Archive for the presse et média Category

Pays du goulag levant (ex-USA): La NSA crée le super méga moteur de recherche ICREACH, le Google des barbouzes…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, Internet et liberté, média et propagande, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, police politique et totalitarisme, politique et social, presse et média, résistance politique, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , on 26 août 2014 by Résistance 71

Nous en profitons pour dire à la NSA, CIA, FBI, CSIS, DGSE, DCRI, MI5, MI6, Mossad, BND, tous les gouvernements, tonton Lulu et tata Ginette et que tous ceux qu’on oublie nous pardonnent… que nous les emmerdons à pied à cheval et en voiture !

– Résistance 71 –

 

Le moteur de recherche de la NSA permet aux services de renseignement de collecter des données sur les citoyens

 

RT

 

25 Août 2014

 

url de l’article original:

http://rt.com/usa/182724-icreach-nsa-snowden-search/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

La NSA américaine a construit un énorme système de partage de l’information qui a pour but de permettre aux analystes des agences de renseignement (NdT: Il y en a 16 au pays du goulag levant !…) du pays, d’avoir accès à des centaines de milliards de fichiers et de données sur la vie des gens du monde entier.

Le moteur de recherche créé, ressemblant à “Google” (NdT: les ingénieurs de Google ont-ils participé à sa création ?… Bonne question…), d’après le journaliste Ryan Gallagher d’Intercept, a été développé par la NSA dès 2007, mais n’a été rendu public que lundi dernier, gràce aux documents classifiés fuités au site d’information par l’ancien contractant du renseignement Edward Snowden.

D’après les documents fuités et l’analyse de Gallagher, le moteur de recherche ICREACH créé par la NSA permet aux analystes de près de deux douzaines d’agences gouvernementales, incluant le FBI et la DEA (Drug Enforcement Administration, la Brigade des Stups fédérale), parmi d’autres, de partager un vaste domaine de détails sensibles collectés par la communauté du renseignement et ses partenaires ne concernant pas seulement des suspects de terrorisme, mais “des millions et des millions de données au sujet des citoyens américains, qui n’ont été accusés d’aucun crime ni délit”, écrit Gallagher.

“La NSA a reconnu qu’elle partage certaines de ses données avec des agences intra muros comme le FBI, mais les détails au sujet de la méthode et de l’ampleur de ce partage demeurent entourés de secret”, a ajouté Gallagher. Avec le dernier article en provenance de cœur des dossiers classifiés glânés par Snowden l’an dernier, des détails quoi qu’il en soit commencent à se faire jour au sujet de l’ampleur du partage de l’information stockée, ouvrant ainsi de nouvelles questions quant à ce qui apparaît la source illimitée d’information à la disposition de la communauté du renseignement au sujet des citoyens.

“ICREACH a été accessible à plus de 1000 analystes appartenant à 23 agences gouvernementales US qui travaillent dans le renseignement, d’après un mémo datant de 2010. Un document de planification datant de 2007, liste la DEA, le FBI, la CIA et la DIA (Renseignement militaire) comme des membres étant au cœur du partage de l’info. L’information partagée au travers d’ICREACH peut-être utilisée pour tracer des gens, reconstituer leur réseau de connaissances et d’association, aider à prédire des actions futures et potentiellement révéler les affiliations religieuses ou croyances politiques.” Écrit Gallagher. D’après un mémo confidentiel inclus dans les sources de Snowden, le moteur de recherche ICREACH est le tout premier système de partage de communications de méta-données au sein de la communauté du renseignement américaine”, en référence au terme utilisé pour décrire les détails bruts concernant les signaux de renseignement ou SIGINT, comme par exemple qui parle à qui et quand.

Depuis l’an dernier, les documents fuités par Snowden ont révélé et exposé l’ampleur de la portée que le renseignement américain et ses partenaires ont atteint afin de collecter et d’exploiter les meta-données personnelles afin de pouvoir tracer des personnes de leur intérêt. De manière routinière quoi qu’il en soit, des infornations concernant des citoyens américains lambdas sont injustement et illégalement collectées et néanmoins stockées dans les vastes bases de données gouvernementales, ce qui a levé certaines préoccupations au sujet de la vie privée et de ses avocats qui disent que le gouvernement va bien au delà de ses prérogatives en ce qui concerne la collecte et le stockage des données.

Des détails au sujet de ICREACH montrent maintenant que la NSA a construit un moteur de recherche qui peut contenir jusqu’à 850 milliards de fichiers différents, de communications ou “d’évènements”, démontrant par là les intentions de l’agence en regard de ce que le général Keith Alexander, l’ancien patron de l’agence, avait pour habitude de résumer en ce motto de la NSA: “Collectons tout.” Avec ce système très spécifique, la NSA apparaît avoir créé un moteur de recherche suffisamment puissant pour que les agences gouvernementales puissent scanner l’équivalent de plus de 100 fichiers par personne habitant cette planète. Parce que les documents de Snowden sont déjà anciens, il est plus que probable que la NSA ait déjà avancé vers la possibilité plus accrue de stocker des informations encore plus sensibles.

Tandis que la NSA estimait initialement pouvoir maintenir des archives de plus de 850 milliards de dossiers sur ICREACH, les documents indiquent que l’objectif pourrait bien avoir été amplement dépassé et que le nombre de données personnelles stockées par le sytème puisse avoir augmenté depuis le rapport de 2010 faisant référence aux 1000 analystes. Le “budget noir” de la communauté du renseignement pour 2013, qui a aussi été obtenu par Snowden, montre que la NSA a récemment demandé plus de financement afin de mettre à jour son ICREACH pour “donner aux analystes de l’IC (Intelligence Community / Communauté du Renseignement) un accès à de plus amples données partageables,” a écrit Gallagher.

Résistance politique: Les crimes coloniaux persistent au Canada…

Posted in actualité, colonialisme, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, presse et média, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , on 26 août 2014 by Résistance 71

Il est stupéfiant de constater que le préjudice et l’indifférence de la société coloniale au sort des premières nations continuent de majoritairement prévaloir sur le territoire colonial qu’est le Canada et du reste de l’ensemble du continent américain.

Il est en fait (en théorie) assez simple d’annihiler l’empire anglo-saxon: le priver de son territoire usurpé au nom de la "couronne" (City de Londres et son cartel privé de la  Banque d’Angleterre et du Vatican). Pour se faire, il convient de se tenir avec les premières nations de tout le continent pour que soient annulés les doctrines racistes et religieuses soutenant la "doctrine chrétienne de la découverte", fondement même du colonialisme occidental depuis le XVème siècle.

– Résistance 71 –

 

Des Canadiens insistent pour une enquête nationale sur les crimes perpétrés sur les femmes autochtones

 

Press TV

 

25 Août 2014

 

url de l’article original:

http://www.presstv.ir/detail/2014/08/25/376497/canadians-call-for-native-women-inquiry/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

La communauté des premières nations du Canada a relancé ses appels pour une enquête nationale au sujet de la violence à laquelle doivent faire face les femmes aborigènes du pays, une requête qui a étee rejetée par l’administration canadienne.

Michèle Audette, présidente de la Native Women’s Association of Canada a dit Lundi que le gouvernement du premier ministre Stephen Harper a échoué à répondre efficacement à l’accroissement des cas de violence contre les femmes aborigènes au sein “d’une tendance au racisme et au sexisme”.

“Si le même nombre de femmes d’un autre groupe ethnique étaient assassinées dans le même laps de temps et dans de si horribles circonstances, il y aurait un scandale et une levée de boucliers publics”, a déclaré Audette.

Les activistes canadiens pour les droits de l’Homme ont renouvelé leurs appels pour une enquête de fond au sujet de la disparition et des meurtres de femmes et de filles aborigènes après la mort récente de Tina Fontaine, une jeune-fille amérindienne de 15 ans dont le corps sans vie a été retrouvé dans la Red river de Winnipeg, dans la province du Manitoba plus tôt ce mois-ci.
quoi qu’il en soit, Harper a réfuté la possibilité qu’une telle enquête ait lieu, disant que de tels problèmes ne doivent pas être considérés comme un phénomène sociologique.

Trudy Lavallee, directrice exécutif d’un centre d’abri pour femmes aborigènes canadiennes a dit que les femmes autochtones sont dévaluées dans la société canadienne, ajoutant qu ’elles “sont le plus haut risque d’être soumise à un grand nombre de problèmes sociaux comme la dépendance aux drogues et à l’alcool, à la pauvreté et à devenir sans domicile fixe.”

Au mois de Mai, la Gendarmerie Royale Canadienne (GRC) a déclaré avoir 1,017 cas de meurtres en archives de femmes aborigènes entre 1980 et 2012.

En Janvier, Human Rights Watch a appelé Ottawa pour la constitution d’une enquête publique nationale sur la violence expérimentée par les femmes et filles indigènes et de créer un système plus efficace de responsabilisation sur la mauvaise conduire de la police.

 

(Lire aussi les quelques commentaires sur l’article original…)

Questions et analyse sur l’exécution du journaliste américain James Foley enlevé en Syrie… Suite

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, police politique et totalitarisme, presse et média, résistance politique, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , on 25 août 2014 by Résistance 71

Questions et analyse initiale du 22 Août 2014

Article connexe

 

D’après des experts la vidéo de la décapitation de James Foley est probablement truquée

Une analyse technique scientifique confirme l’enquête d’Infowars et dit que la vidéo a été mise en scène en tant que propagande de guerre

 

Paul Joseph Watson

 

25 Août 2014

 

url de l’article original:

http://www.infowars.com/experts-james-foley-beheading-video-likely-fake/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Confirmant notre analyse de jeudi, une équipe britannique d’experts en science légale a conclu que la vidéo de la décapitation de James Foley par l’EI était en toute probabilité mise en scène utilisant “des trucages de caméra visuels et de très bonnes techniques de post-production”.

Une entreprise internationale de science légale qui travaille pour les forces de police à travers le Royaume-Uni a trouvé que “L’exécution de James Foley a possiblement été mise en scène, avec le véritable meurtre se déroulant hors caméra.” reports the Telegraph.

Les experts ont remarqué que malgré que le bourreau de Foley coupait le cou de Foley au moins six fois, aucune trace de sang n’était visible. La vidéo originale elle-même ne montre pas la décapitation, tout juste un semblant d’image qui est supposée montrer la tête sectionnée de Foley reposant sur son corps.

“Aymenn al-Tamimi, du think-tank du Middle-East Forum a remarqué que l’EIIL a grandement amélioré sa production de vidéo au cours des années”, rapporte the Inquisitor. “Les techniques pour simuler une décapitation ne seraient pas difficiles pour eux à gérer et la vidéo ne cache même pas vraiment leur échec. Malgré six coupes franches à la gorge, pas de sang, la réaction de Foley semble être complètement déconnectée avec ce qui est en train de se passer, ont dit les analystes.”

Ce point fut aussi couvert dans notre analyse primordiale qui insistait sur le calme apparent de Foley alors qu’il lisait sa déclaration, une attitude complètement contradictoire à la notion qu’il allait être brutalement exécuté.

Les experts ont aussi conclus qu’il y a un blip dans la vidéo qui suggère que Foley a mal lu une ligne du script et que la scène a dû être refilmée.

La question évidente qui se pose alors est de savoir pourquoi les militants de l’EIIL/EI, qui ont très vite développés une réputation pour leur barbarie et leur manque total d’attention pour la vie humaine, n’auraient pas simplement décapité Foley devant les caméras et ainsi ne pas avoir recours à une mise en scène.

La seule conclusion logique est la suivante: Que Foley ait été assassiné après ou pas, la vidéo a été produite et transmise non pas par les militants de l’EIIL/EI mais par des agences de renseignement occidentales pour être utilisée comme casus belli afin d’étendre l’action militaire au le Moyen Orient.

Depuis des années nous avons documenté de manière exhaustive le comment l’Al Qaïda de Ben Laden et autres vidéos de propagande terroristes étaient en fait produites par des entreprises travaillant en sous-main pour le Pentagone et la CIA.

L’identité de l’individu dans la mise en scène a aussi depuis émergée, s’agissant d’un certain Abdel-Majed Abdel Bary, ancien rapper d’une famille aisée qui a quitté Londres pour allewr combattre en Syrie. Bary correspond aussi au profil d’un informateur britannique trsvaillant pour les services britanniques.

La vidéo de la décapitation a été utilisée comme poster promotionnel pour pousser une nouvelle attaque américaine sur la Syrie, une perspective qui fut déraillée l’an dernier après qu’une attaque chimique blâmée par l’occident sur le gouvernement d’al-Assad, s’avéra avoir été perpetrée par les rebelles soutenus par l’occident.

Les officiels américains ont cité le “nouveau contexte” qui s’avère pour confronter l’EIIL avec la diffusion de la vidéo de l’exécution de Foley, Washington signalant samedi son intention de préparer un nouvel assaut militaire sur la Syrie.

Dans notre analyse nous avions noté certains autres facteurs qui clairement suggéraient que la vidéo de Foley n’était pas ce qu’elle paraissait être, incluant l‘absence d’autres militants qui normnalement sont présents dans les vidéos de décapitation, le manque de références au Coran et l’absence de chant “Allah Akhbar” au moment de l’exécution.

Regardez notre analyse initiale sur l’exécution de Foley, notez que cette vidéo (NdT: sur l’article original en anglais) ne contient aucun extrait de la mise en scène de la décapitation, qui n’est même pas visible sur la vodéo originale diffusée. Malgré cela, YouTube a partiellement censuré la vidéo en l’étiquetant comme “dérangeante” et bloquant son accès aux non-possesseurs de compte YouTube.

Résistance politique: Ingérence encore et toujours de l’empire à Cuba… L’USAID (CIA) prise la main dans le sac

Posted in actualité, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, presse et média, résistance politique, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , on 22 août 2014 by Résistance 71

Migraine chez les espions

 

Investig’Action

 

21 Août 2014

 

url de l’article original:

http://www.michelcollon.info/Migraine-chez-les-espions.html?lang=fr

 

 

Washington recrute des jeunes en tant qu’agents contre Cuba…Après l’arrestation de son agent Alan Gross par les autorités cubaines chargées de la sécurité en décembre 2009, l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) a envoyé des jeunes du Venezuela, du Costa Rica et du Pérou en mission secrète sur l’île des Caraïbes communiste afin d’y fonder un mouvement d’opposition conduit par des jeunes et de déclencher une rébellion. Lundi, plusieurs médias américains, parmi lesquels le quotidien Washington Post, ont publié une enquête de l’agence de presse AP (Associated Press), enquête qui, appuyée par de nombreux documents, dénonce la dernière ingérence du gouvernement américain dans les affaires internes de Cuba.

Ces rapports stipulent que, depuis 2009, l’USAID a employé plus d’une dizaine de jeunes dans les pays susmentionnés et les a préparés pour leur mission grâce à des cours accélérés. À Cuba, les agents se faisaient passer pour des représentants de programmes alternatifs pour la jeunesse et pour la santé. La mise en place d’un atelier de prévention du VIH était également « l’excuse parfaite » prêchée par le service américain. D’après nos récentes découvertes, ces jeunes ont été entraînés par leurs supérieurs américains dans le but, entre autres, de tromper les autorités cubaines chargées de la sécurité. En outre, ils ont reçu des instructions quant au comportement à adopter si l’on découvre leurs véritables intentions. Dans un document cité par l’AP, on peut lire : « … tu peux avoir confiance. Les autorités ne vont pas essayer de te faire du mal… ; le gouvernement cubain tente d’éviter les rapports négatifs des médias… et un étranger battu n’est pas bon pour eux. » L’agence a ajouté que les jeunes agents percevaient un salaire de 5,41 dollars par heure par leurs commanditaires. Les médias américains critiquent surtout le fait que l’opération des services secrets a vu le jour après la capture de l’agent américain, Alan Gross. Les membres de l’USAID étaient dès lors conscients que la mission menée par les jeunes impliqués pourrait s’avérer très risquée.

De nombreux éléments portent à croire que ces jeunes étaient délibérément exposés à ce danger. Les documents contiennent également des exemples de codes secrets utilisés au cours de conversations cryptées entre les jeunes agents et leurs dirigeants professionnels. À l’instar d’un bon James Bond, les échanges téléphoniques contenaient des messages comme « J’ai mal à la tête », qui signifiait que l’agent avait le sentiment d’être observé et désirait se mettre à l’abri pendant un moment. Le message « Rentre tout de suite à la maison. Ta sœur est malade. » signifiait que l’espion exigeait son rapatriement imminent.

La mission, pour laquelle l’USAID avait enjoint à son partenaire « Creative Associates International » de recruter des Latino-Américains, était menée sur l’ensemble de l’île, mais principalement dans les villes universitaires. Ni les familles des jeunes recrutés, ni leurs points de contact à Cuba ne se doutaient que l’agence américaine se cachait derrière ces programmes. L’édition en ligne du journal de la Havane Juventud Rebelde parlait lundi de l’étudiant cubain Hector Baranda, qui avait été contacté par un groupe du Venezuela. L’étudiant figurait en tête de la liste des dirigeants possibles des « rebelles » antigouvernementaux dressée par ce groupe. Baranda explique : « Ils ont confondu notre disposition naturelle, à nous les Cubains, à être ouverts aux discussions et aux critiques avec le fait d’avoir des tendances dissidentes. Nous considérions ces jeunes comme nos amis et nous n’avions pas la moindre idée qu’ils travaillaient pour le gouvernement américain. »

La tentative, aujourd’hui discréditée, de renverser l’ordre constitutionnel de Cuba est déjà la deuxième bavure enregistrée cette année par l’USAID, qui fait la une des journaux et dénonce la subversion de la soi-disant organisation humanitaire américaine. Ce n’est qu’en avril que les médias du monde entier avaient mentionné le projet confidentiel, aujourd’hui suspendu, « ZunZuneo », une sorte de Twitter cubain spécialement développé qui devait également aider à mettre en place un coup d’État. Entre 2009 et 2012, « ZunZuneo » avait attiré les jeunes cubains en leur offrant des échanges d’informations gratuits par téléphone. Les victimes ne se doutaient pas que derrière l’offre apparemment inoffensive se trouvait un service secret américain qui, depuis Washington, rassemblait des numéros de téléphone, des adresses de courrier électronique ainsi que des informations personnelles sur des Cubains avec un budget de 1,6 million de dollars. L’objectif était, au moyen d’informations erronées, d’inciter les jeunes à se retourner contre leur pays et à l’avenir à mettre en scène une protestation massive au même titre que le « Printemps arabe ».

Source : Investig’Action Traduction : Collectif Investig’Action

Pays du goulag levant et état policier… Ferguson, Missouri, l’effondrement final a t’il commencé ?…

Posted in actualité, guerres imperialistes, média et propagande, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, police politique et totalitarisme, politique et social, presse et média, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , on 21 août 2014 by Résistance 71

Ferguson ou le commencement de la fin

 

Mohawk Nation News

 

20 Août 2014

 

url de l’article original:

http://mohawknationnews.com/blog/2014/08/20/ferguson-beginning-of-the-end/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Est-ce que les évènements de la ville de Ferguson (Missouri) représentent le commencement de la fin pour l’impérialisme ? D’après l’ancien plan sioniste, le chaos est perpétré par les marionnettistes. Lorsque les gens demandent une solution aux problèmes, les marionnettistes viennent et offrent leur solution toute prête. C’est “ordo ab chao” en action. (NdT: la devise du nouvel ordre mondial). Leurs solutions seront toujours basés sur des faux-drapeaux, des mensonges, des histoires arrangées etc. Les cibles sont appelés “terroristes” pour justifier et légaliser le génocide et la guerre dans le monde. Des étrangers sont toujours envoyés pour provoquer et accomplir la basse besogne (NdT: provocateurs dans les manifs, mercenaires tuant civils et forces de l’ordre dans des “révolutions colorées” orchestrées depuis l’occident…). Des mercenaires combattent, tuent, estropient, exécutent et terrifient les gens (NdT: comme la légion “arabe” d’Al Qaïda devenue état islamique/EIIL, créations de la CIA et des services occidentaux à dessein de pousuivre plus avant “l’ordo ab chao” par le “choc des civilisations” factice, si cher aux nouveaux cons évangélistico-trotskistes yankees…)

La révolution russe a commencé lorsque le Tsar a ignoré les besoins de son peuple et a focalisé son attention sur la guerre mondiale. Il envoya la police pour réprimer le peuple qui protestait et demandait des droits de base. La police déshumanisa et attaqua les manifestants. Après quelques mois, la police finalement rejoignit le peuple. Nicolas II envoya alors l’armée contre le peuple et la police. Puis celle-ci rejoignit le peuple et retourna ses armes contre les oligarques. Le tsar et sa famille étaient cuits. Quand ceci se produit, à Ferguson et ailleurs, les oligarques sont aussi au bout du rouleau !

Le plan de l’ONU est de commencer avec un “´état policier modéré” aux Etats-Unis et au Canada, avec meurtres, camps de concentration FEMA, virus/contagion, entrainement et équipement militaires pour les flics. Des règlementations corporatrices sont passées comme si elles étaient la loi véritable. Elles sont faites pour créer des prisonniers depuis des citoyens normaux afin de remplir les camps de la FEMA. Ensuite, après quelques opérations fausses-bannière, l’ “´état policier dur” commence.

La police attaque brutalement. La répression bat son plein, le peuple souffre de plus en plus. Finalement, la révolution contre le corporatisme (fascisme) éclate et s’étend au monde. Une véritable révolution se produit lorsque le(s) peuple(s) se dresse(nt) contre l’impérialisme.

A Ferguson, quelqes policiers ont déjà rejoint le peuple. L’armée sera envoyée pour attaquer le peuple et la police qui l’aura rejoint. L’armée attaquera brutalement dans un premier temps, puis s’effacera pour rejoindre le peuple. Ensuite commencerons-nous alors à vivre selon Guswenta ou le Wampum Deux Rangées et il n’y aura plus de guerre dans le monde.

La forme de diplomatie la plus brillante, qui devrait être la base fondamentale de la loi internationale, est le Wampum Deux Rangées ou Guswenta. Il est fondé sur l’égalité à 50-50 où personne ne dirige l’autre ou les autres et où tout le monde bénéficie du bon esprit de l’arrangement. La révolution américaine devait changer la relation 50-50 en celle des 51% commandant aux 49% restant de façon à ce que la guerre ne finisse jamais.

Tous les officiels public qui sont membres de loges maçonniques doivent être exposés et tous doivent savoir pour qui ils travaillent. Malcom X disait: “Avant d’avoir des droits civiques, vous devez avoir des droits humains”.

Jimi Henrix chanta: “You got my pride hanging out of my bed/Vous avez suspendu ma fièreté hors de mon lit. You’re messing with my life, so I got my lead/Vous perturbez ma vie, alors j’ai saisi mon flingue. You’re messing with my children and you’re screaming at my wife/Vous perturbez mes enfants et vous criez sur ma femme. Get off of my back if you want to get out of here alive/Laissez-moi tranquille si vous voulez sortir vivant d’ici. Freedom, that’s what I want. Freedom that’s what I need now/La liberté c’est ce que je veux. La liberté c’est ce dont j’ai maintenant besoin.”.Jimi Hendrix “Freedom”.

War is on in Ferguson.

Militarizing the police.

Média et propagande: La "gonflette" pandémique Ébola comme parfait évènement fausse-bannière ?…

Posted in actualité, désinformation, ingérence et etats-unis, média et propagande, N.O.M, presse et média, résistance politique, santé, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, terrorisme d'état with tags , , , , , , on 14 août 2014 by Résistance 71

Excellente analyse de Kevin Barrett à laquelle nous adhérons. Nous l’avions dit en Juillet: Cette affaire d’ébola est loin d’être claire…

– Résistance 71 –

 

La menace Ébola: réelle ou fausse-bannière ?

 

Kevin Barrett

 

13 Août 2014

 

url de l’article original:

http://www.veteranstoday.com/2014/08/13/ebola/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Les médias de masse sont en train de gonfler la “plus grosse” contagion d’Ébola jamais enregistrée.

On nous dit que la terrible maladie qui produit des symptomes tout droit sortis d’un film d’horreur, se propage aux Etats-Unis. Des Américains annulent leurs vacances et refusent de prendre l’avion, croyant qu’ils pourraient y attraper l’Ébola.

Les gens sont terrorisés (à dessein) par d’horribles images, par la peur de finir rapidement dans d’horribles souffrances et par la peur de prendre l’avion. Les peurs sont menées hors de proportion avec la réalité de la menace. Où avons-nous déjà vu cela ?

Le 11 septembre 2001, le public américain fut soumis à un contrôle de l’esprit par le traumatisme, une forme extensive de technique de lavvage de cerveau appelée coercition, décrite dans un livre du même ttre de Douglas Rushkoff. Le contrôle de l’esprit par le traumatisme utilise des peurs extrêmes ou l’horreur pour façonner le subconscient des victimes. C’est une technique très efficace pour faire soumettre les gens à l’autorité sans qu’ils réalisent qu’ils le fassent ni même pourquoi.

A l’automne 2001, nous fûmes conditionnés pour croire que des musulmans radicaux, utilisant des avions détournés, de l’anthrax et on ne sait quoi d’autre, avaient la volonté de tuer un grand nombre d’Américains. Ceci eut pour résultat que les Etats-Unis prirent le sentier de la guerre contre les Musulmans, les nations musulmanes, les persécutant dans le monde entier, déchirant en mille morceaux la constitution, gaspillant des milliers de milliards de dollars, risquant la banqueroute tant morale que financière.

Depuis lors, la preuve que la peur du 11 septembre/anthrax était une escroquerie a été faite et a laissé beaucoup d’Américians plus tristes mais plus éveillés. Aujourd’hui, dès que le gouvernement et les médias commencent à faire peur aux gens avec une menace gonflée, les observateurs avertis se demandent directement: Est-ce une menace réelle ? Ou est-ce juste encore un faux-drapeau ?

Dans un entretien exclusif avec le programme radio Truth Jihad (Djihad pour la vérité), le Dr. Garth Nicolson, un expert de renommée sur les maladies émergentes et la guerre biologique, a suggéré que la menace d’Ébola a été exagérée à cause de la nature très spectaculaire de ses symptomes. En fait, le Dr Nicolson a aussi suggéré que c’est précisément à cause de ces symptomes spectaculaires, qui se voient très rapidement, que la maladie est en fait plus facile à contenir.

Si vous avez une maladie grave, à haute mortalité comme Ébola, cela va gagner beaucoup d’attention. Mais vous pouvez isoler ces patients immédiatement et cela va contenir l’ensemble du processus.

Une maladie spectaculaire, capable de gagner l’attention, mais qui n’est pas capable de tuer un grand nombre de gens, est idéale pour une manipulation psychologique fausse-bannière de l’opinion publique. Un des facteurs dominant d’une psyop fausse-bannière, est la disproportion entre l’impact massif sur l’opinion publique de l’évènement et la faible réalité de la menace supposée (NdT: Jusqu’ici, Ébola dans sa forme “classique” de contamination n’a fait que quelques 1000 morts dans 3 ou 4 pays différents en 6 mois de temps, alors que la grippe commune fait de l’ordre de 300 000 morts par an dans le monde… Aucune commune mesure, par contre si le virus était manipulé pour être transmissible par voie aérienne… Là… Nous pouvons être à peu près certains que l’armée yankee y travaille ou a déjà mis au point ce type de virus génétiquement manipulé afin de potentiellement pouvoir produire un scenario “12 Singes”…)

Ce schéma existe depuis des siècles.

Dans l’Angleterre du XVIIème siècle, le clan de va t’en guerre de Robert Cecil voulait lancé un assaut sur les empires espagnol et portugais, mais il fut contraint par la politique pacifique du roi James et de quelques uns de ses conseillers et aussi par la récalcitrance de l’opinion publique pacifiste. Comme l’Espagne et le Portugal étaient des pays catholiques, Cecil avait besoin de convaincre ses concitoyens qu’ils devaient tous faire face à une “menace catholique” ; il trouva donc un agitateur catholique radical du nom de Guy Fawkes, le mit lui et quelques barrils de poudre à canon mouillée dans un tunnel sous le parlement anglais et le fit arrieter en accord avec un plan préétabli.

Le complot de Cecil marcha à la perfection. De toutes les chaires anglicanes du pays, les prêcheurs dénoncèrent les diaboliques catholiques extrémistes qui avaient presque réussi à faire sauter le parlement britannique L’opinion publique anglaise entra dans une transe anti-catholique similaire à celle que nous avons vécu contre les musulmans après le 11 septembre 2001 et Cecil obtint sa guerre.

En fait, les catholiques britanniques ne posèrent que peu ou pas de menace à quiconque. Mais à cause de l’énorme impact de relation publique du plan de Cecil avec ses barils de poudre sous le parlement, le public fut convaincu qu’une vague de chaos catholique arrivait sur ses côtes.

Le gouvernement américain tout comme le gouvernement britannique a convaincu de manière répétée ses citoyens d’une menace imminente exagérée ou simplement non-existante. En 1847, Washington fabriqua de toute pièce une “invasion mexicaine”. En fait le Mexique était bien plus faible que les USA et ne posait en rien une menace à la nation, mais des manchettes de journaux belliqueuses martelèrent les Américains pour faire la guerre au Mexique et de la sorte, Washington vola presque la moitié du territoire mexicain. En 1898, une fausse “menace espagnole” fut fabriquée par l’envoi par le fond fausse-bannière du navire USS Maine qui mouillait dans le port de la Havanne à Cuba. En réalité, l’Espagne ne posait aucune menace aux Etats-Unis, étant le plus faible des deux camps, elle ne pensait qu’à éviter la guerre, mais une fois de plus les citoyens américains furent lobotomisés pour croire à une menace non-existante renforcée par une attaque fausse-bannière. Les Etats-Unis s’emparèrent une nouvelle fois de larges territoires pour leurs banquiers et leurs capitalistes.

Avant la première guerre mondiale, une menace allemande non-existante pour les Etats-Unis fut fabriquée de toute pièce au moyen de deux manips de relation publique (propagande): La forgerie du télégramme Zimmerman qui a convaincu l’Amérique que les Allemands conspiraient avec le Mexique pour envahir les Etats-Unis et l’envoi par le fond orchestré du navire Lusithania, qui était bourré de passagers… et d’armes et de munitions à destination de l’Europe. Les Américains se levèrent en masse par peur hystérique des Allemands et s’en allèrent guerroyer en Europe pour leurs banquiers sionistes et les britanniques.

Washington et Londres ont aussi dragué les Etats-Unis dans la seconde guerre mondiale au travers d’une menace fabriquée. Ils utilisèrent le plan en huit points, incluant de couper le Japon de ses vivres afin de forcer le Japon à attaquer les USA à Pearl Harbor. Le filmage de l’attaque, choqua les citoyens et les convainquit que les Etats-Unis faisaient face à une véritable menace avec la Japon et ses alliés Allemands. En fait, si les Etats-Unis étaient restés neutres (comme la population le voulait au départ), une telle menace ne se serait jamais matérialisée.

Dans les années 1960, une autre menace non-existante émergea cette fois-ci du Vietnam. Elle fut fabriquée pour amener les US dans une guerre totale avec le pays. Une fausse attaque sur un navire américian dans le Golfe du Tonkin, appelé “l’incident du Golfe du Tonkin”, fut arrangé.

Ce ne sont là que quelques exemples montrant qu’une hystérie gonflée par les médias est toujours au service d’un agenda caché.

Qu’est-ce qui se cache derrière la peur d’Ébola ?

La scientifique Ann Sullivan argumente qu’une contagion orchestrée par virus Ébola en Amérique pourrait être utilisée pour créer “une urgence pandémique de niveau 6, qui demanderait une vaccination obligatoire, vaccins qui contiendraient leur virus patenté de guerre biologique ébola”. Cette vision d’un scenario du pire cauchemardesque prend en considération la vision de la faction la plus eugéniste de l’élite mondialiste utilisant une fausse menace à l’Ébola pour en créer une bien réelle (NdT: en disant que le “virus a muté rapidement et que les services de santé sont pris de cours”…)

Avec ou sans menace réelle, le gouvernement américain pourrait utiliser le spectre d’une urgence pandémique pour boucler les Américains et retirer les derniers vestiges de leurs droits constitutionnels. Le président Obama vient de signer un amendement au décret 13295 de George W. Bush, qui autorise “l’appréhension, la détention ou la relâche conditionnelle d’individus pour prévenir l’introduction, la transmission ou la dissémination de maladies contagieuses suspectées.” L’amendement d’Obama élargit l’ordre de permission de mise en détention d’un nombre illimité d’Américains sur la simple suspicion qu’ils peuvent être porteurs d’une maladie dangereuse et contagieuse (Ndt: Entrent alors en lice les fameux camps de la FEMA…)

Pourquoi le gouvernement américain voudrait-il manufacturer une menace à la contagion, réelle ou inventée, comme excuse à la loi martiale et à la détention de masse ? Il pourrait le faire en mesure préventive à des troubles sociaux de masse lorsque le dollar va s’effondrer et que l’économie américaine va imploser. En ce moment, les nations des BRICS, emmenées par la Russie et la Chine, sont en train de retirer le bouchon de l’évier sur le dollar, qui commence à tournoyer grandement dans sa préparation à disparaître dans le tout-à-l’égoût. Lorsque le dollar fera son dernier plongeon, les Américains feront face aux pleines conséquences du gaspillage imbécile par leurs gouvernements successifs, de milliers de milliards de dollars depuis le début de la “guerre” après les attentats du 11 septembre 2001. Le résultat plus que probable: Une seconde révolution américaine.

Si le gouvernement américain peut terroriser les Américains avec Ébola, militariser la société et mettre sous les verrous des centaines de milliers, des millions de personnes dans des camps de concentration, alors il pourra peut-être enrayer la révolution avant qu’elle ne commence. C’est ce qui pourrait être leur plan pour le moins.

Mais le virus Ébola dans sa forme naturelle, classique, ne pourra pas créer de situation de pandémie aux Etats-unis, car il n’est pas facilement transmissible, il n’a pas de longue période d’incubation et il ne peut pas survivre en dehors du corps sauf sous un climat très chaud et humide. Alors soyez prévenus: Si les merdias pressetitués rapportent une pandémie Ébola aux Etats-Unis, il ne pourra y avoir que deux possibilités:

  • Soit ils mentent
  • Soit ils auront créé une version militaire synthétique du virus et si cela se produit… Nous avons tout intérêt à commencer la révolution… avant qu’ils ne nous bouclent…

… Ou nous tuent.

Média et propagande: Le pays du goulag levant (ex-USA) dissémine la peur factice de la "menace russe" en préparation de sa population à la guerre… (Paul Craig Roberts)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, guerre iran, guerre Libye, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, presse et média, résistance politique, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 14 août 2014 by Résistance 71

Washington étouffe la vérité par des mensonges

 

Paul Craig Roberts

 

13 Août 2014

 

url de l’article original:

http://www.paulcraigroberts.org/2014/08/13/washington-chokes-truth-lies-paul-craig-roberts/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Les propagandistes occidentaux ne font-ils que se tromper eux-mêmes ?

La toute dernière absurdité en date en provenance de l’Ukraine, de l’Union Européenne et de Washington est que l’aide humanitaire que la Russie fait envoyer par camions avec l’aide de la Croix Rouge Internationale dans les anciens territoires russes, serait un subterfuge, une manigance, un prétexte pour les forces d’invasion russes. Un tel mensonge éhonté nous dit que les propagandistes occidentaux n’ont absolument aucun respect pour l’intelligence des peuples de l’occident.

Même un parfait inmbécile devrait comprendre que si la Russie veut envoyer des forces militaires en Ukraine, elle n’a besoin d’aucun prétexte, encore moins d’une aventure d’aide humanitaire avec la Croix Rouge. L’Ukraine orientale, suivant l’exemple de la Crimée, a déjà à la fois voté pour son indépendance de l’Ukraine de Kiev et aussi pour son rattachement à la Russie. Si la Russie avait besoin d’une excuse, les décisions politiques prises par les citoyens de cette région il y a des mois suffiraient. Mais la Russie n’a besoin d’aucune excuse pour se porter au secours de Russes et d’empêcher qu’ils ne soient massacrés par les valets de Washington à l’instar des Palestiniens à Gaza.

Par son inaction, le gouvernement russe donne aux états vassaux européens de Washington le temps de comprendre que Washington et non pas la Russie, est le problème et que Washington planifie pour que le coût de son conflit acec la Russie retombe sur les Européens.

L’opposition de Washington, de ses états européens vassaux et de ses larbins de Kiev à l’entrée d’aide humanitaire est dûe à une tentative désespérée de l’occident d’empêcher le monde de savoir au sujet des destructions massives ayant lieu sur les populations civiles, les infrastructures civiles de ces anciens territoires russes, qui sont directemet menacés par les extrémistes russophobes que Washington a installé au pouvoir à Kiev.

La pressetituée occidentale a rajouté un autre échec à sa longue pathétique histoire de ne pas rapporter les atrocités infligées à un peuple qui ne voit aucun futur pour lui-même dans un pays dirigé par une clique d’assassins russophobes, installés au pouvoir par Washington.

Les généraux fous de l’OTAN, le chef du Pentagone et les sénateurs américains diffusent l’hystérie d’une invasion à venir de la Russie non seulement sur l’Ukraine, mais aussi sur la Baltique, la Pologne et en fait, toute l’Europe. Cette hystérie totale est en train de consumer l’occident alors même qu’il n’y a pas l’ombre d’un indice ou d’une preuve d’objectifs ou de préparations russes pour de telles invasions. Washington diffuse le mensonge que Poutine a l’intention de reconstruire l’empire soviétique. Nous parlons du même Poutine qui avait l’ancienne province russe de Georgie dans le creux de sa main… et qui l’a laissé.

La propagande de Washington marche. Des sondages révèlent qu’une majorité des Américains (NdT: sauf des “figures” du spectacle comme Mickey Rourke et Steven Seagal qu’on peut voir afficher leur soutien à la Russie…), qui devrait être éveillée depuis tout ce temps où on leur a menti au sujet de l’Afghanistan, de l’Irak, de la Somalie, de la Libye, de la Syrie et de l’Iran, ces gens dans leur naïveté infinie, sont tombés une nouvelle fois victimes de la propagande qui veut que la Russie soit une menace.

Dans la population américaine mal informée et victime de la propagande, la question du jour est: “Comment allons-nous arrêter les Russes ?” Ainsi le régime corrompue et fourbe d’Obama a une fois de plus préparé les Américains à la guerre.

L’espoir de paix réside en ce que les contre-sanctions russes, en réponse aux sanctions contre elle que Washington a forcé ses vassaux européens de mettre en vigueur, finissent par retomber sur le contribuable trompé et naïf américain. Le gouvernement polonais a demandé à Washington d’acheter les pommes et les autres produits agricoles que Washington a rendu impossible pour la Pologne de vendre à la Russie. Comme la Pologne est le choix de Washington pour mettre ses bases de missiles directement dirigés sur la Russie, le gouvernement polonais a de fait un levier et un moyen de pression. Une fois que Washington aura cédé à la Pologne, des demandes similaires émaneront de pays durement touchés par la crise comme la Grèce et l’Autriche et de fait le reste de l’Europe afin que Washington les compense des coûts à supporter des sanctions que ces pays ont été obligé de mettre en place contre la Russie.

La fraude perpétrée sur le monde par les Etats-Unis dans ce XXIème siècle est simplement extraordinaire. Rien de comparable n’a jamais été fait dans l’histoire. Non seulement trouve t’on les fraudes des multiples guerres (Afghanistan, Irak, Somalie, Libye, Syrie, Ukraine, l’Iran… presque et les actions militaires illégales américaines au Yémen et à la frontière du Pakistan), mais aussi les vasres fraudes financières perpétrées contre le monde. Parmi les coûts de ces fraudes de Wall Street, nous trouvons la crise de la dette européenne, les violations de souveraineté nationale des pays européens avec le sauvetage de la dette souveraine par le FMI et la paupérisation de pays soi-disant “sauvés” comme la Grèce, l’Italie, l’Espagne, le Portugal et l’Irlande, avec les pays d’Europe de l’Est.

Un jour, les Européens vont se réveiller. Lorsqu’ils le feront, ils réaliseront que Washington ne fait rien d’autre que de les “protéger” contre une “menace russe” inexistante, tout en leur imposant des coûts dramatiques et en utilisant les Européens comme un impôt pour les guerres de Washington pour son hégémonie sur le monde. Tôt ou tard, les Européens devront comprendre que le rôle qui leur a été assigné par Washington n’est pas du tout dans leur intérêt et mène directement à la troisième guerre mondiale dans laquelle les Européens seront les premières victimes.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 400 autres abonnés