Archive for the actualité Category

Vent du changement sur Onowaregeh*… Le Québec va renouer avec les accords de la Grande Paix de Montréal en 1701…

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, philosophie, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , on 17 décembre 2014 by Résistance 71

(*) Onowaregeh = Île de la Grande Tortue, l’Amérique du Nord pour les nations originelles du sub-continent.

Les solutions sont là, à portée des esprits et des mains, il suffit d’adapter et de s’unir contre l’oligarchie coloniale dont les jours sont comptés. La constitution iroquoise ou Grande Loi de la Paix est un outil progressiste que nous ne pouvons plus ignorer afin de défaire l’empire et l’oppression coloniale.

– Résistance 71 –

 

Ono’waregeh

 

Mohawk Nation News

 

15 décembre 2014

 

url de l’article original:

http://mohawknationnews.com/blog/2014/12/15/onowaregeh/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Ono’waregeh veut dire Île de la Grande Tortue en langue Mohawk. La nouvelle maire de la ville de Victoria (Île de Vancouver en Colombie Britannique), Lisa Helps, a prêté serment à Ongwe’hon:we (peuples natifs) de la région. Quand tous les maires refuseront de prêter serment à la reine d’Angleterre, son conseil privé sera terminé et la colonisation s’arrêtera.

Le contrôle de tout ce qui concerne la terre revient aux pourvoyeurs de soins Ongwe’hon:we. Le mot gouvernement prend sa racine dans les mots grec et latin signifiant “contrôle de l’esprit”. Ceci va prendre fin.

Dans le calendrier naturel, le 25 décembre est le premier jour de la nouvelle année. Le soleil se lève un degré nord et le nouveau cycle commence. Cette année, la paix va se saisir de la terre Kanion’ke:haka (Mohawk) connue sous le nom de “Seigneurie”.

Les véritables Québecois n’ont jamais été assimilés et veulent la paix sur la terre, paix que Kaianere’ko:wa représente. Les oligarques britanniques ont forcé leur système légal de l’amirauté sur eux, auquel ils ont résisté dans les grandes largeurs. Malheureusemet, ils sont toujours piégés dans ce système de l’amirauté. Ils ont un rôle à jouer avec nous pour équilibrer cette faute. Le Conseil Mohawk de Kanahwake Inc. est illégal et essaie de faire relocaliser les Kanion’ke:haka de Kahnawake afin d’arrêter la diffusion de la Grande Paix. Pour les oligarques, la Grande Paix est bien plus mortelle pour leur programme de nouvel ordre mondial que n’importe lequel de leurs virus tueurs créés en laboratoire, comme ceux du SIDA et de l’ébola.

Les Québecois ont inspiré la révolution française en 1789. Le dernier (pseudo?)dauphin, fils de Louis XVI et de Marie-Antoinette a terminé sur Kahnawake.

La matrix de l’amirauté crée la division dans toutes nos communautés. Dans Kaiakere’ko:wa, la Grande Paix, la jurisdiction des femmes est sur tout ce qui touche au monde naturel. Elles créent les conseils des femmes pour gérer chacune des communautés. Chaque plante, animal et personne est pris en compte et traité de manière durable. Les hommes s’assurent que tout ceux qui interagissent avec la communauté suivent la Grande Paix. Le système de l’amirauté fait de tribunaux, de prisons et de police est inutile.

Notre prochaine conférence de la paix se déroulera bientôt. Comme pour la grande paix de Montréal en 1701, le monde rejoindra les Québecois et Kanion’ke:haka (Mohawks) et la paix commencera à s’étendre.

La Grande Paix est au sujet des familles. Nous devenons un esprit sur des sujets qui affectent nos communautés. Les gens de chaque communauté, le peuple, ont le pouvoir comme cela se doit d’être.
Tout le monde est un guerrier pour la dissémination de la paix. Une fois que les femmes, progénitrices du sol et de la terre, reprennent leur véritable place naturelle, alors la paix sera capable de se répandre dans le monde. Les hommes protègent les femmes. Personne ne fait de mal aux femmes, aux enfants et tous les êtres vivants de la communauté. La Grande Paix est leur autorité.

Comme Jogosaseh a fait avant le dernier soleil avec Dekanawida, lorsque les Québecois et les femmes Mohawks font la paix, cela va se répandre comme un feu de forêt. Bientôt sur le site internet de Mohawk Nation News (MNN) sera publiée pour la première fois une traduction complète en français de la Grande Paix. 

Note de résistance 71: Nous avons terminé la traduction complète en français des 117 wampums de Kaianere’ko:wa ou la Grande Loi de la Paix. Ceci est unique à notre connaissance. Nous allons la remettre ces jours-ci au conseil des femmes de la nation Mohawk. Cette traduction arrive incidemment à point nommé avec le projet éducatif se développant maintenant au Québec. Nous la publierons après sa publication par l’organe officiel traditionnel Mohawk Nation News.

Comme le chante si bien Memphis Slim : “Don’t care how great you are. Don’t care what you’re worth. When it all ends up, you gotta go back to mother earth”.

Mayor refuses oath to Queen.

Historic speech on gangsterism running world.

Kanehsatake declaration.

Petit bilan impérialiste pour 2014…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, économie, colonialisme, crise mondiale, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , on 17 décembre 2014 by Résistance 71

2014 l’année où l’Empire a refusé de mourir dans son lit

 

EF

 

15 Décembre 2014

 

url de l’article original:

http://www.entrefilets.com/2014_l_annee_ou_l_empire_refuse_de_mourir_dans_son_lit.html

 

On espérait un peu naïvement que l’Empire US mourrait dans son lit (1). Il n’en est rien. Gangrené par sa faillite financière, morale et sociale, il décline bien sûr comme prévu et le Système atlantiste avec lui. Sauf que tout se passe beaucoup plus vite qu’attendu. Saisi de panique, l’Empire a donc mis à profit l’année 2014 pour semer partout le chaos pour tenter de conjurer son déclin, allant jusqu’à construire toutes les conditions d’une Troisième guerre mondiale. Il aura évidemment pris soin de fixer l’épicentre de la chose loin de son sanctuaire (2), avec l’assentiment d’une élite européenne de groupies-technocrates, et autres idiots utiles, encadrés par un proconsul allemand rétabli dans sa grandeur (3). 2014 aura donc été l’année d’un emballement stupéfiant et d’une montée aux extrêmes terrifiante, l’année où l’Empire aura refusé de mourir dans son lit, ouvrant une nouvelle séquence historique plus folle que jamais.

Du grand frère protecteur au tortionnaire


Lorsque des clowns formatés dans des écoles de com’ prétendent lui commander, l’Histoire peut se montrer d’une cruauté infinie. Ainsi en va-t-il du dernier POTUS, Barack Hussein Obama, à la fois Prix Nobel de la Paix, geôlier en chef du camp de torture de Guantanamo et artisan d’une nouvelle guerre froide à l’issue potentiellement apocalyptique.
Le mythe hollywoodien du grand frère américain protecteur, un peu couillon mais bienveillant, est bel et bien définitivement enterré, malgré la puissance de la machine de propagande mobilisée pour l’entretenir.
Aujourd’hui, la plupart des peuples du monde sont ainsi passés de la fascination pour l’American Dream au dégoût à l’égard d’une hyperpuissance aussi vorace que brutale, qui n’hésite pas à semer la mort et le chaos pour «perdurer dans son être».
2014 fait à ce titre un peu figure de point d’orgue, où l’on aura vu l’Empire étrenner l’année par une alliance avec des groupes néonazis ukrainiens – pour perpétrer le coup d’Etat que l’on sait–, puis la terminer dans la puanteur exhumée de ses habituelles pratiques tortionnaires (4).
Et c’est aux pieds de cet Empire-là que les élites européennes n’en finissent plus de ramper, se soumettant à tous ses diktats, couvrant tous ses crimes, se prêtant à toutes ses manigances les plus folles.
A cet égard, le cas de l’Allemagne mérite désormais une attention particulière.

«We’ve beaten the Germans twice,
and now they’re back!»

On se souvient des craintes de Mitterrand et de la Dame de fer à l’aube de la réunification allemande, craintes parfaitement résumées par Margaret Thatcher lorsqu’elle s’était écriée : «Quoi, nous avons battu deux fois les Allemands et les voilà encore de retour ! (5)». 
De facto, l’Allemagne est en effet (re)devenue la puissance dirigeante en Europe, au point que certains observateurs, comme Emmanuel Todd, n’hésitent plus à parler d’un Empire allemand reconstitué (6).
Or la soudaine adhésion de la chancelière allemande à l’hystérie guerrière antirusse de l’Empire US pose de graves questions. 
Suite au scandale des écoutes perpétrées par la NSA sur son téléphone portable, on pensait pourtant que la lune de miel avec Washington ne serait pas pour demain, la chancelière allemande faisant savoir qu’«entre des amis proches et des pays partenaires comme le sont la République fédérale d’Allemagne et les Etats-Unis depuis des décennies, une telle surveillance d’un chef de gouvernement ne saurait exister. » Parlant même d’un «coup sérieux porté à la confiance mutuelle entre les deux pays».
C’était en octobre 2013, peu avant le début du coup d’Etat de Kiev. 
Mme Merkel s’était ensuite joint à la meute des toutous pour hurler avec l’Empire contre Moscou, mais toutefois sans excès. Du moins jusqu’au discours de Sidney, le 17 novembre dernier, où la chancelière a attaqué la Russie avec une agressivité inédite, affirmant notamment «que les agissements de la Russie mettaient en péril la paix en Europe» (7).
Comme le souligne Philippe Grasset dans dedefensa (8), «aucun élément nouveau décisif, dans les trois ou quatre derniers mois, ne paraît devoir justifier le revirement de Merkel exprimé dans des termes si dramatiques et alarmistes, et encore moins l’expliquer.»
D’où l’hypothèse, de plus en plus répandue, que les écoutes de la NSA ont finalement payé, et que les USA feraient tout simplement chanter la chancelière. Les Etats-Unis disposeraient donc de «moyens de pression pouvant aller aussi bien de documents récupérés de l’ex-RDA, par exemple des archives de la Stasi, que de certaines affirmations et confidences de la chancelière interceptées par la NSA.»
C’est bien évidemment possible, la politique étrangère étasunienne relevant davantage du gangstérisme que de la diplomatie.

«Une autre guerre en Europe ?
Pas en notre nom !»

Il n’en reste pas moins que la volonté des Etats-Unis de faire de l’Allemagne leur principal supplétif en Europe ne date pas d’hier, et qu’ils estiment apparemment depuis longtemps déjà qu’Angela Merkel a le profil idéal pour le rôle (9).
De son côté, en jouant ainsi la carte US de l’affrontement contre la Russie, l’Allemagne d’Angela Merkel paraît tentée par un nouvel impérialisme (10) qui soulève des questions il est vrai dérangeantes compte-tenu de l’Histoire du siècle dernier.
Bien sûr, en Allemagne même, les critiques commencent à fuser. Le Spiegel a ainsi récemment ouvert les feux avec un article fleuve très mordant contre la politique de la chancelière (11).
Puis ce fut le discours fantastique tenu à la tribune du Bundestag devant la représentation nationale par Sahra Wagenknecht (12), vice-présidente du parti Die Linke (La Gauche). Un discours où tout est dit avec les mots les plus justes.
Enfin, il y a eu cet appel lancé par des personnalités allemandes (anciens présidents, intellectuels, artistes ou industriels) dont le titre se passe de commentaire : «Une autre guerre en Europe ? Pas en notre nom !» (13).
On voit toutefois mal Angela Merkel reculer, à plus forte raison s’il y a chantage.
Aujourd’hui l’Empire US semble donc avoir trouvé dans l’Allemagne le pivot européen idéal pour articuler sa croisade contre la Russie. Servie par la quasi dissolution d’une France qui ne pèse strictement plus rien en matière de politique étrangère, Berlin peut en effet s’appuyer pour ce faire sur la russophobie «naturelle» d’anciennes républiques soviétiques qu’elle contrôle largement (14).

L’Empire aux abois


De son côté, l’Empire poursuit furieusement sa montée aux extrêmes. Le 12 décembre dernier, le Congrès US a ainsi autorisé la livraison d’armes létales à l’Ukraine en votant à l’unanimité un texte que d’aucuns considèrent comme une véritable déclaration de guerre contre la Russie (15).
Nous en sommes donc là, en cette fin 2014.
En s’appuyant sur les faiblesses, les aveuglements ou les rêves de grandeur inavoués d’acteurs européens parfaitement lamentables dans cette affaire, l’Empire a décidé de privilégier la politique du pire pour tenter de conjurer son déclin, fixant une guerre en Europe de l’Est en acceptant avec une inconséquence inouïe la possibilité d’une confrontation militaire entre puissances nucléaires.
C’est peut-être que pour lui le temps presse de plus en plus.
L’offensive menée contre la Russie a en effet convaincu les pays du Brics de passer à la vitesse supérieure et les rapprochements entre Moscou et Pékin, et même plus récemment New Delhi, font paniquer Washington (16).
Sur le plan intérieur, la situation étasunienne se détériore d’heure en heure. Un Américain sur 5 bénéficie désormais de bons d’alimentation pour vivre (17), et une réplique amplifiée de la crise des subprime de 2008 est d’ores et déjà sur dans les starting blocks.
Pour éviter la rébellion des 99% contre les prédateurs du corporate power US, c’est-à-dire du peuple contre le gouvernement, l’administration Obama a même exhumé la vieille technique de la division raciale pour noyer le poisson (18), ce qui est tout de même un comble pour un premier Président noir US. Mais passons.
La faillite des Etats-Unis est consommée tant sur les plans financier que moral ou social.
Ne reste dès lors que l’Empire en tant que structure, en tant que Système, en tant que machine à dominer et à écraser, dans toute sa froideur et toute sa brutalité.
Un Empire aux abois, qui refuse de mourir dans son lit.

1 L’empire et le docteur Kübler-Ross

2 Enfumage ukrainien, contre propagande

3 L’Allemagne tient le continent européen

4 Torture à la CIA, les passages les plus terrifiants du rapport

5 L’Allemagne, puissance hégémonique à reculons

6 L’Empire allemand reconstitué

7 Le grand virage de Sidney

8 Merkel sous chantage ?

9 Angela Merkel va-t-elle entraîner l’Europe et le monde dans les prochaines guerres?

10 L’essor de l’impérialisme allemand et la pseudo-menace russe

11 Summit of Failure: How the EU Lost Russia over Ukraine

12 Le discours de Sahra Wagenknecht (sous-titré français)

13 «Une autre guerre en Europe, pas en notre nom»

14 L’Allemagne tient le continent européen

15 Ukraine: la Russie menace les Etats-Unis de mesures de rétorsion

16 Avec la Crimée, l’Inde défie les USA

17 Explosion du nombre d’Américains ayant recours à l’aide alimentaire

18 Du racisme à la révolution

Mise en place de la grille totalitaire: Le gouvernement fasciste du pays du goulag levant (ex-USA) menace ses citoyens…

Posted in actualité, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , on 16 décembre 2014 by Résistance 71

Nous l’avons déjà dit à plusieurs reprise ici-même: Le pays du goulag levant n’est pas encore un état totalitaire fasciste brun consommé parce que ses citoyens sont armés, que des milices civiles existent, qu’il y a bien plus de 100 millions de flingues et des milliards de cartouches dans la nature. C’est ce qui sauve le peuple américain encore pour l’instant de la tyrannie totale de l’oligarchie financière et de ses spadassins corrompus.

L’oligarchie sait pertinemment que pour activer Stasi et camps d’extermination de la FEMA, il faudra d’abord désarmer le peuple, chose qui ne pourra pas se faire, sauf en combat maison par maison sur l’ensemble du pays. Tâche impossible. Il faut donc que les citoyens soient “forcés” d’abandonner leurs droits, pour plus de “sécurité”.

Un général de l’état-major japonais avait dit à ses collègues, avant l’attaque de Pearl Harbor en 1941: “Si nous y mettons des troupes au sol, derrière chaque brin d’herbe se cachera un fusil…” C’était en 1941. Aujourd’hui, la puissance de feu des citoyens états-uniens est 100 fois supérieure… C’est ce qui les sauve, jusqu’ici… En cela nous avons réviser notre position concernant le second amendement de la constitution des Etats-Unis. Après chaque révolution, le peuple a été désarmé, quand ce n’est pas possible (révolution française) on l’enrôle dans de grandes guerres (armée de la Convention) de diversion. Classique ! La constitution des Etats-Unis a armé le peuple contre son gouvernement, il est le contre-pouvoir. La Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1793 (publiée donc après l’indépendance américaine de 1776 et l’écriture de leur constitution) stipule dans son article 35: “Article 35. – Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs.” A noter que la DDHC de 1793 est toujours sur le site du Conseil Constitutionnel français (à consulter ici: http://www.conseil-constitutionnel.fr/conseil-constitutionnel/francais/la-constitution/les-constitutions-de-la-france/constitution-du-24-juin-1793.5084.html )

Question: Pourquoi n’est-elle pas en vigeur ? Réponse: Elle fait peur à l’oligarchie bourgeoise en place depuis sa publication…

– Résistance 71 –

 

D’après un universitaire et journaliste le peuple américain est menacé par son propre gouvernement fasciste

 

James Henry Fetzer avec Press TV

 

16 Décembre 2014

 

url de l’article original (avec vidéo de l’entretien):

http://www.presstv.ir/detail/2014/12/16/390424/fascistic-us-govt-threatens-own-people/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

La plus grande menace à laquelle font face les Américains aujourd’hui est celle de leur propre gouvernement fasciste et de leur police militarisée qui est entraînée en Israël pour traiter le public et les citoyens américains comme des ennemis, dit un journaliste et universitaire états-unien.

“Le monde doit comprendre que les Américains font face à la menace de leur propre gouvernement,” a dit James Henry Fetzer, qui est aussi éditeur de Veterans Today et un professeur en retraite de l’université de Madison dans le Wisconsin.

“Le département de la sécurité de la patrie (Department of Homeland Security ou DHS) a été modelé selon le modèle de la Stasi Est- Allemande (NdT: “Stasi” est une abréviation pour le mot “Staatsicherheit” ou “sûreté de l’état”. Nous avons écrit depuis des années dans nos articles mentionnant le DHS la note de présentation suivante: “… la Stasi ou Securitate du pays du goulag levant (ex-USA)”… Nous n’inventons rien !…), qui a souvent été reconnue pour avoir été la police secrète la plus efficace de l’histoire”, a dit Fetzer à Press TV Lundi.

“Il y a une tentative ici aux Etats-Unis, de militariser la police, dont beaucoup de membres sont entraînés en Israël afin de les retourner et de les faire considérer les citoyens des Etats-Unis comme l’ennemi, tout comme les Israéliens traitent le Palestiniens en ennemi”, a t’il déclaré.

Fetzer a argumenté que beaucoup d’actes de violence avec arme à feu comme la fusillade de Sandy Hook de Newtown dans le Connecticut, sont “fabriqués, bidons, ce sont des évènements théâtraux”, mis en place par le gouvernement des Etats-Unis pour faire interdire les armes à feu (NdT: faire répudier ou abroger le second amendement de la constitution…) aux citoyens du pays.

Le 14 décembre 2012, vingt enfants et six adultes furent mortellement blessés et abattus par un tireur fou qui se suicida par la suite, à l’école primaire de Sandy Hook dans le ville de Newtown dans l’état du Connecticut. Plus tôt dans la journée, l’assaillant avait tué sa mère dans un autre endroit.

Près de 100 fusillades dans des écoles ont eu lieu depuis, dit un rapport sponsorisé par un groupe contre la violence par arme à feu.

“Ils adoreraient nous retirer nos armes, parce ce que ce sont les plus de 100 millions de citoyens américains armés qui se tiennent entre la Stasi du DHS et l’imposition d’un état militaire fasciste aux Etats-Unis,” a conclu Fetzer.

Rapport sur la torture de la CIA: Al Qaïda n’est pas impliqué dans le 11 septembre…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, guerre iran, guerre Libye, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , on 15 décembre 2014 by Résistance 71

A mettre en parallèle de notre article et traductions (3) sur:

« Un 11 septembre nucléaire »

– Résistance 71 –

 

Le rapport du congrès américain sur la torture confirme qu’Al Qaïda n’est pas impliqué dans les attentats du 11 septembre

 

Thierry Meyssan

 

15 décembre 2015

 

url de l’article original:

http://www.voltairenet.org/article186182.html

 

Les extraits rendus publics du rapport de la Commission sénatoriale sur le programme secret de torture de la CIA font apparaître une vaste organisation criminelle. Thierry Meyssan a lu pour vous les 525 pages de ce document. Il y a trouvé la preuve de ce qu’il avance depuis des années.

Dianne Feinstein, présidente de la Commission sénatoriale du Renseignement, a rendu public, le 9 décembre 2014, un extrait de son rapport classifié sur le programme secret de torture par la CIA [1].

Présentation du rapport

La partie déclassifiée ne correspond qu’à un douzième du rapport initial.

Le rapport lui-même ne porte pas sur le vaste système d’enlèvement et de séquestration que l’US Navy a mis en place durant les mandats du président George W. Bush ; un programme qui a conduit à enlever partout dans le monde et à séquestrer plus de 80 000 personnes sur 17 bateaux à fond plat stationnés en eaux internationales (ces navires sont : USS Bataan, USS Peleliu, USS Ashland, USNS Stockham, USNS Watson, USNS Watkins, USNS Sister, USNS Charlton, USNS Pomeroy, USNS Red Cloud, USNS Soderman, USNS Dahl, MV PFC William B Baugh, MV Alex Bonnyman, MV Franklin J Phillips, MV Louis J Huage Jr, MV James Anderson Jr.). Il se contente d’étudier 119 cas de cobayes humains soumis à des expérimentations psychologiques à Guantánamo et dans une cinquantaine de prisons secrètes, de 2002 à fin 2009, soit un an après l’élection de Barack Obama.

Les extraits du rapport n’indiquent pas sur quels critères ces cobayes humains ont été choisis. Ils se contentent d’indiquer que chaque prisonnier dénonçait le suivant, tout en indiquant que ces aveux n’ont pas été extorqués, mais appris. En d’autres termes, la CIA a veillé à justifier ses choix en fabriquant des dénonciations a posteriori.

Dans le rapport initial, les noms des agents et des contractants de la CIA impliqués ont été remplacés par des pseudonymes. En outre, les extraits déclassifiés ont été très largement censurés, principalement pour effacer les noms des complices étrangers de la CIA.

Le contenu du rapport

J’ai lu en entier les 525 pages des extraits publics du rapport. Cependant, je suis loin d’en avoir tiré toutes les informations car de nombreuses recherches sont nécessaires pour interpréter les passages caviardés.

Les séances de conditionnement étaient effectuées dans une cinquantaine de prisons secrètes sous la responsabilité d’« Alec Station », l’unité de la CIA chargée de suivre Oussama Ben Laden. Les infrastructures, le personnel et les transports étaient sous la responsabilité du « Groupe de reddition et de détention » de la CIA. Les séances étaient conçues et réalisées sous la supervision de deux psychologues contractants qui se constituèrent en 2005 en société. Les autorisations d’utilisation des techniques de conditionnement étaient données au plus haut niveau, sans spécifier que ces tortures avaient pour but de conditionner et non d’extorquer des informations.

Le vice-président Dick Cheney, la conseillère de sécurité nationale Condoleezza Rice, le secrétaire à la Justice, John Ashcroft, le secrétaire à la Défense Donald Rumsfeld, le secrétaire d’État Colin Powell et le directeur de la CIA George Tenet ont participé à des réunions à ce sujet à la Maison-Blanche. Ils ont assisté à des simulations à la Maison-Blanche et ont visionné des enregistrements de certaines séances ; enregistrements qui ont été ultérieurement et illégalement détruits. Ces réunions avaient évidemment pour but de « mouiller » ces personnalités, mais il n’est pas possible d’établir lesquelles d’entre elles savaient à quoi étaient utilisé ces techniques.

Cependant, en juin 2007, Condoleezza Rice fut personnellement briefée par le contractant de la CIA qui supervisait les expériences. La conseillère de sécurité nationale autorisa la poursuite des expériences, mais diminua le nombre de tortures autorisées.

Les extraits publics du rapport contiennent une analyse détaillée de la manière dont la CIA a menti aux autres branches de l’administration Bush, aux médias et au Congrès.

Les expériences du professeur Martin Seligman

L’extrait public du rapport confirme que la CIA a mené des expériences basées sur les travaux du professeur Martin Seligman (théorie de « l’impuissance apprise »). Elles n’avaient pas pour but d’obtenir des aveux ou des renseignements, mais bien d’inculquer un discours ou un comportement aux sujets.

La plupart des citations que la presse a faite des extraits du rapport prête à confusion. En effet, la CIA parle des « méthodes de conditionnement » sous l’appellation de « méthodes non-standard d’interrogatoire » (non-standard means of interrogation). Hors contexte, on peut donc penser que le terme « interrogatoire » désigne la recherche d’information alors qu’il désigne des séances de conditionnement des sujets.

Tous les noms des tortionnaires ont été censurés dans l’extrait déclassifié du rapport. Cependant, on reconnaît Bruce Jessen sous le pseudonyme de “Grayson Swigert” et James Mitchell sous celui d’ “Hammond Dunbar”. À partir du 12 avril 2002, les deux hommes supervisèrent le programme. Ils étaient physiquement présents dans des prisons secrètes. En 2005, ils se constituèrent en société commerciale, Mitchell, Jessen & Associates (désignée comme “Company Y” dans le rapport). De 2005 à 2010, leur firme fut payée 81 millions de dollars. Par la suite, ils furent employés par l’Armée de Terre pour conduire un programme comportemental sur 1,1 million de soldats états-uniens.

En mai 2003, un officier senior de la CIA a saisit l’inspecteur général de l’Agence en faisant valoir que les travaux du professeur Seligman étaient fondés sur les tortures pratiquées par le Nord-Vietnam pour obtenir des « confessions à des fins de propagande ». L’officier mettait en cause le programme de conditionnement. Sa notification ne fut pas suivie d’effet. Au demeurant, il commettait une petite erreur en citant le Nord-Vietnam, les recherches de Seligman étaient basées, comme les pratiques des Nord-Vietnamiens, sur des travaux coréens.

La manière dont les tortionnaires se sont protégés

Selon la Commission sénatoriale, le programme de torture de la CIA a été ordonné par le président George W. Bush, le 17 septembre 2001, soit six jours après les attentats. Il avait pour unique but de donner des moyens extraordinaires à l’enquête sur les attentats du 11 septembre 2001. Cependant, ce programme a été immédiatement développé en violation de certaines instructions du président. Par conséquent, dès les attentats commis, la CIA, à l’insu de la Maison-Blanche, s’est efforcée de fabriquer de faux témoignages attestant mensongèrement de la culpabilité d’al-Qaïda.

Le président George Bush et les parlementaires ont été trompés par la CIA qui 
 a obtenu des autorisations de pratique de certaines tortures en masquant leur finalité véritable 
 et a faussement présenté des aveux inculqués comme s’ils avaient été extorqués sous la torture.

Lorsque le président Bush a reconnu, le 6 septembre 2006, l’existence du programme de tortures secrètes de la CIA, il a défendu cette pratique en arguant qu’elle avait permis d’obtenir des renseignements qui sauvèrent des vies. Il se fondait sur les rapports mensongers de la CIA et ignorait que celle-ci fabriquait des preuves au lieu d’en chercher. Dès lors, la presse atlantiste a sombré dans la barbarie et a débattu du bien-fondé ou non de la torture en la présentant comme un mal pour un bien.

Les tortionnaires ont veillé à se couvrir juridiquement. Ainsi ont-ils demandé l’autorisation de pratiquer au département de la Justice. Mais celui-ci ne s’est prononcé que sur la légalité des méthodes employées (isolation, enfermement dans une petite boite, mise en scène d’enterrement, utilisation d’insectes, etc) et non pas sur le programme dans son ensemble. La plupart des juristes n’autorisaient que des postures particulières en ignorant leurs conséquences psychiques une fois combinées. Toutes les autorisations ont été réunies en août 2002.

Les dirigeants de la CIA qui ont autorisé ces expérimentations ont spécifié par écrit que les cobayes humains devaient être incinérés s’ils succombaient durant le conditionnement ou qu’ils devraient rester enfermés à vie s’ils survivaient.

Que l’on comprenne bien : la Commission sénatoriale ne dit pas que les aveux des détenus de la CIA sont légalement incorrects parce qu’obtenus sous la torture, elle expose que la CIA n’a pas interrogé ces détenus, mais qu’elle les a conditionnés pour qu’ils revendiquent des situations et des actes qui leurs sont étrangers. La Commission précise que les agents de la CIA n’ont pas même cherché à savoir ce que les détenus avaient avoué lors d’interrogatoires précédents aux autorités qui les ont arrêtés. En d’autres termes, non seulement la CIA n’a pas cherché à savoir si al-Qaïda était impliqué ou non dans les attentats, mais son action n’a eu d’autre but que de fabriquer de faux témoignages attestant mensongèrement de l’implication d’al-Qaïda dans les attentats du 11-Septembre.

La Commission sénatoriale ne discute pas de savoir si les aveux des cobayes humains ont été extorqués ou inculqués, mais après avoir expliqué que les superviseurs étaient des experts du conditionnement et pas des interrogatoires, elle détaille longuement le fait qu’aucun de ces « aveux » n’a permis d’anticiper quoi que ce soit. Elle démontre que la CIA a menti en prétendant qu’ils avaient permis d’empêcher d’autres attentats. La Commission n’écrit pas que les informations sur al-Qaïda contenus dans ces aveux sont des fabrications, mais elle note que tout ce qui était vérifiable était faux. Ce faisant, la Commission dément explicitement les arguments qui furent utilisés pour justifier la torture et annule implicitement les témoignages qui furent utilisés pour relier al-Qaïda aux attentats du 11-Septembre.

Ce rapport confirme, de manière officielle, plusieurs informations que nous avions présentées à nos lecteurs et qui contredisent et invalident les travaux des thinks tanks atlantistes, des universités et de la presse depuis le 11-Septembre, aussi bien en ce qui concerne les attentats de 2001 eux-mêmes qu’en ce qui concerne al-Qaïda.

À la suite de la publication des extraits de ce rapport, il apparaît que tous les témoignages cités dans le rapport de la Commission présidentielle d’enquête sur le 11-Septembre reliant ces attentats à al-Qaïda sont des faux. Il n’existe plus à ce jour le moindre indice permettant d’attribuer ces attentats à al-Qaïda : il n’existe aucune preuve que les 19 personnes accusées d’être les pirates de l’air se soient trouvées ce jour-là dans l’un de ces quatre avions, et aucun des témoignages d’anciens membres d’al-Qaïda revendiquant les attentats n’est authentique.

Le rapport confirme ce que nous révélions en 2009

En octobre 2009, j’avais publié une étude sur ce sujet dans la revue russe Odnako [3]. J’y affirmait que Guantánamo n’était pas un centre d’interrogatoire, mais de conditionnement. En outre je mettais en cause personnellement le professeur Seligman. Un an plus tard, l’article ayant été traduit en anglais, des psychologues états-uniens menèrent campagne pour demander à Martin Seligman de s’expliquer. Pour toute réponse, celui-ci nia son rôle de tortionnaire et lança une procédure judiciaire contre moi et le Réseau Voltaire à la fois en France et au Liban où je résidais. En définitive, le professeur Seligman donnait instruction à ses avocats de cesser les procédures après que nous ayons publié une de ses lettres suivie d’une explication de texte [4]. Martin Seligman poursuivit identiquement tous ceux qui traitèrent ce sujet, comme Bryant Weich du Hunffington Post [5].

Et maintenant

La sénatrice Diane Feinstein est courageusement parvenue à publier une partie de son rapport, malgré l’opposition de l’actuel directeur de la CIA, John Brennan, jadis chargé de contrôler ce programme de torture.

Le président Barack Obama a annoncé qu’il ne poursuivrait aucun des responsables de ces crimes, tandis que des défenseurs des Droits de l’homme se battent pour que les tortionnaires soient traduits en justice. C’est le moins que l’on puisse faire.

Cependant, les vraies questions sont ailleurs : pourquoi la CIA a-t-elle commis de tels crimes ? Pourquoi a-t-elle fabriqué des aveux permettant de relier artificiellement al-Qaïda aux attentats du 11-Septembre ? Et par conséquent, al-Qaïda n’ayant aucun rapport avec les attentats du 11-Septembre, qui donc la CIA a-t-elle cherché à protéger ?

Enfin, le programme de la CIA ne concernait que 119 cobayes humains, que sait-on des 80 000 prisonniers secrets de l’US Navy ?

 

[1] “Study of the CIA’s Detention and Interrogation Program – Foreword, Findings and Conclusions, and Executive Summary”, US Senate Select Committee on Intelligence, 9 décembre 2014.

[2] Cf. L’Effroyable imposture, suivi de Le Pentagate, par Thierry Meyssan, préface du général Leonid Ivashov, Demi-Lune éd.

[3] « Le secret de Guantánamo », par Thierry Meyssan, Оdnako (Russie), Réseau Voltaire, 28 octobre 2009.

[4] « Une lettre de Martin Seligman », par Martin Seligman, Réseau Voltaire, 20 juin 2010.

[5] “Fort Hood : A Harbinger of Things to Come ?”, Bryant Welch, Hunffington Post, 18 mars 2010. Et le droit de réponse : “A Response to Bryant Welch”, Martin Seligman.

Politique et haute finance: Les portes tournantes entre les deux mondes mortifères…

Posted in actualité, altermondialisme, économie, colonialisme, crise mondiale, guerres hégémoniques, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , on 15 décembre 2014 by Résistance 71

Depuis les guerres napoléoniennes, l’économique a acheté et dirige le politique, ce qui est un non-sens total et la source de l’exploitation absolue du plus grand nombre par le plus petit nombre avec un extrême préjudice.

Une fois de plus: prise de conscience, analyse, décision de remplacement, action collective de remplacement.

« Entre le moment de la prise de décision et l’action il ne doit pas y avoir l’épaisseur d’un cheveu » (Bushido, la voie du samouraï)

– Résistance 71 –

 

DSK, Blair, Geithner, Rubin: de la politique à la finance

 

Eric Toussaint

 

9 Décembre 2014

 

url de l’article original:

http://cadtm.org/DSK-Blair-Geithner-Rubin-de-la

 

Le lien étroit entre les gouvernants et le grand Capital n’est plus dissimulé. À la tête de plusieurs gouvernements, placés à des postes ministériels importants ou à la présidence de la BCE, se trouvent des hommes directement issus du monde de la haute finance, à commencer par la banque d’affaires Goldman Sachs. Certains hommes politiques de premier plan sont récompensés par un poste dans le secteur privé une fois qu’ils ont accompli leurs bons offices pour le grand Capital. Ce n’est pas nouveau, mais le phénomène devient plus visible et s’amplifie rapidement. On peut parler de véritables vases communicants et transparents.

DSK

Le socialiste français Dominique Strauss-Kahn (DSK), ministre de l’Économie et des Finances à la fin des années 1990, puis directeur général du FMI (2007-2011), est devenu en 2013 président du conseil d’administration du Groupe Anatevka, rebaptisé « Leyne, Strauss-Kahn and Partners, Compagnie Financière » (LSK), pour y développer une activité de banque d’affaires internationale. Depuis qu’il a dû démissionner de la direction du FMI en 2011 en raison d’accusations d’agression sexuelle, DSK conseille différents gouvernements étrangers, notamment la Serbie et le Soudan du Sud, et plusieurs entreprises, telles que la Banque russe de développement des régions, le Russian Direct Investment Fund, la National Credit Bank et un consortium de banques marocaines. LSK, anciennement Anatevka Compagnie Financière, compte une centaine d’employés répartis dans six pays (Luxembourg, Belgique, Monaco, Israël, Suisse, Roumanie) dont plusieurs sont des paradis fiscaux notoires. Coup de théâtre le 23 octobre 2014, Thierry Leyne, l’associé de DSK à la tête de LSK, se suicide à Tel Aviv. DSK a déclaré par la suite : «  Thierry Leyne avait monté une compagnie financière qui faisait essentiellement de la gestion d’actifs. Il n’y avait pas de département de banque d’affaires. Je devais la créer en la centrant sur le conseil aux gouvernements et accessoirement aux entreprises  ». Il ajoute que Leyne «  avait contracté une série d’emprunts excessifs  » et avait «  une réputation contrastée  ». DSK affirme qu’il a été attiré par le fait que l’homme d’affaires «  avait fait dans le passé de très belles opérations, des entreprises qu’il avait créées et très bien revendues à de grandes banques  ». Interrogé par l’AFP sur la présence d’argent sale dans certaines sociétés du groupe LSK, l’ancien chef du FMI déclare : «  pas à ma connaissance  » |1|. Dominique Strauss-Kahn avait quitté la présidence de LSK trois jours avant le suicide de son associé. Le 3 octobre 2014, la justice luxembourgeoise avait condamné en référé le groupe LSK, sa filiale Assya et son principal actionnaire Thierry Leyne à payer 2 millions d’euros à l’assureur Bâloise-Vie Luxembourg, qui réclamait depuis juillet 2014 le remboursement de titres du groupe LSK qui étaient dans son portefeuille. Début novembre 2014, la société LSK fait publier un bref communiqué pour annoncer qu’elle est dorénavant en cessation de paiement, dont voici un extrait : « Après la disparition tragique de Thierry Leyne, président en exercice, les membres du conseil d’administration de la société LSK ont découvert des engagements supplémentaires au sein du groupe dont ils n’avaient pas connaissance et qui aggravent sa situation financière délicate. (…) Le conseil d’administration a constaté que ces nouvelles informations remettaient en cause la continuation de la société LSK, dont le crédit est irrémédiablement compromis. Par voie de conséquence, il a décidé de procéder à la déclaration de cessation des paiements de la société. » |2| Le 7 novembre 2014, le tribunal de commerce de Luxembourg a prononcé la faillite de la société. DSK et Leyne avaient notamment pour projet de lancer le DSK Global Fund, un hedge fund, qui devait spéculer sur les devises, les commodities et les taux d’intérêt |3|. Ce fonds spéculatif voulait réunir 2 milliards de dollars récoltés en priorité auprès d’investisseurs de pays émergents, y compris la Chine.

Contrairement aux apparences, ce qui précède n’est pas issu du scénario d’un nouveau film d’Oliver Stone prolongeant Wall Street, du film Le retour du loup de Wall Street de Martin Scorsese ou encore du film Le Capital de Costa-Gavras |4|. Il s’agit de faits survenus en 2014 dans le capitalisme réel. Il est vrai qu’ils n’ont pas fait la une des journaux télévisés et des quotidiens.

Tony Blair

Premier ministre du Royaume-Uni de 1997 à 2007, Tony Blair a bien réussi dans les affaires. On estimait en 2013 qu’il avait accumulé une fortune de 30 à 60 millions de livres sterling en se spécialisant dans le trading. Il dirige un ensemble de petites sociétés réunies dans un même immeuble de cinq étages, à Grosvenor Square, au cœur des quartiers diplomatiques de Londres. Une centaine de personnes y disposent d’un bureau, parmi lesquelles l’ancien directeur de la banque d’investissement Barclays Capital, David Lyons, qui dirige Firefush Ventures, la branche financière de ce que tout le monde appelle désormais la « Tony Blair Inc ». Parmi les collaborateurs de Blair, on compte également un ancien cadre de Lehman Brothers et un autre provenant de JP Morgan. D’ailleurs, Tony Blair préside le Conseil international des conseillers de JP Morgan |5| ! Par ailleurs, Tony Blair fait d’excellentes affaires avec l’Arabie saoudite |6| et a créé plusieurs fondations… philanthropiques bien sûr ! |7|
Last but not least, il multiplie les déclarations en faveur de l’Union européenne |8|.

Tim G et Robert R

De l’autre côté de l’Atlantique, Tim Geithner, l’ex-ministre des Finances de Barack Obama, est devenu président en 2013 de Warburg Pincus, une banque d’affaires à Wall Street.

Avant lui, Robert Rubin, ancien ministre des Finances du président Bill Clinton, avait rejoint la direction de Citigroup en 1999 après avoir fait abroger la même année le Glass Steagall Act (ce qui a permis la naissance de Citigroup !). Citigroup lui a versé, entre 1999 et 2008, 166 millions de dollars sous forme de rémunérations diverses et variées |9|.

On le voit, les passerelles sont nombreuses entre la politique et la haute finance. Et elles sont souvent grassement rémunérées…

Notes

|1| Voir : Les Échos, « Affaire LSK : DSK charge son associé », publié le 30 octobre 2014, http://www.lesechos.fr/finance-marc…

|2| Le Monde, « LSK, l’ancien fonds d’investissement de DSK, se déclare en cessation de paiements », publié le 5 novembre 2014, http://www.lemonde.fr/argent/articl…

|3| Financial Times, « Strauss-Kahn to launch fund », 21 mars 2014.

|4| http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Cap…

|5| Financial Times, « Fine dining for Dimon at the Palace », 23-24 novembre 2014.

|6| http://www.dailymail.co.uk/news/art… consulté le 2 décembre 2014

|7| Voir le site officiel de Tony Blair qui met en avant ses bonnes œuvres : http://www.tonyblairoffice.org/

|8| Voir son interview « sur » France Inter : http://www.franceinter.fr/emission-…

|9| Voir à ce propos Damien Millet et Éric Toussaint, La Crise, quelles crises ?, Aden, 2009, chapitre 4, p. 58-59.-

Éric Toussaint, docteur en sciences politiques, porte-parole du CADTM international, est membre du conseil scientifique d’ATTAC France. Il est auteur des livres Bancocratie, Aden, 2014, http://cadtm.org/Bancocratie ; Procès d’un homme exemplaire, Éditions Al Dante, Marseille, 2013 ; Un coup d’œil dans le rétroviseur. L’idéologie néolibérale des origines jusqu’à aujourd’hui, Le Cerisier, Mons, 2010.

Ingérence au Moyen-Orient: L’implosion de l’Arabie Saoudite à venir…

Posted in actualité, guerre iran, guerre Libye, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , on 15 décembre 2014 by Résistance 71

D’après un analyste russe, l’Arabie Saoudite implosera

 

IRIB

 

14 décembre 2014

 

url de l’article:

http://french.irib.ir/info/moyen-orient/item/352220-l-arabie-saoudite-explosera-analyste-russe

 

Le directeur de l’institut russe d’étude du Moyen Orient, Yevgeny Satanovsky, estime que le royaume des Al-e Saoud finira par imploser sous le poids de Daech!  » c’est d’ailleurs par crainte d’une telle perspective que Riyad a renforcé les mesures de sécurité sur ses frontières avec l’Irak et qu’il a déployé sa garde nationale dans cette zone , tout en signant un traité d’alliance militaire avec l’Egypte » .  » en effet cela fait bien longtemps que les Etats Unis ferment les yeux sur le financement des groupes terroristes par les monarchies du golfe Persique. mais l’Arabie saoudite, la plus grande d’entre elles , risque l’implosion sous pressions de Daech .

La présence de la garde nationale sur les frontières avec l’Irak et la signature d’un accord militaire avec l’Egypte qui autorise le déploiement de 30000 soldats égyptiens sur la zone frontalière irako saoudienne , ou encore le soudoiement des cheikhs des tribus irakiennes qui vivent non loin des frontières saoudiennes, tout ceci constitue une série démarches qui reflète l’angoisse et l’inquiétude de Riyad à l’idée d’avoir à faire face à l’invasion du sol saoudien par les terroristes de Daech ». l’analyste russe a souligné le rôle du Qatar dans le soutien aux terroristes takfiris et son implication dans les manoeuvres anti russes :  » c’est le Qatar qui financent les miliciens de l’emirat islamique du Caucase . ce sont les terroristes membres de cette milice qui ont récemment commis un grand attentat terroriste contre Grozny, capitale de la Tchéchénie ».

Résistance politique au colonialisme: Lettre Mohawk aux dirigeants colonialistes et aux communautés résidentes québecoises…

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, colonialisme, démocratie participative, France et colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 14 décembre 2014 by Résistance 71

Un grand mouvement est en train de naître, celui qui mènera à la fin du colonialisme, plus grand fléau passé et présent de l’humanité, fléau inhérent au dogme du capitalisme criminel et hégémonique.

Ce combat est le combat de tous les peuples, certes celui des peuples toujours sous le joug colonial, mais aussi le notre, occidentaux, car nous sommes tous des colonisés !

L’avenir de l’humanité passe par les peuples occidentaux émancipés de l’idéologie coloniale, se tenant debout, main dans la main avec les peuples indigènes oppressés du monde. Pour briser l’empire, brisons la fiction de sa légitimité territoriale dans le « nouveau monde ».

Merci de lire et de diffuser cette lettre sans aucune modération. Un exemplaire de l’original sera reçue par la présidence de la république française sous peu.

– Résistance 71 –

 

Apprendre à vous connaître

 

Mohawk Nation News

 

13 Décembre 2014

 

url de l’article original:

http://mohawknationnews.com/blog/2014/12/13/getting-to-know-you/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Cette lettre a été envoyée à quelques villes de la région de Kahnawake appelée “Seigneurie” (NdT: pour “Seigneurie du Sault St Louis ou SSSL)

Copies à : Governor General of Canada, US President Barack Obama, Prime Minister Stephen Harper, Premier, Province of Quebec, City of Montreal, President of France, Progressive Conservative Party, New Democratic Party, Parti Quebecois, UN High Commission for Human Rights, Governor of New York State, Mohawk communities: St. Regis Mohawk Tribe Inc., Mohawk Council of Akwesasne Inc., Kanio’ke:haka Kaianereh’kowa Kanon’ses:neh, Mohawk Council of Kahnawake Inc., Mohawk Trail Longhouse, 207 Longhouse, Up-the-Hill Longhouse, Ganiengeh Mohawk Territory, Tyendinaga Mohawks, Kanekota Mohawks, Wahta Mohawks, Kanatsiohareke, Minister, Department of Indian Affairs, Bureau of Indian Affairs in Washington DC.

 

“Le 13 Décembre 2014,

Aux : villes de Chateauguay, St-Constant, St-Isidore, LaPrairie, Candiac, St-Remi, St. Catherine, LaSalle and Lachine.

She:kon: / Salutations

La Grande Loi Kaianere’ko:wa nous dirige vers le maintien et l’extension de la Grande Paix, la loi de l’Île de la Grande Tortue. Ces accords récents illégaux entre les INDIENS du CONSEIL MOHAWK DE KAHNAWAKE INC. et la COURONNE sont une attaque directe contre la paix. Le Wampum 44 de notre constitution instruit Kohtihon’tia:kwenio (le conseil des femmes) de protéger notre terre. Montreal est situé au cœur de Ganiengeh, notre territoire non cédé. Nous, Kanion’ke:haka (Nation Mohawk), sommes les “gardiens de la porte orientale” au cœur même d’Onowaregeh.

Le Canada est en train de demander au CMK, Inc. de nous retirer illégalement, nous et nos intérêts, de la terre connue sous le nom de Seigneurie du Sault St Louis, sur laquelle votre communauté est sise. Nos communautés Mohawk sont en terre Rotinoshonni, confédération iroquoise, Kahnawake, St. Regis, Akwesasne, Ganiengeh, Tyendinaga, Oswego, Wahta, Kanehsatake, Kanatsioharekeh and Kanekota. Toute incursion quelle qu’elle soit doit être discutée avec nous tous.

Les INDIENS du CMK ont volontairement quitté le canoë et ont mis leurs deux pieds dans le vaisseau étranger de la COURONNE. Ils ont prêté serment à des forces étrangères. Ils ont violé le Guswentha (Wampum Deux Rangées) et la Grande Paix de Montréal de 1701 établie entre nos peuples. Ceci affecte tout le monde sur ce territoire en tant que bafouement de la paix de 1701 entre nous et de la loi internationale.

Les Québecois peuvent être fiers d’avoir pris part à la première conférence internationale de la paix en 1701 à Montréal. Ils ont accepté la paix avant la Grande-Bretagne et qui que ce soit d’autre. Toutes les nations de l’Île de la Grande Tortue furent représentées à la Grande Paix de Montréal par les 49 nations qui y participèrent au travers des alliances, des traités et des ceintures (wampum) d’amitié. Puis en 1710, nous avons envoyé 5 de nos chefs à la cour de la reine Anne d’Angleterre à Londres afin d’y expliquer la Grande Loi de la Paix aux 13 familles de sang d’Europe. Ce fut la première conférence internationale de la paix au monde.

Bientôt le monde connaîtra la paix. Québecois, vous devez vous réimpliquer dans la Grande Paix, qui vous a été enseignée lorsque vos ancêtres l’ont accepté. Vous avez été d’accord pour la disséminer. Maintenant nous vous demandons de le faire. Les Français sont les premiers Européens à avoir accepter la Grande Loi de nous. Ses principes furent ramenés en France et ont créé le premier gouvernement républicain d’Europe. Ré-immergeons nous dans l’accord qui fut fait il y a si longtemps. Tout le monde suivra alors les racines et répandra la paix sur la planète. Commençons une force inarrêtable ici du Québec, d’où tout a commencé.

Skennen, Gasastensera, Kariwiio / Paix, Pouvoir, Rectitude.

Les véritables Kanion’ke:haka (Mohawks) voudraient étendre une invitation à votre municipalité pour discuter de votre situation. Nous avons une variété de choix que nous voudrions vous présenter. Nous voudrions entendre vos points de vue au sujet de résider en paix sur notre terre.

L’ensemble Ongwehonwe de l’hémisphère occidental se tiendra à nos côtés dans le cas de toute menace sur nous ou notre terre. Kohtihon’tia:kwenio, les conseils des femmes sont en train de contacter les femmes de vos communautés pour discuter de leurs véritables sentiments au sujet de leurs enfants présents et futurs. Nous sommes prêts à participer à des réunions pour expliquer Kaianere’ko:wa. Rassemblons nos esprits et voyons ce que nous pouvons faire dans l’intérêt de nos enfants non-nés. Envoyez s’il vous plaît cette lettre à tous vos constituents car ceci les affecte toutes et tous. Nous voudrions connaître leur opinion. Cette lettre est postée à destination du monde entier sur mohawknationnews.com

Neil Young demande qui va se dresser et sauver le monde.

Cela pourrait bien être les Mohawks avec les Québecois.

Kahentinetha, Clan de l’Ours, Kohtihon’tia:kwenio kahentinetha2@yahoo.com; Thahoketoteh@hotmail.com

Note: S’il vous plaît, postez cette notice vers toutes les nations Ongwehonwe à travers le continent des Amériques et vers tous nos alliés dans le monde. Merci de nous envoyer vos commentaires ainsi qu’au CMK: communications@mck.ca

Ce combat n’est pas seulement le nôtre, il appartient à tous !

 

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 421 autres abonnés