Archive for the écologie & climat Category

Résistance politique santé et environnement: Le Chili torpille la loi Monsanto grâce aux activistes indigènes et associations paysannes locales…

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, écologie & climat, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, OGM et nécro-agriculure, politique et lobbyisme, santé, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , on avril 13, 2014 by Résistance 71

Il y a trop peu de bonnes nouvelles pour ne pas se réjouir un peu quand elles arrivent… En voici une, et une bonne, même s’il ne faut pas mollir ! La grille de contrôle du Nouvel Ordre Mondial subit une résistance planétaire de plus en plus farouche, les peuples indigènes colonisés sont éveillés, emboitons-leur le pas ! Le rejet des OGM est une manœuvre de salubrité publique. Les OGM n’ont qu’un seul but à terme: détruire les populations, c’est une opération eugéniste lancée par les mêmes criminels à l’échelle planétaire.

– Résistance 71 –

 

Le Chili célèbre le triomphe contre la loi Monsanto et l’accord UPOV

 

Servindi

 

12 Avril 2014

 

url de l’article:

http://www.michelcollon.info/Le-Chili-celebre-le-triomphe.html?lang=fr

 

Le retrait de la loi Monsanto sur la privatisation des semences paysannes et la non adhésion à la Convention UPOV 91 sur la protection de l’obtention des végétaux sont célébrées par les citoyens chiliens qui se mobilisent activement en défense de la production agro-écologique et de la culture familiale paysanne.

La pression est née d’un ample mouvement, de la campagne et de la ville, en défense des semences libres de brevets, non transgéniques et contre les pesticides, articulé dans la Campagne « Yo no quiero transgénicos en Chile » RAP-Chile.

La Présidente Bachelet et sa coalition au gouvernement ont annoncé le 17 mars le retrait du projet connu sous la dénomination de Loi Monsanto et qui avait été déposé au parlement en 2009 par la présidente elle-même au cours de sa précédente administration.

L’initiative légale prétendait accorder aux entreprises transnationales, comme Monsanto, Syngenta, Pioneer/Dupont et Bayer, productrices de semences hybrides et transgéniques d’amples garanties au prix des droits des paysans et paysannes et du patrimoine génétique du pays.

La campagne a suscité une mobilisation massive, des échanges de semences et le déploiement de ressources visuelles sur les réseaux sociaux.

Un rôle remarquable a été joué par les femmes paysannes et indigènes, les agriculteurs biodynamiques, conjointement avec des associations socio-ambiantales, indigènes, de consommateurs et des familles, chacun d’entre eux concernés par la possibilité bénéficier d’une alimentation saine et sûre. Ensemble ils formèrent le c&oeligur du mouvement de défense des semences.

Il faut faire remarquer qu’au cours des dernières années, au Chili, la redécouverte des valeurs de l’agriculture familiale paysanne, et de l’agro-écologie – comme alternatives concrètes pour affronter un changement climatique, également en réponse à la nécessité pour la population de disposer d’une plus grande quantité et d’une meilleure alimentation – a pris de l’ampleur

L’eau, la terre et les semences sont des éléments essentiels pour parvenir à la souveraineté alimentaire, objectif poursuivit par la campagne Yo no quiero trangenicos en Chile, entendu comme le droit de tous et de toutes a décider librement des aliments qu’ils consomment, prenant en considération la culture traditionnelle, sans que celle-ci soit remise entre les mains des transnationales qui monopolisent le commerce des semences.

L’ex sénatrice Ximena Rincón, actuelle ministre secrétaire générale du gouvernement, était à la tête de l’opposition au projet de loi au Sénat et grâce à la vigilance citoyenne une majorité de législateurs furent informés et s’unirent dans l’opposition à la loi.

L’organisation internationale Via Campesina célèbre cette décision qu’elle considère comme un triomphe du mouvement citoyen, mais elle avertit : il faut rester vigilant face au danger que représente UPOV 91 avec laquelle, on en a pas fini puisque le gouvernement ne « s’est pas engagé à développer un nouveau projet de loi en faisant appel aux différents secteurs impliqués et affectés ».

A ce sujet, elle ajoute qu’il n’y a pas le moindre doute, les entreprises feront des campagnes millionnaires de lobbying et de désinformation, y compris de cooptation d’organisations à travers lesquelles elles espèrent pouvoir continuer à défendre leurs mythes, menaces et mensonge » affirme-t-elle.

Le Sénateur Alejandro Navarro, président du parti MAS, exprime : « Cela ne s’arrête pas ici, parce que l’analyse annoncée par l’exécutif requiert une consultation indigène. Piñera fut le maître des consultations indigènes faussées, le champion pour n’appeler au dialogue que ceux qui approuvaient ses projets, dans respecter les réquisits de la consultation tel qu’ils sont définit dans les traités internationaux ».

« C’est ce qui s’est produit avec la loi sur la pêche, avec la loi forestière et avec la loi des concessions électriques. J’espère qu’en tant que Nouvelle Majorité nous ne ferons pas de mëme, des consultations indigènes frauduleuses, allant à l’encontre des droits des peuples indigènes » , déclare Navarro.

Convention UPOV

Le mouvement citoyen dénonce un lobbying exercé par Monsanto depuis six ans faisant pression pour que le Chili signe la Convention UPOV 91, un traité promut par le secteur privé et qui est périodiquement actualisé de manière à augmenter les bénéfices des entreprises.

Il indique que cette convention n’a pas reçu le patronage des Nations Unies et que plusieurs des pays qui enregistrent des semences hybrides au Chili, comme la Nouvelle Zélande, le Canada, l’Afrique du Sud n’ont pas souscrit à UPOV 91.

Ne l’ont pas fait non plus les pays qui valorisent leur patrimoine génétique comme le Brésil, le Pérou et la Chine, parce qu’il n’est pas nécessaire de signer l’actualisation de l’année 1991 (UPOV 91) de cette Convention.

Proposition de Loi des Semences

La proposition de la Société Civile chilienne est de mettre en gestation une nouvelle loi de Semences qui permette d’avancer dans la direction de la Souveraineté Alimentaire, établissant des programmes de production et de distribution de semences paysannes locales.

La loi doit permettre la commercialisation des semences paysannes locales, reconnaissant le rôle autonome des communautés dans la récupération des semences traditionnelles pour les champs et potagers urbains. *

La proposition citoyenne propose en plus de soutenir le moratoire sur les cultures transgéniques, un moyen de protéger la diversité et d’exiger l’étiquetage des aliments transgéniques qui consacre le droit pour les consommateurs de choisir des aliments sains.

Un autre aspect concerne l’élimination du registre du Service d’Agriculture et d’Elevage (SAG sigle en espagnol) des pesticides hautement toxiques (PAP) et dommageables pour les abeilles.

Et également de soutenir dans chaque région du Chili la créations de ferias locales et de pouvoirs d’achat dans les organismes de l’Etat, comme les hôpitaux, les écoles, pour permettre l’approvisionnement de la population avec des aliments agro-écologiques produits de manière saine et sans agro-toxiques.

Déclaration de la CLOC-Via Campesina – Chile au retrait du processus législatif de la loi sur les obtentions.

Les organisations de la CLOC-Via campesina- Chile nous célébrons la décision du gouvernement de la Présidente Bachelet de retirer du processus législatif le Projet de Loi de Protection des Droits des Obtentions Végétales, projet qui cherche à implanter au Chili, UPOV 91, plus connu sous le nom de Loi Monsanto.

Ceci est une grande victoire obtenue par de multiples actions, réunions, forums, entrevues et des larges initiatives et mobilisations de la CLOC- Via Campesina – Chile et des mouvements sociaux qui permirent une bonne compréhension du problème par les citoyens, grâce au développement d’une solide argumentation et un travail de diffusion massive qui a inclus des centaines de communautés paysannes et indigènes, ainsi qu’une discussion efficace et méthodique avec une grande quantité de Sénateurs.

La CLOC – VC- Chili nous sommes fiers d’avoir participé de manière permanente et sans vaciller à ce processus de résistance sociale, d’avoir impulsé des processus de convergence et de mobilisation malgré les incompréhensions et l’appui apporté au projet de loi par des autres organisations paysannes auxquelles nous avons été confrontés. Cela nous fait plaisir d’avoir contribué à désarmer l’ensemble de mythes qui sont défendu par les appareils de lobbying des entreprises, d’avoir été capables de rompre l’encerclement communicationnel et de nous être fait écouter, malgré que notre voix ait été initialement bloquée et sabotée dans les débats parlementaires et au Tribunal Constitutionnel pendant que les entrepreneurs y étaient amplement entendus. Notre voix a fini par bénéficier d’une large audience. Nous nous sentons stimulé(e)s de voir que nos analyses et propositions ont contribué à la lutte contre UPOV 91 et contre la loi des semences de nos frères de la CLOC et de La Via Campesina dans les autres pays confrontés à cette offensive du capital.

Comme nous l’avons affirmé : si elle avait été approuvée, la loi aurait converti en délits les pratiques paysannes et indigènes millénaires – comme celle de sélectionner, prendre soin, conserver et échanger les semences – elle aurait permis que les entreprises s’approprient les semences paysannes, et elle aurait permis des punitions comme des destruction de culture et des confiscation de récoltes.

Nous devons garder présent le danger de UPOV91, ce n’est pas finit. Le gouvernement ne s’est pas engagé à développer un nouveau projet de loi dont l’élaboration fasse appel aux différents secteurs concernés et affectés.

Aucun doute quant au fait que les entreprises vont dépenser des millions à travers de campagne de lobbying et de désinformation, comprenant la cooptation d’organisations à travers lesquelles ils espèrent pouvoir continuer à diffuser leurs mythes, menaces et mensonges.

Nous devons rester en alerte et maintenir notre campagne d’information avec encore d’avantage de détermination, continuer les conversations rigoureuses et fondamentales avec les parlementaire, les organisations, les citoyens, développant nos arguments de manière toujours plus claire. Nous savons que la vérité et la justice sont de notre côté. Et donc nous nous battons pour que la participation des organisations paysannes et des peuples indigènes dans la discussion d’une nouvelle loi soit effective et suffisamment large et représentative, et que nous puissions avoir la garantie d’être écoutés.

Il y a de nombreux sénateurs et sénatrices envers lesquels nous sommes reconnaissant pour leur disposition à écouter et à étudier nos arguments, ainsi que pour la manière honorable dont ils expriment leurs idées et établissent des compromis. Nous remercions en particulier l’ex-sénatrice Ximena Roncón, pour nous avoir écoutés et soutenus dès le départ.

Nous avons gagné parce que nuus avons fait un énorme travail collectif et une diffusion sociale massive de notre position. Dans ce processus, nous remercions et valorisons l’implication, les apports et efforts deGRAIN qui a mis à notre disposition ses synthèses et analyses participant de manière active et permanente à la discussion, aux débats et à l’élaboration collective de position.

Nous lançons un appel à toutes les organisations sociales et en particulier aux organisations des campagnes à s’informer et s’intégrer dès maintenant dans les processus en cours. Le droit paysan et indigène millénaire de prendre soin, conserver et échanger des semences est la baes de la souveraineté alimentaire des peuples et doit être défendu par tous.

LES SEMENCES SONT UN PATRIMOINE DE NOS PEUPLES INDIGENE ET DES PAYSANS DE LEURS FEMMES – PRINCIPALES GARDIENNES – ET CE SONT NOS PEUPLES QUI GENEREUSEMENT LES ONT MIS AU SERVICE DE L’HUMANITÉ !

POUR LA SOUVERAINETE ALIMENTAIRE ET POPULAIRE, NON A LA PRIVATISATION DES SEMENCES ! NON A UPOV 91 !

LES SEMENCES INDIGÈNES ET PAYSANNES SONT LA GARANTIE DE LA SOUVERAINETÉ ALIMENTAIRE DES PEUPLES

ANAMURI CONAPROCH CONFEDERACION RANQUIL ANMI

CLOC – VIA CAMPESINA – CHILE

 

Traduction de Anne Wolff

 

Source : servindi.org

 

BALEINE D’AVRIL !!…

Posted in actualité, altermondialisme, écologie & climat, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social with tags , , , , , , , , , , , on avril 1, 2014 by Résistance 71

Les baleines ont gagné ! Le tribunal international décide que la chasse à la baleine japonaise dans l’océan austral n’est pas à des fins scientifiques

 

Sea Shepherd

 

1er Avril 2014

 

url de l’article:

http://www.seashepherd.org.au/news-and-media/2014/04/01/the-whales-have-won-icj-rules-japans-southern-ocean-whaling-not-for-scientific-research-1592

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

 

Dans une victoire époustoufflante pour les baleines, la Cour Internationale de Justice de la Hague a annoncé sa décision contraignante aujourd’hui dans l’affaire référence de l’Australie contre le Japon, décidant que le programme baleinier japonais JARPA II dans l’Antarctique n’a pas de buts scientifiques et a ordonné que tous les permis et autorisations donnés au JARPA II soient révoqués. La nouvelle a été célébrée et applaudie par la Sea Shepherd Conservation Societies USA, etAustralie, qui sont toutes deux directement intervenues contre les baleiniers japonais dans l’océan austral.

Représentant Sea Shepherd au tribunal opur entendre le verdict historique, se tenait le capitaine Alex Cornelissen, le directeur exécutif de Sea Shepherd Global et Geert Vons, directeur de Sea Shepherd Netherlands. Ils étaient accompagnés par le conseil juridique hollandais de Sea Shepherd Global.

L’affaire contre le Japon est passée devant le tibunal en Juillet de l’an dernier afin de décider si le Japon violait ses obligations internationales en implémentant son programme “de recherche” baleinier du JARPA II dans l’océan austral et pour demander au Japon de cesser ce programme et révoquer tous les permis accordés jusqu’à ce que le Japon puisse assurer que ses opérations soient conformes avec le droit international.

Dans un vote de 12 contre 4, le tribunal a décidé que les permis et autorisations délivrés par le Japon pour son programme baleinier n’étaient pas pour la recherche scientifique comme défini par les règlementations de la Commission Baleinière Internationale (CBI). Le tribunal a ordonné que le Japon révoque tous les permis scientifiques donnés à JARPA II et ne délivre plus d’autres permis ni autorisations pour ce programme.

Avant le verdict, il y a eu quelques spéculations disant que le tribunal pourrait ne pas permettre la chasse aux espèces menacées comme les baleines à bosse et les “fin whales”, mais qu’il pourrait faire un compromis en autorisant la chasse à la baleine de Minke. Mais Sea Shepherd a toujours soutenu qu’indépendamment de l’espèce, aucune baleine ne devait plus être chassée et tout spécialement dans le sanctuaire de l’océan austral. Sanctuaire voulant dire “refuge, réserve naturelle” où les animaux sont protégés. Permettre le meurtre des animaux dans un sanctuaire officiellement désigné internationalement, c’est se moquer des accords internationaux faits par les pays qui ont établis ce sanctuaire en 1994. A cette époque, 23 pays soutenaient l’accord et le Japon fut le seul pays de la CBI à s’y opposer.

Même l’ambassadeur du japon aux Etats-Unis, Kenichiro Sasae a dit ceci lors d’une réunion publique à Los Angeles en 2013, réunion à laquelle participaient des représentants de Sea Shepherd USA: “En tant qu’individu, j’aime les baleines et si vous allez les voir, il n’y a aucune raison pour nous de tuer ce superbe animal. Mais c’est historique et politique, je dirai. Il y a un petit nombre de Japonais qui essaie de gagner cette bataille. Mais les citoyens japonais ne mangent plus de viande de baleine.” Dans cette même réunion, l’ambassadeur Sasae a déclaré que le Japon respecterait la décision du Tribunal International. Voir le transcript ci-dessous (en anglais):

Read the transcript here

Les équipages de volontaires internationaux de la Sea Shepherd Conservation Society ont été au front contre la flotte balienière dans les eaux hostiles et perdues de l’océan austral et ce pendant huit saisons, puis Sea Shepherd Australie a repris le flambeau ces deux dernières années et continuera à aller affronter les braconniers japonais dans l’Antarctique jusqu’à ce que nous puissions mettre un terme définitif à ces assassinats dans cette “zone de sécurité” désignée pour les baleines. Au fil des années, Sea Shepherd a été la seule organisation a intervenir internationalemennt contre le braconnage japonais et cette mascarade de soi-disant “recherche scientifique”, alors que les buts japonais étaient mis en question partout dans le monde. En fait, Sea Shepherd a été la seule chose se tenant entre les majestueuses baleines et les harpons des baleiniers, alors que ces espèces protégées internationalement, bon nombre d’entre elles enceintes, migraient au travers des eaux antarctiques chaque année.

“Avec la décision d’aujourd’hui, le tribunal international a pris une position juste et du bon côté de l’histoire pour protéger les baleines de l’océan austral et son sanctuaire baleinier ainsi que l’écosystème vital de l’Antarctique, c’est une décision qui a un impact sur la communauté internationale et les générations futures”, a dit le capitaine Alex Cornelissen de Sea Shepherd.

“Bien que les harpons japonais aient continuellement amené beaucoup d’espèces de baleines vers l’extinction, Sea Shepherd espère qu’à l’aune de la décision du tribunal, c’est la chasse à la baleine qui sera conduite définitivement dans les pages des livres d’histoire”, a t’il dit.

“Malgré le moratoire sur la chasse à la baleine commerciale, le Japon a continué de tuer des milliers de ces gentils géants des mers et ce dans un endroit où ils devraient être en totale sécurité”, a dit le fondateur de Sea Shepherd, le capitaine Paul Watson, “Sea Shepherd et moi-même, ainsi que des millions de personnes concernées dans le monde, espèrent certainement que le Japon honorera la décision de la cour internationale et laissera enfin les baleines en paix.”

“La décision du tribunal établissant la chasse à la baleine japonaise comme illégale justifie au plus haut point une décennie d’actions courageuses entreprises par le capitaine Paul Watson et ses équipages, “ a dit le président de Sea Shepherd Australie.

“Les gens célèbrent cette grande victoire à travers l’Australie, victoire acquise aussi grâce à Sea Shepherd et au très large soutien public australien pour la protection des baleines, ce qui a amené le gouvernement australien à conduire une action légale contre le Japon. Le PM australien Tony Abbott devrait dire au Japon: “Ne traversez plus jamais l’équateur avec des canons à harpon”, a continué le Dr. Brown.

“Ce résultat donne encore plus de crédit à Sea Shepherd pour avoir non seulement fait appliquer les lois fédérales australiennes, mais aussi les lois internationales en défencant le sanctuaire baleinier austral pour les baleines et pour les générations futures”, a dit Jeff Hansen, Managing Director de Sea Shepherd Australie.

Sea Shepherd Global va préparer ses navires pour retourner lutter dans l’océan austral en décembre 2014 si le Japon décidait d’ignorer le jugement. Si la flotte braconnière nippone retourne, Sea Shepherd sera là pour faire appliquer la décision du tribunal contre les baleiniers pirates du Japon.

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le pétrole (abiotique)… Seconde addition au dossier… (Dr J.F. Kenney)

Posted in actualité, écologie & climat, économie, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologie, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , on mars 26, 2014 by Résistance 71

Nous avons expliqué dans notre introduction à ce dossier sur l’origine abiotique (non-"fossile") du pétrole et de tous les hydrocarbures plus lourds que le méthane en accord avec la théorie russo-ukrainienne de l’origine abiotique profonde du pétrole, que nous ne sommes pas "pro" pétrole, mais que le chemin vers son remplacement comme source énergétique passe par la reconnaissance du fait que pétrole et gaz naturel sont d’origine non biologique, qu’ils sont créés sous très hautes pressions et températures dans le manteau de la Terre et qu’ainsi leurs réserves terrestres sont de fait quasi inépuisables à l’échelle humaine. Reconnaître cela c’est reconnaître que la théorie du pic pétrolier et de la "rareté" du produit ne sont que des escroqueries qui permettent de contrôler gisements et prix par la classique méthode spéculative du capitalisme criminel.

Nous avons retrouvé et traduit ci-dessous, un autre article du Dr. Kenney, ingénieur et chercheur américain membre de l’académie des sciences de Moscou , écrit en 1996 et qui synthétise très bien l’affaire de l’origine du pétrole. Ceci est toujours on ne peut plus d’actualité au vu de la situation en Ukraine et de la "découverte" de gisements importants de gaz en Ukraine de l’Ouest et en Mer Noire, gisements qui seront exploités par Exxon et Chevron. Dans cet article, Kenney explique que la théorie russo-ukrainienne de l’origine abiotique profonde du pétrole et hydrocarbures plus lourds que le méthane, n’est ni une théorie "marginale", ni même une théorie sujette à débat en Europe de l’Est, le débat scientifique ayant eu lieu entre 1951 et la fin des années 70, avec pour résultat sa validation scientifique, chose des plus importantes à noter…

Pour arrêter la guerre du pétrole et les guerres à cause du pétrole, il suffit que cette origine abiotique inépuisable devienne enfin un acquis définitif pour que la spéculation s’arrête, ce qui provoquerait une chute rapide des prix du baril et ouvrirait une véritable fenêtre d’opportunité pour des énergies plus saines et moins polluantes, pourvu qu’on empêche les habituels criminels capitalistes (privés ou d’état, c’est la même chose) de pouvoir spéculer sur la ou les nouvelles sources…

Lisez notre dossier sur la question et diffusez sans modération. La diffusion de la vérité nous fera sortir de la spirale mortifère de spéculation, de mensonge et de contrôle, induite par les majors du pétrole et les banquiers pour contrôler le monde , les ressources énergétiques et les peuples.

Dossier "pétrole abiotique"

 

– Résistance 71 –

 

Considérations sur les récentes prédictions de pénurie de pétrole à venir évaluées d’après la perspective de la science pétrolière moderne.

 

J. F. Kenney

1996

 

JOINT INSTITUTE OF THE PHYSICS OF THE EARTH

RUSSIAN ACADEMY OF SCIENCES, Moscow;

GAS RESOURCES CORPORATION, Houston.

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

RÉSUMÉ:

Pendant près d’un siècle, des prédictions variées ont été faites sur ce que la race humaine allait être à court de pétrole de manière imminente. Le temps a prouvé que toutes ces prédictions étaient foncièrement fausses. Il est noté ici comment toutes ces prédictions dépendaient en fait fondamentalement d’une hypothèse formulée au XVIIIème siècle, disant que le pétrole était (miraculeusement) issu de la décomposition de détritus biologiques et en conséquence limité quant à son abondance. Cette théorie a été remplacée ces 40 dernières années par la théorie russo-ukrainienne de l’origine profonde abiotique du pétrole, qui a établi que le pétrole est matériau primordial provenant des grandes profondeurs de la Terre. Ainsi, l’abondance en hydrocarbures n’est limitée que par la quantité de matériaux primordiaux incorporés à la formation de la Terre et que leur disponibilité ne dépend que du développement technologique et de la compétence en matière d’exploration et d’exploitation.

 

“L’huile de roche se forme alors que de petits corps d’animaux, enfouis dans les sédiments, qui sous l’influence d’une température et d’une pression plus élevées agissant pendant une longue période, se transforment en huile de roche [pétrole ou pétrole brut]”

Académicien Mikhailo V. Lomonosov, "Slovo o reshdenii metallov ot tryaseniya zemli," Proceedings of the Imperial Academy of Sciences, St. Petersburg, 1757.

 “L’abondante prépondérance des preuves géologiques amène inévitablement à la conclusion que le pétrole brut et le gaz naturel n’ont aucune connexion intrinsèque avec la matière biologique originaire à proximité de la surface de la Terre. Ils sont des matériaux primordiaux qui ont éruptés des grandes profondeurs.”

Académicien Professeur Vladimir B. Porfir’yev, senior petroleum exploration geologist for the U.S.S.R., at the All-Union Conference on Petroleum and Petroleum Geology, Moscow, 1956.

“L’analyse statistique thermodynamique a clairement établi que les molécules d’hydrocarbures dont fait partie le pétrole demande de très hautes pressions pour pouvoir se former, des pressions qui sont comparables à celles requises pour la formation du diamant. En ce sens, les molécules d’hydrocarbures sont des polymorphes à haute pression du système de carbone réduit, comme le diamant l’est du carbone élémentaire. Toute notion qui suggère que les molécules d’hydrocarbures se développent spontanément dans des régimes de températures et de pressions caractérisés par ceux qui sont proches de la surface de la Terre, qui sont les régimes de création du méthane et de la destruction des hydrocarbones, ne mérite même pas d’être considérée.”

Professeur Emmanuil B. Chekaliuk, at All-Union Conference on Petroleum and Petroleum Geology, Moscow, 1968.

“Les onze plus un grands champs gaziers et pétroliers décrits ici, ont été découverts dans une région qui aurait, il y a 40 ans, été condamnée comme région n’ayant aucun potentiel pour la production pétrolière. L’exploration pour l’exploitation de ces champs a été conduite exclusivement dans la perspective de la théorie russo-ukrainienne de l’origine abiotique profonde du pétrole. Le forage y fut volontairement prolongé jusque dans la roche cristalline et il s’avère que c’est dans cette région cristalline que les plus grandes réserves existent. Ces réserves sont estimées à au moins 8200 millions de tonnes de pétrole accessible et d’au moins 100 milliards de m3 de gaz exploitable. Ces réserves sont en cela comparables à celles du nord de l’Alaska. Il est estimé de manière conservatrice, que l’exploitation optimisée de ces champs couvrira plus de 30% des besoins énergétiques de l’Ukraine industrielle.”

Professeur Vladilen A. Krayushkin, Chairman of the Department of Petroleum Exploration, Institute of Geological Sciences, Ukrainian Academy of Sciences, Kiev, and leader of the project for the exploration of the northern flank of the Dnieper-Donets Basin, at the VII-th International Symposium on the Observation of the Continental Crust Through Drilling, Santa Fe, New Mexico, 1994.

Le but de cet article est de présenter une perspective par laquelle les données existantes sur les réserves connues de pétrole et leur exploitation pourraient être au mieux évaluées. Le sujet particulier de cet article est l’application d’une évaluation de la théorie russo-ukrainienne de l’origine abiotique profonde du pétrole, qui est un corps de connaissance très vaste, connu et développé depuis 40 ans. Cet article doit donc être compris comme s’occupant du contexte de certaines données statistiques impliquant l’industrie pétrolière plutôt que de s’attarder sur le contenu détaillé de quelque partie de ces données que ce soit. Les données spécifiques concernant les quantités connues de pétrole exploitable présentées récemment par plusieurs auteurs, seront largement prises sans commentaires additionnels. Mais, un bon nombre de conclusions tirées de ces données, particulièrement celles qui prétendent prédire le futur des réserves pétrolières disponibles et de l’industrie pétrolière elle-même, seront évaluées et rejetées du point de vue de la perspective de la science pétrolière moderne.

A travers l’histoire de l’industrie pétrolière, il y a eu de nombreux articles ou rapports écrits prédisant un arrêt imminent de cette industrie sur les assomptions que le stock de pétrole brut capable d’être exploité dans le monde était supposé se tarir rapidement et serait donc bientôt à la fin de sa durée d’exploitation (Campbell 1991; Fuller 1993; Campbell 1994; Campbell 1995) . brièvement, le monde était (si l’on en croit tout ceci) “à court de pétrole”. Heureusement, toutes ces prédictions se sont avérées fausses et ce sans aucune exception.

Les statistiques de l’industrie internationale pétrolière ont au contraire établi que, loin de diminuer, les réserves nettes exploitables ont considérablement accru ces 50 dernières années. Ces statistiques montrent que, chaque année depuis 1946, l’industrie pétrolière a découvert au moins 5 nouvelles tonnes de pétrole exploitable pour chaque 3 tonnes consommées. Comme l’a dit le professeur P. Odell de manière succinte, au lieu “d’être à court de pétrole”, la race humaine “nage dedans”.

(Odell 1984; Odell 1991; Odell 1994)

Ces faits remarquables concernant toutes ces erreurs de prédictions sur le pétrole disponible à l’encontre de sa disponibilité réelle demande une explication. Un des buts de cet article est de fournir cette explication. Celle-ci est en deux parties, les deux obtenues à partir d’un corps extensif de connaissances qui de manière bizarre, demeure peu connu en dehors de ses pays d’origine (i.e la Russie et l’Ukraine). La première partie de cette explication vient simplement par le fait de montrer la simple et unique fausse assomption sur laquelle a été fondé l’ensemble de toutes ces fausses prédictions au sujet du mythe de la rareté du pétrole. La seconde partie consiste en montrant encore plus simplement les statistiques de mesure des réserves connues de pétrole et qu’elles sont consistantes avec ce qui est attendu à la lumière de la théorie moderne de la science pétrolière.

Les erreurs concernant l’abondance du pétrole sur Terre viennent toutes d’une mauvaise compréhension fondamentale au sujet du pétrole lui-même. Toutes les prédictions sur la raréfaction du pétrole ne tiennent qu’au fil d’une vieille croyance remontant au XVIIIème siècle, qui a été prouvée fausse ce siècle-ci: la notion que le pétrole aurait pour origine des détritus organiques se transformant près de la surface de la Terre. Cette première hypothèse sur la génèse du pétrole fut émise en premier lieu par le célèbre scientifique russe Mikhailo Vassilietvitch Lomonossov en 1757 (citation ci-dessus). Cette notion d’une origine organique, biologique du pétrole a causé un certain nombre de mauvaises terminologies à son sujet comme par exemple le vocable de “carburant fossile” (ou source d’énergie fossile) et a été associée avec des phrases menant à la confusion comme par exemple “source énergétique tarissable, ou en voie de disparition”. Parce que le volume de matière biologique sur terre est en soit limité, la mauvaise interprétation du fait que le pétrole proviendrait de la transformation de matière organique, augmente le sentiment que le pétrole suivrait la même destinée et serait donc limité de manière similaire et que ceci serait quelque part en relation avec la quantité de matériel organique contenu dans les sédiments.

L’hypothèse qui dit que le pétrole pourrait être originaire de détritus organiques se situant dans les sédiments proches de la surface de la Terre est une hypothèse complètement fausse. Il doit être noté que Lomonossov lui-même n’a jamais voulu que cette hypothèse ne soit tenue pour autre chose qu’une suggestion raisonable, qui devait être testée contre de plus grandes observations et expériences en laboratoire.

“L’hypothèse de l’origine biologique du pétrole”  a été rejetée ce siècle par les géologistes de la science pétrolière parce qu’elle est incroyablement inconsistante avec les archives géologiques de terrain qui existent. Cette hypothèse a aussi été rejetée par des physiciens, des chimistes et des ingénieurs parce qu’elle viole des lois fondamentales de la physique.

L’hypothèse de Lomonossov au XVIIIème siècle d’une origine biotique, organique du pétrole a été remplacée ces dernières 40 années par la théorie moderne de l’origine profonde abiotique, un formidable corps de connaissance scientifique qui s’est développé dans l’ancienne URSS et particulièrement en Russie et en Ukraine. La théorie moderne russo-ukrainienne du pétrole a établi que le pétrole est un matériau primordial d’origine très profonde, qui a érupté des profondeurs dans la croûte terrestre.

Avec l’élimination de cette erreur que le pétrole serait une sorte de manifestation de la transformation somme toute limitée de matière organique, biologique ayant pour origine la surface de la Terre, les erreurs conséquentielles connectées avec ses supposées limites à la fois en quantité et en location géologique, disparaissent. En conséquence, les erreurs des prédictions du “jour de la fin du pétrole”, qui ne s’est jamais produit, sont expliquées ou plus simplement, éliminées.

Parce que l’explication des erreurs en connexion avec les prédictions du manque de pétrole s’obtient simplement de la théorie russo-ukrainienne de l’origine abiotique profonde du pétrole et parce que cette théorie est peu connue en dehors de l’ancienne URSS, ce sujet mérite au moins une petite mention.

La théorie moderne russo-ukraine de l’origine abiotique profonde du pétrole est un corps de connaissance scientifique extensif qui couvre le sujet de la génèse chimique des molécules d’hydrocarbures, les processus physiques qui occasionnent leur concentration terrestre, les processus de la dynamique des mouvements de ces substances vers les réservoirs pétroliers, la géo-location et le production économique de ce pétrole. Comme explicité auparavant, la théorie a établie que le pétrole est un élément primordial de la Terre d’origne profonde, qui est transporté à haute pression vers la croûte terrestre par des processus d’ “éruption froide”. La théorie moderne russo-ukrainienne est presque unique dans ce qui passe souvent pour “théories” dans le champ de la géologie (surtout aux Etats-Unis), car elle est fondée non seulement sur une masse importante d’observation géologique, mais aussi sur un processus de raisonnement analytique sérieux, rigoureux en matière de physique. La vaste majorité de cette théorie s’est développée depuis les sciences de la chimie et de la thermodynamique et en conséquence, la théorie moderne a tenu de manière récurrente comme pilier central que la génèse des hydrocarbones doivent se confirmer aux lois générales de la thermodynamique de la chimie, comme le doit tout le reste de la matière.

A l’exception du méthane, l’alcane au potentiel chimique le plus bas de tous les hydrocarbures et aussi de manière moindre, l’éthène, l’alcane au plus bas potentiel chimique de séries moléculaires analogues, le pétrole n’a aucune relation intrinsèque avec des matières biologiques. Le méthane est thermodynamiquement stable dans les condtions de température et de pression proches de la surface de la terre et peut y être généré spontanément, comme cela peut s’observer dans le cas des marais et des égouts. Mais le méthane est quasiment la seule molécule hydrocarbonée possédant de telles caratéristiques thermodynamiques en ce type de régime, presque toutes les autres molécules hydrocarbonées réduites à l’exception des plus légères, sont des polymorphes à haute pression du système hydrogène-carbone. La génèse de ces hydrocarbones plus lourds se fait dans un environnement à régimes hautes pressions multi-kilobars.

La théorie russo-ukrainienne de l’origine abiotique profonde du pétrole n’est plus un sujet de débat académique parmi les membres des facultés universitaires de l’ancienne URSS. Ce corps de connaissance scientifique est maintenant vieux de près d’un demi siècle et a considérablement évolué au delà des stades de la recherche universitaire et des tests scientifiques. Aujourd’hui, la théorie moderne est appliquée en tant qu’outil très utile et est un guide dans l’exploration pétrolière sur l’ensemble des territoires de l’ex-URSS. Ceci fut le point remarqué dans un article qui fut présenté dans une conférence internationale à Santa Fé au Nouveau Mexique en Mai 1994, article qui concernait la découverte des 11 plus 1 champs pétroliers et gaziers géants du bassin Dniepr-Donetsk .(Krayushkin, Tchebanenko et al. 1994).

A cause du manque de familiarité avec la théorie russo-ukrainienne en dehors de l’ancienne URSS, quelques faits immédiats au sujet de cette théorie doivent être mis d’emblée en avant:

 

  • La théorie russo-ukrainienne de l’origine abiotique profonde du pétrole n’est pas nouvelle ou récente.

Cette théorie fut en premier lieu énoncée par le professeur Nikolaï Koudriavtsev il y a près de 50 ans (Koudryatsvev 1951) et a subi un développement intensif, un raffinement et une application depuis son introduction. Il y a eu plus de 4000 articles publiés dans les journaux scientifiques soviétiques et beaucoup de livres écrits sur la théorie moderne. Cet auteur est en train de co-écrire un livre sur le sujet en ce moment même sur le développement et les applications de la théorie pétrolière moderne, livre pour lequel la bibliograhie demande trente pages à elle seule.

  • La théorie moderne russo-ukraineinne de l’origine abiotique profonde du pétrole n’est pas le travail d’un seul homme, ni mêmes de quelques personnes. Cette théorie moderne fut développée par des centaines de scientifiques dans ce qui fut l’URSS, incluant les meilleurs géologues, géochimistes, géophysiciens et themodynamistes de cete nation. Il y a eu plus de deux générations maintenant de géologues, de physiciens, de chimistes et autres scientifiques en URSS qui ont travaillé et conribué au développement de cette théorie.

(Kropotkin 1956; Anisimov, Vasilyev et al. 1959; Kudryavtsev 1959; Porfir’yev 1959; Kudryavtsev 1963; Raznitsyn 1963; Krayushkin 1965; Markevich 1966; Dolenko 1968; Dolenko 1971; Linetskii 1974; Letnikov, Karpov et al. 1977; Porfir’yev and Klochko 1981; Krayushkin 1984)ƒ

  • La théorie moderne russo-ukraineinne de l’origine abiotique profonde du pétrole n’est pas vierge de tout test ou spéculative. Bien au contraire, cette théorie moderne a été longuement et savamment mise au défi par un grand nombre de géologues traditionnels de renom au moment de son introduction. Dans la décennie qui suivit son introduction, elle fut examinée sous toutes les coutures, révisée de manière extensive, analysée, puissamment débattue et testée de manière très rigoureuse. Chaque année après 1951, il y eut de grandes conférences organisées à travers l’URSS afin de débattre, d’analyser et d’évaluer la théorie moderne, son développement et ses prédictions. Les conférences générales entre les années 1952 et 1964-5 se sont particulièrement occupées de ce sujet. Durant cette période de scrutinisation de la théorie moderne pétrolière, quelques-unes des personnes en charge des tests dirent que la théorie traditionnelle de l’origine biologique/biotique pétrolière ne fut jamais autant testée que la théorie moderne.

 

  • La théorie russo-ukrainienne de l’origine abiotique profonde du pétrole n’est pas une vague hypothèse qualitative, mais se tient comme une théorie analytique rigoureuse au sein des sciences de la physique moderne. En cela cette théorie moderne diffère grandement non seulement de la théorie biotique, mais aussi des hypothèses géologiques traditionnelles. Depuis le XIXème siècle, des physiciens, chimistes, géologues et thermodynamiciens de renom ont regardé avec de grandes réserves (voire même du dédain pour certains), la suggestion que des molécules d’hydrocarbones hautement réduites et possédant une haute enthalpie libre (constituants du pétrole brut), pourraient spontanément évoluer depuis une base de molécules biologiques hautement oxidées possédant une basse enthalpie libre. Depuis 1964, les scientifiques de l’URSS ont procédé à des analyses statistiques en thermodynamique qui ont établie de manière explicite que l’hypothèse de l’évolution des molécules d’hydrocarbures (sauf le méthane) depuis des molécules biotiques dans des conditions de pression et de température proches de celles de la croûte terrestre, est en violation flagrante de la seconde loi de la thermodynamique. Ils ont aussi déterminé que l’évolution de molécules considérablement réduites ne peut se faire que dans des conditions de pression (profondeur) qu’on ne peut trouver que dans le manteau terrestre. Dans la seconde partie de son développement, la théorie moderne fut complètement revampée d’un point de vue d’argument qualitatif basé sur la synthèse de beaucoup de faits qualitatifs en un argument quantitatif basé sur les arguments analytiques de la mécanique  statistique quantique et de la théorie de la stabilité thermodynamique .(Chekaliuk 1967; Boiko 1968; Chekaliuk 1971; Chekaliuk and Kenney 1991; Kenney 1995) . Avec la transformation de la théorie moderne russo-ukrainienne d’une théorie géologique synthétique argumentant par persuasion en une théorie physique analytique argumentant par compulsion, la géologie pétrolière est entrée dans le courant de pensée de la science moderne.

 

  • La théorie russo-ukrainienne de l’origine abiotique profonde du pétrole n’est pas controversive et ne présente pas de sujet à débat académique.

La période de débat scientifique sur cette théorie qui présente un corps de connaissance extensif est terminée depuis environ 2 décennies (~ Simakov 1986). La théorie moderne est de fait extensivement appliquée dans tous les pays de l’ancienne URSS comme étant la perspective guidant l’exploration pétrolière et les projets de développement. Il y a en ce moment plus de 80 champs pétroliers et gaziers dans la Mer Caspienne seule, qui furent développés et exploités en appliquant les perspectives de la théorie moderne et qui produise du pétrole depuis la roche cristalline .(Krayushkin, Chebanenko et al. 1994) Similairement, une exploration du bassin d’effondrement de la faille cratonique de la Sibérie occidentale a développé 90 champs pétroliers dont 80 produisent partiellement ou entièrement depuis la roche cristalline (NdT: Ce qui est impossible en considérant la théorie biotique de l’origine du pétrole pour laquelle pétrole et gaz ne peuvent se situer que dans des bassins sédimentaires…). L’exploration et la découverte des champs pétroliers et gaziers du Dniepr-Donetsk de la même manière ont déjà été mentionnées. Il y a en ce moment même des projets de forage profond en Azerbaïdjan, au Tatarstan et en Sibérie asiatique, dirigés pour tester le potentiel des réservoirs de gaz et de pétrole dans le sous-sol cristallin.

Les erreurs impliquées dans les prédictions au sujet de la disponibilité future du pétrole, inévitablement occasionnées par une application inappropriée de l’hypothèse rococo que le pétrole se produit miraculeusement depuis des volumes limités de matière organique et sont obtenues par la notion de “matériel fossile limité”. On devrait plutôt reconnaître correctement qu’il n’y a plus de raisons de s’attendre à une pénurie future de pétrole car:

(1.)    Le potentiel de produire du pétrole depuis le sous-sol cristallin, depuis les structures volcaniques, depuis les structures d’impact et des régions non-sédimentaires, a généralement été négligé

(2.)    Le potentiel pétrolier des zones de suture riftogénique, à la fois sous-marines et terrestres a été largement négligé.

(3.)    Le pétrole qui existe certainement et sera sûrement produit depuis des réservoirs en dessous de ceux qui sont en ce moment même exploités a été pratiquement entièrement négligé.

(4.)    Le potentiel de produire du pétrole et du gaz depuis des réservoirs sous les zones d’hydrate de méthane a été complètemet négligé, tout comme l’ont été les réserves d’hydrates de méthane elles-mêmes.

(5.)    Le potentiel que certains champs pétroliers qui produisent actuellement pourraient bien attirer des hydrocarbures pressurisés d’une faille ouverte et active ou d’un conduit depuis le manteau terrestre et ainsi n’être jamais taris§ a été complètement négligé, tout comme le potentiel de développer des champs ne se tarissant jamais par forage très profond  (Mahfoud and Beck 1995)

En vue de ces considérations, il n’y a aucune raison de s’inquiéter et encore moins de “planifier” pour une chute future de l’industrie pétrolière fondée uniquement sur une disparition des réserves pétrolières ou gazeuses. Au contraire, ces considérations appellent à un investissement supplémentaire et au développement de la technologie et de la technique des forages profonds, de la mesure sismique profonde et des propriétés des réservoirs se situant dans le sous-sol cristallin et des pratiques associées de complétion et de production qui devraient être appliquées dans ces réservoirs non traditionnels.

Non seulement les prédictions que le monde “est à court de pétrole” sont fausses et éronées, mais aussi le sont les suggestions que l’exploration pétrolière et l’industrie de production pétrolière sont arrivées à “maturité” ou sont “sur le déclin”. L’expérience de l’auteur de cet article, expérience gagnée à travailler dans l’ancienne URSS durant les cinq dernières années, a fourni la preuve irréfutable que l’industrie du pétrole n’est en fait que seulement en train d’entrer dans sa période d’adolescence.

*  *  *

Anisimov, V. V., V. G. Vasilyev, et al. (1959). “Berezov gas-prone district, and perspectives of its development.” Geology of Oil and Gas 9: 1-6.

Boiko, G. E. (1968). The Transformation of deep Petroleum under the Conditions of the Earth’s Crust. Kiev, Naukova Dumka.

Campbell, C. J. (1991). The golden century of oil: 1950-2050. Dordrecht, Kluwer Academic.

Campbell, C. J. (1994). “The imminent end of cheap oil-based energy.” SunWorld 18(4, Dec 1994).

Campbell, C. J. (1995). “The imminent end of cheap oil-based energy.” SunWorld 19(1, March 1995).

Chekaliuk, E. B. (1967). Oil in the Earth’s Upper Mantle. Kiev, Naukova Dumka.

Chekaliuk, E. B. (1971). The Thermodynamic Basis for theTheory of the Abiotic Genesis of Petroleum. Kiev, Naukova Dumka.

Chekaliuk, E. B. and J. F. Kenney (1991). “The stability of hydrocarbons in the thermodynamic conditions of the Earth.” Proc. Am. Phys. Soc. 36(3): 347.

Dolenko, G. E. (1968). “The origin of oil and gas deposits in the crust of the Earth.” Geol. Zh. 2: 67.

Dolenko, G. N. (1971). On the origin of petroleum deposits. The Origin of Petroleum and Natural Gas and the Formation of the Commercial Deposits. Kiev, Naukova Dumka: 3.

Fuller, J. G. C. (1993). The oil industry today. The British Association Lectures 1993. London, The Geological Society. 53.

Kenney, J. F. (1995). The spontaneous high-pressure generation and stability of hydrocarbons:  the generation of n-alkanes, benzene, toluene & xylene at multi-kilobar pressures. Joint XV AIR/APT International Conference on High-Pressure Physics and Technology, Warsaw.

Krayushkin, V. A. (1965). Theoretical Problems of Migration and Accumulation of Oil and Natural Gas. Synopsis of theses for degree of Doctor of Science. Moscow, I. M. Gubkin Institute of the Oil-Chemical, and Gas Industry: 36.

Krayushkin, V. A. (1984). The Abiotic, Mantle Origin of Petroleum. Kiev, Naukova Dumka.

Krayushkin, V. A., T. I. Tchebanenko, V. P. Klochko, Ye. S. Dvoryanin, J. F. Kenney (1994). Recent applications of the modern theory of abiogenic hydrocarbon origins:  Drilling and development of oil & gas fields in the Dneiper-Donets Basin. VIIth International Symposium on the Observation of the Continental Crust through Drilling, Santa Fe, NM, DOSECC: 21-24..

Kropotkin, P. N., Ed. (1956). Origin of hydrocarbons of the Earth’s crust. Proceedings of Discussion on the Problem of Origin and Migration of Oil. Kiev, Academy of Sciences Press, the Ukrainian SSR.

Kudryavtsev, N. A. (1951). “On the problem of petroleum genesis and the formation of oil deposits.” Neft. Kh-vo. 9: 17-29.

Kudryavtsev, N. A. (1959). Oil, Gas, and Solid Bitumens in Igneous and Metamorphic Rocks. Leningrad, State Fuel Technical Press.

Kudryavtsev, N. A. (1963). Deep Faults and Oil Deposits. Leningrad, Gostoptekhizdat.

Letnikov, F. A., I. K. Karpov, et al. (1977). The Fluid Regime of Earth Crust and Upper Mantle. Moscow, Nauka Press.

Linetskii, V. F. (1974). The Migration of Oil and Gas at Great Depths. Kiev, Naukova Dumka.

Mahfoud, R. F. and J. N. Beck (1995). “Why the Middle East fields may produce oil forever.” Offshore April 1995: 58-64, 106.

Markevich, B. P. (1966). The History of Geological Evolution, and Petroleum-Content of the West Siberian Lowland. Moscow, Nauka Press.

Odell, P. R. (1984). “World oil resources, reserves, and production.” The Energy Journal 15(Special Issue): 89-114.

Odell, P. R. (1991). “Global and regional energy supplies:  Recent fictions and fallacies revisited.” Energy Exploration & Exploitation 9(5): 237-258.

Odell, P. R. (1994). “Global energy market:  Future supply potentials.” Energy Exploration & Exploitation 12(1): 59-72.

Porfir’yev, V. B. (1959). The Problem of the Migration of Petroleum and the Formation of Accumulations of Oil and Gas. Moscow, Gostoptekhizdat.

Porfir’yev, V. B. and V. P. Klochko (1981). Oil-content problem of basement of the Siberia. Geological and Geochemical Principles of Prospect for Oil and Gas. Kiev, Naukova Dumka Press: 36-101.

Raznitsyn, V. A. (1963). “Perspectives of petroleum-content of the Timan-Pechera Region.” Petroleum Geology and Geophysics 10: 27-31.

Simakov, S. N. (1986). Forcasting and Estimation of the Petroleum-bearing Subsurface at Great Depths. Leningrad, Nedra.

 

Published in, “Special Edition on The Future of Petroleum” in Energy World, British Institute of Petroleum, London, June 1996.

Republished by Russian Academy of Sciences, Kazan, 1997.

 

Comme le diamant peut-être créer dans un laboratoire à basses pressions en utilisant un processus de plasma acétylène, on peut produire des hydrocarbures par le procédé de Fisher-Tropsch. Mais aucun de ces deux processus n’est imité dans des circonstances naturelles et sous de telles conditions thermodynamiques de synthèse, les hydrocarbures produits sont instables et se décomposeraient dans un envionnement naturel.

ƒ Dans chaque bibliographie abrégée est donnée une sélection des travaux les plus récents sur les sujets de ces personnes en particulier. Par exemples Krayouchkin et Porfiriev ont chacune publié plus de 200 articles scientifiques et monographes sur le sujet.

Un tel négligé se produit maintenant 45 ans après que Koudriatsvev ait appris à l’industrie pétrolière l’existence de ces réservoirs !

  • On doit ici faire remarquer qu’un tel négligé continue malgré que ces possibilités aient été amenées à l’attention  de l’industrie pétrolière internationale  dans des journaux occidentaux spécialisé. (Mahfoud and Beck 1995)

Environnement et action directe: Sea Shepherd chasse les braconniers japonais de l’océan austral…

Posted in actualité, altermondialisme, écologie & climat, militantisme alternatif, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , on mars 18, 2014 by Résistance 71

Attendons la publication des prises des braconniers par leur pseudo-institut de recherche, çà sera encore désastreux cette année, grâce à l’action directe de Sea Shepherd.

De fait, l’industrie baleinière braconnière japonaise est en banqueroute mais maintenue à flot (aux sens propre et figuré) par le gouvernement du Japon qui détourne des fonds publics et des fonds d7aide aux victimes du tsunami de 2011, pour renflouer en permanence le gouffre sans fond de leur industrie braconnière.

Année après année, le public japonais, dont la vaste majorité ne consomme pas de viande de baleine, se rend compte de la supercherie. Cette ignominie devient simplement intenable pour le pays.

– Résistance 71 –

 

Les baleines de l’Océan Austral sont désormais en sécurité – C’est la fin de la chasse pour 2014

 

Sea Shepherd

 

14 mars 2014

 

url de l’article:

http://www.seashepherd.fr/news-and-media/news-20140314-fr-01.html

 

Sea Shepherd est fier d’annoncer que la flotte baleinière japonaise a quitté les eaux de la zone du Traité sur l’Antarctique (ATZ), ce qui signifie la fin du braconnage des baleines dans le Sanctuaire Baleinier de l’Océan Austral pour cette année.

Cette nuit, vers 2h15 du matin (heure australienne), le signal AIS (Système d’identification automatique) du Nisshin Maru a été capté juste au moment où le navire-usine de la flotte baleinière japonaise allait passer le 60°S. On peut affirmer que le navire se dirige vers le nord à une vitesse d’environ 10 ou 11 nœuds, et qu’il est en route pour le Japon où il devrait arriver dans trois semaines environ.

Depuis que le Nisshin Maru a été vu pour la dernière fois le 2 mars, alors qu’il était en fuite, le Bob Barker et le Steve Irwin ont patrouillé dans les seuls secteurs où les conditions météo de cette fin de saison restaient suffisamment bonnes pour les braconniers. Pendant ce laps de temps, le Nisshin Maru n’était accompagné que par un seul bateau harponneur, ce qui a encore réduit ses capacités, en plus des problèmes d’une saison déjà désastreuse.

Mardi, le Yushin Maru N° 2 et le Yushin Maru N° 3 ont cessé de filer les navires écologistes de Sea Shepherd, ce qui indique qu’ils commençaient à manquer de carburant et qu’ils n’étaient plus capables de les suivre. Le Bob Barker et le Steve Irwin ont alors mis cap au nord vers la limite de l’ATZ, pour repousser le Nisshin Maru hors du sanctuaire baleinier.

En dix années de campagnes de Sea Shepherd pour la défense des baleines en Antarctique, c’est la première fois que les baleiniers activent leur AIS alors qu’ils se trouvent encore sur les terrains de chasse qu’ils se sont attribués. Jusqu’à présent leur position était tenue secrète pour éviter l’interception par les navires de Sea Shepherd.

Le capitaine du Steve Irwin, Siddharth Chakravarty, dit: "En faisant connaître leur position et leur intention de rentrer au Japon, les baleiniers manifestent une certaine lassitude. Ils veulent éviter de voir Sea Shepherd se remettre à leur poursuite, ce qui les obligerait à naviguer dans la mer forte attendue dans l’Océan Austral avec des creux de dix mètres, et l’embarras de se voir une fois de plus repérés par nos navires. Par conséquent ils n’ont pas eu d’autre choix que de repartir et de renoncer à chasser. Je suis très fier de notre travail, pendant toute la saison nous avons forcé les baleiniers à fuir, entravant leur chasse illégale."

Depuis le 5 janvier, date à laquelle la flotte de Sea Shepherd a localisé les braconniers pour la première fois, nos navires ont poursuivi activement les baleiniers japonais, localisant le Nisshin Maru à quatre occasions différentes en trois mois, ce qui est un record. L’activité de la flotte baleinière a été entravée par la poursuite continuelle de Sea Shepherd, qui a pu prendre deux fois les baleiniers en flagrant délit de dépeçage de baleines de Minke, une espèce protégée, tuées illégalement dans les eaux du Sanctuaire Baleinier de l’Océan Austral.

C’est la première fois que la flotte de Sea Shepherd reste dans l’Océan Austral aussi tard dans la saison pour intervenir contre les activités illégales des baleiniers.

Le capitaine du Bob Barker, Peter Hammarstedt, a déclaré: "Le départ tardif de la flotte baleinière témoigne du fait que leur saison a été désastreuse à cause de Sea Shepherd. Malgré la détérioration des conditions météo, ils ont préféré pousser jusqu’à la deuxième semaine de mars plutôt que de nous affronter. Avant le début de cette campagne, nous avions promis à nos clients, les baleines, et à tous nos sympathisants dans le monde, de repousser ces braconniers loin des eaux des baleines. Nous avons tenu cette promesse. Nous sommes implacables."

Le Sam Simon est arrivé samedi à son port d’attache de Williamstown, à Melbourne, où il a été accueilli en héros. Le Bob Barker est maintenant en route pour Wellington. Le Steve Irwin va rentrer à Hobart pour faire honneur au Président de Sea Shepherd et co-directeur de campagne de l’opération Relentless, Bob Brown. Les deux navires sont attendus autour du 22 mars.

Sea Shepherd reste la seule organisation qui s’engage pour faire respecter l’intégrité du Sanctuaire Baleinier de l’Océan Austral, en intervenant directement contre la chasse illégale de la flotte baleinière japonaise.

Résistance politique: Les nations amérindiennes se liguent contre le grand projet de pipeline Keystone XL…

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, écologie & climat, colonialisme, démocratie participative, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , on mars 7, 2014 by Résistance 71

Avec en plus un mouvement de boycott de la convention indigène de l’ONU jugée, à raison, inféodée au colonialisme en place…

Le commencement de la fin a sonné pour l’empire…

– Résistance 71 –

 

Les Indiens d’Amérique du Nord vont stopper la construction du pipeline XL Keystone

 

John Robles

 

7 février 2014

 

url de l’article original:

http://voiceofrussia.com/news/2014_02_07/Native-Americans-to-stop-Keystone-pipeline-1298/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

C’est un sujet qui a galvanisé les Amérindiens, les conservationnistes, les activistes et même le parti vert et ce n’est pas quelque chose qui va disparaître si facilement comme l’espère l’administration Obama. Le pipeline de TransCanada Keystone XL (pour Export Limited), qui va détruire et empoisonner de grandes superficies de terres indiennes et polluer de manière irréversible de grandes parties des provinces d’Alberta au Canada, des Etats-Unis et ce jusqu’au golfe du Mexique ; devrait aussi galvaniser une grande partie des Canadiens, mais ceux-ci demeurent essentiellement silencieux. Est-ce qu’Obama et les politiciens de Washington vont tenir tête aux intérêts pétroliers et de la grosse entreprise, faire la seule bonne chose vraiment à faire, c’est à dire de dire non au pipeline ? Sûrement pas.

La réalité

Les effets de l’exploitation pétrolière des sables bitumeux se font déjà sentir et les choses ne vont aller qu’en empirant pour les autochtones. Les gens se meurent, les femmes font des fausses-couches et les gens ne peuvent plus cultiver les terres ni même trouver de l’eau potable. Ce qu’il reste de ce que furent autrefois les grandes et fières nations de l’Amérique du Nord, se retrouvent une fois de plus à lutter pour leur survie alors que la terre et l’environnement autour d’eux sont détruits.

D’après Robert Free, un activiste pour les droits indiens et un membre des nations Tewa et Naua, dans une interview avec la Voix de la Russie: “Ils ne peuvent pas boire cette eau provenant de ce qui était le lac Athabasca ou de Peace River parce qu’en amont, les sables bitumeux (leur exploitation) polluent cette zone magnifique. Ils ne peuvent même plus manger le poisson, les femmes font des fausses-couches et rien n’est fait contre cela.”

Ainsi les rapports scientifiques environnementaux sponsorisés par les compagnies pétrolières qui disent que le pipeline Keystone est une entreprise saine et sécure ne sont que farce, la réalité est qu’ils sont déjà en train de détruire et de tuer des milliers de gens, de détruire les réseaux aquifères et les terres des Indiens, terres dont tous nous dépendons pour subsister.

La révolte des Amérindiens

Les Indiens des sept tribus de la nation Lakota (Sioux) et des tribus de l’Idaho, du Montana, du Nebraska, de l’Oklahoma et de l’Oregon ainsi que des douzaines d’autres organisations et nations indigènes se préparent à stopper la construction de ce pipeline.

Dans une déclaration diffusée par les organisations Honor the Earth, Owe Aku, Protect the Sacred et la nation Sioux Oglala, les autochtones ont rendu leur position très claire et elle est celle qui concerne leur survie alors même que le projet va quant à lui, pour la plus grande partie, détruire les territoires autochtones et violer les traités existant.

La déclaration dit entre autre: “La nation Oglala Lakota a pris le leadership en disant “NON” au pipeline Keystone XL. Ils ont fait ce qui est juste pour la terre, pour leur peuple, qui, des organisateurs de la base comme Owe Aku et Protect the Sacred ont appelé leurs leaders à défier le projet et à protéger leur territoire sacré. Ainsi ils ont dit: le pipeline KXL ne traversera pas leur territoire issu des traités, qui s’étend au delà des limites des réserves indiennes. Leurs chevaux sont prêts, ainsi que les notres. Nous nous tenons aux côtés de la nation Lakota, nous défendons la terre, l’eau, le mode de vie des nations indigènes qui ne seront pas corrompues par un pipeline dangereux et toxique. NOUS DEVONS TOUS NOUS DRESSER A LEURS CÔTÉS.”

“Le Vendredi 27 janvier, le département d’état a publié sa déclaration d’impact sur l’environnement au sujet du projet du pipeline Keystone XL. Le président Obama a dit qu’il ne l’approuverait pas si le projet augmente les émissions de CO2. Le rapport a été élaboré avec des consultants qui ont travaillé pour TransCanada, l’entreprise qui cherche à construire ce pipeline. Jack Gerard, la patron de l’American Petroleum Institute, a été mis au courant par “des sources au sein de l’administration” sur le timing et le contenu du rapport avant sa publication et il eut le plaisir de dire que cela n’aurait pas d’impact sur l’environnement.”

Au cœur du débat se trouve le fait que le pipeline est en violation des traités signés avec les Indiens. D’après la déclaration, la nation Lakota est une entité gouvernementale souveraine qui est unie contre le pipeline et les “Etats-Unis doivent honorer les droits des traités en refusant le pipeline”. De plus, le gouvernement des Etats-Unis est un violeur en série des traités, pas seulement avec les nations indiennes, mais aussi au niveau international et pensent également être au-dessus de la loi internationale, donc cet état de fait sera sûrement dénigré par Washington et toutes les victoires acquises par les Indiens devront se faire à un lourd prix.

La déclaration démontre un conflit d’intérêt réel et prouvé avec encore une de ces “études environnementales” conduite par des compagnies pétrolières afin de poursuivre leur agenda. Les sources indépendantes soutiennent la position des autochtones en ce que : “le pipeline va augmenter les émission de CO2 et va provoquer des nuisances graves et irréversibles à l’environnement”.

Quelque soit l’étude faite, le pipeline aura un impact sur les terres indiennes et ceci est entièrement de leur ressort et décision d’après la loi. Quoi qu’il en soit, le gouvernement américain  récalcitrant et contrôlé par les corporations fera sans aucun doute ce qu’il pourra pour obtenir gain de cause. De faux rapports environnementaux ne représentent rien pour un gouvernement qui va assassiner, attaquer des pays et détruire des millions de vie pour le pétrole, toutes les ressources possibles et les bénéfices entrepreneuriaux inhérents.

La déclaration des Indiens souligne la responsabilité des peuples autochtones de protéger la Terre-Mère et dit qu’ils ne permettront pas que le pipeline traverse les zones garanties par les traités et qu’ils défendront leurs vies et la Terre-Mère et en appellent à Barack Obama pour qu’il fasse de même. Mais, cela est parler à un sourd, car Obama a prouvé depuis longtemps qu’il n’est qu’un instrument des corporations et n’a aucun respect pour les traités ou la loi internationale et qu’au bout du compte il fera ce qu’il lui plait (NdT: en fait ce qui plaira à big business et ses sbires de Wall Street qui l’ont mis là où il est aujourd’hui…). Demander à un homme qui se marre en prenant des auto-portraits aux funérailles d’un des derniers grands leaders d’un autre âge (NdT: Mandela), c’est comme demander à un flic de New York de ne pas vous mettre de contre-danse ou à un interrogateur de Guantanamo de ne pas vous torturer…

Les verts

Le parti écologiste dit que la réthorique bi-partisane des politiciens de Washington au sujet de l’indépendance énergétique est complètement sans fondement et que dans sa destination finale, le pipeline va délivrer le pétrole dans des ports majeurs du Golfe du Mexique et que ceci prouve que ce pétrole est destiné au marché de l’exportation sur les marchés étrangers et ainsi qu’il va enrichir plus avant les compagnies pétrolières.

D’après le site Green Party Watch, Darryl L.C. Moch, le vice-président du parti écologiste a dit que : “Le président Obama est à la croisée des chemins. Il peut dire non au pipeline Keystone XL et prouver que son gouvernement est sérieux au sujet de la réduction de la consommation de pétrole ou il peut satisfaire les desideratas des grosses compagnies pétrolières et des gros investisseurs en donnant le feu vert pour le pipeline qui convoiera un pétrole provenant des sales et dangereux sables bitumeux du Canada à travers les Etats-Unis.

Je dirai que l’argument du parti écologiste tombera aussi dans l’oreille d’un sourd car les Etats-Unis sont prêts à détruire et à empoisonner des milliers de milliards de mètres cubes d’eau douce potable non renouvelable dans leur volonté de développer la pratique de la fracturation hydraulique et une fois de plus, Obama a prouvé qu’il n’est qu’un instrument des grosses entreprises et qu’il n’a rien fait pour diminuer la dépendance en carburant fossile (NdT: Brrr cela est dur pour nous de traduire çà, car le pétrole n’est pas fossile mais abiotique, mais ce n’est pas le sujet ici même si tout cela est lié…) et il ne le fera sûrement jamais. Tout comme son prix Nobel de la paix, ceci n’est pas quelque chose qui a une signification particulère pour lui.

Le parti des verts continue et stipule sur son site internet: “Le parti écologiste s’est fortement opposé au projet de pipeline et insiste pour que le ministre des AE John Kerry et le ministère ainsi que d’autres agences, le rejettent.”

Le but de l’indépendance énergétique est une distraction du véritable but, arrêter les subsides pour le pétrole et empêcher une catastrophe climatique dans les décennies à venir”, a dit Kate Cilver, vice présidente du parti vert aux Etats-Unis (NdT: Tout aussi dur de traduire cela, le RCA étant une escroquerie à laquelle les “verts” se prêtent, consciemment ou non, ce qui n’enlève rien à la réalité de la pollution chimique pétrolière et autre bien entendu, mais gardons-nous de l’amalgame avec le CO2 qui n’est pas un polluant…)

“La réthorique bi-partisane de la dépendance énergétique prouve que les républicains et les démocrates sont tenus à la botte par les contributions des lobbyistes des corporations pour gérer effectivement la crise climatique. C’est pourquoi nous disons que le parti écologiste est un impératif pour le XXIème siècle”, a ajouté Audrey Clément, VP du comité Eco-Action du parti vert.

“Le développement des champs de production de pétrole à partir des sables bitumeux d’Alberta au Canada est un des projets industriels qui doit être stoppé. D’autres incluent la fracturation hydraulique, l’exploitation minière par explosion des sommets de colline, le forage en mer dans les eaux territoriales américaines et le “charbon propre”. La fuite chimique qui s’est produite sur la rivière Elk le 9 janvier a laissé 300 000 citoyens de Virginie de l’Ouest sans eau potable, prouvant que le “charbon propre” est un autre mythe. Le produit chimique fuité était une mousse utilisée pour laver le charbon et enlever les impuretés polluantes…”

Les lignes de bataille sont tirées

L’écrivain Jorge Barrera pour Aboriginal Peoples Television Network (APTN) National News écrit que le projet va maintenant aller dans sa phase finale qui va focaliser sur le fait de savoir si Keystone XL mérite l’intérêt national américain pour lequel au moins huit agences ont leur mot a dire sur le résultat, ceci incluant: les ministères de la défense, de la justice, de l’intérieur, du commerce, des transports, de l’énergie, de la sécurité de la patrie et l’Environement Protection Agency (EPA).

Il a écrit que la nation Lakota a formé des projets appelés “Shielding the People” et “Mocassins on the Ground” pour arrêter le pipeline. “Cela va inciter tous les Lakota à vivre ensemble et faire que vous ne pourrez pas traverser une zone de vie si elle est occupée”, a dit Greg Grey Cloud de la tribu Sioux Rosebud. “si le projet de pipeline est approuvé, notre but est de le stopper.”

Gary Dorr, des Nez-Percés de l’Idaho, qui ont déjà utilisé leurs droits issus des traités pour bloquer le transport de soi-disants mega-chargements d’équipement minier se rendant en Alberta pour l’exploitation des sables bitumeux, dit ceci: “Ce sera évident, ce sera du concret, et je pense qu’une fois que cela commencera, qu’ils commenceront la construction, vous verrez alors se mettre en marche le grand mouvement autochtone et la force des gens des tribus. Les sables bitumeux affectent déjà les gens de Fort Chipewyan en Alberta, le “changement climatique” est déjà évident. Les autochtones des Etats-Unis ne vont pas faciliter tout cela, nous n’allons pas rester à attendre et ne rien faire contre.

Le pipeline est appelé le serpent noir en référence aux prophéties. APTN rapporte que la tribu des Oglala Sioux a passé une résolution banissant TransCanada et l’ancien chef de l’Assemblée des Nations Premières Phil Fontaine, qui n’était qu’une taupe du système dont les services furent loués pour gérer l’opposition des nations autochtones, ces personnes sont interdites de séjour sur le territoire Sioux.

D’après APTN la nation Lakota inclut les Lakota, Dakota, Nakota ainsi que les tribus Rosebud, Oglala, Yankton Sioux, Standing Rock, Flandreau, les Crow Creek Sioux et la Cheyenne Indian Reservation.

Conclusion

Il est triste de constater au vu de ce qu’a fait l’administration Obama ainsi que le gouvernement américian qu’ils sont tous sous le contrôle des grosses entreprises ; il faut de plus considérer le fait qu’ils ont la volonté de commettre des crimes contre l’humanité, de commencer des guerres d’agression, de détruire des pays entiers, simplement pour engranger des profits et jouir des ressources naturelles des nations, il y a ainsi peu de doute que quelques Améridiens et écolos puissent les arrêter.

Les envahisseurs ont tué plus de 400 millions d’indigènes sur le continent des Amériques et continuent de profiter des ressources qui appartiennent aux autochtones. Lorsqu’ils en ont besoin, ils passent des “lois” ou des “traités” ou bien déclarent que les Indiens ne sont pas humains. Comme l’a si bien dit l’ancienne du conseil des Mohawks Kahendinetha Horn lors d’un entretien avec la radio “La Voix de la Russie”: “Ils ont passé cette loi, qui nous déclare des non-personnes, ils saisissent notre fond de trust indien et ils l’utilisent pour construire le Canada, maintenant ce fond fiduciaire est de l’ordre de 100 000 milliards de dollars”.

Et pourtant: “Nous manquons de communication et il est très difficile pour nous de contacter des gens dans le monde pour nous soutenir, je pense que les gens nous soutiendraient parce que nous essayons désespérement de sauver l’environnement. C’est ce que nous essayons de faire. Nous sommes ici et nous survivons pour une raison et cette raison est celle d’être les bienfaiteurs de notre Terre-Mère.

Est-ce qu’Obama et les grosses compagnies pétrolières vont prendre soin de la Terre-Mère ? N’y comptez surtout pas !

Escroquerie du réchauffement climatique anthropique: 17 ans et 6 mois sans réchauffement global !… (RSS)

Posted in actualité, altermondialisme, écologie & climat, économie, média et propagande, néo-libéralisme et paupérisation, politique et lobbyisme, réchauffement climatique anthropique, résistance politique, sciences et technologies, technologie et totalitarisme with tags , , , , , , , on mars 6, 2014 by Résistance 71

La fadaise du RCA et sa théorie politique fondée sur une pseudo-science ne peut plus tenir devant les faits et les mesures enregistrées.

Seuls les politiques s’acharnent, car il faut sauver les apparences et surtout conserver coûte que coûte le fric injecté dans cette escroquerie planétaire.

A noter ici, l’auteur de cet article/compte-rendu est Lord Monckton, qui est un opposant de la première heure à la théorie du RCA pour la simple et bonne raison qu’il faisait partie de l’équipe de conseil de Margaret Thatcher quand cette fable a été élaborée pour se débarrasser plus vite de l’industrie du charbon en GB et re-promouvoir le nucléaire qui avait mauvaise presse. Il fallait diaboliser le CO2. Ceci s’est produit sous Thatcher et Monckton faisait partie de son équipe, il connaît donc les dessous de cette vaste escroquerie depuis le départ. Ce fut difficile à contre-carrer car il n’y avait pas suffisamment de données empiriques pour nullifier les élucubrations des politicards du GIEC et de leurs modèles bidons. C’est aujourd’hui possible…

– Résistance 71 –

 

Mise à jour des températures globales: Pas de réchauffement global depuis 17 ans et 6 mois (pas de réchauffement durant 210 mois)

 

Special to Climate Depot:

Lord Christopher Monckton

 

4 mars 2014

 

url de l’article original:

http://www.climatedepot.com/2014/03/04/updated-global-temperature-no-global-warming-for-17-years-6-months-no-warming-for-210-months/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Dix-sept ans et six mois. Pas de trace de réchauffement climatique global. Les mesures satellite RSS, la première des cinq sets de données de la température globale qui donne son rapport pour les valeurs de février, montre aucune variation pour une impressionnante période de 210 mois.

Le graphique ci-dessous (voir sur l’article original en anglais en cliquant sur le lien ci-dessus), montre qu’il n’y a eu aucun réchauffement global pendant 17 ans et 6 mois:

Analyse de Monctkon:

1: Ce graphique est très pointu. Il est on ne peut plus à jour. Remote Sensing Systems, Inc. (RSS) est un des deux collecteurs de données officiels par satellite (l’autre étant l’Université d’Alabama à Huntsville ou UAH). RSS est un des cinq collecteur de données standards de températures, qui incluent les deux collecteurs satellites et les trois collecteurs terrestres: le Goddard Institute for Space Studies (GISS), le Hadley Centre/CRU collecteur de données, version 4 (HadCRUT4) et le National Climatic Data Center (NCDC). Jusqu’ici, RSS rapporte en premier lieu et ses valeurs chiffrées mensuelles pour février 2014 sont disponibles depuis quelques heures.

2: Les collections de données satellites sont basées sur les mesures faites par les plus précis des thermomètres disponibles, thermomètres à résistance au platine, qui non seulement mesurent la température à des altitudes variées au dessus de la surface de la Terre par des unités de résonnance à micro-ondes, mais aussi se recalibrent constamment eux-mêmes en mesurant la température connue de la radiation cosmique de fond, qui est de 1% de celle de la température du gel de l’eau. Ce fut en mesurant les variations minuscules de la radiation cosmique de fond que le probe anisotropique de la NASA a pu déterminer l’âge précis de l’univers qui est de 13,82 milliards d’années.

3: Le graphe est correct. Les données sont directement prises mensuellement du site internet de RSS. Elles sont lues depuis le texte par un algorithme informatique et automatiquement intégrées en utilisant une routine avancée qui ajuste automatiquement le ratio d’aspect de la fenêtre de données sur les deux axes afin de montrer les données à leur taille maximum. Les dernières données mensuelles sont inspectées visuellement afin de s’assurer qu’elles ont été positionnées correctement. La ligne bleue pâle juste sous la courbe spline (cerce) noire montrant les données factuelles est calculée en utilisant la méthode de régression linéaire du plus petit carré, ce qui détermine l’intersection y et l’inclinaison de la courbe par le moyen de deux équations identiques  bien établies et fonctionnelles qui sont comparées l’une avec l’autre afin de s’assurer qu’il n’y a pas de différences et d’erreurs entre elles. Cette même régression est utilisée par le GIEC et par la plupart des agences climatiques pour déterminer les variations de températures. De manière plus qu’intéressante, ceci est recommandé par le professeur Phil Jones de l’université d’East Anglia dans un de ses courriels du ClimateGate (2009), ainsi personne des vrais convaincus ne défiera ce choix comme étant inapproprié. La sûreté du calcul de variation par l’algorithme a été vérifiée par le Dr Stephen Farish, professeur de statistiques épidémiologiques de l’université de Melbourne.

4: Le graphique est nouveau. Pas seulement très récent, mais aussi quelque chose que les médias de masse ne révèlent pas souvent. Ils ont tendance à garder la maintenant très embarrassante longue durée de non réchauffement global secrète.

OGM et Nouvel Ordre Mondial: La Commission Européenne va autoriser un maïs transgénique malgré l’opposition de 19 nations membres…

Posted in actualité, altermondialisme, écologie & climat, économie, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, N.O.M, OGM et nécro-agriculure, politique et lobbyisme, résistance politique, santé, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , on février 13, 2014 by Résistance 71

La farce européenne continue. Le but étant la contamination des terres agricoles par pollinisation des OGM sur les cultures traditionnelles comme cela a été fait au pays du goulag levant et ses satellites du Canada et du Mexique. Le procédé est simple: cultiver des OGM et… laisser faire la nature. Vent, abeilles, divers insectes se chargent de la pollinisation et de l’hybridation des cultures environnantes, contaminant de manière irréversible les cultures saines tout en donnant une fenêtre légale à Monsanto, Syngenta, Dow Chemical, DuPont and co de mener des procédures légales contre les fermiers opposants pour avoir "enfreint" les "droits" de patente, les menant ainsi à la ruine et souvent au suicide.

Autoriser ces saloperies, même partiellement et c’est le suicide collectif. Les politiciens s’en foutent: ils passent à la caisse des lobbies et mangent bio.

Les OGM c’est la mort lente des populations. C’est l’utilisation d’une arme de destruction et de stérilisation massive contre les populations. La génétique ne l’oublions jamais n’est que le recyclage post-seconde guerre mondiale de l’eugénisme si cher aux dégénérés aux commandes du bateau ivre…

– Résistance 71 –

 

L’Union Européenne va autoriser une nouvelle culture de maïs génétiquement modifiée, ignorant la majorité de ses membres qui s’y oppose.

 

RT

 

12 février 2014

 

url de l’article original:

http://rt.com/news/eu-approve-gm-crop-608/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

La Commission Européenne est en train d’autoriser la culture d’un maïs transgénique sur le sol européen et ce malgré que 19 états membres aient voté contre, mettant ainsi plus en relief les règles “absurdes” des votes dans l’UE.

Dans un débat mardi, 19 membres de l’UE ont indiqué qu’ils voteraient contre l’autorisation de culture d’un maïs génétiquement modifié à cause de préoccupation à la fois pour la santé et pour l’environnement et de l’opposition au parlement européen. Mais à cause de cette soi-disante règle de comitologie de l’UE, leurs votes seront insuffisant pour renverser la décision des plus gros états membres qui soutiennent l’introduction de ce maïs résistant aux insectes “Pioneer 1507”. La GB et l’Espagne sont tous deux en faveur des cultures OGM, tandis que l’Allemagne s’est abstenue et la France est absolument contre l’introduction de la culture.

Le commissaire européen pour la santé Tonio Borg a dit mardi que la commission est maintenant liée pour approuver la culture. Borg a insisté que des recherches extensives depuis 2001 ont montré que la culture était saine. La GB a argumenté que sans les cultures OGM, l’Europe risque de devenir “le musée de monde de l’agriculture” et qu’il y a un avantage scientifique pour l’agriculture GM, tandis que l’Espagne a dit que ses paysans avaient besoin d’être capables de concurrencer les agriculteurs hors-UE qui peuvent eux faire pousser des cultures GM. DuPont, qui a conjointement développé la maïs Pioneer 1507 avec Dow Chemical, a dit dans une déclaration officielle que l’UE a “une obligation légale envers elle-même, envers ses agriculteurs et ses scientifiques ainsi que ses partenaires commerciaux” afin de soutenir l’avance pour une nouvelle agriculture. Néanmoins, la France a prévenu que si la Commission Européenne autorisait la culture de ce maïs GM, que ceci risquait d’alimenter encore plus d’euro-scepticisme en donnant l’autorisation à l’encontre d’une opposition décidée à son interdiction.

“Nous avons la majorité contre, alors je ne vois vraiment pas comment on peut approuver cela. Encore moins avant des élections européennes, ceci est très dangereux pour l’image des institutions européennes, cela va renforcer l’idée que l’Europe ne fonctione pas ou fonctionne très mal”, a dit Thierry Repentin, ministre des affaires étrangères de l’UE. Tandis que le collègue italien de Repentin appelait le résultat “d’indigeste” et son homologue hongrois une démonstration de “l’absurdité européenne”. Le groupe des Verts de l’assemblée européenne a dit qu’il n’y avait maintenant aucun mandat démocratique pour donner le feu vert à ce maïs transgénique.

Les groupes de Greenpeace et de Friends of the Earth ont dit que ce maïs Pioneer 1507 est nuisible aux papillons et est fait pour être résistant à un herbicide qui est en train d’être mis hors du marché à cause de ses effets néfastes. “Une autorisation de la commission serait irresponsable à cause des risques élevés pour l’environnement, intenable à cause de l’opposition politique et populaire à cette inroduction et compromise de manière légale parce que la CE l’a forcé sans une consultation obligatoire”, a dit Marco Contiero, directeur de la politique agricole  chez Greenpeace. Mais il est plus que problable que la CE cherche un compromis. Borg a dit qu’il ramènerait une proposition séparée qui permettrait les membres individuels de banir la culture tandis que d’autres pourraient l’accepter. Il est aussi apparu moins chaud quant à faire approuver le projet mercredi. “Ce dossier a mis 13 ans pour arriver à ses fins, je suis très prudent en ce qui concerne tout délai”, a t’il dit. Les cultures GM sont en général très impopulaires en Europe où le public est en grande majorité contre elles et les environnementalistes continuent de soulever des préoccupations au sujet de leur impact sur la santé humaine et la biodiversité. Ces cultures sont pour autant très largement cultivées aux Etats-Unis (au Canada) et en Asie et ce malgré une très forte opposition des mouvements environnementalistes et des fermiers locaux.

Résistance politique: Les voix indigènes montent…

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, écologie & climat, démocratie participative, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et social, résistance politique, société libertaire, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , on février 7, 2014 by Résistance 71

Du Mexique au Canada en passant par le pays du goulag levant et l’Amérique Latine. L’avenir de l’humanité passe par le soutien des mouvements et conseils autochtones des Amériques par les occidentaux libérés de l’idéologie colonialiste mortifère.

Victor Hugo, sympathisant des révolutionnaires de 1848, de la Commune de 1871 et des idées anarchistes (il dédicaça un poème à Louise Michel avec qui il entretint une longue correspondance entre 1850 et 1879), disait qu’aucune armée ne peut résister à une Idée dont l’heure est venue. Cette Idée dont parlait V. Hugo était l’idée d’une société libertaire.

Nous y sommes… presque…

– Résistance 71 –

 

Rencontre autonomie et libre détermination Déclaration du Congrès national indigène de l’État de Mexico

 

jeudi 6 février 2014, par CNI

 

url de l’article:

http://www.lavoiedujaguar.net/Rencontre-autonomie-et-libre

 

Atenco, Xochicuautla, Coyotepec… quelques noms des nombreuses communautés en lutte dans tout l’État de Mexico, contre les mégaprojets et pour la terre.

Ce communiqué est issu des rencontres entre communautés de cet État organisées en janvier 2014 par le Congrès national indigène (assemblée de communautés indigènes en lutte proches du zapatisme), qui sont en train d’articuler leurs luttes, dans ce qui semble l’un des efforts les plus avancés d’auto-organisation au niveau national, après les États du Chiapas et d’Oaxaca. (Note du traducteur.)

La lutte indigène contre la dépossession et la dévastation 
de nos territoires et ressources naturelles

Casa Vieja, Nicolás Romero, État de Mexico, 
18 janvier 2014.

Faisant suite aux accords du Congrès national indigène (CNI) ayant émané de l’initiative de la Chaire itinérante « Tata Juan Chávez Alonso » et des réunions du CNI dans la région Centre-Sud du pays qui ont suivi, nous nous sommes réunis en tant que peuples indigènes et communautés de l’État de Mexico au predio Casa Vieja de La Colmena, de l’Alianza Única del Valle, dans la commune Nicolás Romero, le 18 janvier 2014, pour élaborer des accords. Nous remercions nos frères et sœurs qui ont préparé et convoqué cette rencontre de luttes pour nos terres, nos territoires, notre eau et nos forêts.

Depuis divers endroits nous avons répondu à l’appel de nos frères des villages de San Francisco Magú, Cahuacán et Coyotepec, dont les territoires, occupés depuis des temps immémoriaux par les peuples indigènes Otomís et Nahuas, sont, comme dans tout l’État de Mexico, convoités pour les intérêts mesquins de l’initiative privée qui, en collusion avec les différents niveaux de gouvernement, prétend continuer à s’enrichir et à dévaster le cœur de nos terres au moyen de la dépossession et de l’exploitation.

Nous sommes conscients du niveau répressif de l’État de Mexico et du gouvernement fédéral, nous avons été victimes de leur tactique de division, de discrédit, de criminalisation de la protestation, des luttes et de la protection légitime de nos droits et du futur de nos villages. Et donc, quand nous nous levons pour lutter, pour défendre nos forêts, on nous accuse d’être des bucherons illégaux, et quand nous défendons l’eau, on crée pour nous des délits, comme c’est le cas pour les compagnons de San Pedro Tlanixco. De la même manière, beaucoup de nos frères ont été frappés, torturés, incarcérés ou, dans le pire des cas, ont disparu, dans une atmosphère d’hostilité et d’impunité, ayant inclus des violences sexuelles contre nos sœurs d’Atenco et d’autres villages.

Nous sommes également conscients des mécanismes que l’État met en place pour s’infiltrer dans nos institutions de gouvernements communautaires via la manipulation des processus d’élection, dans le but d’obtenir des « représentants » qui répondent à des intérêts particuliers, facilitant ainsi le contrôle institutionnel de nos territoires. De la même façon, des projets d’assistanat sont mis en place, qui entraînent la dépendance, achètent les volontés et nous maintiennent opprimés. Et quand, pour l’État, ces stratégies ne fonctionnent pas, et que nos villages, communautés, représentants et dirigeants ne se vendent pas, alors ils nous discréditent et nous répriment.

Avec ce que nous venons de mentionner, la gravité de la situation à laquelle nous sommes confrontés est claire, et pour autant nous n’exagérons pas quand nous disons que l’État mexicain a instauré une pratique génocidaire silencieuse contre nos peuples, en essayant par divers moyens de nous arracher nos modes et formes de vie. Pour cette raison, nous disons une nouvelle fois « ¡Ya basta ! ». Nous ne permettrons pas qu’ils continuent à violer nos us, coutumes et droits collectifs.

Et en conséquence, nous déclarons que, dans notre marche avec la Chaire itinérante et le CNI, nous, les peuples indigènes du Mexique, partageons une même pensée et un même ressenti, et que, dans l’unité, nous surmonterons cette situation, que nous continuerons à exercer nos droits inhérents et collectifs à l’autogouvernement, à l’autonomie et que, sans notre consentement libre, préalable et éclairé, aucun projet ne doit passer sur nos territoires.

Nous avons lutté depuis toujours en défense de notre Madre Tierra, de nos territoires, de nos forêts, de notre eau et de la vie, et nous sommes décidés à continuer à le faire, même si la vie nous est enlevée, car, comme le disait notre général Emiliano Zapata, « mieux vaut mourir debout que vivre toute une vie à genoux ».

Pour finir, accomplissant notre responsabilité sacrée de protéger la terre sur laquelle nous vivons, pour que puissent aussi y vivre nos générations futures, nous réaffirmons ce qui suit :

☀ Nous exigeons la libération de nos frères Pedro Sánchez Berriozabal, Teófilo Pérez, Rómulo Arias Mireles, Lorenzo Sánchez Berriozabal, Marco Antonio Pérez et Dominga Martínez ; ainsi que l’annulation des ordres d’appréhension des compagnons Rey Pérez Martínez et Santos Alejandro Álvarez Zetina, criminalisés injustement pour avoir défendu l’eau à San Pedro Tlanixco.

☀ Nous demandons justice pour les deux défenseurs de l’eau assassinés durant leur combat pour la conservation de l’usage, de la gestion, de l’administration et de l’approvisionnement en eau à Coyotepec, en fonction des us et coutumes.

☀ Nous disons non au projet d’autoroute privée Naucalpan-Toluca, qui menace la forêt Otomi-Mexica, et nous réclamons son annulation, comme l’arrêt de la destruction des forêts dans les communautés de Xochicuautla et de Santa Cruz Ayotuxco.

☀ Nous exigeons l’arrêt du projet d’aéroport dans la zone de Texcoco-Atenco et la réhabilitation des puits des communautés appartenant à la commune d’Atenco.

☀ Nous dénonçons l’entreprise OHL pour collusion avec le gouvernement fédéral et avec celui de l’État de Mexico pour le développement de mégaprojets à San Salvador Atenco et dans la forêt Otomi-Mexica.

☀ Nous exigeons l’annulation et la révocation de tous les permis, jusqu’au dernier, concédés à l’entreprise Merket Construcciones, en lien avec le « Projet de développement immobilier Bosques del Paraíso » à San Francisco Magú, territoire sur lequel sont interdits les fractionnements et l’utilisation d’actes notariés. De la même manière, nous demandons la réparation des dommages et la restauration des 12 hectares environ de la forêt de Pino-Encino qui ont été dévastés au nom du permis d’« approvisionnement forestier soutenable pour changement d’utilisation de sol » donné par la Semarnat – État de Mexico et qui encourage la coupe d’environ 180 hectares de forêt.

☀ Nous exigeons pour finir l’intervention rapide des autorités compétentes pour freiner le mégaprojet immobilier qui doit se construire sur les terres de l’ejido de Cahuacán, Nicolás Romero, lesquelles, selon le jugement émis par le Tribunal agraire supérieur le 12 mars 1997, confirme que les membres de l’ejido de Cahuacán en sont les « propriétaires légitimes ».

« Ensemble, construisons l’opportunité de nous rencontrer, de nous reconnaître, et de partager des expériences de lutte dans le but de planifier notre marche en défense de notre droit à la dignité et au bien-être. »

Décidé par consensus des villages indigènes Tlahuica, Matlatzinca, Mazahua, Nahua et Otomí de l’État de Mexico : San Pedro Tlanixco, San Pedro Atlapulco, San Francisco Xochicuautla, San Francisco Magú, San Lorenzo Huitzizilapan, Santa Cruz Ayotuxco, San Salvador Atenco, Pueblos del Río Tepotzotlán, Santa María Magdalena Cahuacán, Santa María Tianguistengo, Temascalapa ; avec les organisations, collectifs et autres villages : communauté La Congoja de l’État d’Aguascalientes, adhérente à la Sexta, Sixième Déclaration de l’EZLN, Ampliación San Pedro Xalpa Azcapotzalco, peuples autochtones de Santa Barbara Azcapotzalco, Axotlan Cuautitlán Izcalli, Huixquilucan, Cuajimalpa, éditions autogérées Caracol Andando Argentine, Más de 131, Mut Vitz 13 France, Cafez Belgique, La Guillotina, Alianza Única del Valle, Asamblea Nacional de Afectados Ambientales, JRA Cuautitlán Izcalli, Magisterio Mexiquense, Hormiguero Zero, Acampada Revolución, Compagnons solidaires de France.

Traduction : un compagnon solidaire 
de France présent à la rencontre

La résistance politique amérindienne s’organise contre Big Oil pollueur et destructeur…

Posted in actualité, altermondialisme, écologie & climat, économie, démocratie participative, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , on février 4, 2014 by Résistance 71

Lakotas Owe Aku: NON au Black Snake tarsands pipeline ! ‘Nos visages sont peints…’

 

Owe Aku International

Censored News

 

2 février 2014

 

url de l’article:

http://bsnorrell.blogspot.com/2014/02/lakotas-owe-aku-no-black-snake-tarsands.html

 

Les Lakotas (NdT: Une des nations Sioux) sont unis avec nos frères et alliés du Nord. Nous devons empêcher ce pipeline d’entrer sur le territoire bien-aimé de nos ancêtres, là où ils ont vécu durant des milliers de générations et ont donné le plus beau des cadeaux pour la défendre: leurs vies. Nos histoires de la création (NdT: mythologie ancestrale) nous disent que ceci est notre terre sur Unci Maka, que notre terre natale fait partie de notre identité, nous possédons notre droit de naissance inhérent en tant que Lakota Oyate. Notre droit inhérent est un droit spirituel et humain et nous avons le droit des traités. Nous ne voulons pas de XL pipeline ni des sables bitumeux sur nos territoires. Ils doivent rester dans le sol, son extraction et exploitation tuent animaux et humains ici et plus haut dans le pays, cela gaspille une eau bien précieuse. Les leaders du monde contemplent ceci et nous avons besoin qu’ils soient de bons leaders et qu’ils se dressent devant quelque chose de mauvais qui est en train de nous arriver dessus, dans le monde et ici sur la grande terre et il est grand temps que les gens soient on ne peut plus clair avec leurs leaders. Il est temps maintenant pour que chaque leader devienne un révolutionnaire véritablement écologique et prenne des décisions qui pourront changer le monde.

S’il vous plait, prenez un moment pour aider à diffuser nos mots, pensées et prières dans le monde, partout sur Unci Maka, de dire que le peuple Lakota et bien d’autres nations indigènes rouges, avons peint nos visages. Nos alliés du Nord ont peint leurs visages. Pour l’eau sacrée, pour Unci Maka, pour nos générations. En tant qu’êtres de cette terre, les générations à venir ont droit à l’eau sacrée, pas de politique, pas d’entreprise, rien ne doit être plus important que cela. Des pénuries locales d’eau affectent les gens partout dans le monde, les gens partent, s’exilent, les nations à quatre pattes et ailées sont en danger d’extinction parce que le système en place ne se préoccupe que d’un immense profit au détriment de la santé d’Unci Maka, qu’il met en avant une politique énergétique intenable, qui va nous mener vers le point le plus dangereux de notre histoire, guerre après guerre. Nous sommes dans des temps prophétiques, notre action collective sera d’importance, avec tout l’amour possible de nos cœur, nous devons tous résister à cette destruction et nous dresser pour l’eau sacrée et Unci Maka, la Terre-Mère.

Owe Aku

Merci de diffuser, le temps s’amenuise et nous devons être prêts.

=  =  =

Video Owe Aku, Mocassins on the Ground

Pour la lutte contre le passage du Keystone XL pipeline sur les territoires autochtones de part et d’autre de la frontière fictive americano-canadienne:

http://www.youtube.com/watch?v=2pLj9DhxAWM

 

“Crying Earth, Rise Up !” (bande annonce)

http://vimeo.com/67243540

 

 

Résistance au colonialisme: Vision de souveraineté indigène au pays du goulag levant (ex-USA) et son satellite canadien…

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, écologie & climat, démocratie participative, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , on janvier 24, 2014 by Résistance 71

Souveraineté, cicatrisation et réconciliation par la voie du milieu, celle existante déjà, celle du Wampum Deux Rangées

– Résistance 71 –

 

Le retour à notre voie n’est pas un retour en arrière

 

John Kane

 

14 Janvier 2014

 

url de l’article original:

http://bsnorrell.blogspot.jp/2014/01/john-kane-back-to-our-path-is-not-trip.html

et

http://www.letstalknativepride.blogspot.com/2014/01/back-to-our-path-is-not-trip-backward.html

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Bon nombre d’entre nous sont familiers avec notre expression Ohnkwe Ohnwe (en langue iroquoise). C’est le terme que nous utilisons pour nous décrire nous-mêmes comme étant les peuples originels de l’Île de la Grande Tortue (NdT: terminologie amérindienne pour désigner l’Amérique du Nord, ce que sont aujourd’hui les Etats-Unis, le canada et le Mexique occupés…). La traduction approximative est “véritable être humain à tout jamais”. Il ne s’est jamais posé la question de savoir si nous avions un futur. Nous n’avons jamais été attaché à un endroit dans une ligne du temps. Nous n’avons jamais été figés dans l’Histoire. Nous n’avons jamais été primitifs ni au bout de notre évolution. Nous avons continué à nous développer. Le concept même des “Sept générations” était fondé sur la connaissance que notre croissance et notre développement demanderaient une priorité à mettre sur les impacts de nos attitudes sur ceux qui ne sont pas encore nés, ceux qui viendraient bien longtemps après nous.

Mais de toutes les assurances de ceux qui sont venus avant nous, notre futur ne serait pas assuré, certainement pas au vu des deux derniers siècles et certainement pas non plus, en allant de l’avant du point où nous en sommes. Ce chemin, qui a été tracé par les dizaines de millions de pieds de ceux qui vinrent avant nous, a été si négligé et nous en avons tant dévié que ce ne peut-être que la Création et notre langue qui puissent guider nos pas de nouveau vers lui. Mais ce changement de cap vers ce grand chemin, Kaianerehko:wa (La Grande Loi de la Paix), n’est pas un voyage de régression ou retour en arrière. C’est un voyage vers l’avant, vers le futur.

Ohnwe veut dire “pour toujours” ou “à tout jamais” et à tout jamais est le temps dans les deux directions, vers la passé et le futur. Ceux de notre passé ont établi Kaianerehko:wa de façon à ce que nous reconnaissions le chemin et pour le garder clair et libre pour ceux qui suivent.

Mais ce chemin s’est trop élargi et a été obscurci par la négligence. Une grande part de nettoyer la voie vers notre futur implique que nous commencions à retrouver un esprit commun dirigé vers un but commun. La seule façon de les trouver est au travers de la conversation et du discours honnête. A cet effet, utiliser les concepts les plus basiques de Kaianerehko:wa est un bon début.

Notre feu symbolise nos familles, nos clans, nos communautés et notre droit et pouvoir de nous rassembler en conseil et pour être conseiller. Comme des esprits désirant nous diriger vers le chemin du futur, nous devons rallumer un feu. Nous avons besoin de participation et d’un véritable engagement des gens. Aussi petits ces feux soient-ils, ils doivent démontrer un véritable retour à Kaianerehko:wa.

Rien de tout ceci n’a à voir avec une révolution ou un renversement de pouvoir, cela a tout à voir avec notre peuple utilisant ce qui nous est propre pour résoudre nos problèmes, pour corriger le tir et aller de l’avant. Nous ne réussirons sans doute pas à maîtriser tous les problèmes, mais dans le processus de rallumer nos feux et de rassembler les volontaires non seulement pour se dresser ensemble dans une crise ou pour une lutte, mais aussi de s’assoir ensemble dans un conseil pour bâtir quelque chose et se soutenir les uns les autres, alors nous pourrons commencer à montrer un exemple de ce qui est véritablement notre responsabilité et notre disctinction, ce qui fait que nous sommes différents.

Au lieu d’avoir des individus dictant leurs vues déformées au sujet de “nos coutumes et traditions” ou d’assujettir le pouvoir qui leur est accordé au travers de la reconnaissance fédérale ou de pouvoirs étrangers, nous devons commencer le processus de dépoussiérer le chemin qui nous fut tracé par ceux qui sont venus bien longtemps avant nous. Malgré les conseils élus et les titres ou ce que certains croient être les conseils traditionnels, ceci représente le chemin pour aller de l’avant. Ceci ne requiert pas de brûler ses cartes de membres de bandes (tribus), d’enlever des noms des rôles tribaux, de conduire dans permis de conduire ou de fracasser les traités. Il n’y a pas de balle d’argent, de potion magique ou de séquence de rêve qui vont construire un chemin fait de briques jaunes devant nos pas. Nous devons commencer le lent processus de retourner vers le chemin qui va de l’avant, ce chemin qui  nous fait bouger avec la Nature et la création, le droit chemin.

En l’absence de tout le monde parlant nos langues originelles et virtuellement nulle part qui puisse démontrer aujourd’hui le véritable usage de Kaianerehko:wa, nous avons besoin d’utiliser nos communiquants les plus experts afin de clarifier ce qui a été obscurcit par de mauvaises traductions et efforts de mal représenter notre histoire. Nulle part ne devrait notre chemin vers le futur défier la Nature ou la Création. Nous devons reconnaître que bien qu’il y ait beaucoup que nous devons apprendre et beaucoup que nous n’apprendrons jamais, que notre meilleur professeur est la nature.

Le chemin vers l’avant n’est pas un retour en arrière. Il n’y a aucune raison de rejeter les outils d’aujourd’hui alors que nous allons de l’avant. La clef est de savoir discerner ce qui nous fait avancer sur NOTRE chemin et ce qui au contraire nous en écarte. Facebook et la messagerie internet ne peuvent pas remplacer les réunions physiques. Le système de clans ne peut pas devenir quelque chose de virtuel. La communication voyage peut-être aujourd’hui à la vitesse de la lumière, mais le conseil prend du temps. Utilisons donc ce que la technologie de la vitesse nous offre pour partager l’information et pour prendre contact mais prenons aussi le temps de faire un feu et de nous rassembler.

Le concept du pouvoir de l’Homme va et vient. La puissance, le pouvoir de tuer et de détruire et la richesse, l’accumulation de biens et de richesses, ces deux désirs ont eu et auront peut-être encore un peu leur moment dans l’Histoire ; mais Ohnkwe Ohnwe sont les véritables humains et ils le sont pour toujours. Je prendrai le chemin qui considère les sept générations mentionnées ci-dessus plutôt qu’un quelconque rapport annuel d’entreprise ou inventaire d’armement. Notre pouvoir fera sa démonstration dans notre combat pour notre futur… Pour notre “à tout jamais”.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 346 followers