septembre. Les autorités de New York bien entendu, continuent à s’opposer à cette initiative. La question reste maintenant sujette à la décision d’un juge. Il est très difficile de concevoir qu’un juge aille contre le gouvernement de manière si puissante, mais le groupe aura établi que le gouvernement n’a aucune confiance en la véracité de sa propre histoire.

Ces 13 dernières années, des physiciens, chimistes, architectes, ingénieurs et des spécialistes des premiers secours ont fourni des preuves massives qui démentent catégoriquement la version officielle de l’effondrement des trois tours. La réponse à ces experts a été pour les non-experts de qualifier les experts de “théoriciens du complot”. En d’autres termes, les défenseurs de l’histoire du gouvernement n’ont aucune preuve scientifique ni factuelle sur lesquelles ils peuvent tenir leur position. Alors ils ne peuvent qu’insulter l’opposition.

Le 11 septembre fut utilisé pour altérer de manière fondamentale la nature du gouvernement américain et sa relation avec son peuple. Un pouvoir exécutif irresponsable et ne devant de compte à personne a remplacé le processus de la loi et la régulation fournie par la constitution américaine. Au nom de la sécurité nationale (NdT: en France appelée “la raison d’état”…), le pouvoir exécutif ne connaît plus de limites. Essentiellement, aujourd’hui, les citoyens américains n’ont plus aucuns droits si le gouvernement décident de les cibler.

Ces Américains nées après le 11 septembre 2001 sont nés dans un pays différent de ceux nés avant. N’ayant jamais fait l’expérience d’un gouvernement constitutionnel, ils ne sauront JAMAIS ce qu’ils ont perdu.

Les attaques à l’anthrax d’Octobre 2001 (NdT: Anthrax = maladie du charbon) ont été oubliées, mais le professeur Graham McQueen dans son livre “Le mensonge de la maladie du charbon de 2001” (Clarity Press, 2014), montre bien que les attaques à l’anthrax ont joué un rôle essentiel dans l’acquisition par le gouvernement de pouvoirs d’état policier. Deux présidents de comités sénatoriaux démocrates, Thomas Daschle et Patrick Leahy, furent perturbés par l’extension du régime Bush et sa carte blanche pour tous les pouvoirs et ils étaient en position de pouvoir bloquer la légilsation mettant en place l’état policier et la capacité pour la branche exécutive seule de mener les Etats-Unis à la guerre (NdT: de par la constitution des Etats-Unis seul le congrès peut déclarer la guerre, depuis 2001, toutes les interventions, guerres, menées par les US se sont passées de l’aval du congrès et ont été menées sur décision de la Maison Blanche exclusivement. C’est à dire que toutes les actions guerrières de l’empire depuis lors, sont anticonstitutionnelles…).

Les deux sénateurs reçurent alors des lettres contenant des spores d’anthrax, comme également de majeures organisations médiatiques. Les présentateurs de journaux télévisés comme Dan Rather, qui comparaient les effondrements des tours du WTC à des démolitions contrôlées n’avaient pas encore été virés par les républicains sur des accusations fabriquées.

Initialement, les lettres à anthrax, qui ont causées la mort de plusieurs employés des postes, furent vues comme la seconde étape des attaques du 11 septembre. La peur décupla. Les sénateurs et les médias se turent. Puis il fut découvert que l’anthrax utilisé était un type de produit unique produit par un laboratoire militaire du gouvernement américain.

La réponse à ce pavé dans la mare de la propagande du gouvernement, fut la mise en accusation fabriquée par le FBI d’un homme décédé, Bruce Edwards Ivins, qui avait été employé dans le laboratoire militaire qui avait produit cette souche d’anthrax et qui fut mené au suicide par les fausses accusations. Les collègues du mort ne crurent par un mot de la fausse histoire montée par le gouvernement et rien dans le passé du décédé ne pouvait indiquer quelque motif ou instabilité mentale que ce soit qui auraient pu le mener à ce type d’action.

Initialement, le gouvernement américain avait essayé de cadre un certain Jay Hatfill, mais malgré tous les efforts du New York Times (NdT: Rappelons-nous… La voix de la CIA…) et de Nicholas Kristof, la tentative échoua. Hatfill reçût 5 millions de dollars du gouvernement en dédommagement des accusations qui ont ruinées sa vie. Puis le gouvernement corrompu s’est acharné sur Ivins.

Irvins était mort et ne pouvait plus se défendre, mais ses collègues le firent pour lui.

Cet épisode pue jusqu’aux cieux. La justice est quelque chose qui existe en dehors des frontières des Etats-Unis. Ne vous attendez jamais à trouver une forme de justice aux Etats-Unis.

La plupart des Américains ne sont pas au courant à quel point le gouvernement fédéral possède les experts qui peuvent contredire ses propres histoires à dormir debout. Par exemple, aucun physicien compétent ne peut croire en la version officielle de la destruction des trois tours du WTC ; mais les départements de physique des universités américaines sont très dépendants de l’argent fédéral pour leurs recherches. Tout physicien qui dirait ce qu’il pense non seulement mettrait en danger sa propre carrière mais aussi celle des ses collègues. Le physicien Steven Jones, qui fut le premier à pointer sur la thermite dans la destruction des tours, a dû avant de parler, être d’accord pour que son université lui rachète sa “tenure” (NdT: emploi garanti jusqu’à la retraite) ou son université aurait dû faire face à la perte du financement fédéral.

La même chose se produit dans le secteur privé bien entendu. Les architectes de grattes-ciel et les ingénieurs de structure qui expriment des doutes au sujet de l’explication officielle de l’effondrement des trois tours du WTC sont vus, tout comme leurs client potentiels, comme des prosélytes du fondamentalisme islamique et des fondus conspirationnistes. Les clients, bien sûr, n’ont aucune connaissance experte sur laquelle se fonder pour juger de l’affaire, mais ils sont endoctrinés avec la répétition incesssante et le lavage de cerveau en règle que les attentats du 11 septembre furent perpétrés par Oussama ben Laden. Leur endoctrimement les immunise contre les faits.

Le mensonge du 11 septembre a persisté depuis 13 ans maintenant. Des millions de musulmans ont payé ce mensonge de leur vie, de la destruction de leurs familles et de la dislocation de leurs sociétés. La plupart des Américains demeurent confortables avec le fait que leur gouvernement a détruit entièrement ou en partie sept pays en ayant pour fondement un mensonge que Washington a instruit de couvrir le crime qu’il a perpétré pour lancer la folle poussée néo-conservatrice de Washington pour l’empire et l’hégémonie mondiale,

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 421 autres abonnés